16/08/2014

16 août 2014 – Négociations du Caire entre Israël et les Palestiniens

L’Egypte propose la libération des détenus dans le mois suivant un accord
Vendredi 15 août, les médias ont publié des informations sur l’initiative égyptienne pour rétablir la paix entre Israël et Gaza. Les Egyptiens proposent que les personnes arrêtées par les autorités sécuritaires israéliennes entre juin et août 2014 soient libérées dans le mois suivant la mise en place d’un cessez-le-feu à long terme. Pour montrer sa bonne volonté, Israël a déjà procédé à la libération de certains détenus qui n’ont pas été engagées dans « des opérations terroristes ». Selon l'agence palestinienne Maan se référant au ministère chargé des prisonniers de l’Autorité Palestinienne (AP), les autorités israéliennes ont remis en liberté, dans la soirée du 15 août, trois des 26 résidents de la bande de Gaza détenus au cours de l'opération "Bordure protectrice ».

Israël et les Palestiniens pas d’accord sur le nombre de détenus
Maan rappelle que selon le Hamas 250 résidents de la Bande de Gaza auraient été faits prisonniers par Israël. Les responsables israéliens ne reconnaissent avoir arrêté que  26 Palestiniens de la bande de Gaza et ont remis une liste des détenus à l'Autorité palestinienne (AP). Toutefois, selon Maan, l’une des personnes libérées le 15 Août ne figurait pas sur la liste fournie par les autorités israéliennes ce qui jette un doute sur l'exactitude des informations fournies précédemment par les Israéliens.

Négociation également sur les personnes arrêtées en Cisjordanie
Plus tôt vendredi 15 août, les autorités israéliennes ont libéré huit Arabes palestiniens détenus en Juin 2014 en Cisjordanie. L’ex-député du parlement palestinien, Mahmoud al-Khatib, un membre du Hamas de Bethléem, se trouverait parmi les personnes libérées .
Cependant, le Centre d'information palestinien, affilié au Hamas, a déclaré que les autorités israéliennes avaient prolongé la détention de 17 autres Palestiniens arrêtés en juin, toujours en Cisjordanie, y compris les membres du parlement palestinien, Khaled Saïd, et Ayman Daragme, tous deux membres du Hamas.
En outre, selon les médias palestiniens, 96 jeunes Arabes qui avaient été arrêtés au cours d'émeutes à Jérusalem ont également été remis en liberté. Beaucoup d'entre eux ont été libérés sous caution, en attendant leurs procès et certains ont été placés en résidence surveillée.
Rappelons qu’une des conditions posées par le Hamas pour un cessez-le-feu permanent est que les autorités israéliennes libèrent notamment les militants du Hamas qui avaient été échangés en Octobre 2011 contre le soldat israélien Gilad Shalit et qui avaient été détenus à nouveau en Juin. Cela concerne environ 60 prisonniers. En outre, le Hamas cherche à obtenir la libération de tous les habitants de la bande de Gaza, principalement des militants de l'organisation, capturés par les forces israéliennes lors de l'opération "Bordure protectrice".

Les opérations sécuritaires de l’armée israélienne se poursuivent en Cisjordanie
L’armée israélienne poursuit ses opérations de sécurité en Cisjordanie et a arrêté des personnes soupçonnées d'activités « terroristes ». C’est ainsi que plus de 30 suspects, dont au moins neuf activistes du Hamas, ont été détenus par les soldats de Tsahal entre le 13 et le 16 août.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

22:14 Publié dans Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

14/08/2014

Gaza - 14 août 2014 - Israël et le Hamas prolongent le cessez-le feu de cinq

L’explosion accidentelle d’un obus israélien fait des victimes à Gaza
Six personnes ont été tuées dans la matinée du mercredi 13 août par l'explosion accidentelle d'un missile israélien au cours de son désamorçage. Parmi ces morts figure Simone Camilli, 35 ans, vidéaste d'Associated Press depuis 2005. Son traducteur palestinien, Ali Abou Afash, 36 ans, a également péri. Outre son travail d'interprète pour la presse étrangère, Ali Abou Afash, père de deux jeunes enfants, collaborait aussi à temps partiel avec le bureau de l'AFP à Gaza comme assistant administratif. Cinq personnes ont également été grièvement blessées, dont le photographe palestinien Hatem Moussa, également employé par l'agence de presse

Israël et le Hamas ont convenu de prolonger le cessez-le feu de cinq jours
Israël et le Hamas ont convenu de prolonger le cessez-le feu de cinq jours malgré le tir de plusieurs missiles juste avant la fin de la précédente trêve.
L’annonce d’un accord est survenu trois quarts d'heure avant l'expiration de la trêve des armes entrée en vigueur lundi 11 août.
Le chef de la délégation palestinienne aux pourparlers du Caire, Azzam Al-Ahmad, a déclaré dans la nuit du jeudi 14 août que les parties étaient parvenues à un accord pour étendre de cinq jours la trêve entre Gaza et Israël. 
Selon al-Ahmad, les discussions auraient fait des progrès significatifs. Ce point de vue n’est pas partagé par les représentants du Hamas pour qui il n’y a pas eu de progrès dans les négociations en raison du refus d'Israël de faire des concessions sur des revendications considérées comme essentielles par le Hamas, comme la fin du blocus.
Il reste qu’on ait un peu progressé en direction d’un apaisement du conflit. Les deux parties, Israël et le Hamas semblaient se diriger vers un compromis qui tendrait à confier à l'Autorité palestinienne (AP), tout juste réconciliée avec le Hamas, la responsabilité des futures négociations et des frontières de Gaza.

Plus de temps pour négocier
Pour les représentants de l’Egypte, agissant en tant que médiateur dans les pourparlers, l’extension de la trêve est une bonne chose et devrait donner le temps nécessaire aux parties pour négocier sur les points controversés.
La station de radio «Bet Reshet» rapporte que les négociations pourraient reprendre en début de semaine prochaine après consultation.

Les renseignements égyptiens ont proposé un cessez-le-feu permanent et un report d’un mois des discussions sur des points litigieux
Les renseignements égyptiens, qui conduisent la médiation, ont proposé un cessez-le-feu permanent et un report d'un mois des discussions sur une exigence-clé des Palestiniens : l'ouverture d'un port et d'un aéroport pour alléger le blocus. Le même report est proposé sur un autre point, la restitution par le Hamas des corps de deux soldats israéliens tués contre la libération de prisonniers palestiniens. Également, l'Égypte propose un accord de cessez-le-feu permanent prévoyant que la zone-tampon le long de la frontière de la bande de Gaza avec Israël soit graduellement rétrécie et placée sous la surveillance des forces de l'ordre de l'Autorité palestinienne. Quant à la levée du blocus, le document égyptien reste vague, se contentant de dire que des points de passage fermés seraient ouverts en vertu d'accords entre Israël et l'Autorité palestinienne.

Israël pourrait accepter quelques unes des revendications
Israël consentirait à alléger les restrictions à deux points de passage de la frontière entre Gaza et le territoire israélien, l'un pour les personnes, l'autre pour les biens. Ce dernier serait sous supervision internationale. Israël pourrait aussi autoriser l'entrée d'argent sous de strictes conditions pour payer les dizaines de milliers de fonctionnaires qui attendent leur salaire depuis des mois et enfin d'étendre les zones de pêche.
 
Les belligérants toujours sur le pied de guerre
Pendant ce temps, l'armée israélienne se prépare à la reprise des hostilités dans la bande de Gaza au cas où les pourparlers du Caire ne réussiraient pas. Le chef d'état-major de l'armée israélienne Benny Gantz avait prévenu peu avant l’extension de la trêve que « l'opération n'était peut-être pas terminée », tandis que l'armée annonçait « prendre les mesures nécessaires en cas d'agressions du Hamas ». De son côté, le Hamas rappelait que sa branche armée continuait à fabriquer des roquettes.

Les Palestiniens ont tiré plusieurs roquettes juste avant la fin de la trêve
Au moins cinq roquettes ont été tirées sur Israël juste avant la fin de la précédent trêve de 72 heures qui se terminait à 21h01. Trois autres missiles ont été tirés en direction de l’ouest du Néguev juste après l’annonce de l’extension de la trêve. L'un des missiles a été frappé par le système de défense antimissile "Iron Dome". Les autres ont explosé en rase campagne sans faire ni victimes ni dégâts. Aucun groupe de la résistance palestinienne n’a revendiqué la responsabilité de ces attaques.
 
Les Forces de défense israéliennes ripostent
Dans la nuit du 13 au 14 Août, les Forces de défense israéliennes ont exécuté une série de frappes de représailles sur la bande de Gaza. Selon des sources palestiniennes, les cibles attaquées se situaient dans le centre de Gaza, ainsi que dans le quartier Zeitoun. Il n’y a pas eu d’informations sur d’éventuelles victimes ou des dégâts. Selon le service de presse de l’armée israélienne, les raids étaient une réponse aux tirs des trois missiles effectués après l’annonce de la trêve, en violation flagrante de l'accord entre Israël et les Palestiniens.

Le Hamas accuse également Israël de violer la trêve
Commentant les représailles de Tsahal contre la bande de Gaza, Izzat al-Rishq,  un membre du bureau politique du Hamas qui fait partie de la délégation palestinienne aux pourparlers du Caire, a dénoncé cette «violation flagrante de la trêve ». Il a refusé, cependant, d'admettre que l'action de Tsahal avait été précédée par des tirs de roquettes dans le Néguev occidental depuis la bande de Gaza.

Une mutation qui ressemble à un limogeage
Le ministre de la défense israélienne, Moshé Yaalon, vient de muter le général de brigade Hagi Topolanski et de le remplacer par Amikam Norkin. Topolanski se trouvait la tête de l'Armée de l'Air israélienne depuis deux ans quand l'ordre de mutation est tombé! le général dirigera désormais la section d'embauche de l'armée israélienne, fonction souvent dévolue à une femme. La mutation de Topolanski pourrait avoirpour origine les craintes du pouvoir politique israélien d'être condamné par la justice internationale pour la mort de nombreux civils gazaouis pendant l'opération "Bordure protectrice".

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

10:03 Publié dans Autorité Palestinienne, Egypte, Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

11/08/2014

Gaza – 11 août 2014 – 34ème jour de guerre

34ème jour de guerre à Gaza
Le conflit entre Gaza et Israël est parvenu à son 34ème jour ce dimanche 10 août, dépassant d’un jour le conflit entre Israël et le Hezbollah de 2006. Les Palestiniens du Hamas et du Jihad islamique pourront s’enorgueillir d’avoir résisté un jour de plus que le Hezbollah chiite qu’ils ne portent pas particulièrement dans leur cœur !

Tirs sur Tel-Aviv juste avant le cessez-le-feu
A 23h54, le dimanche 10 Août, quelques minutes avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 10 août à minuit, les militants palestiniens ont tiré des missiles sur Tel-Aviv.
Les Brigades Ezzedine al-Qassam (l’aile militaire du Hamas) ont revendiqué les tirs sur Tel-Aviv précisant que les missiles utilisés étaient de M-75.  Les autorités israéliennes ont confirmé la chute d’un missile à Gush Dan mais celui-ci a explosé dans un terrain vague sans faire ni victimes ni dégâts.
Le tir sur Tel-Aviv a été précédé par des tirs intensifs de roquettes sur Ashdod, Kiryat Malachi, Beer Tuvia, la zone d’Eshkol, Hof Ashkelon, Récab. Les Palestiniens ont clairement cherché à démontrer la capacité de combat de leurs unités de missiles à la veille de l'entrée en vigueur de l'accord de cessez-le feu.

70 roquettes ont été tirées le 10 août
Au total, 70 roquettes ont été tirées en direction d’Israël par les Palestiniens le 10 août 2014. 55 d'entre elles sont tombées en territoire israélien, 12 ont été abattues par le système de défense antimissile "Iron Dome". Il n’y a pas eu de victimes mais quelques dégâts.
 
Les Israéliens ont visé des dizaines de cibles le 10 août
Les Forces de défense israéliennes ont attaqué des dizaines de cibles dans la journée du 10 août. Ces attaques ont fait plusieurs tués et blessés à Gaza.  Faraj Abou Rabi, un activiste du Hamas chargé de la construction de tunnels, aurait été tué au cours d’un raid aérien selon des informations fournies par le service de presse israélien.

Israël est prêt à quelques concessions
Israël serait prêt à réduire la zone de sécurité à l'intérieur de la bande de Gaza de 200 mètres.
L’Etat hébreu serait prêt à permettre aux Palestiniens de Gaza d’avoir un port à l’avenir en échange de la  démilitarisation du territoire – mais pas un aéroport.
Ces concessions n’ont pas encore été mises  sur la table, mais pourraient faire partie d'un accord futur en échange d’un désarmement du Hamas et d’un cessez-le-feu permanent.
Les services de renseignement égyptien et israélien ont toutes les raisons de présumer que l'insaisissable Muhammed Deif, le commandant de l'aile militaire du Hamas et le véritable décideur d’un éventuel cessez-le-feu avec Israël, aurait décidé que le moment est venu  de mettre fin aux hostilités avec Israël.
Mais si le Hamas considère qu’il n’a rien obtenu des Israéliens alors ce septième cessez-le-feu se terminera comme les précédents par une reprise des combats.

Le Caire aurait un comportement ambigu
Le Caire aurait envoyé un message secret à Jérusalem, le samedi soir 9 août. Dans ce message, l'Egypte informait les Israéliens « qu’elle n’avait pu amener le Hamas à accepter un compromis parce qu’Israël et l'armée israélienne ne l’avaient pas frappé assez fort. » Par conséquent, il était inutile d'envoyer des émissaires d'Israël vers la capitale égyptienne pour des négociations sur un cessez-le feu durable car les dirigeants du Hamas, et surtout ceux des Brigades Ezzedine al-Qassam étaient toujours déterminés à poursuivre le combat jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, à savoir la fin du blocus de Gaza.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

19:42 Publié dans Binyamin Netanyahou, Brigades Ezzedine al-Qassam, Egypte, Gaza, Hamas, Israel, Jihad islamique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |