21/12/2017

Jérusalem : l’ONU condamne à une large majorité la décision américaine

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté jeudi 21 décembre 2017 à une large majorité une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël.
Sur les 193 pays membres, 128 ont voté pour cette résolution et neuf contre, 35 pays décidant de s’abstenir lors d’un scrutin que le président américain avait promis de scruter de près, menaçant de représailles financières ceux qui soutiendraient le texte.
Les pays qui ont voté contre la résolution sont les États-Unis, Israël, le Guatemala, le Honduras, les Îles Marshall, la Micronésie, Narau, Palau, Togo.
La veille, le président américain Donald Trump avait déclaré que son pays cesserait de fournir une assistance financière aux pays qui soutiendraient la résolution de l’AG de l’ONU condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.
Selon le document adopté, « toutes les décisions et actions qui impliquent un changement dans le caractère, le statut et la composition démographique de la ville sainte de Jérusalem sont nulles et non avenues, et devraient être abolies. » La résolution « exige également que tous les Etats » « ne reconnaissent aucune action ou mesure qui soit en contradiction avec les résolutions » du Conseil de sécurité de l’ONU ».
Au début du mois de décembre, le président américain Donald Trump avait annoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et a signé un document sur le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. La décision du président américain a été accueillie positivement en Israël et a provoqué une réaction négative de la part de nombreux États du monde, en premier lieu des pays du Moyen-Orient et de la Palestine.
Le 18 décembre déjà, le Conseil de sécurité de l’ONU avait voté sur le projet de résolution proposé par l’Egypte au nom du « Groupe arabe« . Le document reconnaissait nulles et non avenues toutes les décisions et les actions visant à changer l’image, le statut et la composition démographique de Jérusalem, exhortait tous les États à ne pas ouvrir dans cette ville des missions diplomatiques conformément aux exigences du Conseil. La résolution n’a pas été adoptée, puisque les États-Unis ont utilisé leur droit de veto, tous les autres membres du Conseil de sécurité ont voté « pour« .

Pour de nombreuses informations, consultez notre site :

- Site web en français

- Site web en anglais

- Site web en langue russe

19:17 Publié dans Etats-Unis, Israel, Jérusalem, ONU, Trump Donald | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

12/12/2017

Tirs de roquettes de Gaza vers le Sud d'Israël et représailles de Tsahal

Israël-Cisjordanie-Gaza 
Incidents
Tirs de roquettes de Gaza vers le Sud d'Israël et représailles de Tsahal        
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
L'armée de l'air et les chars de l'armée israélienne ont frappé plusieurs cibles du Hamas dans la bande de Gaza dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 décembre. 
Les actions militaires de Tsahal sont été exécutées en réaction à une nouvelle attaque de missiles en provenance de Gaza en direction du territoire israélien.
Israël tient le Hamas pour responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza, a indiqué le service de presse de l'armée. 
Le Centre palestinien d'information contrôlé par le Hamas et l'agence palestinienne Safa ont confirmé que l'armée israélienne avait pris pour cible une position du Hamas près de Beit Lahiya, au nord de la bande de Gaza. Deux obus sont tombés sur cet objectif et trois autres plus au nord. Il y a eu des dégâts mais pas de victimes.
Les frappes israéliennes étaient une réponse au tir de plusieurs roquettes, lundi à 23H32. Ces tirs ont pris pour cible des colonies israéliennes proches de la frontière avec Gaza dans  les secteurs d'Ashkelon et de Lakis.
Batteries Dome de fer en action 
La station de radio « Beth Kahn » a donné le chiffre de six roquettes palestiniennes, dont deux ont été abattues par le système de défense antimissile « Iron Dome ». Les quatre autres sont tombées dans des terrains vagues. Personne n'a été blessé et aucun dommage matériel n'a été enregistré.
Il s'agit du deuxième bombardement palestinien du territoire israélien à partir de la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures. À 19h15, une roquette était déjà tombée dans un terrain vague du district d'Eshkol.
Après ce premier tir, l'armée de l'air et les chars de Tsahal avaient riposté sur une position du Hamas près de Khan Yunes, dans le sud de la bande de Gaza 
Décembre 2017 a connu la plus forte intensité d'attaques à la roquette depuis la bande de Gaza au cours des trois dernières années. Selon l'armée israélienne, des missiles ont été tirés à partir de Gaza en direction du territoire israélien les 7, 8, 11 et 12 décembre. A chaque fois, Tsahal, l'armée israélienne, a riposté par des frappes aériennes ou d'artillerie contre des positions du Hamas à Gaza. Le 10 décembre, les soldats israéliens ont également détruit un tunnel menant de Gaza en Israël.
Cependant, selon les informations disponibles, les militants du Hamas - une organisation de la résistance qui dispose du plus grand nombre de fusées de toutes les organisations palestiniennes - ne sont pas encore impliqués dans les bombardements du territoire israélien. 
La responsabilité des attaques à la roquette des derniers jours incombe aux Brigades  Nasser Salah al-Din, l'aile militaire des Comités de résistance populaire.
Les tirs se sont intensifiés après l'appel du Hamas à organiser des "jours de colère" contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l'Etat hébreu.   
Mardi 12 décembre à 19H31 : Nouvelle tentative de tir d'une roquette depuis Gaza
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.) 
Selon le service d'information de la 10ème chaîne, vers 18h15, les FDI (armée israélienne) ont enregistré une tentative de lancement d'une roquette depuis la bande de Gaza vers Israël. 
Le lancement a été effectué depuis la zone d'Al-Atatra, au nord de la bande de Gaza.
La roquette est tombée sur le territoire de l'enclave palestinienne.  
Les sirènes d'alarme n'ont pas retenti dans les localités israéliennes proches de la frontière.  

 

10/12/2017

Israël-Cisjordanie-Gaza : Derniers incidents sécuritaires

Israël-Cisjordanie-Gaza 
Incidents
Derniers incidents sécuritaires       
Un garde de sécurité israélien blessé au couteau à Jérusalem 
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
Couteau de l'agresseur du garde 
Un Palestinien a poignardé et sérieusement blessé à l'arme blanche, dimanche 10 décembre à 14H21, un garde de sécurité israélien à Jérusalem, a annoncé la police en qualifiant l'attaque de "terroriste".
L'attaque est survenue à la gare routière centrale de Jérusalem, sur fond de vives tensions créées par la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.
Selon le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, l'assaillant a été arrêté.
Selon des sources médicales, le garde âgé d'une quarantaine d'années a été évacué à l'hôpital "Shaarei Tzedek" avec des blessures sur "le haut du corps". La lame du couteau a pénétré la région du cœur, selon le Dr. Ofer Marin, chef du département de traumatologie à l'hôpital Shaarei Tzedek et on craint pour sa vie.  
L'assaillant originaire de Cisjordanie occupée et âgé de 24 ans souffre lui de blessures à la tête, a-t-on ajouté sans autres précisions. Selon des témoins, l'agresseur aurait été projeté à terre par un chauffeur de taxi et maintenu à terre jusqu'à l'arrivée de la police.
Yasin Yusuf Hafez Abu al-Kara
L'agence de presse palestinienne Maan a donné l'identité de l'agresseur. Il s'agit d'un homme dénommé Yasin Yusuf Hafez Abu al-Kara, résident du camp de réfugiés d'Al-Fara. Il est membre du Fatah d'après l'agence Maan. Le père de l'agresseur, actuellement à la retraite, avait le grade de général de brigade au sein des forces de l'Autorité palestinienne. Ses frères sont des agents de sécurité palestiniens. 
Depuis jeudi, quatre Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, deux lors de heurts avec des soldats et deux membres du mouvement islamiste Hamas dans des raids aériens israéliens en riposte à des tirs de roquettes à partir de l'enclave palestinienne.
Gaza : Nouveaux affrontements avec l'armée israélienne, dimanche 10 décembre - 10 Palestiniens blessés
Dix palestiniens ont été blessés, dimanche 10 décembre, lors d'affrontements entre des dizaines de jeunes palestiniens et l'armée israélienne, aux frontières avec la Bande de Gaza.
Le porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, Achraf al-Qodra, a indiqué, dans un communiqué que « 10 jeunes avaient été blessés par les tirs de balles réelles et de bombes lacrymogènes, par l'armée israélienne contre les manifestants, aux frontières Est de la Bande de Gaza».
Les blessures ont été qualifiées de « moyennes » par les médecins, selon al-Qodra.
Dimanche soir 10 décembre : 3 missiles tirés de Gaza vers Israël
Selon Anna Ahronheim, trois missiles auraient été tirés de Gaza vers Israël, dimanche soir 10 décembre. Aucun des trois n'aurait atteint le territoire israélien. L'armée israélienne aurait repéré le site de départ des tirs (voir plan ci-après).  
Accrochages limités à Jérusalem dimanche 10 décembre 
Des accrochages limités ont également eu lieu, dimanche, dans la ville de Jérusalem occupée, entre des jeunes palestiniens et les forces israéliennes, sans qu'il y ait de blessés.
Des jeunes palestiniens s'étaient rassemblés devant « Bab al-Amoud », l'une des portes de la mosquée al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, et avaient scandé des slogans soutenant Jérusalem.
L'armée israélienne a renforcé le déploiement de ses forces dans la région, dans une tentative de disperser les manifestants, ayant refusé de quitter les lieux, ce qui a été à l'origine de légers accrochages entre les deux parties.