30/07/2014

30 Juin 2014 – 24ème jour de guerre à Gaza

1336 Palestiniens tués depuis le début des affrontements
Le nombre de morts dans la bande de Gaza depuis le début des affrontements se monte à 1 336 personnes. On compte également plus de 7400 blessés. Selon des sources palestiniennes, l'armée israélienne dans la bande de Gaza a tué plus de 120 personnes dans la journée du 29 juillet. 110 personnes ont été tuées depuis le début de la journée du 30 juillet.
 
53 soldats israéliens tués
Le bilan n’a pas changé du côté israélien. On compte toujours 53 soldats israéliens tués depuis le début des opérations. Actuellement, les hôpitaux traitent 119 officiers et soldats de Tsahal blessés.

60 missiles tirés le 29 juillet
Le 29 juillet, les militants du Hamas et du Jihad islamique ont tiré plus de 60 missiles en direction d’Israël. Le service de presse de l'armée israélienne a comptabilisé 2.300 missiles tirés par les Palestiniens depuis le début des affrontements. Ces bombardements ont tué trois civils.

Résumé du 30 Juillet 2014
Les bombardements israéliens ont été intenses dans la nuit du 29 au 30 juillet et ont provoqué de nombreuses victimes palestiniennes.
01h30. Les médias palestiniens ont annoncé que l'armée de l'air de Tsahal avait effectué des dizaines de raids sur la bande de Gaza. Ce sont les camps de réfugiés d'El Bureij (secteur central) et Shati (secteur nord), ainsi que la ville de Gaza qui ont été les plus frappés.
05h30. Les sirènes retentissent à Shaar HaNegev et Sdot Néguev. Un missile atterrit effectivement et explose dans un terrain vague. 
06h30. 16 personnes ont été tuées dans une école de l’UNRWA - Le chef de l'agence onusienne très en colère
Des obus de chars ont frappé ont touché de plein fouet deux salles de classe d'une école de l'UNRWA, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, dans le camp de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. Ces civils s’étaient réfugiés dans cette école de l'UNRWA après avoir été avertis par l'armée israélienne que le quartier où ils résidaient risquait de subir des bombardements massifs.
Près de 180.000 civils palestiniens ont trouvé refuge dans 83 écoles gérées par l'UNRWA. Plusieurs de ces établissements avaient déjà été la cible de tirs. Le 24 juillet, un obus israélien était tombé dans la cour d’une école à Beit Hanoun, tuant une quinzaine de Palestinien. L’armée israélienne niait toute responsabilité et accusait le Hamas d’y avoir entreposé des munitions et que celles-ci avaient explosé. Israël accuse régulièrement le Hamas de se servir des écoles, des mosquées pour y dissimuler ses armes et ses centres de commandement et, d’une manière générale, d’utiliser la population civile comme bouclier humain.
L'Agence de l'ONU pour l'Aide aux réfugiés palestiniens (UNWRA) a accusé l'armée israélienne de "grave violation du droit international", suite à ce tir contre l’école.
"Je condamne dans les termes les plus fermes possibles cette grave violation du droit international par les forces israéliennes", a déclaré Pierre Krähenbühl, chef de l'UNWRA.
"La nuit dernière, des enfants ont été tués alors qu'ils dormaient à côté de leurs parents sur le sol d'une salle de classe, dans un refuge désigné comme tel à Gaza. C'est un affront pour chacun d'entre nous, une source de honte internationale", a dit Pierre Krähenbühl. "Nous nous sommes rendus sur le site et avons rassemblé des preuves. Nous avons analysé des débris, des cratères et d'autres dégâts. Selon nos premières conclusions, c'est l'artillerie israélienne qui a frappé notre école où 3.300 personnes avaient trouvé refuge", a poursuivi le responsable onusien.
"La localisation précise" de l'école et "le fait qu'elle accueillait des milliers de personnes déplacées sont des informations qui ont été transmises 17 fois à l'armée israélienne afin de s'assurer de leur sécurité, la dernière fois à 22H00 (mardi) soir, quelques heures avant le bombardement meurtrier", a poursuivi le responsable. "C'est la sixième fois que l'une de nos écoles est frappée. Nos employés, ces gens qui mènent l'action humanitaire sont tués. Nos refuges sont surpeuplés", a-t-il encore dénoncé. "Nous ne sommes plus uniquement dans le domaine de l'action humanitaire. Nous sommes arrivés au point où il faut que des comptes soient rendus", a réclamé Pierre Krähenbühl.
07h00. Deux roquettes ont explosé dans le district d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts. 
Entre 09h00 et 14h00. Plusieurs roquettes ont été tirées en direction d’Eshkol, Ashdod, Netivot et Hevel Yavne sans faire ni victimes ni dégâts.
12h00. Israël respectera une trêve humanitaire de quatre heures, entre 15 heures et 19 heures.
15h00. Entrée en vigueur de la trêve de quatre heures décidée par Israël pour des raisons humanitaires. Malheureusement, les Palestiniens poursuivaient les tirs de roquettes et les sirènes résonnaient à Ashdod, Nitzan, Nitsanim, Ashkelon, Hof Ashkelon, Sdot Néguev et Eshkol. Une roquette au moins a été détruite par le système de défense antimissile Iron Dome au-dessus d’Ashdod.
17h00. Nouveaux tirs de roquettes en direction de Netivot et Sdot Néguev. Le missile a été détruit par "Iron Dome".
18h00. Sept Palestiniens ont été tués mercredi dans un raid aérien israélien à Abasan, près de Khan Younès, dans le sud-est de la bande de Gaza. Le raid a eu lieu pendant la "trêve humanitaire" annoncée par Israël. Les Israéliens avaient prévenu que cette trêve ne s'appliquerait pas aux zones où les soldats "sont actuellement engagés dans des opérations".
18h15. Quinze personnes ont été tuées et 150 autres blessées lors d'une frappe israélienne mercredi sur un marché de Chajaya, une banlieue de l'est de la ville de Gaza.
19h10. Trois soldats israéliens ont été tués au combat mercredi dans la bande de Gaza, a annoncé une porte-parole de l'armée israélienne à l'AFP. Les trois militaires ont trouvé la mort quand deux engins explosifs ont sauté alors qu'ils venaient de découvrir un tunnel d'attaque palestinien dans une habitation du sud de la bande de Gaza, a précisé un communiqué militaire. Ces décès portent à 56 le nombre de soldats israéliens tués depuis le début du conflit le 8 juillet.
19h30. Ban Ki Moon a déclaré injustifiable l’attaque d’une école de l’UNRWA. "Ce matin (mercredi), une école des Nations unies qui hébergeait des milliers de familles palestiniennes a subi une attaque répréhensible. C'est injustifiable, les responsabilités doivent être déterminées et justice doit être rendue", a déclaré Ban Ki-Moon à son arrivée à l'aéroport de San Jose, au Costa Rica, où il se rend en visite officielle.
20h00. Incidents à Jérusalem entre manifestants arabes et armée israélienne.

Vidéos – Côté israélien :
Les paras découvrent un tunnel et un lance-roquettes parfaitement dissimulé :
https://www.youtube.com/watch?v=lh3wCtwohik&feature=p...
L’armée israélienne détruit un gros tunnel à Gaza :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Vidéo – Côté palestinien
Les brigades Ezzedine al-Qassam ont mis en ligne sur leur compte Twitter une vidéo de  l’attaque qui a eu lieu le 29 juillet contre un poste d’observation de l’armée isralienne :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

07:57 Publié dans Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

29/07/2014

Conflit entre Israël et Gaza: Le rapport secret qui aide les porte-paroles Israéliens à s'exprimer

Importance du langage dans la guerre médiatique
Les porte-paroles israéliens ont du travail pour expliquer comment ils ont pu tuer plus de 1000 Palestiniens dans la bande de Gaza, la plupart des civils, alors que seulement trois civils ont été tués en Israël par les tirs de roquettes et de mortier du Hamas. Une question d’autant plus cruciale qu’il est important de gagner la bataille médiatique internationale et convaincre les opinions publiques, surtout américaine, de la justesse de la cause israélienne.
 
Le conflit de juillet 2014 révèle une amélioration de la part des porte-paroles israéliens
On a trop souvent reproché aux porte-paroles israéliens leur indifférence par rapport au grand nombre de victimes civiles dans le passé. Mais on a constaté aujourd’hui une nette amélioration. Il semble qu’ils s’adressent aux médias avec beaucoup plus de professionnalisme. Il y a une raison à cela. Un manuel avait été préparé sur la façon d’influencer les médias et l’opinion  publique en Amérique et en Europe. Ce manuel a été écrit par un expert en stratégie politique américain,  Dr Frank Luntz. L'étude avait été commandée il ya cinq ans par un groupe appelé The Israel Project, dans le but d’aider tous ceux, en Israël ou aux Etats-Unis qui étaient chargés de la communication d’Israël.
Le rapport avait été rédigé par le Dr. Luntz à la suite de l'opération « Plomb durci » en Décembre 2008 et Janvier 2009, lorsque 1387 Palestiniens et neuf Israéliens avaient été tués.
 
Un manuel de 112 pages
L’étude a permis la rédaction d’un livret de 112 pages intitulé "2009 Dictionnaire Global Language » qui était destiné à rester secret. Mais il a été divulgué presque immédiatement par Newsweek en ligne. peu de gens, cependant, avait vraiment porté attention à sa véritable importance.  Il devrait pourtant être connu de tous ceux qui s’intéressent à la politique israélienne en raison de ses "do and not do" à usage des porte-paroles israéliens.

Les responsables politiques israéliens croient-ils vraiment ce qu’ils affirment ?
Ce document permet de comprendre que les politiciens israéliens ont appris à s’exprimer en pensant uniquement à ce que les Américains veulent entendre. Il s’agit d’une technique bien connue des Japonais appelée « Aite no iken » à savoir de répondre à une question non pas en disant ce que l’on croit mais  par rapport à ce qu’on croit que l’interlocuteur veut entendre. Pour les Japonais, il s’agit d’un acte de politesse. Pour les Israéliens, il s’agit d’une manipulation stratégique.

Le livret est une méthode sur les messages à faire passer selon les publics
Le livret est plein de conseils sur la façon dont on doit façonner sa réponse selon les publics auxquels on s’adresse. Par exemple, l'étude indique que «les Américains conviennent qu'Israël a le droit à des frontières défendables». Mais elle dit de ne pas définir clairement ce que ces frontières doivent être. Elle conseille d’éviter de parler de frontières en termes de pré-ou post-1967, car il ne sert à rien de rappeler aux Américains comment les Israéliens ont conquis de nouveaux territoires par la force. L’étude a constaté que le soutien du droit d'Israël à des frontières défendables baisse de 89% à 60% lorsqu’on évoque 1967.
Une autre question épineuse est le droit au retour des réfugiés palestiniens qui ont été expulsés ou ont fui en 1948 et dans les années suivantes, et qui ne sont pas autorisés à retourner dans leurs foyers.
Le Dr Luntz reconnait que le droit au retour est une question difficile pour les Israéliens car il invoque les concepts de séparation de populations et de l’égalité des droits. Les Américains n'acceptent pas la notion de séparation des populations qui pour eux est synonyme d’apartheid, ni celle de l’inégalité des droits.  
Il convient plutôt de tourner le problème en parlant de « demande des Palestiniens » ou « exigence des Palestiniens » car les Américains n’aiment pas les gens qui font des « demandes » ou qui « exigent ». On peut également parler du « droit au retour » en disant que ce droit dépend d‘un « règlement définitif » du conflit israélo-palestinien... un jour dans l’avenir. 
Le Dr Luntz a également constaté que les Américains dans leur ensemble ont peur de l'immigration de masse aux Etats-Unis. On peut donc parler d’une "immigration de masse palestinienne" en Israël dans le cas d’un retour des réfugiés. Et ajouter que cette immigration de masse pourrait faire dérailler les efforts de paix.
Il y a dans le rapport tout un chapitre sur la façon d’"isoler le Hamas, soutenu par l’Iran, en démontrant que cela constitue un obstacle à la paix. Malheureusement, cet argument a un peu perdu de son efficacité dans l’opération actuelle contre Gaza car chacun sait que les relations du Hamas avec l’Iran s’étaient dégradées en raison du soutien de Téhéran à Bachar el-Assad en Syrie. Au moment où la guerre a éclaté, le Hamas n’avait plus aucun contact avec l’Iran, même si les relations ont repris depuis le début du conflit.

Montrer de la sympathie pour les Palestiniens
Le Dr Luntz conseille vivement aux porte-paroles israéliens de montrer de l'empathie pour les Palestiniens: Montrez de l'empathie pour les deux parties, pas seulement pour les Israéliens, précise-t-il. Cela explique pourquoi un certain nombre de porte-paroles israéliens sont presque larmoyants sur le sort des Palestiniens pilonnés par les bombes et les obus israéliens.
Ne jamais justifier "le massacre délibéré des femmes et des enfants innocents", conseille le brave docteur Luntz et il conseille de contrer vivement tous ceux qui accusent Israël de commettre des crimes contre la population palestinienne. Une autre technique est le jeter le doute sur l’origine des tirs de façon à diluer la responsabilité entre les deux adversaires. 
Le meilleur exemple de cette façon de s’exprimer a été donné par Benyamin Netanhyahu lorsqu’il a dit, après l’assassinat de trois jeunes israéliens et d’un adolescent palestinien : « Aucun parent ne devrait avoir à enterrer leurs enfants ». Il montrait de la sympathie envers toutes les mères, juives ou palestiniennes, et cela était très positif.

Liste de mots conseillés
Le Dr. Luntz a préparé une liste de mots et d’expressions à utiliser ou à éviter. On doit dire, par exemple : «La meilleure façon, la seule façon, pour arriver à une paix durable est de d’avoir un respect mutuel." Il convient surtout de souligner la volonté de paix d'Israël avec les Palestiniens car les Américains veulent massivement la paix. Mais pour éviter toute pression sur Israël, il faut ajouter : "une étape à la fois, un jour à la fois». Cette façon de procéder est acceptable par les Américains comme «une approche de bon sens à l'équation de la terre contre la paix".

Une solution à deux Etats
On sait que le gouvernement israélien ne veut pas vraiment d’une solution à deux Etats, mais le Dr. Luntz conseille de masquer cette position parce que 78% des Américains sont pour. Il vaut mieux parler de l’espoir qu’un jour les conditions économiques des Palestiniens vont s’améliorer. Et continuer en interrogeant le Hamas de la façon suivante :
« Que faites vous pour apporter la prospérité à votre peuple ? » Une question très hypocrite, naturellement  car cela fait sept ans qu’Israël a institué un blocus économique qui a provoqué la pauvreté et la misère au sein de la population de la bande de Gaza.

Prouver qu’Israël veut la paix
À chaque occasion, la présentation des événements par les porte-paroles israéliens doit donner l’impression aux Américains et aux Européens qu'Israël veut la paix avec les Palestiniens et est prêt à faire des compromis pour atteindre cet objectif.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

11:18 Publié dans Binyamin Netanyahou, Etats-Unis, Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | |

Gaza – 29 juillet 2014 – 22ème jour de guerre

28 juillet : 10 soldats israéliens ont perdu la vie
Quatre soldats, des tankistes, ont été tués lundi par un obus de mortier alors qu’ils se trouvaient le long de la frontière avec l'enclave palestinienne
Cinq soldats ont été tués au cours de combats avec un commando de Palestiniens qui s’était infiltré via un tunnel dans le kibboutz israélien de Nahal Oz, près de la frontière avec Gaza.
"Les soldats d'infanterie Daniel Kedmi (18 ans), Barkey Ishai Shor (21 ans), Sagi Erez (19 ans) et Dor Dery (18 ans) ont été tués lors de cette tentative d'attaque", a indiqué un communiqué militaire, ajoutant que le nom du 5e soldat tué n'était pas autorisé à la publication.  L'armée israélienne a aussi annoncé avoir tué un membre du commando palestinien qui s'était infiltré près du kibboutz de Nahal Oz (sud), proche de la frontière.
Un dixième militaire était tombé au combat à Gaza plus tôt dans la journée. 
Depuis le début des affrontements 53 officiers et soldats de l'armée israélienne ont été tués au combat. 113 autres sont actuellement traités dans les hôpitaux pour blessures. 

22 Palestiniens tués le 28 juillet
Selon des sources palestiniennes, 22 personnes sont décédées ce qui porte le nombre des tués depuis le début des affrontements à 1130 personnes. Plus de 6500 personnes ont été blessées.

26 Palestiniens déjà tués depuis les premières heures de la journée du mardi 29 juillet
D’intenses frappes de l'armée israélienne sur l'ensemble de la bande de Gaza ont déjà couté la vie à 26 Palestiniens, ce mardi 29 juillet, selon les services de secours palestiniens.
Parmi ces 26 Palestiniens figurent au moins 9 femmes et 4 enfants, tués par des frappes à Rafah (sud). Des tirs de l’artillerie israélienne sur le camp de réfugiés de Bureij (centre) ont fait 11 morts.
 
3500 cibles frappées par l’armée israélienne
Selon le service de presse de l'armée, plus de 3500 cibles ont été attaquées depuis le début des opérations contre la bande de Gaza.  Au moins 300 combattants du Hamas et du Jihad islamique ont été mis hors de combat. L’armée israélienne a jeté au-dessus de Gaza des tracts donnant la liste des combattants palestiniens tués avec la question : « A qui le tour ? »

Les Palestiniens ont tiré 2200 roquettes depuis le début des affrontements
Selon le service de presse de l'armée israélienne, 2200 roquettes ont été tirées en direction d’Israël depuis le début des affrontements. Les bombardements ont tué trois civils.
 
Résumé du 29 Juillet 2014
00h00. Bureau de presse de l'armée israélienne a annoncé les noms des militaires tués, le 28 Juillet, par un tir de mortier à la frontière avec la bande de Gaza. Sergent Haim Eliav Elyagu Kahlon (22) de Safed, sergent Meydan Maimon (20) de Netivot,  sergent Niran Cohen (20) de Tibériade, sergent Eddie Bariga (23) de Moshav Beit Shikma.
01h00. Tsahal a fermé la route 232, passant près de la frontière avec Gaza, en raison d’un risque d’attaque palestinienne. La circulation des véhicules est suspendue entre les carrefours Saad et Habim.
02h00. Tsahal a effectué un raid contre la maison d’Ismaïl Haniyeh, le chef de l’administration du Hamas.  La maison se trouve dans le camp de réfugiés de Chati, au nord-ouest de Gaza.
Beaucoup d’Israéliens ont peu dormi dans la nuit du 28 au 29 juillet
02h30. Les sirènes retentissent ans de nombreuses villes d’Israël, comme Tel-Aviv, Rishon Lezion, Rosh Aïn, Ramle, Yavne, Gadera, Kiryat Malachi et Ashdod. Peu de temps avant les sirènes avaient retenti dans le district d’Eshkol.
Selon les rapports préliminaires, le système de défense antimissile "Iron Dome" a détruit 3 missiles au-dessus du secteur de Gush Dan, Ashdod et Gadera. Deux autres roquettes ont explosé dans le secteur Goush Dan sans faire ni victimes ni dégâts. 
03h00. Les sirènes retentissent à nouveau à Ashkelon et les établissements situés sur le territoire du Conseil régional de Hof Ashkelon.
04h00. A nouveau les sirènes à Hof Ashkelon.
04h30. Et  sur le territoire du conseil régional de Shaar Hanegev.
04h35. L’armée de l’air israélienne a attaqué les bureaux de la station de radio du Hamas et et de sa chaîne de télévision "Al-Aqsa".
05h00. Sirènes d’alarme à Shaar Hanegev.
06:00. Et à Sderot.
L'unique centrale électrique de la bande de Gaza a cessé de fonctionner après son bombardement par l'armée israélienne dans la nuit. Les bombes ont endommagé le générateur de vapeur et les réservoirs de carburant qui ont pris feu.
11.15. Quatre roquettes ont explosé au-dessus du district régional d’Eshkol, et deux ont été détruites par le système "Iron Dome" près d'Ashkelon.
13h30. Deux volées de missiles ont visé Sderot.
15h00. Les palestiniens ont tiré sur Hof Ashkelon. Le missile est tombé dans un terrain vague.
16.00. Le secrétaire du Comité exécutif de l'OLP, Yasser Abd Rabbo, a déclaré lors d'une conférence de presse à Ramallah que toutes les factions palestiniennes, dont le Hamas et le "Jihad islamique" étaient prêtes à une trêve humanitaire de 24 heures. Rabbo a ajouté qu’ils étaient prêts à examiner "dans un esprit positif" une proposition de l'ONU pour un cessez-le feu de trois jours  Le vice-président du bureau politique du Hamas, Moussa Abou Marzouk,  a déclaré que cette initiative avait été convenue avec la direction du Hamas et était entièrement une «initiative de Ramallah." Il a également indiqué que des représentants du Hamas partiront pour le Caire pour discuter des termes du cessez-le-feu. Pour l’instant, Jérusalem n’a pas officiellement répondu à Ramallah. 
17h25. Treize civils palestiniens ont été tués mardi après-midi par des tirs d'artillerie israéliens à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, non loin de la frontière avec Israël.
17h40. L'armée israélienne a tué cinq combattants palestiniens alors qu’ils bondissaient d’un tunnel à l'intérieur de la bande de Gaza et ouvraient le feu sur les troupes israéliennes. Celles-ci ont riposté mettant les cinq attaquants hors de combat.
22h00. Hamas rejettera tout cessez-le feu sans un arrêt des frappes militaires israéliennes et la levée du blocus de la bande de Gaza, a prévenu mardi Mohammed Deif, le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, lors d’une déclaration lue sur la radio et la télévision du Hamas, avec la photo du logo de l'organisation armée. 

Vidéos - Côté israélien
La brigade Nahal en opération au nord de Gaza :
https://www.youtube.com/watch?v=DZfzzdw38iQ&list=UUaw...
Un tunnel du Hamas menant en Israël détruit par Tsahal :
https://www.youtube.com/watch?v=Wovvt8yBfGU&list=UUaw...

Vidéos – côté gazaoui
Une vidéo de propagande mise en ligne sur un site islamiste montre les combattants des brigades Ezzedine al-Qassam (la branche armée du Hamas) :
https://www.youtube.com/watch?v=ANuMwN7TCFw&feature=p...
La vidéo est intitulée (en Indonésien) « On vous attend les juifs ! »
Je rappelle que le Hamas (Brigades Ezzedine al-Qassam) et le Jihad islamique comptent environ 17 000 combattants selon des sources israéliennes.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

08:02 Publié dans Brigades Ezzedine al-Qassam, Gaza, Hamas, Israel, Jihad islamique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |