14/08/2014

14 août – l’Etat Islamique progresse sur tous les fronts

Front Irakien

Les Etats-Unis font-ils marche arrière en Irak ?
Après avoir donné des signes que les Etats-Unis allaient se porter au secours des Kurdes, des Chrétiens et des Yazidis en Irak, Washington a brusquement fait marche arrière dans la soirée du 13 août, isolant une nouvelle fois François Hollande et sa promesse d’armer les Kurdes.

La situation des Yazidis n'est pas si tragique dit Wahshington
Le Pentagone a déclaré qu’il était peu probable qu’une mission soit engagée pour évacuer les Yazidis encerclés sur le Mont Sinjar par l'avancée des Jihadistes de État Islamique après qu’une équipe d'évaluation américaine ait  jugé la situation humanitaire moins mauvaise que redoutée.
Plus tôt dans la semaine, les États-Unis avaient annoncé avoir envoyé 130 Marines supplémentaires et des forces spéciales à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Selon certaines informations, les forces spéciales américaines avaient gagné le mont Sinjar, avec quelques membres des SAS britanniques. Ces forces spéciales avaient pour mission de récolter des renseignements en vue d’une évacuation des Yazidis, et également repérer les cibles jihadistes en vue de frappes aériennes. 
Une vingtaine de Bérets Verts américains et du personnel humanitaire ont gagné le mont Sinjar en pleine nuit pour évaluer la situation des réfugiés qui ont fui la ville de Sinjar et les villages voisins.
Selon le Pentagone l'équipe envoyée sur place aurait  constaté beaucoup moins de personnes en fuite que prévu.
En outre, les soldats américains ont déclaré que la situation s'était améliorée grâce au fait que des milliers de Yazidis avaient réussi à quitter la montagne au cours des dernières nuits, grâce aux largages de nourriture et d'eau, à la contre-offensive des Peshmergas kurdes et aussi en raison des frappes aériennes sur les cibles de l’Etat islamique. Un drone des forces américaines a d’ailleurs, détruit, mercredi 13 août, un véhicule armé des jihadistes de l'Etat islamique près de Sinjar. «Sur la base de cette évaluation, une mission d'évacuation est beaucoup moins probable," a précisé le Pentagone

Un rapport qui tombe à pic
Le rapport fait par les Forces spéciales américaines tombe bien pour le Pentagone. En effet, l’administration Obama n’avait aucune envie, voire intention, d’envoyer des troupes au sol. Or, une opération d’évacuation d’un grand nombre de réfugiés supposait la sécurisation d’un périmètre et de voies d’évacuation par des soldats sur le terrain. Cette présence comportait le risque d’un affrontement direct avec les Jihadistes qui ont déjà pris leurs dispositions pour s’abriter des attaques aériennes en se positionnant au milieu de civils.
Tant qu’Erbil ne sera pas menacé, les Etats-Unis n’interviendront pas. Or, on a constaté ces derniers jours que les Jihadistes de l’EI n’avançaient plus vers la capitale du Kurdistan.

Front syrien

L’armée d’Assad a pris le contrôle de la ville stratégique de Mleiha
Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total d'une localité clé dans la banlieue de Damas, après des mois de combats. La prise de cette ville stratégique est le premier succès des forces d'Assad après des semaines de revers dans le nord et la région du Qalamoun.
Les forces armées contrôlent Mleiha mais les combats continuent dans les vergers au nord et au sud de la ville.
Mleiha, à 10 km au sud-est de Damas, est un bastion rebelle que les forces du régime, appuyées par les combattants du Hezbollah libanais, cherchaient à reprendre depuis avril 2014. Depuis plus d'un an, la ville, vidée de ses habitants, était assiégée et la cible de bombardements. Le chef des forces aériennes syriennes le général Hussein Isaa, avait été tué en mai 2014 dans cette région.
Mleiha est une localité stratégique car elle représente le point d'accès vers la Ghouta orientale, une région arboricole tenue par les rebelles. "Sa prise de contrôle va hâter l'anéantissement des poches rebelles qui restent dans la Ghouta orientale", a dit une source militaire précisant que la localité était pleine de tunnels. Reprendre Mleiha permet au régime de protéger certaines zones de Damas des roquettes tirées par les rebelles.
Cette vidéo montre les bombardements de l’aviation d’Assad sur la localité de Mleiha avant sa prise par l'armée d'Assad :
https://www.youtube.com/watch?v=AzAxp6Y_yPQ&list=UUni...

Progression des Jihadistes de l'Etat Islamique à Alep
Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont fait une progression fulgurante au nord de la province d'Alep, le mercredi 13 juillet, infligeant de lourdes pertes aux insurgés de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique pro-saoudien.
Il semble que les rebelles de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique aient manqué d’armes et de munitions alors que leurs adversaires du Front Islamique disposaient d’une énorme quantité d’équipements grâce à  leurs récents succès dans le nord de l'Irak et la Syrie orientale.
Le Conseil suprême des forces armées a averti mercredi qu’ "Alep tombera si la communauté internationale n'intervient pas en soutien." Le problème est que personne n’est prêt à intervenir.

Yabroud, à la frontière syro-libanaise
Yabroud, qui a été le dernier bastion important des rebelles dans la région de Qalamoun, est située à 70km au nord de Damas et à proximité du Liban. La moitié de la ville est aujourd’hui occupée par l’armée d’Assad et l’autre moitié par les insurgés.
Les combats se poursuivent avec les guérilleros du Front al-Nosra tandis que l’armée d’Assad, appuyée par le Hezbollah libanais tente toujours d’occuper la totalité de Yabroud, ainsi que la vallée le long de la frontière libano-syrienne.
Pour prendre la ville de Yabroud, il faut prendre le contrôle de la montagne Mar Maroun.
Cette vidéo montre le journaliste gagner le sommet  de cette montagne, objet de combats acharnés. Si les rebelles réussissent à conquérir cette hauteur, ils pourront  contrôler toute la ville de Yabroud et la vallée. Ils auront alors la possibilité de surveiller l'autoroute reliant Damas au nord du pays.
Les soldats d’Assad  tirent périodiquement par delà les montagnes vers les pentes où sont cachées les positions adverses..
La vidéo est signée   Andrey Filatov, Viktor Kouznetsov, Alexey Pronin, Marat Musin.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
  

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

13/08/2014

Rififi politique à Bagdad - pendant ce temps le pays brûle !

Le président Massoum a désigné un nouveau Premier ministre en remplacement de Nouri al-Maliki

Lire la suite

11/08/2014

11 août 2014 – Les guerres du Moyen Orient

Irak

Toujours l’impasse politique
Dimanche 10 août, le Parlement irakien ne s’est toujours pas mis d’accord, malgré l’urgence et les pressions internationales, sur le choix d’un nouveau premier ministre et a fixé la prochaine session au  19 Août.
"Il ne peut y avoir aucune explication pour ce retard", a déclaré Ammar Toma, un député chiite. "Il ya des questions importantes sur la table: la situation sécuritaire et les personnes déplacées."
L'Assemblée législative irakienne, élue le 30 Avril, a échoué pendant des semaines à se mettre d’accord sur le choix d’un nouveau premier ministre malgré l'offensive des Jihadistes sunnites. Ces dernières semaines, elle a pourtant réussi à trouver un consensus pour choisir un nouveau président du Parlement parmi la communauté sunnite et un président appartenant à la communauté kurde, mais les partis se disputent toujours sur le choix d'un Premier ministre chiite, Nouri al-Maliki, le premier ministre actuel, très contesté, se battant pour conserver le pouvoir.

Une autre mauvaise nouvelle pour l’Irak
Nouri al-Maliki avait saisi la Cour fédérale accusant le nouveau président, Fouad Massoum, un Kurde, d'avoir enfreint la constitution en ne confiant pas à son parti la charge de désigner le futur chef du gouvernement.
La Cour suprême fédérale irakienne vient de lui donner raison, lundi11 août. Elle donne le droit au Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki,  de former un nouveau gouvernement. Maliki dispose au Parlement du bloc le plus important à l’issue des dernières élections.
C’est un mauvais coup pour l’Irak, même si légalement il n’y a rien à reprocher à cette décision de la Cour fédérale. Nouri al-Maliki a en effet une lourde responsabilité dans la révolte de Sunnites pour avoir attisé les tensions confessionnelles en donnant la priorité à la communauté chiite à laquelle il appartient. Cette politique sectaire a facilité l'offensive des jihadistes sunnites de l'Etat islamique (EI) en lui assurant le soutien de la population sunnite révoltée. Les Américains s’étaient beaucoup démenés pour tenter de convaincre des groupes parlementaires hostiles à Maliki de s’unir pour présenter leur propre candidat.

Sur le théâtre des opérations

Le barrage de Mossoul est bien entre les mains des Jihadistes de l’Etat Islamique
Les Kurdes avaient prétendu ne pas avoir perdu le contrôle du barrage de Tel Kaif Ninive, le barrage de Mossoul. Mais ces deux vidéos récentes attestent que les Jihadistes contrôlent bien cet ouvrage. Ils peuvent désormais décider de l’approvisionnement du nord du pays en eau et électricité :
https://www.youtube.com/watch?v=96PfqbAYQiI&feature=p...
et
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Kurdistan

Les Kurdes ont forcé la main des Occidentaux:
Les Kurdes étaient bien seuls face aux Jihadistes de l’Etat Islamique. Leurs lignes étaient étirées en raison des soudains gains territoriaux qu’ils avaient fait suite au brutal effondrement de l’armée irakienne basée dans les régions sunnites.
Depuis l’armée irakienne, qui se battait plus proche de ses bases et aussi beaucoup plus motivée à protéger les régions chiites dont la majorité des soldats étaient originaires, s’était ressaisie.
L’armée de l’air irakienne poursuivait, jour après jour, la destruction du matériel militaire, la plupart du temps d’origine américaine, que les Jihadistes avaient récupéré des stocks de l’armée dans les régions conquises. Et ces frappes étaient extrêmement efficaces comme en témoigne cette vidéo du ministère de la défense irakien :
https://www.youtube.com/watch?v=oM0T-Eczt3k&feature=p...
Mais les jets de l’armée irakienne n’ont prêté aucune assistance aux Peshmergas, les laissant seuls face à leurs adversaires.
C’est pourquoi, lorsque les Jihadistes ont attaqué la ville à majorité chrétienne de Qaraqosh, les Kurdes sunnites ont entrepris un brutal retrait en plein milieu de la nuit, laissant la localité ouverte aux Jihadistes et provoquant un exode massif de la population. Le message était clair : C’est à la communauté internationale de défendre les Chrétiens. Les Kurdes avaient bien remarqué que le sort des Chrétiens concernait au plus haut point l’Etat français qui multipliait les déclarations de soutien.
Le calcul était juste. Presqu’instantanément, Américains puis Français et Britanniques ont accouru à l’aide. Et cette fois-ci, ce sont les Kurdes qui vont bénéficier de la puissance militaire U.S. Les jets et les drones américains bombardent bien des cibles jihadistes en Irak mais essentiellement en soutien aux Peshmergas. Pas une seule frappe n’a encore concerné une cible jihadiste dans le reste du pays. Le risque serait trop important de devenir parti prenante dans le conflit sunnite-chiite.

Breaking news : Les Américains ont commencé à donner des armes aux Kurdes
Des sources haut placées du Pentagone ont révélé que l’administration Obama avait commencé à fournir des armes aux Peshmergas.

Une autre minorité est menacée par les Jihadistes : les Yazidis
Pour montrer leur  bonne volonté, maintenant que les Occidentaux ont accouru à leur rescousse, et pour prouver le bien fondé de cette aide, les Kurdes se sont portés aussitôt à l’aide d’une autre minorité menacée : les Yazidis
On craint qu’au moins 500 membres de la communauté Yazidi ont perdu la vie au cours de l’offensive des Jihadistes contre la ville de Sinjar, une ville où la population appartenait en majorité à la communauté yazidi.
Les Jihadistes auraient enterré vivants certaines de leurs victimes, y compris des femmes et des enfants. Des rumeurs prétendent également que 300 femmes auraient été enlevées.
Les Kurdes, aidés de leurs frères syriens auraient réussi à se frayer un chemin jusqu’aux monts Sinjar où des dizaines de milliers de Yazidis avaient fui l’avancée des Jihadistes, pour en évacuer 15000 à 20000 vers le Kurdistan syrien avant de les faire passer au Kurdistan irakien. Mais il en reste encore des milliers errant dans les montagnes sans eau et sans nourriture. 
C'est pour les aider que l’armée de l’air américaine a parachuté au-dessus des monts Sinjar de la nourriture et de l’eau :
https://www.youtube.com/watch?v=L8r7XlI-KCs&list=UUNE...

La localité kurde de Jalawla est tombée aux mains des Jihadistes de l'Etat Islamique
Jalawla fait partie des territoires du nord de l'Irak que les dirigeants du Kurdistan irakien souhaitent intégrer à leur région autonome. Mais les Peshmergas n’ont pu résister à l’offensive des Jihadistes de l’Etat Islamique. Ceux-ci viennent de s’emparer de cette localité. Cette vidéo montre le combat désespéré des Peshmergas contre les Jihadistes : 
https://www.youtube.com/watch?v=H6dgy8hjtn8&feature=p...


Front syrien

Alep
L’aviation de Bachar el-Assad a multiplié les raids sur divers fronts pour tenter de mettre un terme à la série de revers que les forces fidèles à Assad ont subi ces dernières semaines. Les bombardements ont été particulièrement intenses à Alep où 35 personnes ont perdu la vie.
https://www.youtube.com/watch?v=lpadvqACczs&feature=p...
Au total, ce sont 84 personnes qui ont été tuées dans l’ensemble du pays au cours de la journée du dimanche 10 août.

102.054 morts confirmés en Syrie
Le Centre de Documentation des Violations a confirmé le décès de 102.054 personnes en Syrie depuis l’éclatement de la révolte en mars 2011I.
73.561 d’entre elles sont des civils

L’Etat Islamique conforte ses positions à Raqqa :
Les Jihadistes de l'Etat Islamique ont saisi beaucoup de matériel appartenant à la division mécanique du Bataillon 93 qu’ils ont anéanti au nord de Raqqa :
https://www.youtube.com/watch?list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU...

Aéroport de Damas
Les rebelles contrôlent de nouvelles positions autour de l’aéroport de Damas.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espionsà

14:50 Publié dans Alep, Bachar el-Assad, Damas, Etat Islamique, Irak, Kurdistan, Mossoul, Nouri al-Maliki, Peshmerga, Raqqa, Syrie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |