29/08/2014

29 août 2014 : Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Le Moyen orient à feu et à sang

Que ce soit en Irak, en Syrie, au Liban, au Yémen, en Libye, en Tunisie ou en Egypte, on se bat partout au Moyen orient. Les conflits font resurgir des antagonistes vieux de plusieurs siècles, entre ethnies ou tribus, entre Arabes et Perses dans des pays où les frontières sont souvent artificielles, créées par les anciennes puissances mandataires au lendemain de la première guerre mondiale. Les lignes de fracture sont confessionnelles et même à l’intérieur d’une communauté, l’affrontement porte sur des questions dogmatiques qui concernent la plupart du temps l’application de la loi musulmane, la charia.

Le virus e-Mollah de l’Etat Islamique
L’opinion internationale, qui avait longtemps détourné le regard, prétextant l’impuissance ou la non-ingérence dans les affaires d’autres Etats, s’est retrouvée confrontée à une violence et une cruauté inouïe, mise en ligne jour après jour par les nouveaux mollahs de l’Etat Islamique, d’où le nom d’e-Mollahs. Forts de leur tout nouveau « califat » qui recouvre à présent une portion importante des territoires de l’Irak et de la Syrie, les fondamentalistes de l’EI attirent des foules de candidats au jihad qui contribuent à leur tour au renforcement du mouvement extrémiste.

La zone des combats ne cesse de s’étendre
Le phénomène de l’Etat Islamique (EI), appelé alors Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL) a pris une importance croissante tant en Syrie qu’en Irak. Ils ont profité du chaos syrien, de la faiblesse de la rébellion syrienne, déficiente sur le plan du commandement comme de l’armement, morcelée, parfois corrompue, de la crise politique entre un pouvoir chiite sectaire en Irak et une population sunnite de plus en plus exaspérée et de la faiblesse institutionnelle du Liban. Aujourd’hui, la région toute entière semble au bord du gouffre.

L’élection d’un nouveau président en Iran, Hassan Rohani, avait fait naître l’espoir
La lueur d'espoir qu'avaient constituée l’élection de Hassan Rohani à la présidence de l’Iran et la soudaine visite du ministre adjoint des Affaires étrangères iranien, chargé du monde arabe, à Riyad, n’a pas, malheureusement, permis d’apaiser les tensions. L’hostilité entre, d’une part, l’Iran et la communauté chiite, et, d’autre part, l’Arabie saoudite et la communauté sunnite, reste toujours aussi vive. Un accord entre les deux puissances régionales n'est pas encore en vue, même dans le cadre de « la grande bataille contre l'EI », déclenchée officiellement par les États-Unis et consacrée par le Conseil de sécurité de l'Onu.

L’argent coule à flot dans les caisses de l’Etat Islamique
On en est toujours, d’ailleurs, au stade de la suspicion en ce qui concerne les relations qui pourraient exister entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les pays du Golfe, dont l'Arabie et le Qatar, ou tout au moins de certains richissimes mécènes originaires de ces pays.
L'argent continue d'affluer dans les caisses de l'EI. Cet argent semble provenir des pays du Golfe, notamment le Koweït, le Qatar et l'Arabie, sachant que le million de dollars quotidien gagné par ce groupe grâce à la vente du pétrole, via la Turquie, suffit à peine à acheter les munitions, l'EI ayant besoin d'autres revenus pour assurer la survie de l'État islamique qu'il a fondé.

Les Saoudiens constituent le gros des troupes de l’EI
Selon les sources libanaises, plusieurs milliers de combattants originaires du royaume saoudien auraient rejoint l'EI. La pensée jihadiste est bien ancrée au sein de la hiérarchie religieuse saoudienne et au sein de la base populaire. Même chose au Koweït, où des manifestations pro-EI ont eu lieu, et en Jordanie, où la province de Maan est quasiment acquise aux thèses extrémistes.

Aujourd'hui, la monarchie saoudienne a pris peur. Elle se sent menacée par les Jihadistes qui pullulent dans le royaume. C’est pourquoi les autorités sécuritaires du royaume exercent à présent de fortes pressions sur les ulémas dans une tentative de les pousser à promouvoir la « modération », décrétée par le roi Abdallah dans son dernier discours à la nation. Elles ont même annoncé l'arrestation d'une dizaine d'ulémas qui n’ont pas respecté les instructions royales. Aux Émirats arabes unis, les autorités ont carrément ordonné aux ulémas qui prêchent dans les mosquées de s'inspirer de la doctrine d'al-Azhar en Égypte, au lieu de la ligne religieuse wahhabite. C'est dire combien « le mal takfiriste » est bien ancré au sein de la hiérarchie religieuse saoudienne et au sein de la base populaire.

Les pays du Golfe ont joué avec le feu
Il est aujourd’hui de notoriété publique que les pays du Golfe arabo-persique et l’Arabie saoudite ont joué avec le feu en laissant ce phénomène s'amplifier chez eux. Au début de la révolte syrienne, les autorités religieuses voulaient mobiliser les jeunes pour qu'ils aillent combattre contre le régime syrien de Bachar el-Assad. Et lorsque le premier ministre irakien, un chiite, s’est mis à mener une politique anti-sunnite, le royaume saoudien et les Emirats ont là encore joué avec le feu en poussant les tribus sunnites à se rebeller et même à s’allier avec les Jihadistes de l’EIIL pour « libérer » les provinces sunnites de « la main de l’Iran ». Les autorités saoudiennes ou émiraties ont beaucoup fait pour abattre les régimes honnis de Bachar el-Assad et Nouri al-Maliki, supposés alliés à l’Iran, sans penser aux risques internes et à la menace que pourrait constituer les Jihadistes pour leurs propres pays et pour l'ensemble de la région. Tout cela avec l'indifférence bienveillante des États-Unis toujours prompts à "idéaliser" la liberté religieuse.

Des réactions pas à la hauteur de la menace représentée par l’Etat Islamique
Au début, les États-Unis n’ont pas bien compris la menace que représentaient les Jihadistes de l’EI. Ils ont commencé à réaliser le danger lorsque les combattants de l'EI ont progressé vers Erbil au Kurdistan ou se sont approchés de la frontière avec l'Arabie (ils ne sont plus séparés du royaume wahhabite que par une centaine de kilomètres de désert) ou encore de celle avec la Jordanie, où ils ont pris le contrôle d’un poste-frontière. C’est alors que le roi Abdallah d'Arabie a demandé aux tribus sunnites irakiennes proches de la frontière saoudienne de combattre l'EI au cas où celui-ci songerait à entrer sur le territoire saoudien. Et c'est à partir de ce moment que la communauté internationale et les pays du Golfe ont commencé à réagir et à réclamer une alliance pour la lutte contre le terrorisme. Mais même aujourd'hui, la position saoudienne reste ambiguë.
 
Une politique saoudienne ou des Emirats du Golfe ambiguë
L’ambigüité de la position saoudienne ou émiratie vis-à-vis de l’Etat Islamique tient au fait que les Jihadistes jouent un rôle en tenant en échec la progression de l’Iran et de ses alliés dans la région. Le royaume saoudien et les pays du Golfe arabo-persique sont prêts à lutter contre les Jihadistes lorsque ceux-ci les menacent directement, mais continueront de les soutenir plus ou moins discrètement, financièrement et matériellement, lorsque ceux-ci se bornent à constituer un danger pour l’Iran et ses alliés. 
Certaines puissances régionales et internationales continuent à croire que l'EI, s'il est contenu, peut être utile dans la lutte contre l'Iran et ses alliés dans la région.

Front syrien

Vers une internationalisation de la guerre civile syrienne ?
Le président américain Barack Obama, dont le pays mène depuis le 8 août 2014 des frappes contre l'EI en Irak, continue de tergiverser sur l’extension de la mission de l’armée de l’air américaine en dehors du nord de l’Irak. Pour l’instant , il reste hostile à donner à l’US Air force l’ordre d’effectuer des missions de reconnaissance au-dessus d’une plus large portion du territoire irakien ou au-dessus du territoire syrien pour lutter contre les jihadistes.
De son côté, Damas s’est déclaré prêt à coopérer avec la communauté internationale. Il n’y a à cela rien d’étonnant étant donné que les autorités syriennes avaient tout fait pour démontrer au monde entier qu’elles luttaient contre la menace jihadistes, une menace pour le monde entier. Mais pour l’instant, l’éventualité d’une coopération entre Damas et la communauté internationale ne semble pas à l’ordre du jour. 

Damas
L’armée syrienne poursuit son offensive, avec une violence inouïe, contre le quartier de Jobar à l'est de Damas. L’objectif est de reprendre aux rebelles ce secteur stratégique. L'armée d’Assad est secondée par le Hezbollah, la milice chiite libanaise.
Tenu depuis un an par les insurgés, le quartier de Jobar est un verrou stratégique car s'ils franchissent la place des Abbassides adjacente, ils peuvent atteindre le coeur de Damas. En outre, ce secteur ouvre du côté est sur la région de la Ghouta orientale, véritable bastion de la rébellion dans la province de Damas.
"Depuis hier (jeudi 28 août) une opération militaire a commencé à Jobar (...) pour anéantir les poches terroristes", a indiqué à l'AFP une source de sécurité en référence au terme utilisé par le régime syrien pour désigner les rebelles.
"Un grand nombre de terroristes ont péri, leurs repaires et des tunnels ont été détruits", a poursuivi cette source.
Selon l'agence officielle Sana, l'armée a tué "des dizaines" de rebelles "dont un Jordanien et un Saoudien", et ont pris "le contrôle de plusieurs immeubles".
Il s’agit de la plus grande offensive visant Jobar depuis sa prise par les rebelles à l'été 2013. Au moins 18 raids jeudi et 15 vendredi ont visé ce quartier déserté depuis longtemps par ses habitants. Jobar est composé de grands immeubles où vivait avant la guerre une classe moyenne.
Cette extraordinaire vidéo montre l'offensive menée par des chars contre le quartier de Jobar. Ici, des tanks T-72 de Bachar el-Assad, équipés de caméras GoPro, tentent de progresser vers les positions de l’adversaire. Trois T-72 auraient été détruits par les missiles antichars des rebelles :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo du côté des rebelles :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les rebelles ont réussi à faire exploser un immeuble occupé par les soldats d’Assad et les Shabbiha :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Les combats ont été très couteux en hommes et matériel pour les troupes d’Assad. Les rebelles affirment avoir détruit trois chars, un véhicule blindé transport de troupes et tué environ trente soldats d’Assad.
http://www.liveleak.com/view?i=89c_1409322169
Cette vidéo montre des combattants chiites :
http://www.liveleak.com/view?i=4c3_1409322391

Raqqa
On craignait pour la vie de centaines de prisonniers militaires et supplétifs après la prise de la base 17, fin juillet, et celle de l’aéroport de Tabqa, dimanche 24 août. La réponse n’a pas tardé à venir. Les jihadistes de l'État islamique (EI) ont exécuté mercredi 27 et jeudi 28 août plus de 160 soldats syriens qu'ils avaient capturés lors de la prise de positions de l’armée dans la région de Raqqa.
Plusieurs centaines de défenseurs de la base aérienne de Tabqa ont quand même réussi à s’enfuir vers la localité d'Esraya, dans la province de Hama, encore aux mains du régime.
Cette vidéo montre l’interrogatoire d’un officier syrien. Les Jihadistes lui demandent « qui est ton père ? ». Il donne une réponse, mais les Jihadistes de l’EI se moquent de lui et lui disent « tu ne peux pas connaître le nom de ton père puisque tu es un batard ! »
Quand on lui demande pourquoi il n’a pas déserté, il répond que cela n’aurait servi à rien car il aurait aussitôt été réincorporé dans l’armée. Les Jihadistes lui rétorquent : « Ils t’auraient renvoyé à l’armée mais nous on va te massacrer et te renvoyer en enfer ! »
Vidéo de l’interrogatoire :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Cette vidéo, diffusée sur I télé, montre les soldats syriens prisonniers amenés en sous-vêtements vers le lieu de leur exécution. Les scènes des exécutions ont été retirées :
http://www.liveleak.com/view?i=732_1409240134

Deir ez-Zhor
Six chefs du groupe jihadiste l'Etat islamique (EI) ont été tués jeudi 28 août dans un raid ciblé mené par l'armée de l'air syrienne sur une maison dans la ville de Mohassan, dans la province de Deir ez-Zhor. Cette province est tombée entre les mains des Jihadistes de l’EI le 3 juillet dernier.
Les chefs de l’EI étaient réunis dans la maison d’un ancien officier de l’armée syrienne, Soukr al-Ahmad, qui avait rejoint la rebellion avant de prêter allégeance à l'EI.
C’est grâce à cet officier que l’EI avait réussi à capturer la localité de Mohassan. Soukr al-Ahmad figurerait parmi les responsables de l’EI décédés au cours du raid aérien.

Plateau du Golan : Les Islamistes sont à la frontière d’Israël
Le Front al-Nosra, la branche d'el-Qaïda en Syrie, s'est emparé du poste frontière syrien de Kouneitra, à la frontière avec le plateau du Golan occupé par Israël, avec l'appui d'autres mouvements islamistes, parmi lesquels des membres du mouvement égyptien Beit el-Maqdis, très actif dans le Sinaï. Inutile de dire que l’Etat-major israélien suit avec beaucoup d’attention l’arrivée de ces Islamistes à sa frontière immédiate.
Le poste capturé par les fondamentalistes n’est distant que de 200 mètres du secteur israélien.
Cette position était surveillée par les Nations unies et on a appris peu de temps après que 43 (47 selon des sources russes) Casques bleus de la FNUOD, originaires des îles Fidji, avaient été pris en otage au cours de cette opération.
Le Front al-Nosra s’était beaucoup renforcé dans la région grâce à l’afflux de nombreux membres de l’organisation jihadiste chassés de la province de Deir ez-Zhor conquise par les Jihadistes de l’EI.
Pour tenter de chasser les Islamistes d’al-Nosra, les avions de l'armée syrienne ont bombardé leurs positions à proximité immédiate de la frontière israélienne, excitant encore un peu plus la nervosité des soldats de Tsahal.
Les combats entre Islamistes et soldats d’Assad auraient fait 20 morts dans les rangs de l'armée syrienne et 14 dans ceux des rebelles.
Les rebelles syriens s'étaient déjà emparés brièvement l'an dernier du poste de Qouneitra. Ils tiennent désormais de nombreux villages du secteur.
Vidéos :
Vidéo côté du Front al-Nosra
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
et :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo côté armée d’Assad :
Cette vidéo montre les soldats d’Assad au combat contre les Jihadistes du Front al-Nosra à proximité immédiate de la frontière israélienne sur le Golan :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Guerre entre Jihadistes de l’EI et combattants kurdes de l’YPG à Kobané (Aïn el-Arab) et Rabia
42 membres de l’Etat Islamique auraient trouvé la mort dans de violents affrontements avec des combattants de l’YPG, le comité de protection du peuple kurde, au cours des dernières 48 heures à Rabia et Aïn el-Arab, à la frontière turque.
L’objectif des Jihadistes était de fermer le corridor de sécurité entre le Mont Sinjar et Rojava, et compléter la main-mise sur Sinjar, la ville yazidie en Irak.
L’offensive menée par les Jihadistes de l’EI contre la ville de Rabia, qui a démarré dans la matinée du 27 Août à 07h30, a été repoussée par les combattants kurdes.
L'attaque avait été menée à partir de deux directions sur les positions de l’YPG mais s’est soldée par la mort de 13 Jihadistes et par la destruction d’un véhicule. 
Voir la vidéo – Remarquez que garçons et filles kurdes participent aux combats :
http://www.liveleak.com/view?i=e57_1409314070

Front irakien

Champ pétrolifère d’Aïn Zalah
Des jihadistes ont mis le feu jeudi 28 août au champ pétrolier d’Aïn Zalah situé à 70km environ au nord-est de Mossoul  avant de battre en retraite devant une offensive d’envergure des Peshmergas kurdes.

Raffinerie de Baïji
L’offensive des Jihadistes de l’EI pour s’emparer de la raffinerie de Baïji n’a pas réussi. C’est la raison pour laquelle, elon le site d'information libanais al-Hadath News, le chef de l’Etat Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, a ordonné l’arrestation de deux de ses commandants militaires. Le motif est qu’ils ont échoué dans leur tentative de conquérir la raffinerie de Baïji ainsi que la base Sbayker.
Ces deux hommes sont Abdallah Mohammad Ibrahim Kahwad al-Janabi, surnommé le prince du côté chinois, et Abou Abed, désigné comme le prince de Beiji, a indiqué une source pour le site d’information libanais al-Hadath News. Ils devraient aussi répondre pour le grand nombre de pertes subies par l’EI durant son dernier assaut lancé contre la raffinerie. 

Kirkouk
La situation à Kirkouk est très tendue après les trois attaques à la voiture piégée menée dans la vile récemment.
Cette vidéo montre un des attentats :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Les tribus sunnites se rebellent contre l’EI
Plusieurs tribus de la province de Diyala ont refusé de prêter allégeance à l’Etat Islamique. C’est entre autres le cas des Zarkouchi. 
Il explique les raisons : « Depuis huit ans, à Hamriyaa et Saadiyat quelques 2.000 membres de la tribu al-Zarkouchi ont été tués ou blessés, et 60% de la tribu ont été contraints à quitter la région, tandis que des centaines de leurs maisons ont été détruites », a affirmé Abdel-samad al-Zarkouchi pour l’agence irakienne Sumariyya News.
Dans le même contexte, 19 personnalités tribales de cette province, également originaires de Saadiyat et appartenant toutes à la communauté sunnite ont été menacées de mort pour avoir refusé de prêter allégeance au chef de Daesh Baghdadi.
L’Etat islamique a « confisqué leurs biens et les a sommés de choisir entre l’allégeance ou la mort », a révélé l’agence. Le mercredi dernier, il a rasé les maisons des chefs de la tribu al-Azza. Il avait fait de même avec celle d’al-Abed, les semaines passées, pour les mêmes rasions.
On se rappelle le massacre de 700 membres de la tribu syrienne al-Chaitat dans la province de Deir-ez-Zhor. Cette tribu avait pris les armes contre l’EI.

Le calife Abou Baker al-Bagdadi contre la mise en ligne des décapitations pendant les batailles
Abou Baker al-Baghdadi a interdit à sa milice la diffusion de photos et d’images de décapitations durant les batailles quelle mène.
C’est ce qu’a révélé le site égyptien al-Watan, selon des informations basées sur la foi de sites jihadistes qui ont diffusé un message transcrit qui lui est attribué.

avis_interdiction-video-décapitations.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces images sont interdites aussi bien dans les medias officiels de l’Etat Islamique que sur les comptes privés sociaux de Facebook ou Twitter, Chaque publication nécessite une autorisation préalable de la part d’une instance spéciale de l’EI conçue pour suivre cette affaire et appelée le Comité général.
Cette décision pourrait faire suite aux nombreuses critiques adressées par de nombreuses instances islamiques importantes pour qui ces exécutions dégradentl’image de l’Islam.
Sachant que cette interdiction n’englobe pas l’acte en soi, la décapitation ou autre, mais sa médiatisation.

L’exécution d’un Peshmerga à Mossoul mise en ligne par l’EI
Et pourtant, ce vendredi 29 août, l’EI a posté les images de la décapitation d’un combattant des Peshmergas kurdes a proximité d’une mosquée dans la ville de Mossoul. Il a menacé d’en exécuter d’autres encore si les dirigeants des kurdes poursuivent leur politique de soutien aux Etats Unis.

Tragédie humanitaire
Les conflits du Moyen Orient ont provoqué une grave crise humanitaire. Trois millions de Syriens ont fui la guerre civile, a annoncé le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) dans un communiqué en ajoutant que cette donnée n'incluait pas les centaines de milliers d'autres Syriens qui ont fui le pays mais ne se sont pas fait enregistrer comme réfugiés.
Trois millions de réfugiés syriens et 6,5 millions de déplacés en Syrie même
En plus des trois millions de réfugiés syriens en dehors du pays, l’UNHCR parle de 6,5 millions de déplacés à l'intérieur du pays, ce qui signifie que près de 50% de tous les Syriens ont été contraints de quitter leurs domiciles. Plus de la moitié de ceux qui ont été déracinés sont des enfants. L’organisation onusienne tire la sonnette d’alarme "sur les conditions de plus en plus épouvantables à l'intérieur du pays" (la Syrie) pour expliquer cette hausse spectaculaire. Il dépeint "des villes où la population est encerclée, les gens sont affamés et les civils pris pour cibles ou tués sans discrimination".
La plupart des réfugiés syriens ont trouvé refuge dans les pays voisins, le Liban accueillant 1,14 million d'entre eux, la Jordanie 608.000 et la Turquie 815.000. La pression sur les économies, les infrastructures et les ressources des pays hôtes est "énorme", souligne le UNHCR, ajoutant que près de 40% des réfugiés vivent dans des abris de qualité médiocre.
1,6 millions de réfugiés en Irak

En Irak aussi, le problème des réfugiés prend de l’ampleur. Plus d'1,6 million de personnes ont été déplacées par les violences cette année, dont 850 000 durant le seul mois d'août en raison de la poursuite de l’offensive des Jihadistes de l’EI, a rapporté vendredi 29 août l'Organisation internationale des migrations (OIM).
"La plupart des déplacés ont dû marcher pendant plusieurs jours pour atteindre des lieux sûrs", a rapporté Brian Kelly, coordinateur de l'OIM pour les situations d'urgence en Irak. "Nombre de leurs proches ont été tués ou enlevés par l'EI. Des groupes de personnes auraient été forcés par l'EI à sauter de falaises, et le sort d'autres personnes enlevées reste incertain", a-t-il ajouté.
La plupart de ces déplacés ont trouvé refuge dans la province autonome du Kurdistan, et celles de Ninive et Diyala, a précisé l'OIM. "Ces chiffres importants présagent d'une crise sur le long terme, dans laquelle de nombreuses personnes auront besoin d'une aide pour leur survie, notamment parce que de nombreux déplacés qui arrivent au Kurdistan ont passé plusieurs semaines et mois sur les routes", a mis en garde M. Kelly.

Jean René Bellard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

22/08/2014

22 juillet – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Front syrien

Les Occidentaux ont un gros problème en Syrie
Personne ne semble savoir comment faire pour mettre un terme à la guerre civile syrienne qui a déjà fait 191 000 morts et des dizaines de millions de gens malheureux (blessés, emprisonnés, violés, torturés, réfugiés, déplacés).
L’arrivée sur la scène syrienne des Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) puis de l’Etat Islamique (l’ancienne al-Qaïda en Irak du temps des Américains) a compliqué la situation au point que les Occidentaux pourraient être enclins à trouver que Bachar el-Assad pourrait encore avoir un rôle-clé pour faire face à la menace de l'Etat Islamique.
Après avoir diabolisé Bachar el-Assad, les Occidentaux pourraient être contraints de renouer les contacts avec le président syrien.
En effet, les Occidentaux, après être restés relativement indifférents à la menace représentée par les Jihadistes de l'État islamique, commencent à prendre conscience de leur dangerosité. Entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les forces de Bachar el-Assad, on ne trouve plus guère que le Front Islamique soutenu par l’Arabie saoudite et dont on ne peut pas dire qu’il défend un concept modéré de l’Islam. L’opposition démocratique que les Occidentaux appelaient de leurs vœux a été laminée en raison même des tergiversations occidentales à s'engager dans le conflit syrien. Et on ne peut que le comprendre !
Du coup les forces de Bachar el-Assad représentent la seule alternative. C’est la seule aujourd’hui qui puisse garantir le droit des minorités alaouites, chrétiennes et druzes, un droit cher au cœur des gouvernements occidentaux. Bachar el-Assad le sait et attend patiemment qu'on lui fasse un appel du pied, soit en secret, via les services de renseignement, soit par la voie diplomatique. Une victoire de la stratégie du pouvoir syrien qui a beaucoup fait pour favoriser l'apparition des Jihadistes dans le conflit syrien, en libérant en 2012, par exemple, des Islamistes notoires des geôles syriennes et en s’abstenant pendant de longs mois de bombarder les secteurs tenus par les militants de l’Etat Islamique. 
En attendant, un ancien général américain, le général Martin Dempsey, a suggéré le 21 août que l'armée américaine devrait élargir son théâtre d’opération et bombarder les Jihadistes de l’EI non seulement en Irak, mais aussi en Syrie. Cette suggestion a aussitôt été approuvée par le secrétaire à la défense américain, Chuck Hagel, qui a déclaré : « regarder toutes les options "pour arrêter l'expansion de l'État islamique, comme étant le plus sophistiqué et le mieux financé parmi tous les groupes que nous avons vus jusqu’ici. »
Cependant, ni Hagel ni Dempsey sont allés jusqu'à dire si les Américains devaient aider les insurgés syriens.

Base aérienne militaire de Tabqa (près de Raqqa – nord syrien)
Les médias de l’Etat syrien ont enfin rompu le silence concernant l'offensive menée par les Jihadistes de l'Etat Islamique contre les positions de l’armée d’Assad dans le nord. Citant une source militaire ils ont nié que les djihadistes soient entrés dans la base aérienne militaire de Tabqa, précisant qu’"un grand nombre de terroristes avait été anéanti". Selon la chaine de télévision libanaise hezbollahie, Al-Manar, et Al-Mayadeen, une chaîne pro-régime, toutes deux basées à Beyrouth, plus de 150 djihadistes auraient été tués.
La base aérienne militaire de Tabqa est la dernière position majeure du régime dans la province de Raqqa après que les jihadistes aient récemment pris le contrôe d'autres bases militaires.
L'armée syrienne riposte en utilisant au maximum sa force aérienne. Un total de 122 sorties ont été effectuées par l’armée de l’air contre les Jihadistes de l'État islamique le week-end dernier, dont 26 sur des bâtiments occupés par les Jihadistes à Raqqa même. Des missiles ont étalement été tirés sur des cibles près de la base aérienne de Tabqa  pour repousser les assaillants.
Les soldats d’Assad auraient réussi à tendre une embuscade dans la nuit du 21 au 22 août à un nombre de 200 à 300 jihadistes, dont la moitié des étrangers. Les Jihadistes se dirigeaient vers la base de Tabqa à bord de dizaines de véhicules surmontés de mitrailleuses anti-aériennes et de canons et précédés par deux camions suicide. Plutôt que d’attendre que l’attaque ne se développe, le commandant de la base a envoyé des forces spéciales de l’armée miner un endroit où il savait que les Jihadistes devaient nécessairement passer. Il a également demandé à l’armée de l’air un support aérien. Aussi, quand les camions suicide se sont lancés contre l’entrée nord de la base de Tabqa, ils ont été détruits par le tir de trois missiles anti-char Kornet. On a identifié le second  kamikaze. Il s’agit d’un Saoudien nommé Majed al-Sahim (alias Abou Hajer).
majed_sahim.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Jihadistes, qui se lançaient à l’assaut derrière les camions suicide ont voulu poursuivre  soit à pied, soit à bord de véhicules. Mais les défenseurs de la base ont alors déclenché les explosifs placés par les forces spéciales, tuant un grand nombre des assaillants, tandis que les bombardiers Sukhoï (utilisés pour la première fois dans la guerre civile syrienne) finissaient la besogne. Au total, 140 Jihadistes auraient été mis hors de combat. Parmi les Jihadistes de l’EI tués au cours de l’assaut figurent Abou-l-Mathna le Belge, Abou Saïf le britannique et Abou Sarah al-Ansari.

Daech (l’Etat Islamique) aurait exécuté un de ses dirigeants pour collusion avec les Occidentaux
Selon des comptes Twitter de l’EI, l’un de ses plus hauts responsables du mouvement jihadiste aurait été exécuté. Il était accusé d’avoir collaboré avec des services de renseignement britanniques.
Il s’agit d’Abou Obeida le Marocain. Il occupait un poste équivalent au chef des renseignements.
Il aurait été impliqué dans la mort d’un célèbre dirigeant d’Al-Qaïda,  Abou Khaled al-Souri qui commandait la milice Ahrar al-Cham, l’une des composantes de la coalition de milices pro saoudiennes, le Front Islamique.
Originaire d’Alep, Abou Khaled était très proche de la sphère des dirigeants historiques d’Al-Qaïda, dont Oussama ben Laden, son successeur Ayman al-Zawahiri, sans oublier le fondateur des « jihadistes arabes » en Afghanistan, cheikh Abdallah Azzam. Abou Khaled avait combattu en Afghanistan, en Tchétchénie, puis en Irak aux côtés de Zarkaoui, puis d’Abou Omar al-Baghdadi, le calife de l'Etat Islamique.
Abou Khaled avait été chargé par al-Zawahiri le chef d’al-Qaïda de trouver le moyen de mettre fin à la guerre impitoyable que se livraient en Syrie les deux frères ennemis d’Al-Qaïda, Daech (alors appelé Etat Islamique d’Irak et du Levant) et le front al-Nosra.
Il avait été tué lors d’une violente explosion qui avait ravagé son Q.G dans le quartier al-Halak à Alep.
Sa mort avait été imputée à Daech (Etat Islamique), soupçonné d’avoir voulu se venger de la mort de son numéro deux en Syrie Haji Bakr.
Daech lui en voulait également pour avoir intercédé en faveur du Front al-Nosra auprès de Zawahiri, ce qui avait valu à l’EI d’être désavoué par la direction d’al-Qaïda pour son engagement en Syrie, demandant aux Jihadistes de Daech de se limiter à l’Irak.

Alep
Alep - carte.png 
La guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'armée syrienne libre (ASL), le Front Islamique, les forces du régime et l'Etat Islamique se combattent les uns les autres pour des gains territoriaux infimes
Trois vidéos. La première montre des membres de la Brigade Noureddine al-Zanki (membre du Front islamique pro-saoudien) tirant à la mitrailleuse sur une position occupée par les soldats d’Assad dans le quartier de Salah ed-Dine :
https://www.youtube.com/watch?v=3DR7eVyzqVA&list=UUtk...
Ou réalisant un coup direct contre un bâtiment occupé par les soldats d’Assad dans le même quartier :
https://www.youtube.com/watch?v=pWY_1fdletU&feature=p...
Cette vidéo montre les destructions après un bombardement aux barils d’explosifs au cours de la nuit du 21 au 22 août du quartier d’al-Hulak :
https://www.youtube.com/watch?v=ioQdLqfBPTM&feature=p...

Ghouta orientale
L’armée syrienne poursuit son avancée depuis qu’elle s’est emparée de Mleiha, une ville clé dans la région. Les soldats d’Assad sont parvenus à atteindre l’usine pharmaceutique Talco à Jisrine, la plus grande de Syrie.  Un haut officier de l’armée syrienne, le colonel Adnane Omrane, directeur de la direction de la défense aérienne, a perdu la vie durant les combats
Après de laborieuses négociations, la brigade Oum al-Mou’minine a décidé de déposer les armes et de se rendre aux forces régulières. En représailles, le Front Islamique dirigé par Zahrane Allouche (pro-saoudien) a enlevé 31 miliciens de la brigade Oum al-Mou’minine, à moins qu’ils ne se soient ralliés, refusant de se rendre aux forces de Bachar el-Assad.

Adra (banlieue de Damas)
Adra est une cité industrielle située au nord-est de Damas, dans la Ghouta orientale. Le QG de l’armée islamique, la principale composante du Front islamique (soutenu par l’Arabie saoudite) vient d’être atteint par un baril d’explosifs faisant plusieurs morts :
Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=uEx7gf_g7d4&feature=p...

Un accord également à Qoddam
Un autre accord de « réconciliation » entre insurgés et l’armée de Bachar el-Assad a eu lieu dans le quartier de Qoddam, au sud de la capitale syrienne. Cet accord a permis aux habitants déplacés de rentrer chez eux.
L’accord stipule un cessez-le feu et l’installation de barrages de l’armée sur toutes les entrées du quartier. Les noms des miliciens faits prisonniers seront échangés avec ceux des soldats enlevés par les miliciens.  
Cette vidéo montre le etour de déplacés au quartier d’al-Asali après un accord de « réconciliation » :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...
Les retrouvailles des familles après une longue séparation :
https://www.youtube.com/watch?v=f7XEC3kKyEw&feature=p...

Qalamoun
Quinze miliciens du Hezbollah ont été tués dans la région syrienne du Qalamoun, proche de la frontière libanaise lors de combats avec les rebelles syriens, affirme la Coalition nationale syrienne dans un communiqué publié jeudi 21 août sur son site.
Les combats ont eu lieu dans le jurd de Fleita dans le Qalamoun, précise la Coalition, soulignant que les combattants de l'opposition syrienne ont pris le contrôle de nouveaux points dans la région.
Mardi, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) avait annoncé qu'Abou Abdallah al-Iraki, un chef irakien du groupe jihadiste de l’État islamique (EI) impliqué dans des attentats suicide au Liban, avait été tué par le Hezbollah dans le Qalamoun. Plusieurs voitures piégées en provenance de Syrie avaient pu entrer au Liban via cette région, avant que celle-ni ne soit sous le quasi-contrôle du régime et du parti chiite.

Front irakien

Un demi-million de déplacés
Le HCR mène actuellement une vaste opération humanitaire, qui a démarré mercredi 20 août, visant à aider un demi-million de personnes ayant fui les attaques des jihadistes dans le nord de l’Irak. Le HCR espère faire parvenir 2410 tonnes d'aide dans la région.

700 000 déplacés au Kurdistan
"La région du Kurdistan en Irak accueille maintenant près de 700 000 déplacés irakiens, la plupart étant arrivés début juin", a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse. Mercredi, le HCR avait indiqué avoir comptabilisé quelque 600 000 déplacés irakiens dans cette même région. M. Edwards a expliqué que le HCR n'était pas en mesure de dire si les 100 000 déplacés supplémentaires correspondaient à l'arrivée de nouveaux déplacés ou s'il s'agissait de personnes déjà arrivées au Kurdistan qui avaient décidé de s'enregistrer auprès des humanitaires.
La plupart des déplacés vivent encore dans des écoles, des mosquées, des églises, des bâtiments inachevés et ailleurs.

Les Peshmergas kurdes tentent de reprendre la ville de Jalawla
Les combattants kurdes ont lancé vendredi 22 août une offensive pour tenter de reprendre aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) la ville de Jalawla.
Jalawla, située à 130 km au nord-est de la capitale irakienne et à une trentaine de km de la frontière iranienne, est une localité stratégique sur la ligne de front d'un millier de km défendue par les forces kurdes. Elle est revendiquée par les Kurdes comme faisant partie du Kurdistan, ce que refusent d’admettre les autorités de Bagdad et les fondamentalistes de l’EI.
La ville était tombée aux mains des jihadistes le 11 août après de violents combats qui avaient fait un nombre indéterminé de morts dans les deux camps.
"Les peshmergas (combattants kurdes) ont avancé sur Jalawla à partir de différents axes" avant l'aube, a précisé Shirko Mirwais, un responsable de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), ajoutant qu'ils avaient déjà repris plusieurs positions et isolé les insurgés.

Vers une nouvelle guerre des mosquées ?
En Irak, le phénomène des attaques visant mosquées sunnites ou chiites n’est pas un phénomène nouveau. La « guerre des mosquées » fait rage depuis le printemps 2013, à coups de bombes ou même d’obus de mortier. Des dizaines d’attaques avaient eu lieu avant même l’offensive éclaire des Jihadistes de l’Etat Islamique. Mais la destruction systématique des mosquées chiites dans les régions conquises par les insurgés sunnites devait fatalement raviver les tensions sectaires déjà très vives entre la minorité sunnite et la majorité chiite.
Aujourd’hui 22 août, des hommes armés ont tiré sur des fidèles au moment de la prière du vendredi dans la mosquée sunnite Musab Omair de la région de Hamreen, de la province de Diyala, faisant au moins 70 morts et des dizaines de blessés.
Les responsables de cette attaque ne sont pas toujours clairement identifiés. Les auteurs des attaques contre les mosquées sunnites peuvent aussi bien être le fait de milices chiites, omniprésentes à Bagdad, que des extrémistes sunnites reprochant aux fidèles de ne pas adhérer à leur vision rigoriste de l’islam.
Mais il semble que dans ce cas, les terroristes soient des miliciens chiites. Le massacre pourrait porter un coup fatal aux efforts du nouveau premier ministre de rétablir la confiance entre les communautés sunnite et chiite. L’attaque pourrait être une réponse à la mort de  miliciens chiites tués au cours d'affrontements dans la région. Il pourrait également s’agir d’une vengeance après l’explosion d’une bombe près d’une patrouille de miliciens chiites enrôlés dans la lutte contre les Jihadistes de l’EI par le gouvernement. On a constaté, d’ailleurs, que ces miliciens chiites sont de plus en plus impliqués dans des assassinats sectaires brutaux, notamment à Bagdad.

Front libanais

Ersal (nord-est du Liban, à la frontière syrienne)
La tension reste très vive dans la région d’Ersal, théâtre de violents combats entre les Jihadistes du Front al-Nosra associé aux fondamentalistes de l’Etat Islamique et les soldats de l’armée libanaise.
On sait que l’armée libanaise avait subi un sérieux revers au début de l’affrontement. Celui avait été déclenché par l’arrestation « fortuite » d’un chef jihadiste, à un barrage de l’armée. Des soldats auraient été enlevés après avoir abandonné leurs positions sous la pression des combattants islamistes ou auraient déserté pour les rejoindre. On ne sait pas trop. Un grand nombre de questions sont soulevées néanmoins par cette affaire. Qui avait renseigné l’armée sur l’identité de ce Jihadiste, Imad Jomaa, arrêté alors que celui-ci semblait avoir pris l’habitude, depuis deux ans, de franchir les barrages de l’armée positionné dans la région d’Ersal sans être inquiété outre mesure. On prétend que le « tuyau » venait du Hezbollah, et était destiné à piéger l’armée libanaise et la forcer à se joindre au Hezbollah dans sa bataille contre les fondamentalistes sunnites. Autre question : Si ces militaires ont déserté, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles cette unité avait une seule couleur communautaire ? Pourquoi, enfin, est-on toujours dans l’ignorance de l’identité des déserteurs ?
Le sort de ces prisonniers de la bataille d’Ersal est aujourd’hui l’objet d’âpres discussions entre l’association des oulémas musulmans, les Jihadistes et l’armée libanaise.
Dernière question : Le commandement militaire libanais avait-il pris suffisamment de mesures pour protéger les militaires et empêcher l'effondrement de leurs positions durant les premières heures de la bataille, et pourquoi, par exemple, les soldats de l'armée sont restés de dix heures du matin jusqu'à quatre heures du soir, sans renfort et sans que rien ne soit tenté pour leur porter assistance ?
Il semble que peu de choses aient changé depuis cet affrontement. Le passage d’al-Hosn est toujours accessible sans aucun contrôle de l’armée libanaise aux Jihadistes du Front al-Nosra et de l’Etat Islamique (Daech) qui peuvent ainsi passer du Liban à la Syrie ou vice et versa.
Aujourd’hui, les négociations pour la libération des militaires libanais sont dans l’impasse. Et le Front al-Nosra a haussé le ton et proféré des menaces à l’encontre des soldats. Accusant les négociateurs de ne pas respecter leurs promesses, ils menacent de diffuser bientôt une video dans laquelle deux  soldats libanais exhorteront  l'Etat à répondre à leurs  demandes sinon un soldat sera exécuté toutes les 48 heures. Et pour marquer sa détermination, le Front al-Nosra a chassé  les membres de l’Association des oulémas musulmans d’Ersal, «parce que l’Association  nous a trahis», a déclaré l’Emir d’al-Nosra  pour la région du Qalamoun,  Abu Malik Talli.
Le chef du Front al-Nosra affirme avoir suffisamment fait pour montrer sa bonne volonté dans les négociations.  « Nous avons remis à la  délégation des soldats. Ensuite, nous leur avons donné encore et encore, puis nous avons remis à Cheikh Moustafa plusieurs militaires sans échange. Tous les militaires que nous avons remis en liberté sont  un signe de bonne volonté de notre part et de bonnes intentions. Paradoxalement,  l'État libanais ne nous a rien offert»,a-t-il affirmé.
De son côté, l’Etat Islamique (Daech) cherche à gagner du temps, afin d'acheminer plus de renforts à Ersal et n'a en fait aucune  intention de négocier.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

14/08/2014

14 août – l’Etat Islamique progresse sur tous les fronts

Front Irakien

Les Etats-Unis font-ils marche arrière en Irak ?
Après avoir donné des signes que les Etats-Unis allaient se porter au secours des Kurdes, des Chrétiens et des Yazidis en Irak, Washington a brusquement fait marche arrière dans la soirée du 13 août, isolant une nouvelle fois François Hollande et sa promesse d’armer les Kurdes.

La situation des Yazidis n'est pas si tragique dit Wahshington
Le Pentagone a déclaré qu’il était peu probable qu’une mission soit engagée pour évacuer les Yazidis encerclés sur le Mont Sinjar par l'avancée des Jihadistes de État Islamique après qu’une équipe d'évaluation américaine ait  jugé la situation humanitaire moins mauvaise que redoutée.
Plus tôt dans la semaine, les États-Unis avaient annoncé avoir envoyé 130 Marines supplémentaires et des forces spéciales à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Selon certaines informations, les forces spéciales américaines avaient gagné le mont Sinjar, avec quelques membres des SAS britanniques. Ces forces spéciales avaient pour mission de récolter des renseignements en vue d’une évacuation des Yazidis, et également repérer les cibles jihadistes en vue de frappes aériennes. 
Une vingtaine de Bérets Verts américains et du personnel humanitaire ont gagné le mont Sinjar en pleine nuit pour évaluer la situation des réfugiés qui ont fui la ville de Sinjar et les villages voisins.
Selon le Pentagone l'équipe envoyée sur place aurait  constaté beaucoup moins de personnes en fuite que prévu.
En outre, les soldats américains ont déclaré que la situation s'était améliorée grâce au fait que des milliers de Yazidis avaient réussi à quitter la montagne au cours des dernières nuits, grâce aux largages de nourriture et d'eau, à la contre-offensive des Peshmergas kurdes et aussi en raison des frappes aériennes sur les cibles de l’Etat islamique. Un drone des forces américaines a d’ailleurs, détruit, mercredi 13 août, un véhicule armé des jihadistes de l'Etat islamique près de Sinjar. «Sur la base de cette évaluation, une mission d'évacuation est beaucoup moins probable," a précisé le Pentagone

Un rapport qui tombe à pic
Le rapport fait par les Forces spéciales américaines tombe bien pour le Pentagone. En effet, l’administration Obama n’avait aucune envie, voire intention, d’envoyer des troupes au sol. Or, une opération d’évacuation d’un grand nombre de réfugiés supposait la sécurisation d’un périmètre et de voies d’évacuation par des soldats sur le terrain. Cette présence comportait le risque d’un affrontement direct avec les Jihadistes qui ont déjà pris leurs dispositions pour s’abriter des attaques aériennes en se positionnant au milieu de civils.
Tant qu’Erbil ne sera pas menacé, les Etats-Unis n’interviendront pas. Or, on a constaté ces derniers jours que les Jihadistes de l’EI n’avançaient plus vers la capitale du Kurdistan.

Front syrien

L’armée d’Assad a pris le contrôle de la ville stratégique de Mleiha
Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total d'une localité clé dans la banlieue de Damas, après des mois de combats. La prise de cette ville stratégique est le premier succès des forces d'Assad après des semaines de revers dans le nord et la région du Qalamoun.
Les forces armées contrôlent Mleiha mais les combats continuent dans les vergers au nord et au sud de la ville.
Mleiha, à 10 km au sud-est de Damas, est un bastion rebelle que les forces du régime, appuyées par les combattants du Hezbollah libanais, cherchaient à reprendre depuis avril 2014. Depuis plus d'un an, la ville, vidée de ses habitants, était assiégée et la cible de bombardements. Le chef des forces aériennes syriennes le général Hussein Isaa, avait été tué en mai 2014 dans cette région.
Mleiha est une localité stratégique car elle représente le point d'accès vers la Ghouta orientale, une région arboricole tenue par les rebelles. "Sa prise de contrôle va hâter l'anéantissement des poches rebelles qui restent dans la Ghouta orientale", a dit une source militaire précisant que la localité était pleine de tunnels. Reprendre Mleiha permet au régime de protéger certaines zones de Damas des roquettes tirées par les rebelles.
Cette vidéo montre les bombardements de l’aviation d’Assad sur la localité de Mleiha avant sa prise par l'armée d'Assad :
https://www.youtube.com/watch?v=AzAxp6Y_yPQ&list=UUni...

Progression des Jihadistes de l'Etat Islamique à Alep
Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont fait une progression fulgurante au nord de la province d'Alep, le mercredi 13 juillet, infligeant de lourdes pertes aux insurgés de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique pro-saoudien.
Il semble que les rebelles de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique aient manqué d’armes et de munitions alors que leurs adversaires du Front Islamique disposaient d’une énorme quantité d’équipements grâce à  leurs récents succès dans le nord de l'Irak et la Syrie orientale.
Le Conseil suprême des forces armées a averti mercredi qu’ "Alep tombera si la communauté internationale n'intervient pas en soutien." Le problème est que personne n’est prêt à intervenir.

Yabroud, à la frontière syro-libanaise
Yabroud, qui a été le dernier bastion important des rebelles dans la région de Qalamoun, est située à 70km au nord de Damas et à proximité du Liban. La moitié de la ville est aujourd’hui occupée par l’armée d’Assad et l’autre moitié par les insurgés.
Les combats se poursuivent avec les guérilleros du Front al-Nosra tandis que l’armée d’Assad, appuyée par le Hezbollah libanais tente toujours d’occuper la totalité de Yabroud, ainsi que la vallée le long de la frontière libano-syrienne.
Pour prendre la ville de Yabroud, il faut prendre le contrôle de la montagne Mar Maroun.
Cette vidéo montre le journaliste gagner le sommet  de cette montagne, objet de combats acharnés. Si les rebelles réussissent à conquérir cette hauteur, ils pourront  contrôler toute la ville de Yabroud et la vallée. Ils auront alors la possibilité de surveiller l'autoroute reliant Damas au nord du pays.
Les soldats d’Assad  tirent périodiquement par delà les montagnes vers les pentes où sont cachées les positions adverses..
La vidéo est signée   Andrey Filatov, Viktor Kouznetsov, Alexey Pronin, Marat Musin.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
  

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)