20/06/2014

Le Hezbollah perd 40 combattants autour de Rankous

Rankous

Rankous comptait Ville 25 000 habitants quand la guerre civile a éclaté en Syrie. La localité est située à 30 km au Nord de Damas et est située dans une région montagneuse à proximité de la frontière libanaise. La ville était tombée aux mains des opposants au régime de Bachar el-Assad mais a été reprise par le Hezbollah libanais pour le compte du régime le 10 avril 2014.

Nouveaux combats depuis le 13 juin 2014

Depuis le mois de juin, des combats sporadiques ont lieu dans le jurd autour de la localité où des centaines de miliciens anti-régime continuent le combat. 
Les rebelles ont affirmé aujourd'hui, 19 juin 2014, avoir tué 40 membres du Hezbollah libanais dans des combats autour de Rankous :
https://www.youtube.com/watch?v=tW_55E2SB8o
Les 13 et 14 juin le Hezbollah avait déjà perdu 29 miliciens

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

 

00:18 Publié dans Hezbollah, Rankous | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

17/06/2014

Nouvelles de la guerre Sunnites/Chiites

Le front syrien

Offensive imminente des rebelles soutenus par l’Arabie saoudite à Damas
On s’attend à une offensive imminente vers le centre de Damas. Le Front islamique, financé et armé par l’Arabie saoudite, aurait progressé depuis quelques jours vers la place des Abassides à partir du quartier de Jobar.
Il s’apprêterait à lancer une offensive baptisée « Kasr al-aswar » - Briser les murs en arabe (sous-entendu de Damas). Le chef du Front islamique, Zahran Aloush, serait déjà à Jobar pour commander l’offensive.

Vidéos des opérations militaires près de la place des Abbassides
Une première vidéo montre les insurgés à proximité immédiate de la place des Abbassides. Le cinéaste filme l’explosion gigantesque suivie de fusillades :
https://www.youtube.com/watch?v=AOGzrv4Sm24&feature=p...
Cette autre vidéo montre l’explosion du bâtiment visé qui était occupé par les miliciens du régime (appelés Shabbiha par les rebelles) à proximité de la place des Abbassides :
https://www.youtube.com/watch?v=ZACNMHvEHqE&feature=p...
Cette dernière vidéo montre le résultat de l’explosion et ce qu’il reste du bâtiment :
https://www.youtube.com/watch?v=JJCfChdOqVo&feature=p...

Les rebelles syriens aidés et financés par l’Arabie saoudite prennent un poste à la frontière entre l’Irak et la Syrie
L’Armée Syrienne Libre vient de prendre le poste de Qaïm à la frontière entre l’Irak et la Syrie. Qaïm est une localité irakienne qui avait donné beaucoup de fil à retordre aux troupes U.S. La localité fait face à la localité syrienne de Boukamal. Le fait que ce poste frontière échappe au contrôle de l’EIIL me fait tirer deux conclusions :
1 – Les tribus sunnites agissent sur ordre de l’Arabie saoudite. Or le royaume wahhabite a visiblement l’intention d’assurer des voies d’approvisionnement en hommes et matériel vers les groupes rebelles syriens qu’il soutient.
2 – La coopération militaire entre l’EIIL et les tribus sunnites pourrait bien ne durer qu’un temps. Dans un avenir plus ou moins lointain, on devrait assister à un nouvel affrontement entre les guérilleros de l’EIIL et les membres des tribus.

Précisions sur la bataille de Kassab – Forces en présence
Les combats pour le contrôle de Kassab, à la frontière turque, ont impliqué des combattants du Hezbollah, et les forces spéciales de l'armée syrienne, appuyés par des combattants de nationalités arabes et iranienne. Les insurgés appartenaient à la brigade Ahrar alCham (islamiste – membre du Front islamique pro-saoudien), le mouvement de Cham al-Islam (islamiste – membre du Front islamique pro-saoudien), katiba ansar al-Cham, la brigade de Cham, le groupe des Fils de Qadisiyah, le rassemblement  Chamouna, et des brigades islamiques.

Armes françaises à Kassab
Cela dit, l'armée syrienne a récupéré dans la ville de Kassab des missiles Milan (armes française antichars) -

Armes françaises à Kassab.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette photo mise en ligne par un site du Hezbollah est supposée confirmer ces affirmations. On savait qu’un contrat d’achat d’armes françaises  par l’Arabie saoudite avait été signé en janvier 2014. Il portait sur 3 milliards de dollars et était supposé avoir pour but de renforcer l’armée libanaise. Les armes trouvées à Kassab font elles partie du contrat d’achat ? ou s’agit-il d’une intox ou encore d’une autre source d’approvisionnement, comme la Libye, par exemple ? Il faut se souvenir que des Missiles Milan avaient été fournis aux insurgés libyens pour lutter contre les forces fidèles à Mouammar Kadhafi. Certains de ces missiles avaient atterri entre les mains des insurgés au cours de la bataille de Baba Amro (Homs) mais les postes de tirs avaient été détruits par des bombardements intensifs de l’armée syrienne.

Le front irakien

La prise de Tal Afar par l'EIIL confirmée
Les insurgés sunnites ont confirmé la prise de la ville de Tal Afar, à l’ouest de Mosoul, une ville peuplée majoritairement de chiites turkmènes. Les Islamistes sunnites ont également progressé dans la province de Diyala. Ils ont pris le contrôle de la ville d’al-Adhim.
Par contre, ils n’ont pas réussi à s’emparer de Baqouba, une ville importante située à 60km au nord de Bagdad. Les insurgés avaient lancé une attaque dans la nuit du 16 au 17 juin contre la localité, et ils avaient réussi à s'emparer de plusieurs quartiers avant d’être repoussés par les forces de sécurité.

Nombreux morts de part et d’autre
Les autorités affirment avoir tué près de 279 Islamistes à la suite du bombardement aérien d’un convoi au nord de Bagdad. Il est difficile de confirmer l’exactitude des chiffres. Il est certain qu’à la vue des vidéos diffusées sur le net, on comprend qu’en cas de  bombardement d’un convoi, le nombre des victimes ne peut être que très élevé, les Islamistes progressant dans le plus grand désordre au milieu de la foule.
En ce qui concerne les vidéos et images de massacres de prisonniers par les guérilleros de l’EIIL, il est, là aussi, difficile de les authentifier mais ils sont crédibles car l’EIIL a une longue tradition de telles exécutions.

L’EIIL et l’armée de Naqshbandi formeront un commandement uni
L’EIIL et l’Armée de Naqshbandi - un groupe sunnite comptant dans ses rangs d’anciens officiers de l’armée de Saddam Hussein et dirigé par l’ancien vice-président du régime de Saddam Hussein, Ezzat Douri - ont décidé de former un commandement uni en Irak.
Selon la chaîne de télévision panarabe Al-Mayadeen, les commandants du groupe de l’EIIL et de l’Armée de Naqshbandi ont participé à une réunion au sud de Mossoul au cours de laquelle il a été décidé de former un commandement militaire uni sous la direction d'Ezzat Al-Douri.
Il a également été prévu que 5% des véhicules militaires saisis auprès de l’armée irakienne seront transférés en Syrie.

5000 volontaires iraniens prêts à se rendre en Irak
Quelque 5.000 Iraniens se sont portés volontaires pour défendre les lieux saints chiites en Irak face à l'offensive des Islamistes sunnites.  L'Irak compte, en effet,  plusieurs lieux saints chiites, à Najaf et Kerbala, au sud de Bagdad, et à Samarra au nord de la capitale. Selon le site, Tabnak, l'appel a été lancé par l'organisation "Quartier général populaire des défenseurs des sanctuaires chiites" et les volontaires peuvent s'inscrire sur le site www.harimshia.org (sanctuaire du chiisme, en persan) ou par SMS.
"Les inscrits sont organisés en unités (...) et si l'ordre est donné par le guide suprême (l'ayatollah Ali Khamenei), ils se rendront en Irak pour défendre les lieux saints".

Liban

Psychose à Beyrouth
Les forces de sécurité du Hezbollah et les forces de sécurité intérieure (FSI) se sont déployées en masse à l'entrée de la banlieue chiite de Beyrouth, le Dahiyé, par crainte d'attentats islamistes dans le quartier.

 Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

 

 

14/06/2014

Regain de tension à la frontière libano-syrienne

Les combats ont repris dans la région montagneuse de Rankous

Rankous est une localité syrienne située dans la région montagneuse du Qalamoun. Cette région a été le théâtre d’une longue bataille entre les Islamistes du Front al-Nosra et certains éléments de l’Armée Syrienne Libre, d’un côté, et les forces fidèles au régime appuyées par le Hezbollah libanais, de l’autre. La bataille a duré d’octobre 2013 à avril 2014 et s’est soldée par une victoire du régime et du Hezbollah.

Rankous avait été reprise par le régime et le Hezbollah le 9 avril 2014
Rankous est l’une des dernières localités à avoir été reprise par le régime. La ville rebelle est tombée le 9 avril 2014. Les derniers combats ont eu lieu dans les fermes à la périphérie de la ville car les rebelles avaient accepté une demande des notables de ne pas combattre à l'intérieur de la localité. Pour parvenir à déloger les derniers guérilleros du Front al-Nosra, les forces du régime ont utilisé des obus chargés d’un gaz chloré.

3000 à 4000 rebelles sont toujours présents dans le Qalamoun
On croyait en avoir fini avec les combats dans cette région. On croyait la frontière entre le Liban et la Syrie sécurisée et imperméable au passage de jihadistes. On avait tort. Depuis deux jours, depuis le 12 juin, les combats ont repris dans la région de Rankous. Malgré la fin de la bataille du Qalamoun, 3000 à 4000 miliciens sont toujours retranchés dans le jurd jouxtant l'Anti-Liban. Ceux-ci sont en contact avec les groupes déployés dans le jurd du côté libanais et avec les groupes armés de Zabadani dans la province nord de Damas.

29 Hezbollahis ont perdu la vie en deux jours

Le 13 juin, une quarantaine de combattants ont tenté de s’introduire à l’intérieur de Rankous. Ils ont été repoussés mais les combats se poursuivent tout autour de la ville et il semble que les pertes soient importantes de part et d’autre. On a appris, par exemple, que 29 combattants du Hezbollah libanais ont perdu la vie au cours des deux derniers jours.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

16:59 Publié dans Front al-Nosra, Hezbollah, Rankous, Syrie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |