03/09/2014

3 septembre 2014 – La guerre contre l’Etat Islamique

Steven Sotloff, le journaliste américain décapité, avait également la citoyenneté israélienne
Cette information avait été maintenue secrète pour ne pas faire courir de risques au journaliste lors qu'il avait été pris en otage. Mais cela n’a pas suffi. Cette information sur sa nationalité israélienne a été donnée par un tweet de Paul Hirschson, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien.
Les médias israéliens ont révélé que Sotloff, né aux Etats-Unis, avait émigré en Israël en2005. Il avait fait ses études au Centre interdisciplinaire de Herzliya, un collège privé près de Tel Aviv.

Les Occidentaux condamnés à réagir contre l’EI
L’assassinat du deuxième journaliste américain et l’annonce par le mad jihadist (jihadiste fou) à l'accent anglais qu’il pourrait décapiter prochainement un Britannique, rend une intensification de la guerre des Occidentaux contre l’Etat Islamique de plus en plus probable.
Le 2 septembre, le président américain, Barack Obama, a décidé l’envoi en Irak de 350 soldats américains supplémentaires, ce qui porte le contingent U.S. à 1100 hommes.

Le problème est le choix des cibles dans une véritable poudrière
L’Irak et la Syrie ont prouvé, à bien des égards, qu’ils avaient un potentiel à devenir une véritable poudrière, tant sont complexes les conflits entre organisations jihadistes, rebelles, confessionnelles, tribales et politiques. Prenons l’exemple de la Syrie où l’Etat-major de l’Etat Islamique semble avoir trouvé refuge. Les jihadistes de l’EI sont aujourd’hui implantés dans plusieurs régions, notamment dans la province de Raqqa, qu’ils contrôlent et administrent entièrement, celle de Deir ez-Zhor où la situation est presque identique. Ceci signifie qu’une intervention occidentale signifierait une nouvelle guerre asymétrique entre des Jihadistes, honnêtes fellahs le jour et redoutables combattants la nuit et des soldats occidentaux. La moindre « bavure » occidentale jetterait des populations de plus en plus nombreuses dans les bras des Jihadistes. Par ailleurs, toute intervention étrangère en Syrie ou en Irak se ferait au détriment des Jihadistes et donc au profit d’autres forces, rebelles ou gouvernementales. Et c’est là que le bât blesse ! Dans cette région, les ennemis de mes ennemis ne sont pas nécessairement mes amis.

Les Iraniens aussi interviennent en Irak
Les Iraniens ont prétendu ne pas avoir envoyé de troupes en Irak. C’est faux. Il y aurait bien 2000 Pasdarans, les gardiens de la révolution islamique iranienne, au nord de Bagdad avec la mission de protéger la capitale irakienne. Ce sont ces hommes que Qassem Souleimani, le commandant de la Force al-Qods, le corps d’élite des Pasdarans, serait venu inspecter en juin, quelques jours après le début de l’offensive de l’EI. Par ailleurs, les Kurdes ont révélé que 1500 Iraniens avaient aidé les Peshmergas à lutter contre les Jihadistes de l’EI. Enfin, dernière information : Plusieurs conseillers militaires iraniens auraient été vus lors de l’offensive pour dégager la ville chiite irakienne d’Amerli encerclée par les Jihadistes.
La milice chiite Asaib Ahl el-Haq, financée et armée par l’Iran et totalement inféodée au régime des Ayatollahs, a été à la pointe des combats pour la prise de la ville voisine de Souleyman Beg, quelques jours après la libération d’Amarli. Deux Iraniens portaient des uniformes beiges alors que les membres de la milice chiite étaient en vert. Les deux Iraniens parlaient en Farsi entre eux.
L’intervention en Irak de militaires iraniens créent une curieuse situation ou conseillers américains et iraniens pourraient se retrouver côte à côte dans la lutte contre les Jihadistes de l’EI.
 
Front syrien

La situation syrienne de plus en plus compliquée
La carte ci-dessous montre la complexité de la situation sur le terrain en Syrie.
Les zones rouges ombragées représentent le territoire syrien encore contrôlé par les forces d’Assad, avec quatre petites poches contrôlées par le Hezbollah.
L’armée d’Assad pourrait essayer de reprendre la ville d’Alep ravagée par les bombardements aux barils de poudre, mais les rangs assadists commencent à se clairsemer et le Hezbollah libanais va avoir de plus en plus de mal à engager plus de troupes dans le pays après avoir perdu des centaines d’hommes au cours des quinze derniers mois. Reprendre le Nord et l’Est du pays est totalement hors de portée des partisans d’Assad dans la situation actuelle.
Il faut ajouter à cela le fait que le gouvernement syrien est en quasi-faillite après avoir perdu la plupart de ses revenus pétroliers.

situation in Syria.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Province de Deir ez-Zhor
Les Jihadistes de l’EI seraient en train de préparer une attaque de grande envergure contre une nouvelle base aérienne  dans la province syrienne orientale de Deir ez-Zhor.
Quelque 1.500 soldats syriens sont stationnés sur la base aérienne de Deir ez-Zhor, qui est utilisée par l'armée de l'air syrienne pour les opérations contre les positions de l’EI dans la province.
Si la base aérienne tombe, ce sera une victoire plus importante encore que la capture de la base de Taqba, dans la province de Raqqa, le 25 août 2014. 

Damas
L’armée d’Assad poursuit son matraquage de Jobar, une banlieue de Damas encore aux mains des rebelles du Front Islamique financé et armé par l’Arabie saoudite.
Vidéo du côté de l’armée assadiste :
http://www.liveleak.com/view?i=9a4_1409692632
Les soldats assadistes ont à nouveau utilisé, ce matin du mercredi 3 septembre, des roquettes BM-30, ces bombes qui descendent au bout de parachutes et qui sont la terreur des insurgés. L’objectif des Assadistes est visiblement de transformer Jobar en un tas de ruines :
http://www.liveleak.com/view?i=120_1409755578

Qalamoun (proche de la frontière libanaise)
L’armée assadiste et des combattants du Hezbollah auraient mené dans le Qalamoun une embuscade contre un convoi du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie). Le convoi comprenait plus de vingt véhicules. La plupart des combattants d’al-Nosra auraient été tués ou blessés. L’émir du Front al-Nosra pour le Qalamoun, Abou Malik el-Talli, aurait perdu la vie au cours de cette embuscade, mais la nouvelle n’a pas encore été confirmée. Abou Malik était responsable de l'enlèvement des religieuses de Maaloula, ainsi que de l’attaque contre la localité libanaise d’Ersal au cours de laquelle des dizaines de soldats libanais avaient été enlevés.

Les Tchétchènes responsables des massacres de soldats à Tabqa
Depuis l'été dernier, de nombreux témoignages accusent les tchétchènes de l'Etat islamique, dirigés par Omar al-Shishani, d’être impliqués dans les massacres, les enlèvements et autres exactions.
Une vidéo intitulée « Novosti Halifata » montre un groupe de Tchétchènes de l'État islamique massacrer entre 160 et 250 soldats assadistes après la capture de la base aérienne de Tabqa dans la province de Raqqa il ya 10 jours. Les Jihadistes s’expriment en russe.

Voilà ce qui attend les jeunes femmes qui, par idéal, veulent rejoindre le jihad
De nombreuses jeunes femmes ont gagné l’Irak ou la Syrie pour participer au Jihad.. Elles arrivent d'Australie, de Malaisie et même du Royaume-Uni avec des idées héroïques plein la tête.
Un journal malaisien, Malaysian Insider, a publié des informations obtenues auprès d’un officier du renseignement. Des femmes Malaisiennes,  âgées de 30 à 50 ans, se seraient rendues comme «volontaires du sexe» sur le territoire contrôlé par l’Etat Islamique. Plusieurs femmes sunnites de l'Australie et du Royaume-Uni auraient voyagé avec elles.
Selon des rapports des services de renseignement, l '«Etat islamique» aurait publié en Juin 2014 un décret rendant le service militaire obligatoire pour les hommes, et obligeant les femmes musulmanes célibataires au « devoir sexuel ».
Les services de renseignement britanniques ont  confirmé que,  parmi les centaines de citoyens britanniques qui se battent dans les rangs des djihadistes, il y avait des femmes, dont beaucoup préfèrent faire quelque chose en dehors de prendre les armes à la main.
La notion de "djihad du sexe» («Jihad al-nikah") est apparu en 2013, lorsque les dirigeants jihadistes ont appelé les femmes sunnites à venir en Syrie pour réconforter sexuellement les combattants au nom de la lutte contre les infidèles et le régime du président Bachar al -Assad.

La fatwa a cité le verset 24, sourate 4 du Coran, qui parle de la notion de «mariage temporaire» - muta. Muta est conclu pour une durée qui peut varier d'un jour à 99 ans. Au cours de la période du mariage temporaire, une femme obtient le statut de conjoint à part entière avec les responsabilités adéquates. Pour les critiques du mariage muta, il s’agit ni plus ni moins de prostitution, permettant aux hommes de "se marier" seulement pour un jour ou même moins, et la nécessité de payer pour le sexe.
Quelques femmes participent néanmoins aux combats. L’EI a créé la brigade spéciale des femmes al-Hans, nommé d'après la célèbre ancienne poétesse arabe.
Les femmes de cette brigade patrouillent dans les rues pour vérifier si les autres femmes se conforment aux lois de la charia. Elles apparaissent souvent armées dans les lieux publics, arrêtent et interrogent les femmes, qui apparaissent dans les rues non accompagnées, et vérifier si les hommes qui les accompagnent sont des parents, et si les vêtements des femmes répondent aux exigences de l'État islamique.
En outre, al-Hans recrute des jeunes filles musulmanes pour les marier avec des Jihadistes de l'État islamique et ainsi fonder des familles pour créer une forte communauté de personnes partageant les mêmes idées. Les combattants sont encouragés à rester dans leur région, à avoir des enfants, et leurs femmes doivent soutenir leurs maris dans le but de participer au jihad et d'éduquer l'idéologie islamiste chez les enfants.
L’Etat islamique promeut activement l'idée de solidarité et de camaraderie. Il a créé des groupes de soutien, où les femmes échangent des recettes, communiquent, instruisent les nouveaux membres et donnent des conseils pour savoir comment se rendre en Syrie et en Irak.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

 

26/08/2014

26 août 2014 - 50e jour de guerre entre Gaza et Israël

130 roquettes tirées sur Israël le lundi 25 août
Selon le service de presse de l’armée israélienne, 130 roquettes et obus de mortier ont été tirés vers Israël le lundi  25 Août. Une seule personne a été légèrement blessée à Eshkol.

13 Palestiniens tués au cours de 70 attaques israéliennes contre Gaza
Le 25 août, l’Armée de l'Air israélienne a attaqué environ 70 cibles dans la bande de Gaza. Des sources palestiniennes ont rapporté le décès de 13 personnes.
Depuis que les hostilités ont repris, le 19 août, 113 Palestiniens ont été tués, ainsi qu'un enfant israélien. L'armée israélienne dit avoir frappé plus de 350 objectifs depuis le 19 août tandis que les Palestiniens auraient tiré quelque 650 roquettes sur Israël.

2136 Palestiniens et 68 Israéliens ont perdu la vie depuis le 8 juillet
La guerre entre Gaza et Israël, qui a débuté le 8 juillet 2014, a fait 2.136 morts et 10.915 blessés palestiniens, selon les secours. Environ 70% sont des civils, parmi lesquels 491 enfants d’après l’ONU (577 selon les autorités palestiniennes). Soixante-huit personnes ont été tuées du côté israélien, 64 soldats et quatre civils, dont un enfant de 4 ans.
Israël estime avoir tué 900 combattants palestiniens.

Un nouveau projet de cessez-le-feu d’un mois proposé par l’Egypte
L'agence de presse palestinienne Maan, citant des sources égyptiennes, a déclaré, lundi soir 25 août, qu’un cessez-le-feu pourrait être déclaré entre Israël et les factions palestiniennes dans la bande de Gaza. Selon les sources égyptiennes, la durée du cessez-le-feu pourrait être d'un mois. Le cessez-le-feu temporaire prévoirait d'ouvrir les points de passage aux frontières, de laisser passer l'aide humanitaire et le matériel de reconstruction, les sujets contestés seraient discutés dans un mois.
Plus tôt, des représentants du gouvernement de Mahmoud Abbas ont indiqué que la délégation palestinienne avait donné son accord mais que l'Egypte était maintenant en attente d'une réponse du côté israélien. Mais la confusion règne à ce sujet car, selon d’autres sources, il n’y aurait pas d'accord entre les parties.
"Des efforts sont en cours pour parvenir à un accord", a confirmé à l'AFP un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri.
Le porte-parole du Jihad islamique, Daoud Shihab, a néanmoins prévenu que "la réussite des contacts qui ont été pris dépend de la prise en compte ou non des exigences palestiniennes".
Pour l’instant, Israël ne s’est pas prononcé, selon des sources israéliennes. Mark Regev, un porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, s'est gardé de tout commentaire, se contentant de répéter la position de principe selon laquelle Israël ne négociait pas "sous les bombes".
Les pourparlers auraient "de bonnes chances" de reprendre si les tirs de roquettes palestiniens cessaient, a dit le ministre des Sciences, Yaakov Peri, qui a le statut d'observateur au cabinet de sécurité israélien.
Israël serait disposé à ouvrir plus largement ses points de passage et à soutenir la présence de gardes de l'Autorité palestinienne à la frontière entre Gaza et l'Egypte, a-t-il dit. Mais on est encore "loin" d'un accord plus global prévoyant la reconstruction de Gaza en échange de sa démilitarisation, a-t-il précisé.
Des négociations indirectes précédentes - les Israéliens refusent de s'asseoir à la même table que le Hamas - ont échoué sur des exigences apparemment inconciliables: la garantie de leur sécurité pour les Israéliens, la levée du blocus israélien pour les Palestiniens.

Inquiétude pour la rentrée des classes
L’opération « Bordure protectrice » continuera "jusqu'à ce qu'elle ait atteint son objectif (...) cela peut prendre du temps", a prévenu dimanche 24 août M. Netanyahu. Israël est prêt à poursuivre ses opérations même après la rentrée scolaire lundi prochain, a-t-il ajouté.
L'opinion publique israélienne est très inquiète de voir les enfants du sud reprendre la classe sous la menace permanente des roquettes.
A Gaza, un demi-million d'enfants palestiniens n'ont pas pu reprendre les cours comme prévu dimanche 24 août à cause de la guerre.

Mahmoud Abbas veut réclamer au Conseil de sécurité de l’ONU la fin de l’occupation israélienne de la Cisjordanie
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se prépare  à réclamer du Conseil de sécurité de l'ONU qu'il fixe une date butoir pour la fin de l'occupation israélienne des Territoires palestiniens, a indiqué un responsable officiel. Mais cette tentative paraît vouée à l'échec, les Etats-Unis s'opposant traditionnellement à toute mesure jugée anti-israélienne.

Faits marquants de la journée du 26 Août 2014
En attendant un hypothétique cessez-le-feu, les bombardements se sont poursuivis de part et d’autre.
Dans la nuit du 26 Août, l'armée israélienne a attaqué au moins 15 cibles dans la bande de Gaza, selon le service de presse de l'armée israélienne. Les bombardements israéliens auraient coûté la vie à deux Palestiniens. De leur côté, les Palestiniens ont tiré plusieurs roquettes vers Israël entre 00h00 et 06h00.
00h17. Une nouvelle roquette tirée à partir du sud Liban
Une nouvelle roquette tirée depuis le territoire libanais a touché la Haute Galilée (nord d’Israël) lundi soir 25 août, a indiqué l'armée israélienne.
Les militaires israéliens ont aussitôt répliqué en tirant une vingtaine d’obus sur la région d’où provenait le missile. Il n’y aurait eu ni victimes ni dégâts de part et d’autre.
Une source de sécurité libanaise a confirmé le tir en précisant qu’il s’agissait d’une roquette Katioucha tirée de la région de Wadi Jarmaq, au sud Liban, à une quinzaine de kilomètres de la frontière". L'armée  libanaise s'est aussitôt déployée dans la région pour rechercher les responsables du tir.
C’est la troisième journée consécutive que des roquettes sont tirées depuis le Liban ou la Syrie vers Israël.
Dimanche 24 août, cinq roquettes tirées depuis la Syrie avaient touché la partie du plateau du Golan occupée par Israël, peu de temps après le tir, samedi soir 23 août, d'une roquette à partir du Liban.
06h30. Les sirènes "Enfer de Tséwang," ont été entendues à Tel-Aviv et la région environnante. L’alarme a été suivie de plusieurs explosions. Le Bureau de presse de l'armée israélienne a confirmé qu' "au moins un missile avait été détruit par le système de défense antimissile" Iron Dome" à Tel-Aviv." Les sirènes ont également été entendues au même moment à Ashdod et les établissements du district de Shfela.
Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont annoncé, à 06h00 avoir tiré quatre missiles M-75 sur Tel-Aviv et un missile R-160 sur Haïfa. Le bombardement de Haïfa n’a pas été confirmé par l’armée israélienne.
Une roquette a touché une maison d’Ashkelon, blessant une personne et infligeant des dommages au bâtiment. Une autre roquette a explosé dans une zone ouverte de la ville.
07h00. Cinq roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé près d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts. Auparavant, plusieurs obus de mortier avaient été tirés en direction des kibboutz proches de la bande de Gaza.

Les Palestiniens annoncent un accord sur un cessez-le-feu permanent
Un accord pour un cessez-le-feu permanent a été trouvé pour mettre fin à cinquante jours de guerre entre le mouvement islamiste Hamas et Israël dans la bande de Gaza, a annoncé mardi 26 août à l'AFP un haut responsable palestinien.
Le président Mahmoud Abbas annoncera à l'ouverture d'une réunion de la direction palestinienne prévue à 16H00 GMT les détails de cet accord qui prévoit notamment "la levée du blocus de la bande de Gaza" mis en place par Israël en 2006, la principale exigence des Palestiniens, a précisé ce haut responsable sous le couvert de l'anonymat.

Vidéos fournies par l’armée israélienne :
L’armée de l’air israélienne détruit un lanceur de missiles caché dans un bâtiment :
https://www.youtube.com/watch?v=7RokcplOF_Y&list=UUaw...
Tsahal explique pourquoi il a détruit un grand nombre de cibles :
https://www.youtube.com/watch?v=Lly2AfFW8kw&list=UUaw...

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

08:49 Publié dans Binyamin Netanyahou, Brigades Ezzedine al-Qassam, Gaza, Hamas, Israel, Jihad islamique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

25/08/2014

25 août 2014 - Le 49ème jour de guerre entre Gaza et Israël

150 roquettes tirées contre Israël le 24 août
Selon l'armée israélienne, les Palestiniens ont tiré dans la journée du dimanche 24 août  150 roquettes et obus de mortier en direction du territoire israélien. L'aéroport Ben Gurion et Jérusalem ont été pris pour cible. Le Système de défense antimissile "Iron Dome a détruit 27 missiles. L’armée israélienne a poursuivi au cours de la même journée ses frappes à l’intérieur de la bande de Gaza et ses attaques ciblées. Deux Palestiniens sont décédés au cours d’un raid israélien dans la nuit de dimanche à lundi.

2122 Palestiniens ont été tués depuis le 8 juillet

Vers un nouvel accord de cessez-le-feu temporaire ?
De hauts représentants du "Djihad islamique", Ziyad Nahale et Khalid al-Batsh ont déclaré qu’un nouvel accord de cessez-le-feu temporaire pourrait être conclu prochainement. Ces déclarations ont été confirmées par des représentants égyptiens. Cependant, on ne sait pas dans quelles conditions cet accord pourrait être conclu, le Hamas ne s’étant pas encore exprimé sur un éventuel accord de cessez-le-feu.

Résumé de la journée du 25 Août 2014
 
Le lundi soir, l'armée israélienne a bombardé 35 cibles dans la bande de Gaza selon le service de presse de l'armée israélienne. En particulier, deux groupes de militants ont été pris pour cible dans le nord de la bande de Gaza. Deux mosquées, l’une à  Beit Hanoun et l’autre dans la ville de Gaza, ont été prises pour cible car elles servaient de siège aux combattants et d’entrepôts d’armes.
00h00-06h00. Nuit calme de part et d’autre.
06h00. Reprise de tirs de roquettes et de mortier depuis la bande de Gaza. Les sirènes ont été entendues à Ashdod, Ashkelon, Kiryat Malachi et les environs, ainsi qu’à Eshkol. Quatre missiles ont chuté sur le territoire du district d’Eshkol. L'un d'eux est tombé sur le village même provoquant des dégâts sans faire de victimes.
07h00. Les sirènes "Enfer de Tséwang " retentissent dans les colonies de Yad Mordechai et Nativ a Asara (conseil régional de Hof Ashkelon), ainsi qu’à Ashkelon et la région environnante. Deux missiles ont explosé en rase campagne tandis que trois autres étaient abattus par le système de défense antimissile "Iron Dome".
08:16 h. Les sirènes ont retenti à Tel-Aviv avertissant de tirs de roquettes. Mais il n’y a pas eu d'explosion. Les sirènes ont également retenti à Herzliya, Kfar Shmaryahou, Raanana, Ramat Hasharon. Selon le service de l'armée israélienne de la presse, il s'agissait d'une fausse alarme.
Deux roquettes ont explosé dans des zones ouvertes sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé.
Une autre roquette a explosé à Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
Nouvelle chute de roquette Eshkol sans faire de victimes ou dégâts.
10h00. Sirènes d’alarme à Beer Sheva et dans le territoire du conseil de quartier de Bnei Shimon. Le système de défense antimissile "Iron Dome" abattu un missile.
L'alarme a retenti sur le territoire des conseils de district d’Eshkol et de Shaar Hanegev. Deux roquettes ont explosé dans la région d'Eshkol, l'un d'eux est tombé sur le village. Personne n'a été blessé, mais des dommages ont été causé à une exploitation agricole. Immédiatement après, l’alarme a résonné à nouveau sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol où une roquette a explosé dans un terrain vague.
Le système de défense antimissile "Iron Dome" a abattu un missile près de Sderot.
Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a explosé près de l'une des colonies sur le territoire du conseil de quartier de Sdot Néguev.
Une autre roquette a explosé à proximité d'une piscine sur le territoire de l'une des colonies de peuplement dans le conseil régional d’Eshkol. Aucun blessé n'a été signalé, mais il y a eu quelques dégâts.
11h00. Deux roquettes ont explosé dans des zones ouvertes d’ Eshkol. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé. Trois autres roquettes ont été abattues par le système de défense antimissile "Iron Dome" sur le territoire du conseil de quartier de Sdot Néguev. Deux roquettes ont également été interceptées par le «Dôme de Fer".
12h00. Le Système de défense antimissile "Iron Dome" a détruit cinq missiles sur le territoire du conseil de quartier de Sdot Néguev.
Une roquette a explosé à Shaar Hanegev, et deux roquettes ont atterri sur le territoire du Conseil d’Eshkol.
Quatre autres roquettes ont explosé sur le territoire du conseil de quartier de Sdot Néguev.
Quatre roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé sur le territoire du conseil de quartier de Hof Ashkelon.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

14:56 Publié dans Gaza, Hamas, Israel, Jihad islamique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |