25/06/2014

Trois policiers iraniens tués près de la frontière irakienne

Les Kurdes iraniens s'agitent
Les Kurdes iraniens veulent rejoindre le Kurdistan « libre » qui vient de voir le jour en Irak et une partie de la Syrie.

Deux accrochages depuis cinq jours
Le 21 juin 2014 un accrochage  avait eu lieu  dans la région de Taze-Abad, dans le nord-ouest de l’Iran, à proximité de la frontière du Kurdistan irakien. Les affrontements ont opposé l’armée iranienne à un commando du PJAK (Parti pour une vie libre du Kurdistan), le principal mouvement kurde de lutte armée contre Téhéran. Ce mouvement est basé dans le Kurdistan irakien. Un membre du PJAK avait été tué au cours des combats.
Un nouvel incident grave a eu lieu le mardi 24 juin dans la soirée. Trois policiers iraniens perdaient la vie alors qu’ils effectuaient une patrouille près de Taze-Abad.

L'Iran renforce ses frontières avec l'Irak
L'Iran procède actuellement à la construction de 160 postes de contrôle sur les frontières du Sud-est du pays selon une information donnée par le général Hossein Zolfaqari, commandant des gardes-frontières de l'Iran.
En outre, 230 km  de routes sont en construction  dans la région frontalière avec la coopération du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), a-t-il précisé.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

14:28 Publié dans Irak, Iran, Kurdistan, PJAK | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

L'indépendance du Kurdistan : Un fait accompli disent les Kurdes à John Kerry

Le 24 juin, John Kerry est venu au Kurdistan irakien pour demander à ses leaders d’aider Bagdad à conserver l’unité du pays. Il aura obtenu une fin de non recevoir. Les Kurdes lui ont parlé de fait accompli et demandé d’ouvrir les yeux sur la nouvelle Irak qui venait d’apparaître. Massoud Barzani, président du gouvernement régional du Kurdistan, a rejeté sans appel le message du diplomate américain.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

07:30 Publié dans Etats-Unis, Irak, Kurdistan | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

24/06/2014

24 juin – Nouvelles de la guerre sunnites/chiites

Front irakien

Localité de Saadia – province de Diyala
Une vidéo intéressante prise au moment où l’EIIL est entré dans la localité de Saadia – province de Diyala. Le texte indonésien explique que le film montre les forces spéciales de l’armée irakienne évacuer la localité en toute hâte, et dans la plus grande confusion. Je ne sais pas quelle langue parle les personnes que l'on voit de dos sur la vidéo : la langue kurde ? ou un dialecte malais (l’un d’eux prononce le mot « Malaysia » à la fin du film) ? La vidéo pourrait dater du 15 ou 16 juin.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Al Qaïm
La ville de Qaïm, à la frontière irako-syrienne, a été bombardée par l’aviation militaire irakienne. Une vidéo montre quelques dégâts :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Raffinerie de Baiji
Les combats continuent pour le contrôle de la raffinerie de Baiji, la principale du pays. L’aviation irakienne a bombardé plusieurs quartiers de la ville faisant 19 morts sans que l’on sache s’il s’agit de civils ou de combattants islamistes.

Front syrien

Damas
Quartier de Jobar – une vidéo russe mise en ligne le 23 juin montre deux chars de Bachar el-Assad engagés dans un combat de rue à travers les ruines du quartier rebelle. Très impressionnant !
https://www.youtube.com/watch?v=uGbmaSadO7s&feature=p...

Les Américains

John Kerry délivre un message confus
John Kerry délivre un curieux message : Il est venu à Bagdad pour promettre de tout faire pour aider le régime de Nouri al-Maliki à résister à l’offensive islamiste dans le nord de l’Irak et à protéger la capitale des Islamistes sunnites. Il sait pertinemment pourtant - parce que Kerry est un homme intelligent - qu’en prenant cette décision il va s’aliéner l’Arabie saoudite et les pays du Golfe pour qui la situation est due en premier lieu à la politique sectaire de Maliki et au jeu de l'Iran.
Il se rend ensuite au Kurdistan. Pour leur dire quoi ? Qu’ils doivent renoncer à leur ambition de créer un Etat kurde indépendant ? Les Kurdes sont pro-américains mais il y a des limites ! Pour eux, il n’est plus question d’un retour en arrière, vers une situation où un pouvoir central vous discute le moindre denier et où des Islamistes sunnites répandent quotidiennement le sang dans les rues du Kurdistan.
Les vrais amis des Américains dans la région sont les Kurdes et eux seuls ! Les Chiites de Nouri al-Maliki, et même les autres leaders chiites qui s’opposent à lui, se sont vraissemblablement résolus à la séparation en trois Etats distincts. C’est la seule façon, quand on y pense bien, de mettre un terme à la guerre sectaire qui ravage le pays depuis des années.

La naissance d’un Etat islamique sunnite sous la gouvernance de l’EIIL est un problème pour les Occidentaux
Et du coup, la naissance d’un Etat islamiste d’Irak et du Levant n’est plus, ni un problème chiite irakien ni un problème kurde. Il s’agit d’un problème pour l’Occident et pour lui seul en raison de l’émergence d’une zone de non droit (droit occidental s'entend !) où les Jihadistes du monde entier pourront venir se former avant de repartir dieu seul sait où accomplir leur Jihad.
Les 300 bérets verts américains envoyés d’urgence en Irak pour épauler l’armée irakienne risquent bien d’être très déçus par la combativité de l'armée qu'ils sont supposés aider. Celle-ci se bornera sans doute à protéger les lieux saints chiites, à interdire l'accès de Bagdad et à s’assurer que les Islamistes sunnites ne viendront pas menacer l’Etat chiite en gestation.

L'EIIL, les tribus et l'armée des Naqshbandis : une alliance contre nature 
Lorsque l’Irak aura éclaté en trois morceaux – ce qui est déjà pratiquement fait – les Américains devront sans doute « manœuvrer » à nouveau en direction des tribus sunnites et de l’armée des Naqshbandis pour les convaincre de se dresser contre les Islamistes de l’EIIL. On peut en effet parier que l’alliance contre nature de l’EIIL, des tribus et des anciens soldats de Saddam Hussein fera long feu.

Avoir un jeu plus équilibré entre Iraniens et Saoudiens

Il faudra pour cela qu'ils réussissent à calmer la colère des Saoudiens qui voient d'un très mauvais œil les Américains être à tu et à toi avec Téhéran. Mais se posera alors l'épineux problème des ambitions nucléaires iraniennes.  Une situation vraiment compliquée pour des diplomates américains ! On peut regretter qu’un général Petraeus n’ait été que brièvement directeur de la CIA !

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)