20/12/2014

19 et 20 décembre 2014 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

France

La France a connu sa première attaque jihadiste depuis le début de la participation française à a coalition internationale contre l'Etat Islamique. Et le fait qu'elle ait eu lieu à Tours (Joué-lès-Tours) ne surprendra que les sourds et aveugles.  

Lire la suite

12/12/2014

12 décembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Cisjordanie
Un Palestinien a attaqué à l'acide un groupe de civils israéliens, y compris des enfants, en Cisjordanie, non loin de Jérusalem ; Quatre personnes ont été blessées.
L’agression a eu lieu dans l'après-midi du 12 Décembre près du point de contrôle "Minharot" au sud de Jérusalem. L’agresseur a pris une famille pour cible : les parents et leurs quatre filles. Seul le père souffrirait de brûlures chimiques de gravité moyenne. Les brûlures des quatre enfants seraient minimes.
Des Israéliens qui se trouvaient près de la scène ont ouvert le feu et blessé l’assaillant.
A signaler également : Le même jour, une voiture palestinienne s’est écrasée contre le mur de protection en béton d’un arrêt de bus près d'une base militaire à proximité de Naplouse. Le chauffeur palestinien a été légèrement blessé. 

Front syrien

Une réunion des services de renseignement de plusieurs pays à Amman
Une réunion a eu lieu à l’ambassande des Etats-Unis à Amman en Jordanie. Elle réunissait des responsables de services de renseignement des Etats Unis, de Grande Bretagne, d'Arabie saoudite, du Qatar et de Jordanie. Le but de la réunion était d’examiner les modalités d'une offensive terrestre contre les positions de Daech en Syrie.
Les participants auraient passé en revue les différentes stratégies offensives contre Daech et échangé des renseignements sécuritaires. Ils auraient également évoqué l'emploi des forces spéciales et des commandos sur le sol irakien et syrien dans le cadre d'une offensive terrestre. Rappelons que l’éventualité d’une offensive terrestre contre Daech par des forces étrangères sur le sol irakien a été rejetée à plusieurs reprises par le ministre irakien des AE : "pour l'Irak toute opération terrestre sur le sol irakien sous le prétexte de faire face à Daech est considérée comme une ligne rouge que l'Irak ne laissera jamais franchir".

Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
Onze Jihadistes de Daech ont péri, au cours d’une embuscade tendue par les forces de la défense populaire des Kurdes syriens (YPG), aux alentours d’Aïn al-Arab (Kobani).

Alep et sa banlieue
Les Aleppins ont vécu une nuit particulièrement violente en raison de l’escalade menée par les miliciens de l’opposition armée retranchés dans le quartier de Bani Zeid. Les quartiers résidentiels se trouvant aux confins de Bani Seid, dont Achrafiyyeh, Rue du Nil et rue Tichrine, ont reçus une quarantaine de projectiles, faisant 5 tués parmi la population et 40 blessés.
De leur côté, l’AAS a bombardé les positions des rebelles à Cheikh Saïd, au sud d’Alep, causant des tués et des blessés dans leurs rangs.
L’armée serait également en train d’opérer une avancée vers l’entrée nord d’Alep, ce qui pourrait lui permettre d’imposer un blocus aux régions contrôlées par les rebelles et vidées de leurs habitants.
Dans le quartier Boustane al-Kacer, ligne de démarcation entre les quartiers de l’ouest d’Alep toujours entre les mains de l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et les quartiers est tenus par les rebelles, un des dirigeants de la milice Hazm, soutenue par les Etats-Unis, a été grièvement blessé par l’explosion d’une voiture piégée.
Selon le « Comité de réconciliation nationale d’Alep », tous les groupuscules armés des quartiers Halak et Haydariyyeh, proches des zones de combat, ont décidé de renoncer de participer aux combats. Exprimant leur volonté de profiter de la réconciliation et affichant leur soutien au plan de Di Mistura (l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie), elles disent « vouloir jouer un rôle de garant de la sécurité des quartiers pour empêcher les extrémistes de les utiliser pour combattre les troupes régulières », rapporte al-Akhbar.
La situation est toujours aussi confuse en ce qui concerne le sort des villes chiites de Nobol et d'al-Zahra. Les rebelles sunnites ont tiré de nombreuses roquettes sur  ces deux localités tandis que les défenseurs lançaient une contre-attaque vers la ville de Mayer, infligeant des pertes à l’adversaire.

Deraa (Sud syrien)
De très violents combats ont opposé les Jihadistes de Daech et du Front al-Nosra aux soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) dans la localité de Jada al-Saad, proche de Deraa.
La banlieue de Deraa est, également le théâtre de violents accrochages. L’AAS a pris pour cible des positions rebelles à Tal Chahab, Tafas, et al-Mazirab, ainsi qu’à Chekh Maskin, et une zone située entre les villages de Tafas et Atman, tous situés dans la banlieue de Deraa.
Ci-dessous, plusieurs vidéos des combats de Sheikh Maskin. La localité défendue par la brigade 82 de l’AAS est en partie occupée par les rebelles du Front du Sud :
Première vidéo (côté rebelles)
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ba8314b6e6be
et
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=b8ffef22b8d9
Troisième vidéo (très courte) montrant un combat de rue :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=13b390769dd6

Damas et sa banlieue
Les combats, extrêmement intenses, se poursuivent à Douma et dans la Ghouta-orientale, où l'armée syrienne pilonne continuellement les positions de Jaïsh al-Islam (pro-saoudiens).
Les affrontements entre soldats de l’AAS et rebelles se poursuivent, dans la localité de Jobar, à l’Est de Damas, où l’armée continue de progresser.
Cette vidéo montre un bombardement au mortier des positions de l’AAS dans les environs de Jobar par les rebelles :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=13e0028fc5a1
La video  (langue russe) suivante nous montre la localité de Htetet al-Turkman, ou ce qu’il en reste, après qu’elle ait été reprise par l’AAS. Htetet al-Tukman est située dans la banlieue de Damas :
https://www.youtube.com/watch?v=68U_1dSgxac&list=UU3w...
Journal des combats autour de la base aérienne de Deir ez-Zhor
Jeudi 11 décembre dans la soirée, Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont lancé un tank suicide (BVIED) bourré de six tonnes d’explosifs contre l’enceinte de l’aéroport militaire de Deir ez-Zhor, au niveau de la localité d’al-Jafrat. L’explosion a endommagé en partie les fortifications de l’armée. L’objectif était d’ouvrir une brèche dans le système de défense à l’est de l’aéroport. Le kamikaze s’appelait Abou al-Farouq al-Libi. Il avait réussi à s’approcher de l’enceinte sans être repéré par les soldats, profitant de l’épais brouillard qui enveloppait la région. 

Abou Farouq al-Libi.jpgAbou Farouq al-Libi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un autre BVIED a été lancé contre l’enceinte orientale de l’aéroport, mais les défenseurs ont réussi à le détruire 40 mètres avant qu’il ne parvienne à sa destination, grâce au tir d’un missile à chaleur. Suite à ces attaques suicides, les Jihadistes ont tenté de lancer un assaut de loin (le quatrième en onze jours), mais ils ont été repoussés par un violent bombardement aérien de l’armée de l’air syrienne, un bombardement au mortier et les tirs des défenseurs.
La situation est calme depuis.
 
Cette video (côté jihadiste) donne une idée de l’intensité des combats nocturnes autour de la base aérienne de Deir ez-Zhor, le Dien Bien Phu syrien :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=d9384a779405
A noter que les corps de plusieurs Jihadistes étrangers ont été retrouvés sur le terrain par l’armée. Parmi eux se trouvait le corps d’un Jihadiste belge, Abou Sa’id al-Belgiki. Il appartenait au groupe Sharia4Belgia.

Abou Sa'id al-Belgiki.jpgAbou Sa'id al-Belgki

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edleb (Nord syrien)
Hazm et Ahrar al-Cham contre le Front al-Nosra
La milice Hazm, soutenue par les Etats-Unis, a décidé de soutenir la brigade Ahrar al-Cham et d’affronter dans la province d’Edleb les Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie). Les deux camps se sont livrés à une vague d’enlèvements.
L’origine du conflit est du au fait que les Jihadistes du Front al-Nosra ont décidé d’établir leur califat dans le gouvernorat d’Edleb et d’en chasser les autres milices. Ils ont commencé par s’affronter avec les miliciens du Front des révolutionnaires dirigé par l’officier déserteur Jamal Maarouf.
30 soldats de l’AAS ont profité de la confusion pour s’évader d’une prison tenue par un tribunal religieux dans la localité d’al-Dana dans la province nord d’Edleb.

Lattaquié
L’armée régulière a neutralisé les tentatives des rebelles sunnites visant à s’infiltrer dans la localité de Safkoun, en banlieue de Lattaquié, via le village de Ghamam. Un certain nombre de rebelles ont été tués ou blessés, au cours de cette opération

Qalamoun (proche de la frontière libanaise)
Le Qalamoun se trouve également au bord d’une guerre fratricide entre formations rebelles et jihadistes. L’Etat Islamique a adressé un ultimatum de 48 heures à tous les groupes armés qui combattent dans cette région, les sommant de prêter allégeance à son chef Abou Bakr al-Baghdadi. Faute de quoi, elle les éliminera.
L’Etat Islamique compte en effet proclamer le Qalamoun comme « état du califat dans un délai de 54 jours ».
Un site de l’opposition « Koullouna Chouraka » (Tous des partenaires) a assuré qu’il règne un consensus au sein des milices du Qalamoun de rejeter cette allégeance. Elles ont été rejointes dans ce refus par les Jihadistes du Front al-Nosra, malgré les bonne relations qu’il entretient avec Daech dans cette région.
L’ultimatum et les offres qui l’accompagnaient ont cependant convaincu un certain nombre de petites milices, qui souffraient d’un manque d’approvisionnement et de financement, de faire allégeance à l’Etat Islamique. Ces petits groupes luttaient dans des conditions difficiles dans la région de Qousseir, dans la province de Homs. De même, des rumeurs font état du ralliement à Daech de la brigade Ossoud al-Cham (les Lions du Levant), l'une des milices les plus importantes dans la ville de Talbisseh.

Turquie

Des agents du MIT (services de renseignement turcs) tués en Irak et en Syrie
La proximité des combats entre Jihadistes de l’Etat Islamique et armées syrienne et irakienne, ainsi qu’entre Jihadistes et forces kurdes ne pouvait laisser les Turcs indifférents. Ceux-ci ont dépêché un grand nombre d’agents et de forces spéciales pour observer ce qui se passait sur le terrain.
L’agence de presse AhlulBayt (ABNA) a publié les noms de douze membres des services de renseignement et des forces spéciales turques tués en Syrie et en Irak.
L’ABNA a indiqué que plusieurs membres des SR turcs avaient été tués par un tir de l’artillerie irakienne sur une planque du MIT au moment de l’affaire des otages turcs capturés par l’Etat Islamique. La planque du MIT avait été visée par erreur, affirme l’ABNA, mais explique que l’erreur était due au fait que les agents étaient habillés comme des Jihadistes de l’EI. Les noms des agents tués sont les suivants :
1- İskender Demir
2- Murat Tin
3- Serdar Karaçam (or Karaçay)
4- Hikmet Y. (trouvé avec un passeport jordanien au nom de  Muhammed Hammash)
Par ailleurs, cinq membres des forces spéciales turques ont été tués alors qu’ils traversaient la ligne de chemin de fer pour entrer à Kobane. Selon l’ABNA « à voir l’équipement trouvé sur ces gens, il était évident qu’ils appartenaient aux services secrets et aux forces spéciales turcs même s’ils étaient habillés comme des Jihadistes de l’EI, portaient de longues barbes et des moustaches courtes. On a trouvé, par exemple, des systèmes de navigation GPS et des informations concernant des contacts à Kobane de personnes en relation avec le MIT. Et pourtant, ces agents étaient munis de cartes d’identité de l’Etat Islamique.
Les noms des cinq agents sont :
1- Mustafa Turan
2- Halil İbrahim T.
3- Hızır K.
4- Murat Çolak (Cette personne utilisait également une carte d’identité au nom d’une organisation caritative pour se rendre en Syrie).
5- Un autre corps a été retrouvé mais l’identité de la personne décédée n’a pu être repérée car sa dépouille a été enlevée par les soldats turcs.
Trois autres agents turcs ont été tués en Irak
L’ABNA a révélé que trois autres agents turcs avaient perdu la vie à diverses occasions en Irak. Ils appartenaient au MIT et au service de renseignement de l’armée. Leur appartenance aux services secrets turcs a été mis en évidence par le fait qu’ils avaient sur eux les adresses et les numéros de téléphone de personnes notoirement membres du MIT. Leurs dépouilles ont été ramenées en Turquie dès le lendemain de leur décès.
Les noms sont :
1- Necmettin Tuna (or Turna)
2- Çağrı Ceyhan (Pilote et lieutenant. On a prétendu qu’il était mort à l’occasion d’un accident d’hélicoptère à Kocaeli. En fait, il a été tué au cours d’une mission clandestine en Irak).
3-Deniz M.

Jihadisme international

Grande Bretagne
D’après l’International Centre for the Study of Radicalisation (ICSR), e second des trois Jihadistes « britanniques » originaire de Coventry a été tué au cours d’un raid de l’US air force. Il s’agit de Rashed Amani. Un autre des trois comparses, Al Kantar, avait été tué la semaine dernière. Un seul a survécu pour l’instant. Il s’agit de Mohammed Hadi.

Rashid Amani.jpgRashed Amani

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean René Belliard

 

07/12/2014

7 décembre 2014 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Arabie saoudite

L'Arabie arrête 135 suspects pour des affaires de "terrorisme"
L’Arabie saoudite, le berceau du wahhabisme, une version rigoriste de l'islam,  a connu entre 2003 et 2006 une vague d'attentats attribuée à al-Qaïda. Pour faire face à la menace terroriste, le royaume s'est doté en 2011 de tribunaux spéciaux qui ont jugé des dizaines de Saoudiens et d'étrangers.
Et en février 2014 un décret royal a été publié qui prévoit jusqu'à 20 ans de prison pour participation à des combats à l'étranger et appartenance à des "groupes terroristes".

135 arrestations
Les autorités saoudiennes ont annoncé, dimanche 7 décembre, que 135 personnes, dont 26 étrangers, avaient été arrêtées. Elles sont toutes suspectées d'être mêlées à des affaires de "terrorisme".
"Toutes les personnes arrêtées sont des Saoudiens à l'exception de 26 étrangers, dont 16 Syriens et 3 Yéménites", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, cité par l'agence officielle Spa.
Quarante de ces suspects se sont rendus dans "des zones de conflit, ont rallié des groupes extrémistes et suivi une formation au maniement des armes (...) avant de rentrer dans le royaume pour déstabiliser le pays", a indiqué le porte-parole.
Selon lui, 54 autres étaient impliqués notamment dans "le financement, le recrutement, la propagande et la fabrication d'explosifs (...) au profit de groupes extrémistes".
Il a encore indiqué que 17 suspects étaient liés à des troubles et à des attaques armées contre les forces de sécurité à Al-Awamiyeh, une localité de l'est saoudien, une région où se concentre la minorité chiite et qui a été le théâtre ces dernières années de manifestations anti-régime.
En outre, 21 personnes sont détenues pour trafic d'armes et trois autres ont été arrêtées à Qatif, ville chiite dans l'est du royaume, où ils ont cherché à recruter des candidats à "des actions terroristes", a expliqué le porte-parole.
Parmi les étrangers arrêtés, figurent aussi un Egyptien, un Libanais, un Afghan, un Ethiopien, un Bahreïni, un Irakien et un apatride, selon le porte-parole.
Ces dernières arrestations sont à relier à l’attaque meurtrière perpétrée contre des chiites dans l'est du royaume. L’attaque avait fait sept morts, le 3 novembre 2014, à Al-Dalwa, lors du deuil de l'Achoura, la plus importante célébration du calendrier chiite. Le ministère de l’intérieur l’avait attribuée à d'anciens prisonniers liés à l'Etat Islamique.

Front irakien

Bagdad
Nouvel attentat à Bagdad.  Le quartier d’al-Taremiya a été visé par une violente explosion qui a fait huit morts et une douzaine de blessés.
Selon les derniers rapports de l’ONU, plus de 1200 personnes auraient perdu la vie en Irak au mois de novembre 2014.

Front libanais

Bekaa
Des explosions et des tirs d'obus dans le jurd de Koussaya et Deir el-Ghazal, dans la Békaa
Des explosions et des tirs d'obus étaient entendus dimanche 7 décembre dans le jurd des villages frontaliers de Koussaya et de Deir el-Ghazal, à l'est de Zahlé, dans la Békaa. Selon plusieurs médias, il s'agit de combats entre des éléments armés syriens et le FPLP-CG (Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général) qui est lié depuis longue date au gouvernement syrien.
Le FPLP-CG a une importante base à Koussaya. La colline de Koussaya est truffée de galeries souterraines et de blockhaus. Il y a également aménagé une base de formation, un important stock de munitions et tout un bataillon de guérilleros (150 - 250 hommes). (Source : Analyst Network).

Koussaiya.jpg

 Koussaya

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actes anti-syriens
Les actions contre les réfugiés syriens semblent se multiplier depuis deux jours au Liban.
Des éléments armés à bord d'une Jeep noire ont ouvert le feu dimanche 7 décembre en direction de tentes de réfugiés syriens, dans la région de Hoche Tal-Saffiyé, à Baalbeck, dans la Békaa, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Deux personnes ont été blessées.
Dans le Akkar (Nord), des inconnus ont incendié des tentes de réfugiés syriens dans le village de Machha.

Front syrien

Damas
Urgent
L’armée de l’air israélienne a bombardé des positions dans la province de Damas, dimanche 7 décembre 2014, selon la télévision officielle syrienne. Le raid n’aurait pas fait de victimes.
"L'ennemi israélien a attaqué la Syrie en visant des bases gouvernementales  dans la province de Damas: Les bombardiers israéliens ont pris pour cible une base militaire près de Dimas (une ville proche de la frontière libanaise) et une autre près de l'aéroport international de Damas". La défense antiaérienne syrienne a tiré deux missiles sol-air contre les bombardiers israéliens. Des habitants de Damas confirment avoir entendu de fortes explosions. L'objectif de la chasse israélienne aurait été de détruire des fusées S-300 fournies par la Russie à la Syrie.
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=adbc7edbea6a
et
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Deir ez-Zhor
Les forces gouvernementales syriennes ont réussi à repousser l'attaque jihadiste contre un important aéroport militaire de la province orientale de Deir el-Zhor.
L’Armée Arabe Syrienne a réussi à stopper l'attaque lancée par l’Etat islamique contre l'aéroport militaire de Deir el-Zhor.
Un jour après avoir lancé une offensive contre l'aéroport, les jihadistes ont été contraints de se replier aux abords de ce site militaire stratégique.
Plus de 100 jihadistes ont péri dans la bataille, dont deux Français originaires de l'Hérault, et l’Armée Arabe Syrienne aurait perdu 59 hommes.
Il semble que l’armée a utilisé du gaz chlorite au cours de la bataille, provoquant la mort par suffocation de plusieurs Jihadistes.
Les jihadistes ont dû également se retirer de la base d'un bataillon de missiles dont ils s'étaient emparés, en raison des violents bombardements des forces du régime.
L'aéroport militaire de Deir el-Zor est la seule voie de ravitaillement des forces gouvernementales dans l'est de la Syrie. Il est également très important pour l'armée car c'est de là que ses avions et hélicoptères décollent pour des raids contre les positions jihadistes et les régions contrôlées par les rebelles dans plusieurs régions de Syrie.

Deraa (Sud)
Un attentat kamikaze perpétré le dimanche 7 décembre contre un immeuble d’habitation de l’AAS à Cheikh Miskin. On ignore pour l’instant le nombre des victimes. C’est la deuxième attaque suicide contre des immeubles d’habitation de l’armée. Un premier attentat avait visé l’immeuble des officiers.
Vidéo mise en ligne le 7 décembre :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=40483fc356b6

Jihadisme international

Grande Bretagne
Un « Britannique » portant le nom de guerre de Gawad Abou Abdullah al-Britani a effectué un attentat kamikaze, dimanche 7 mars, près de la ville de Samar (Irak).

Gawad Abou Abdullah al-Britani.jpg

al-Britani
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean René Belliard

23:34 Publié dans al-Qaïda, AQPA, Arabie saoudite, Armes, Baalbeck, Bagdad, Bekaa, CIA, Damas, Deir ez-Zhor, Deraa, Irak, Israel, Koussaya, S-300, Syrie | Lien permanent | Commentaires (4) | | | | |