22/08/2014

22 juillet – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Front syrien

Les Occidentaux ont un gros problème en Syrie
Personne ne semble savoir comment faire pour mettre un terme à la guerre civile syrienne qui a déjà fait 191 000 morts et des dizaines de millions de gens malheureux (blessés, emprisonnés, violés, torturés, réfugiés, déplacés).
L’arrivée sur la scène syrienne des Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) puis de l’Etat Islamique (l’ancienne al-Qaïda en Irak du temps des Américains) a compliqué la situation au point que les Occidentaux pourraient être enclins à trouver que Bachar el-Assad pourrait encore avoir un rôle-clé pour faire face à la menace de l'Etat Islamique.
Après avoir diabolisé Bachar el-Assad, les Occidentaux pourraient être contraints de renouer les contacts avec le président syrien.
En effet, les Occidentaux, après être restés relativement indifférents à la menace représentée par les Jihadistes de l'État islamique, commencent à prendre conscience de leur dangerosité. Entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les forces de Bachar el-Assad, on ne trouve plus guère que le Front Islamique soutenu par l’Arabie saoudite et dont on ne peut pas dire qu’il défend un concept modéré de l’Islam. L’opposition démocratique que les Occidentaux appelaient de leurs vœux a été laminée en raison même des tergiversations occidentales à s'engager dans le conflit syrien. Et on ne peut que le comprendre !
Du coup les forces de Bachar el-Assad représentent la seule alternative. C’est la seule aujourd’hui qui puisse garantir le droit des minorités alaouites, chrétiennes et druzes, un droit cher au cœur des gouvernements occidentaux. Bachar el-Assad le sait et attend patiemment qu'on lui fasse un appel du pied, soit en secret, via les services de renseignement, soit par la voie diplomatique. Une victoire de la stratégie du pouvoir syrien qui a beaucoup fait pour favoriser l'apparition des Jihadistes dans le conflit syrien, en libérant en 2012, par exemple, des Islamistes notoires des geôles syriennes et en s’abstenant pendant de longs mois de bombarder les secteurs tenus par les militants de l’Etat Islamique. 
En attendant, un ancien général américain, le général Martin Dempsey, a suggéré le 21 août que l'armée américaine devrait élargir son théâtre d’opération et bombarder les Jihadistes de l’EI non seulement en Irak, mais aussi en Syrie. Cette suggestion a aussitôt été approuvée par le secrétaire à la défense américain, Chuck Hagel, qui a déclaré : « regarder toutes les options "pour arrêter l'expansion de l'État islamique, comme étant le plus sophistiqué et le mieux financé parmi tous les groupes que nous avons vus jusqu’ici. »
Cependant, ni Hagel ni Dempsey sont allés jusqu'à dire si les Américains devaient aider les insurgés syriens.

Base aérienne militaire de Tabqa (près de Raqqa – nord syrien)
Les médias de l’Etat syrien ont enfin rompu le silence concernant l'offensive menée par les Jihadistes de l'Etat Islamique contre les positions de l’armée d’Assad dans le nord. Citant une source militaire ils ont nié que les djihadistes soient entrés dans la base aérienne militaire de Tabqa, précisant qu’"un grand nombre de terroristes avait été anéanti". Selon la chaine de télévision libanaise hezbollahie, Al-Manar, et Al-Mayadeen, une chaîne pro-régime, toutes deux basées à Beyrouth, plus de 150 djihadistes auraient été tués.
La base aérienne militaire de Tabqa est la dernière position majeure du régime dans la province de Raqqa après que les jihadistes aient récemment pris le contrôe d'autres bases militaires.
L'armée syrienne riposte en utilisant au maximum sa force aérienne. Un total de 122 sorties ont été effectuées par l’armée de l’air contre les Jihadistes de l'État islamique le week-end dernier, dont 26 sur des bâtiments occupés par les Jihadistes à Raqqa même. Des missiles ont étalement été tirés sur des cibles près de la base aérienne de Tabqa  pour repousser les assaillants.
Les soldats d’Assad auraient réussi à tendre une embuscade dans la nuit du 21 au 22 août à un nombre de 200 à 300 jihadistes, dont la moitié des étrangers. Les Jihadistes se dirigeaient vers la base de Tabqa à bord de dizaines de véhicules surmontés de mitrailleuses anti-aériennes et de canons et précédés par deux camions suicide. Plutôt que d’attendre que l’attaque ne se développe, le commandant de la base a envoyé des forces spéciales de l’armée miner un endroit où il savait que les Jihadistes devaient nécessairement passer. Il a également demandé à l’armée de l’air un support aérien. Aussi, quand les camions suicide se sont lancés contre l’entrée nord de la base de Tabqa, ils ont été détruits par le tir de trois missiles anti-char Kornet. On a identifié le second  kamikaze. Il s’agit d’un Saoudien nommé Majed al-Sahim (alias Abou Hajer).
majed_sahim.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Jihadistes, qui se lançaient à l’assaut derrière les camions suicide ont voulu poursuivre  soit à pied, soit à bord de véhicules. Mais les défenseurs de la base ont alors déclenché les explosifs placés par les forces spéciales, tuant un grand nombre des assaillants, tandis que les bombardiers Sukhoï (utilisés pour la première fois dans la guerre civile syrienne) finissaient la besogne. Au total, 140 Jihadistes auraient été mis hors de combat. Parmi les Jihadistes de l’EI tués au cours de l’assaut figurent Abou-l-Mathna le Belge, Abou Saïf le britannique et Abou Sarah al-Ansari.

Daech (l’Etat Islamique) aurait exécuté un de ses dirigeants pour collusion avec les Occidentaux
Selon des comptes Twitter de l’EI, l’un de ses plus hauts responsables du mouvement jihadiste aurait été exécuté. Il était accusé d’avoir collaboré avec des services de renseignement britanniques.
Il s’agit d’Abou Obeida le Marocain. Il occupait un poste équivalent au chef des renseignements.
Il aurait été impliqué dans la mort d’un célèbre dirigeant d’Al-Qaïda,  Abou Khaled al-Souri qui commandait la milice Ahrar al-Cham, l’une des composantes de la coalition de milices pro saoudiennes, le Front Islamique.
Originaire d’Alep, Abou Khaled était très proche de la sphère des dirigeants historiques d’Al-Qaïda, dont Oussama ben Laden, son successeur Ayman al-Zawahiri, sans oublier le fondateur des « jihadistes arabes » en Afghanistan, cheikh Abdallah Azzam. Abou Khaled avait combattu en Afghanistan, en Tchétchénie, puis en Irak aux côtés de Zarkaoui, puis d’Abou Omar al-Baghdadi, le calife de l'Etat Islamique.
Abou Khaled avait été chargé par al-Zawahiri le chef d’al-Qaïda de trouver le moyen de mettre fin à la guerre impitoyable que se livraient en Syrie les deux frères ennemis d’Al-Qaïda, Daech (alors appelé Etat Islamique d’Irak et du Levant) et le front al-Nosra.
Il avait été tué lors d’une violente explosion qui avait ravagé son Q.G dans le quartier al-Halak à Alep.
Sa mort avait été imputée à Daech (Etat Islamique), soupçonné d’avoir voulu se venger de la mort de son numéro deux en Syrie Haji Bakr.
Daech lui en voulait également pour avoir intercédé en faveur du Front al-Nosra auprès de Zawahiri, ce qui avait valu à l’EI d’être désavoué par la direction d’al-Qaïda pour son engagement en Syrie, demandant aux Jihadistes de Daech de se limiter à l’Irak.

Alep
Alep - carte.png 
La guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'armée syrienne libre (ASL), le Front Islamique, les forces du régime et l'Etat Islamique se combattent les uns les autres pour des gains territoriaux infimes
Trois vidéos. La première montre des membres de la Brigade Noureddine al-Zanki (membre du Front islamique pro-saoudien) tirant à la mitrailleuse sur une position occupée par les soldats d’Assad dans le quartier de Salah ed-Dine :
https://www.youtube.com/watch?v=3DR7eVyzqVA&list=UUtk...
Ou réalisant un coup direct contre un bâtiment occupé par les soldats d’Assad dans le même quartier :
https://www.youtube.com/watch?v=pWY_1fdletU&feature=p...
Cette vidéo montre les destructions après un bombardement aux barils d’explosifs au cours de la nuit du 21 au 22 août du quartier d’al-Hulak :
https://www.youtube.com/watch?v=ioQdLqfBPTM&feature=p...

Ghouta orientale
L’armée syrienne poursuit son avancée depuis qu’elle s’est emparée de Mleiha, une ville clé dans la région. Les soldats d’Assad sont parvenus à atteindre l’usine pharmaceutique Talco à Jisrine, la plus grande de Syrie.  Un haut officier de l’armée syrienne, le colonel Adnane Omrane, directeur de la direction de la défense aérienne, a perdu la vie durant les combats
Après de laborieuses négociations, la brigade Oum al-Mou’minine a décidé de déposer les armes et de se rendre aux forces régulières. En représailles, le Front Islamique dirigé par Zahrane Allouche (pro-saoudien) a enlevé 31 miliciens de la brigade Oum al-Mou’minine, à moins qu’ils ne se soient ralliés, refusant de se rendre aux forces de Bachar el-Assad.

Adra (banlieue de Damas)
Adra est une cité industrielle située au nord-est de Damas, dans la Ghouta orientale. Le QG de l’armée islamique, la principale composante du Front islamique (soutenu par l’Arabie saoudite) vient d’être atteint par un baril d’explosifs faisant plusieurs morts :
Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=uEx7gf_g7d4&feature=p...

Un accord également à Qoddam
Un autre accord de « réconciliation » entre insurgés et l’armée de Bachar el-Assad a eu lieu dans le quartier de Qoddam, au sud de la capitale syrienne. Cet accord a permis aux habitants déplacés de rentrer chez eux.
L’accord stipule un cessez-le feu et l’installation de barrages de l’armée sur toutes les entrées du quartier. Les noms des miliciens faits prisonniers seront échangés avec ceux des soldats enlevés par les miliciens.  
Cette vidéo montre le etour de déplacés au quartier d’al-Asali après un accord de « réconciliation » :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...
Les retrouvailles des familles après une longue séparation :
https://www.youtube.com/watch?v=f7XEC3kKyEw&feature=p...

Qalamoun
Quinze miliciens du Hezbollah ont été tués dans la région syrienne du Qalamoun, proche de la frontière libanaise lors de combats avec les rebelles syriens, affirme la Coalition nationale syrienne dans un communiqué publié jeudi 21 août sur son site.
Les combats ont eu lieu dans le jurd de Fleita dans le Qalamoun, précise la Coalition, soulignant que les combattants de l'opposition syrienne ont pris le contrôle de nouveaux points dans la région.
Mardi, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) avait annoncé qu'Abou Abdallah al-Iraki, un chef irakien du groupe jihadiste de l’État islamique (EI) impliqué dans des attentats suicide au Liban, avait été tué par le Hezbollah dans le Qalamoun. Plusieurs voitures piégées en provenance de Syrie avaient pu entrer au Liban via cette région, avant que celle-ni ne soit sous le quasi-contrôle du régime et du parti chiite.

Front irakien

Un demi-million de déplacés
Le HCR mène actuellement une vaste opération humanitaire, qui a démarré mercredi 20 août, visant à aider un demi-million de personnes ayant fui les attaques des jihadistes dans le nord de l’Irak. Le HCR espère faire parvenir 2410 tonnes d'aide dans la région.

700 000 déplacés au Kurdistan
"La région du Kurdistan en Irak accueille maintenant près de 700 000 déplacés irakiens, la plupart étant arrivés début juin", a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse. Mercredi, le HCR avait indiqué avoir comptabilisé quelque 600 000 déplacés irakiens dans cette même région. M. Edwards a expliqué que le HCR n'était pas en mesure de dire si les 100 000 déplacés supplémentaires correspondaient à l'arrivée de nouveaux déplacés ou s'il s'agissait de personnes déjà arrivées au Kurdistan qui avaient décidé de s'enregistrer auprès des humanitaires.
La plupart des déplacés vivent encore dans des écoles, des mosquées, des églises, des bâtiments inachevés et ailleurs.

Les Peshmergas kurdes tentent de reprendre la ville de Jalawla
Les combattants kurdes ont lancé vendredi 22 août une offensive pour tenter de reprendre aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) la ville de Jalawla.
Jalawla, située à 130 km au nord-est de la capitale irakienne et à une trentaine de km de la frontière iranienne, est une localité stratégique sur la ligne de front d'un millier de km défendue par les forces kurdes. Elle est revendiquée par les Kurdes comme faisant partie du Kurdistan, ce que refusent d’admettre les autorités de Bagdad et les fondamentalistes de l’EI.
La ville était tombée aux mains des jihadistes le 11 août après de violents combats qui avaient fait un nombre indéterminé de morts dans les deux camps.
"Les peshmergas (combattants kurdes) ont avancé sur Jalawla à partir de différents axes" avant l'aube, a précisé Shirko Mirwais, un responsable de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), ajoutant qu'ils avaient déjà repris plusieurs positions et isolé les insurgés.

Vers une nouvelle guerre des mosquées ?
En Irak, le phénomène des attaques visant mosquées sunnites ou chiites n’est pas un phénomène nouveau. La « guerre des mosquées » fait rage depuis le printemps 2013, à coups de bombes ou même d’obus de mortier. Des dizaines d’attaques avaient eu lieu avant même l’offensive éclaire des Jihadistes de l’Etat Islamique. Mais la destruction systématique des mosquées chiites dans les régions conquises par les insurgés sunnites devait fatalement raviver les tensions sectaires déjà très vives entre la minorité sunnite et la majorité chiite.
Aujourd’hui 22 août, des hommes armés ont tiré sur des fidèles au moment de la prière du vendredi dans la mosquée sunnite Musab Omair de la région de Hamreen, de la province de Diyala, faisant au moins 70 morts et des dizaines de blessés.
Les responsables de cette attaque ne sont pas toujours clairement identifiés. Les auteurs des attaques contre les mosquées sunnites peuvent aussi bien être le fait de milices chiites, omniprésentes à Bagdad, que des extrémistes sunnites reprochant aux fidèles de ne pas adhérer à leur vision rigoriste de l’islam.
Mais il semble que dans ce cas, les terroristes soient des miliciens chiites. Le massacre pourrait porter un coup fatal aux efforts du nouveau premier ministre de rétablir la confiance entre les communautés sunnite et chiite. L’attaque pourrait être une réponse à la mort de  miliciens chiites tués au cours d'affrontements dans la région. Il pourrait également s’agir d’une vengeance après l’explosion d’une bombe près d’une patrouille de miliciens chiites enrôlés dans la lutte contre les Jihadistes de l’EI par le gouvernement. On a constaté, d’ailleurs, que ces miliciens chiites sont de plus en plus impliqués dans des assassinats sectaires brutaux, notamment à Bagdad.

Front libanais

Ersal (nord-est du Liban, à la frontière syrienne)
La tension reste très vive dans la région d’Ersal, théâtre de violents combats entre les Jihadistes du Front al-Nosra associé aux fondamentalistes de l’Etat Islamique et les soldats de l’armée libanaise.
On sait que l’armée libanaise avait subi un sérieux revers au début de l’affrontement. Celui avait été déclenché par l’arrestation « fortuite » d’un chef jihadiste, à un barrage de l’armée. Des soldats auraient été enlevés après avoir abandonné leurs positions sous la pression des combattants islamistes ou auraient déserté pour les rejoindre. On ne sait pas trop. Un grand nombre de questions sont soulevées néanmoins par cette affaire. Qui avait renseigné l’armée sur l’identité de ce Jihadiste, Imad Jomaa, arrêté alors que celui-ci semblait avoir pris l’habitude, depuis deux ans, de franchir les barrages de l’armée positionné dans la région d’Ersal sans être inquiété outre mesure. On prétend que le « tuyau » venait du Hezbollah, et était destiné à piéger l’armée libanaise et la forcer à se joindre au Hezbollah dans sa bataille contre les fondamentalistes sunnites. Autre question : Si ces militaires ont déserté, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles cette unité avait une seule couleur communautaire ? Pourquoi, enfin, est-on toujours dans l’ignorance de l’identité des déserteurs ?
Le sort de ces prisonniers de la bataille d’Ersal est aujourd’hui l’objet d’âpres discussions entre l’association des oulémas musulmans, les Jihadistes et l’armée libanaise.
Dernière question : Le commandement militaire libanais avait-il pris suffisamment de mesures pour protéger les militaires et empêcher l'effondrement de leurs positions durant les premières heures de la bataille, et pourquoi, par exemple, les soldats de l'armée sont restés de dix heures du matin jusqu'à quatre heures du soir, sans renfort et sans que rien ne soit tenté pour leur porter assistance ?
Il semble que peu de choses aient changé depuis cet affrontement. Le passage d’al-Hosn est toujours accessible sans aucun contrôle de l’armée libanaise aux Jihadistes du Front al-Nosra et de l’Etat Islamique (Daech) qui peuvent ainsi passer du Liban à la Syrie ou vice et versa.
Aujourd’hui, les négociations pour la libération des militaires libanais sont dans l’impasse. Et le Front al-Nosra a haussé le ton et proféré des menaces à l’encontre des soldats. Accusant les négociateurs de ne pas respecter leurs promesses, ils menacent de diffuser bientôt une video dans laquelle deux  soldats libanais exhorteront  l'Etat à répondre à leurs  demandes sinon un soldat sera exécuté toutes les 48 heures. Et pour marquer sa détermination, le Front al-Nosra a chassé  les membres de l’Association des oulémas musulmans d’Ersal, «parce que l’Association  nous a trahis», a déclaré l’Emir d’al-Nosra  pour la région du Qalamoun,  Abu Malik Talli.
Le chef du Front al-Nosra affirme avoir suffisamment fait pour montrer sa bonne volonté dans les négociations.  « Nous avons remis à la  délégation des soldats. Ensuite, nous leur avons donné encore et encore, puis nous avons remis à Cheikh Moustafa plusieurs militaires sans échange. Tous les militaires que nous avons remis en liberté sont  un signe de bonne volonté de notre part et de bonnes intentions. Paradoxalement,  l'État libanais ne nous a rien offert»,a-t-il affirmé.
De son côté, l’Etat Islamique (Daech) cherche à gagner du temps, afin d'acheminer plus de renforts à Ersal et n'a en fait aucune  intention de négocier.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

21/08/2014

21 août : Point sur les guerres du Moyen Orient

Barack Obama s'apprête à s’engager un peu plus en Irak
Le président américain, Barack Obama, semble être sur le point de suivre les recommandations du Pentagone d’étendre la zone autorisée pour les frappes aériennes à l’ouest et au nord de l’Irak.
Une vidéo de l’assassinat par décapitation d’un journaliste américain, James Foley, mardi 19 août, a donné l’occasion au Président américain de porter une condamnation sans appel aux Jihadistes de l’EI :
« L’Etat Islamique n’a pas sa place au XXIème siècle. » Il a appelé les alliés à l’aider à combattre les Jihadistes de l’EI pour "extraire ce cancer afin qu'il ne se répande pas".
"L'EI ne parle au nom d'aucune religion. Aucune religion ne dit de massacrer des innocents. Leur idéologie est creuse", a affirmé Obama.
"Ils ont saccagé des villes et des villages, tuant des civils innocents et non armés dans des actes de violence d'une grande lâcheté", a poursuivi M. Obama, lors d'une allocution  depuis Edgartown, dans le Massachusetts.
"Ils ont enlevé des femmes les soumettant à la torture, au viol, à l'esclavage. Ils ont assassiné des musulmans - aussi bien sunnites que chiites - par milliers. Ils s'en sont pris aux Chrétiens et aux minorités religieuses", a-t-il poursuivi
"Nous serons vigilants et implacables. Quand des Américains sont visés quelque part, nous faisons ce qui est nécessaire pour que justice soit faite", a-t-il mis en garde, appelant à "un rejet clair de ce type d'idéologies nihilistes".

Une vidéo de l'assassinat de James Foley qui pose des questions
Il y a cependant des doutes quant à cette vidéo. il pourrait s'agir d'un montage. En effet, l’analyse du film montre des invraisemblances et l’utilisation de Photoshop qui pourrait amener à la conclusion que James Foley n’a peut être pas été décapité ou en tout cas qu’il n’a pas été exécuté comme la vidéo le prétend. On pourra fournir le film de l’analyse de la vidéo sur demande seulement. A chacun de se faire une opinion en regardant l’analyse des images.

Alors pourquoi cette vidéo et pourquoi le bourreau parle-t-il avec un parfait accent britannique ?
La condamnation américaine a été rapidement suivie de celle du premier ministre britannique, David Cameron. Car le bourreau supposé parlait sur la vidéo avec un accent anglais parfait.
"Nous n'avons pas encore identifié l'individu responsable de cet acte, mais pour autant qu'on puisse en juger, il paraît de plus en plus probable qu'il s'agisse d'un ressortissant britannique", a dit aussitôt David Cameron.
"Permettez-moi de condamner l'acte barbare et brutal qui s'est produit, et permettez-moi de clairement dire qu'il s'agit là d'un meurtre, d'un meurtre sans justification aucune" a déclaré le premier ministre aux journalistes massés devant le 10, Downing street.
"C'est profondément choquant. Mais nous savons qu'un bien trop grand nombre de citoyens britanniques a voyagé en Irak et en Syrie pour s'adonner à l'extrémisme et à la violence", a-t-il poursuivi.
"Notre devoir, c'est de redoubler d'efforts pour empêcher nos concitoyens de partir là-bas", a-t-il dit.

L’intervention américaine pour aider les Kurdes à libérer le barrage de Mossoul va servir d’exemple
L’aide apportée par l’armée de l’air américaine aux Peshmergas pour qu’ils libèrent le barrage de Mossoul s’est soldé par un réel succès. Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont été défaits et contraints d’abandonner le barrage de Mossoul.
L’Etat-major américain propose désormais de se servir de cette intervention comme modèle pour de futures opérations contre les Jihadistes de l’Etat Islamique. Le modèle consiste à allier la puissance aérienne américaine massive à des forces locales sur le terrain. Ce schéma a toutes les chances de parfaitement fonctionner en Irak mais pas en Syrie. En Irak, l’administration américaine peut compter sur les Kurdes, sur de nombreuses tribus sunnites hostiles à l’Etat Islamique et sur le nouveau premier ministre irakien, Haïdar Abadi sur lequel l’administration Obama nourrit l’espoir qu’il renouera le dialogue avec les Kurdes et les Sunnites. Alors que les Américains rechignaient à se porter au secours des Chiites menacés par les Jihadistes de l’EI tant que Nouri al-Maliki s’accrochait au pouvoir, les Chiites espèrent que les Américains viendront à leur aide comme ils l’ont fait pour les Kurdes à présent que Nouri al-Maliki à été évincé du pouvoir.
«Nous avons besoin de l'appui de la force aérienne, en plus de la logistique et de la coordination du renseignement. Le Gouvernement central irakien a demandé ce soutien et nous nous attendons à ce qu’il vienne bientôt ", a déclaré Khaled Al Assadi, un politicien chiite irakien.
En attendant l’extension des frappes américaines à d’autres régions irakiennes, l’armée de l’air U.S. a procédé à 14 nouvelles frappes aériennes contre l'Etat islamique dans le nord de l'Irak a annoncé mercredi 20 août le commandement militaire américain qui couvre le Moyen-Orient et l'Asie centrale.
Les bombardements, menés à l'aide de chasseurs et de drones, se sont concentrés aux alentours du barrage de Mossoul. Ils ont permis de  détruire "six (véhicules de transport) Humvee, trois positions d'engins explosifs improvisés, un tube de mortier et deux camions armés", a précisé le Centcom.

Une solution politique voulue par les Américains en Irak
Grâce au remplacement de Nouri al-Maliki par Haïdar Abadi au poste de premier ministre, une solution politique existe désormais en Irak, ce qui n’est pas le cas de la Syrie où Bachar el-Assad n’a aucune intention de passer la main à un successeur plus à même de négocier une solution politique avec les insurgés. Une telle solution permettrait pourtant de porter l’essentiel de l’effort militaire contre les Jihadistes de l’EI qui menacent les uns et les autres.

La faiblesse du schéma américain
C’est précisément la faiblesse du schéma américain au Moyen Orient : Les Jihadistes de l’EI ont compris qu’ils devaient à tout prix se constituer une place-forte dans le nord de la Syrie alors que la puissance américaine s’interdisait de les y poursuivre. Le combat est donc inégal pour les Etats-Unis. C’est un schéma identique à celui qui existait au temps de la guerre du Viet Nam lorsque les Marines ne pouvaient poursuivre leurs adversaires au nord du XVIIème parallèle.

Front syrien

Compte tenu de ce qui a été écrit plus haut, les Jihadistes de l’EI font tout pour renforcer leurs positions dans le nord et l’est de la Syrie.
 
Daech (Etat Islamique) compterait 50 000 combattants
En Syrie, la puissance de l’EI ne cesse de se renforcer. Le nombre de Jihadistes enrôlés par l'Etat islamique (EI) aurait dépassé les 50 000 combattants rien qu’en Syrie. Les succès de l’EI en Irak et en Syrie attirent naturellement de nombreux Islamistes. C’est ainsi que 6000 nouvelles recrues auraient rejoint l’EI en juillet.
"Le nombre des combattants de l'EI a dépassé les 50 000 en Syrie, dont plus de 20 000 non Syriens", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l’homme). "Juillet a été le mois où il y a eu le plus de recrutement" depuis l'apparition de ce groupe en Syrie en 2013, avec plus de 6000 nouveaux combattants. Parmi eux "au moins 5000 combattants syriens ont rejoint les camps de l'EI à Raqqa et Alep (nord)", selon M. Abdel Rahmane, précisant que 800 d'entre eux étaient d'ex-rebelles, tandis que les autres n'ont jamais porté d'armes.
Outre les 5000 Syriens, l'EI a recruté en juillet "près de 1100 étrangers, dont des Tchéchènes, des Européens, des Arabes, des asiatiques ainsi que des musulmans de Chine" venus en grande majorité à partir de la Turquie, précise-t-il.  A ceux-là s'ajoutent 200 jihadistes qui avaient quitté les rangs du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda.
 
La bataille de Marea proche de la frontière turque
Après une série de victoires rapides par les jihadistes de l'État islamique dans le nord de la province d'Alep, les insurgés anti-jihadistes tentent d'établir une ligne de défense près de la ville clé de Marea.
Marea est une base pour les activités des insurgés anti-jihadistes au nord-ouest de la Syrie. Les Jihadistes progressent vers Marea et Azaz depuis la semaine dernière après avoir capturé plusieurs localités comme les villes de Dabiq et Akhtarin. Ils ont encore pris plus de trois villages proches de Marea, tandis que l'opposition essayait d’acheminer des renforts de l'ouest de la province d'Alep et de la province voisine d'Edleb.
Un commandement unifié a été établi par le Front islamique (soutenu par l’Arabie saoudite), l'Armée syrienne libre, et le Front révolutionnaire syrien pour lutter contre les Jihadistes de l’EI. Toutefois, on craint que les insurgés qui luttent contre l’EI manquent de munitions. Les responsables du commandement unifié espère que le Front révolutionnaire syrien ouvre les portes de ses énormes stocks d'armes – et que la Turquie les approvisionne en matériel militaire.
La Coalition nationale syrienne, l'organisation d'opposition basée à l'extérieur du pays, a exhorté la communauté internationale à "soutenir rapidement l'Armée syrienne libre en armes et munitions" de sorte qu'elle puisse "défendre son peuple". Elle est allée plus loin en demandant à la communauté "d'utiliser la force aérienne américaine, ou ceux de tout autre pays" pour soutenir les insurgés.

Les forces de Bachar el-Assad tentent de s’accrocher à leur dernier bastion dans la région de Raqqa
Les Jihadistes de l'EI cherchent également à chasser les soldats d'Assad de la province de Raqqa qu'ils veulent transformer en place-forte de leur califat. Des combats faisaient rage mercredi 20 août entre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) et l'armée syrienne qui tente de défendre l’aéroport de Tabqa, son dernier bastion dans la province septentrionale de Raqqa. Les combats pour l’aéroport militaire se sont nettement intensifiés depuis mardi soir 19 août. L’assaut jihadiste concernerait la partie sud de l’aéroport.
Les Jihadistes de l’EI utilisent un grand nombre d’armes lourdes et moyennes qu’ils ont récupérées dans les dépôts de l’armée irakienne en fuite au cours de leur offensive de juin 2014. L’armée de Bachar el-Assad réplique par d’intenses bombardements aériens et par de nombreux tirs de missiles. Depuis mercredi matin 20 août l'aviation syrienne a lancé 15 raids sur les environs de Tabqa.
Comme toujours, la rage islamiste se déverse sur  Twitter où on peut lire des messages comme :
"Les lions de l'EI ont annoncé une guerre sans merci, il est temps de décapiter les têtes des Nussairis", dénomination péjorative utilisée par des extrémistes pour désigner les Alaouites.
Ou encore :
"L'EI va purifier l'aéroport de Tabqa des restes des Nussairis".

Combats également entre Kurdes syriens et les Jihadistes de l’EI
Des affrontements opposaient mercredi 20 août dans la province de Hassaké (nord-est syrien) des combattants kurdes à ceux de l'EI.
Les combattants de l'EI auraient occupé le 19 août le le village de Jazaa proche de la frontière syro-irakienne. Les combats ont fait 10 morts parmi les combattants kurdes et 4 parmi les jihadistes.

On l’avait oublié, mais les combats se poursuivent toujours entre l’Armée Syrienne Libre et les soldats d’Assad :

Alep
Des centaines de membres de la Brigade al-Tawhid ont rejoint les insurgés pour défendre Alep à la fois contre l’armée d’Assad et les Jihadistes de l’Etat Islamique qui grignotent inexorablement du terrain dans la grande ville du nord.
Les insurgés ont fait exploser un bâtiment où étaient retranchés des soldats d’Assad dans le quartier de Salah ed-Dine :
https://www.youtube.com/watch?v=Wq5TCd_OrDg&list=UUni...

Hama – Front central
Les insurgés sunnites ne sont plus qu’à trois kilomètres de l’aéroport militaire de Hama
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Deraa (Sud – proche de la frontière jordanienne)
Visite d’une position de l’armée de Bachar el-Assad à Nava, près de la ville de Deraa. Ce qui est intéressant dans cette vidéo c’est la façon dont les soldats, engagés depuis de longs mois dans les combats se creusent la tête  pour inventer toutes sortes de moyens pour surprendre et tuer leurs adversaires :
http://www.liveleak.com/view?i=942_1408364750
En attendant, les hélicoptères de l’armée d’Assad poursuivent leurs bombardements des quartiers de la ville de Deraa aux barils d’explosifs qui font des dégâts considérables et un grand nombre de victimes :
https://www.youtube.com/watch?v=KEiLeYNknK4&feature=p...
Reste d’un baril d’explosifs qui n’a pas explosé
https://www.youtube.com/watch?v=xTOz9bvB0OM&feature=p...

Qalamoun – Proche de la frontière libanaise
La brigade 155 de l’armée d’Assad tire un missile SCUD sur une position des insurgés :
https://www.youtube.com/watch?v=ImSc-DBlZ0c&feature=p...

Front irakien

Bataille entre Kurdes et Jihadistes de l’Etat Islamique (Daech) :
Un Jihadiste prisonnier des Peshmergas est amené dans un véhicule (Vidéo de l’armée kurde) :
https://www.youtube.com/watch?v=YF2uaBarwJM&feature=p...

Echec de l’armée irakienne à Tikrit
Cela fait au moins deux mois que l’armée irakienne tente de reprendre Tikrit. Ses précédentes tentatives se sont soldées par des échecs.
Mardi 19 août, un nouvel assaut était mené par les forces irakiennes aidées par des miliciens chiites.
"L'armée irakienne et des volontaires (chiites), appuyés par des hélicoptères irakiens, participent" à l'opération destinée à reprendre Tikrit, l'ancien fief de Saddam Hussein, tombée le 11 juin entre les mains des insurgés sunnites, a indiqué un haut responsable militaire à l'AFP.
L’assaut sera de courte durée. Une forte résistance des Jihadistes de l’Etat Islamique ont obligé l’armée à interrompre son offensive après une progression assez rapide au début. Les Islamistes sunnites ont soumis les forces gouvernementales à un tir de barrage de mortiers et de mitrailleuses lourdes au sud de la ville, tandis qu'à l'Ouest, leur avancée était bloquée par la présence de tireurs embusqués et de champs de mines.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

 

18/08/2014

L'Etat Islamique - Une menace pour l'Europe et les Etats-Unis

Les Etats-Unis craignent que les Jihadistes de l’Etat Islamique commettent des attentats sanglants en Europe et même aux USA
Des responsables américains de la lutte anti-terroriste viennent de tirer la sonnette d’alarme à propos de la menace posée par les Jihadistes de l'Etat islamique (EI). Ils pensent que  le groupe musulman extrémiste ambitionne d’élargir son champ d’action en dehors du Moyen-Orient et pourrait planifier des attaques terroristes en Europe occidentale - et même sur le territoire américain.

L’Etat Islamique surarmé
La conquête par les Jihadistes de l’EI de vastes étendues de territoire en Syrie et en Irak à partir du printemps 2014 lui a permis de récupérer un arsenal impressionnant constitué d’armes souvent d’origine américaine laissé par les Etats-Unis à l’armée irakienne lors de leur retrait d’Irak. Ces armes avaient été abandonnées par les soldats irakiens en fuite, principalement sur deux bases militaires irakiennes, le Camp Speicher et la base aérienne Rashid, en Juillet dernier. Le butin des Jihadistes comprend des centaines de chars, des véhicules Humvee blindés lourds, des fusils d'assaut et des lance-grenades propulsées par fusée (RPG), ainsi que des MANPADS, des missiles sol-air qui peuvent abattre des avions volant à basse altitude.  A tel point qu’on peut aujourd’hui considérer l’Etat Islamique comme la force armée la plus puissante de tous les groupes « terroristes » au monde.
L’EI ne manque pas non plus de fonds. Le groupe terroristes a également  saisi des banques, mis la main sur de grandes quantités d'argent et des gisements de pétrole qu’il se permet maintenant de vendre, ainsi que d'autres produits de contrebande. L’EI "a beaucoup de liquidités. Il a beaucoup d'argent. Il contrôle les champs de pétrole, ils ont des raffineries. Ils ont des centaines de millions de dollars ", a déclaré un analyste américain au cours d’un briefing.
"Ils ont suffisamment de fournitures, de matériel et de munitions pour tenir cinq ans», a déclaré John Maguire, un ancien haut officier de la CIA en Irak qui conserve des liens étroits avec le gouvernement régional kurde. Grace à l'aide d'anciens officiers militaires irakiens qui ont rejoint l’EI, "ils savent comment faire fonctionner le matériel américain."
   
L’Etat Islamique a un but : le Califat
Dirigé par son chef Abou Bakr al-Baghdadi, le groupe islamiste radical cherche à recréer le « califat » au Moyen Orient en renversant les gouvernements irakien et syrien.

L’Etat Islamique veut aller plus loin
«Nous assistons à une expansion de ses ambitions terroristes externes,"  a déclaré un fonctionnaire de la lutte anti-terroriste des États-Unis lors d'un briefing pour les journalistes jeudi 14 août 2014. "Au fur et à mesure du développement de ses moyens, il a attiré des milliers de Jihadistes étrangers - dont certains rentrent chez eux pour créer des cellules » et poursuivre le Jihad.
Ces combattants étrangers donne à l'Etat Islamique la capacité d’aller plus loin et de mener des attaques en dehors du Moyen Orient.
Les agences de lutte anti-terroriste américaines avaient estimé le nombre de combattants de l’Etat Islamique à environ 10.000.  Mais ce chiffre doit être aujourd’hui réévalué et il sera probablement nettement augmenté.
 
L’armée américaine avait déjà eu à combattre ces Jihadistes
Il ya quatre ans, le groupe jihadiste, qui se faisait appeler alors « Etat islamique d'Irak », a été décimé et dispersé par les forces américaines, aidées par des tribus sunnites horrifiées par la cruauté souvent grotesques du groupe. Les membres des tribus sunnites étaient révoltés par les exécutions sommaires, les lapidations, les décapitations rituelles et même les crucifixions.

Pourquoi est-il réapparu ?
Les agents américains pensent que le groupe s’est nourri du ressentiment sunnite à l’égard de la politique pro-chiite et des discriminations contre les Sunnites menées par le gouvernement à domination chiite du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki. C’est pour cette raison que ce dernier a été contraint à quitter le pouvoir. Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont profité de la carence du pouvoir dans le nord de l'Irak pour s'emparer de larges portions du territoire. L’Etat Islamique a également recruté de nombreux prisonniers sunnites. En Juillet 2013, ils ont réussi à pénétrer dans la célèbre  prison d'Abou Ghraib pour libérer jusqu'à 500 détenus, dont des dirigeants d'Al-Qaïda.


Les succès de l’Etat Islamique attirent les Jihadistes du monde entier
Les succès de l’Etat Islamique a attiré les Jihadistes du monde entier, surtout après son entrée en guerre sur le théâtre de la guerre civile syrienne. Il a alors changé son nom, remplaçant « Etat Islamique d’Irak »  par « Etat Islamique d’Irak et du Levant » (EIIL). Il a à nouveau changé son nom en se faisant appeler « État islamique » après sa proclamation d’un califat, en référence au Califat remontant au septième siècle. Les Jihadistes étrangers ont rapidement gonflé ses rangs et compte aujourd’hui des centaines de Tchétchènes sous les ordres d’un militant à la barbe rousse, Omar al-Shishani, un ancien sergent de l'armée géorgienne connu pour sa profonde haine de l'Amérique.

Al-Qaïda souffre de la concurrence de l’EI
Il y a depuis quelques temps des signes que certains Jihadistes liés à Al-Qaida se tournent vers l’Etat Islamique et lui prêtent allégeance - malgré le désaveu porté contre l’EI par le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri.

Les craintes des Occidentaux
Les craintes occidentales que le terrorisme islamique déborde de la Syrie et de l'Irak se sont révélées fondées en Juin 2014 quand la police française a arrêté un "Jihadiste armé" qui venait de rentrer de Syrie au moment même où quatre personnes - dont deux touristes israéliens – étaient abattus par un Jihadiste dans un centre juif à Bruxelles.
Depuis lors, les autorités en Europe ont pourchassé les cellules terroristes liées à l’EI, y compris au Kosovo où les fonctionnaires de police ont arrêté cette semaine 40 suspects qui étaient revenus d'Irak et de Syrie, parmi lesquels certains avaient combattu avec ’EI. Les autorités kosovares ont également saisi des armes et des explosifs dans des dizaines d’endroits.
 
Intense propagande en faveur de l’EI sur Twitter
L’Etat Islamique et ses partisans se sont également révélés très actifs pour utiliser les réseaux sociaux, et proférer des menaces contre l'Occident, y compris les États-Unis.
"Probablement le plus frappant sont les menaces qui pullulent sur Twitter», a déclaré un responsable américain qui surveille les réseaux sociaux. "Nous avons vu des dizaines de milliers de messages par des dizaines de milliers de personnes soutenant l’EI, des menaces de faire sauter les ambassades américaines." Un message a même montré une bannière de l’EI apparemment superposée sur une image de la Maison Blanche.
Il est encore difficile de savoir si ces menaces sont réelles, car pour l’instant l’EI semble se concentrer sur sa guerre avec le gouvernement irakien. Heureusement, la démission de Maliki profondément impopulaire pourra permettre de renforcer la coopération américano-irakienne dans la lutte contre les insurgés.
 
Abou Baker al-Bagdadi, le nouveau Ben Laden
Abou Baker al-Baghdadi – qui, selon certains officiels américains doit être considéré  comme le vrai successeur ‘Oussama ben Laden - est censé être constamment en mouvement. Mais l’EI semble avoir établi un quartier général à Raqqa en Syrie du Nord, où des drapeaux noirs du groupe surmontent les bâtiments administratifs.
Comme le  président Obama a limité les frappes aériennes américaines à l'Irak, le refuge de Raqqa se trouve hors d’atteinte, a reconnu un responsable américain.
Il est clair qu’une nouvelle stratégie pour lutter contre le terrorisme est nécessaire d’urgence pour contrer la menace de l’EI.

15% des musulmans français approuvent les terroristes de l’EI selon un sondage
Jusqu'à 15% des Musulmans français affichent une attitude positive envers les terroristes de l’État Islamique.
Les jeunes Musulmans de France sont les plus nombreux à soutenir l’EI selon ce nouveau sondage.
Deux fois plus de Musulmans Français ont exprimé une opinion favorable à l’État islamique que les Musulmans de Grande-Bretagne, où le nombre de gens favorablement disposés envers l’EI s'élève à 7 pour cent, ou en Allemagne, où ils ne sont que 2 pour cent. Le sondage a été réalisé en Juillet 2014 auprès de 1000 personnes dans chacun de ces pays, âgées de plus de 15 ans (plus de 18 en Grande-Bretagne).
Cela ne veut pas dire que 15% des Musulmans français sont prêts à s’enrôler dans les rangs de l’EI mais il s’agit simplement d’une manifestation du potentiel de recrutement de l’EI dans chacun de ces pays, en raison du rejet du système existant dans son ensemble. Il s'agit d'une forme de rejet des élites, une forme de protestation .
Le sondage a été réalisé par ICM Research.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

20:59 Publié dans Abu Baker al-Baghdadi, Etat Islamique, Etats-Unis, France, Irak, Syrie | Lien permanent | Commentaires (5) | | | | |