03/07/2014

L’Etat islamique s’étend en Syrie

Les Jihadistes de l’Etat Islamique (EI) ont pris Boukamal, une importante ville à la frontière irakienne
Après une bataille féroce entre l’armée de l’Etat islamique (EI – anciennement EIIL), et le Front Islamique auquel se sont joints  quelques éléments du Front al-Nosra, tout au moins ceux qui n’avaient pas encore fait défection pour rejoindre l’EI, la ville de Boukamal, à la frontière irako-syrienne, est tombée entre les mains des Jihadistes de l’Etat islamique. Il faut dire que l’EI avait mis les moyens, envoyant des renforts d’Irak et du matériel militaire pris à l’armée irakienne.  Les avions de chasse syriens ont aussitôt mené des raids sur Boukamal dès l’annonce de sa chute.
La prise de Boukamal donne à l’Etat islamique une continuité territoriale avec la ville irakienne d’al-Qaïm, prise il y a quelques jours.
Les Jihadistes de l’EI lançaient aussitôt une offensive contre un bastion du Front al-Nosra, situé à Cheil, à 100 kilomètres au nord de Boukamal.

L’EI contrôle la quasi-totalité de la province de Deir ez-Zhor
Les jihadistes de l’État islamique (EI, ou Daech) contrôlent désormais la quasi-totalité de la province de Deir Ezzor, à l'est de la Syrie et à la frontière avec l'Irak. La plupart des brigades rebelles opposées à l’Etat islamique se sont retirées. 
Les combattants de l’EI ont hissé le drapeau noir des Abbassides sur les bâtiments officiels de la ville de Mayadeen après que celle-ci soit tombée, le jeudi 4 juillet, entre leurs mains. Les Islamistes du front Al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) se sont soit enfuis, soit ralliés à l’Etat islamique. Des rebelles islamistes ont également prêté allégeance à l’EI dans les villes de Chouheil et Aachara, ce qui a permis aux Jihadistes de l’EI de s’en emparer. 

L'Etat islamique prenne un des plus grands champs pétroliers de Syrie
Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont également pris le contrôle jeudi 4 juillet du champ pétrolier d'al-Omar dans l'est de la Syrie, un des plus grands du pays.
En 2011, la production de ce champ s'élevait à près de 30.000 barils par jour.
En novembre 2013, le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, qui s’était emparé du champ pétrolier d’al-Omar vendait encore 10.000 barils/jour,

Relire l’histoire des Croisades
Il est peut être utile aux lecteurs de relire l’histoire des Croisades pour comprendre que les dirigeants de l’Etat islamique ont l’intention d’étendre le califat, dont ils viennent d’annoncer la renaissance, d’Alep, en passant par Damas, jusqu’à Bagdad. L’objectif final des Jihadistes est évidemment le Sahel, la plaine palestinienne et donc l’Etat d’Israël. C’est pourquoi l’Etat hébreu doit tout faire pour aider les opposants de l’Etat islamique.

L’Etat islamique recule dans la région de Damas
Mais pour l’instant, les armes ne semblent pas tourner à l’avantage de l’Etat islamique dans la région de Damas. Les Jihadistes de l’Etat islamique ont été défaits dans la région de la Ghouta orientale par une coalition de rebelles du Front islamique (pro-saoudien), de soldats de l’Armée syrienne libre (ASL) et du Front al-Nosra, malgré la défection de dizaines de membres du Front au profit de l’Etat islamique.
La bataille n’a pas été sans provoque d’importantes pertes de part et d’autre. Il semble que Zahrane Allouche, le commandant de l’Armée islamique, la principale brigade du Front Islamique (pro saoudien) aurait été tué, mercredi 3 juillet, dans le bombardement de son siège dans la localité Meydeat, dans la Ghouta orientale. Il était en réunion avec d’autres commandants de la rébellion et on dit que des dizaines de chefs auraient été tués dans le bombardement.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

 

19:19 Publié dans Boukamal, Deir ez-Zhor, Etat Islamique, Front al-Nosra, Ghouta orientale, Syrie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

30/06/2014

Renaissance du Califat

Qu’est-ce que le califat ?
La notion d’un califat est apparue avec les quatre premiers califes qui ont régné après la mort du prophète. Le califat a vraiment connu son âge d’or au temps des Omeyyades (661-750) et surtout des Abbassides (750-1517). Il a été aboli en 1924, suivant le démantèlement de l’Empire ottoman après la première guerre mondiale. 

Lire la suite

29/06/2014

Violents combats entre Islamistes dans la banlieue de Damas

Les Islamistes de l’EIIL veulent maintenant conquérir la Ghouta orientale
Fort de ses succès en Irak et disposant d’un impressionnant arsenal militaire qu’il a pris à l’armée irakienne et dont une partie a été transportée en Syrie, l’EIIL convoite désormais la Ghouta orientale et tente depuis quelques jours de la conquérir.

La Ghouta orientale est une place forte du Front Islamique
La capitale de la Ghouta orientale, Douma, est le fief du Front Islamique, une coalition de milices armées, dirigée par Zahrane Allouche, le chef de Jeich al-Islam (l’Armée islamique), qui constitue la principale force du Front dans cette région. Soutenu par l’Arabie saoudite, le Front al-Nosra, affilié à al-Qaïda et son représentant en Syrie, combat  aux côtés du Front Islamique.
Les combats entre Islamistes sont d’une violence inouïe.

Les combattants de l’EIIL reçoivent le renfort de membres du Front al-Nosra
Des combattants de l’EIIL se sont infiltrés dernièrement à Douma. Ils ont reçu le renfort de cinq dirigeants du front al-Nosra et de leurs hommes qui ont décidé de rejoindre les rangs de l’EIIL, comme à Boukamal, et de prêter allégeance à son cher, Abou Baker al-Baghdadi. On s’attend à ce que d’autres éléments suivent leur exemple.

Zahrane Allouche ordonne d’exécuter tout membre de l’EIIL
Du coup, c’est la mobilisation générale dans les rangs du Front Islamique. Zharane Allouche a donné l’ordre d’exécuter sur le champ quiconque soutiendrait l’EIIL.
Quatre jours après que cet ordre ait été donné, on apprenait que le chef religieux de l’EIIL dans la Ghouta orientale, le Saoudien Abdel Majid al-Outaïbi, plus connu sous son nom de guerre Karine al-Kallache, était retrouvé décapité. L’EIIL accusait aussitôt le Front Islamique d’être responsable de son exécution et promettait de se venger en tuant Zahrane Allouche lui-même.
Sans doute dans le but de mettre leur menace à exécution, une énorme explosion à la voiture piégée détruisait, samedi 28 juin,  le siège de Jeich al-Islam (l’armée islamique), tuant vingt personnes. Peu de temps avant l’attentat, Jeich al-Islam avait lancé un assaut contre des positions de l’EIIL dans les localités de Douma et Misraba. 

Pendant ce temps...
Pendant ce temps, les forces fidèles au régime syrien poursuivent leurs bombardements des régions orientales de Damas.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

19:36 Publié dans Arabie saoudite, Douma, Etat Islamique, Front al-Nosra, Ghouta orientale, Syrie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |