17/08/2014

Comment les Iraniens ont lâché Nouri al-Maliki, le premier ministre irakien

Au lendemain de l'offensive éclair des insurgés sunnites en Juin, l'Iran avait donné son ferme soutien au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, alors même que le Guide suprême - contredisant le président Rohani - affirmait qu'il n'y aurait pas de coopération avec les Etats-Unis pour repousser la menace de l'État islamique. Téhéran avait fourni des conseillers militaires, y compris le chef de la Force d’élite al-Qods et des troupes pour aider les forces irakiennes, tout en proclamant défendre l'unité et la stabilité de l’Irak.
Cependant, l'Iran a modifié sa position à la mi-juillet affirmant que – tout en maintenant son appui loyal au gouvernement irakien – il n’était pas nécessaire que Nouri al-Maliki reste comme Premier ministre. Et la semaine dernière, l’Iran a donné le coup de grâce politique à Maliki, affirmant qu’il devait quitter le pouvoir au profit de son remplaçant Haidar al-Abadi.

Lire la suite

17:13 Publié dans Bagdad, Etat Islamique, Etats-Unis, Force al-Qods, Haïdar Abadi, Irak, Iran, Kurdistan, Nouri al-Maliki | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

05/07/2014

Un pilote iranien tué dans des combats en Irak

Un pilote iranien membre de la force al-Qods tué à Samarra
Un pilote iranien a été tué dans des combats en Irak. C’est la première perte militaire officiellement reconnue par Téhéran qui continue pourtant d’affirmer qu’il n’a pas envoyé de soldats en Irak pour aider le gouvernement de Nouri al-Maliki à contrer l’offensive des insurgés sunnites.
Le pilote tué début juillet, le colonel Shoja’at Alamdari Mourjani, aurait été tué, selon l’agence officielle iranienne Irna, en défendant les lieux saints chiites de Samarra. Le pilote appartiendrait à la Force al-Qods, l’unité d'élite de la Garde révolutionnaire iranienne.

Samarra, disputée par les Sunnites et l’armée irakienne soutenue par les milices chiites
Samarra est un des points chauds du conflit déchirant actuellement l'Irak. Cette ville majoritairement sunnite, que les insurgés tentent de prendre, abrite un mausolée chiite dont la destruction partielle dans un attentat en 2006 avait déclenché un conflit entre chiites et sunnites qui a fait des dizaines de milliers de morts.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

15:40 Publié dans Force al-Qods, Irak, Iran, Samarra | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

13/06/2014

Des unités des Gardiens de la Révolution iraniens ont été acheminées vers l’Irak

Des unités de la force al-Qods en Irak
Au moins trois bataillons des Forces al-Qods, l’unité d'élite des Gardiens de la Révolution iraniens, ont été dépêchés pour aider à la lutte contre l’EIIL qui progresse vers Bagdad.
Une unité de gardes qui était déjà en Irak a pris part aux combats aux côtés de l'armée irakienne dans la ville de Tikrit, le jeudi 12 juin.
Deux autres unités d’al-Qods viennent d’entrer en Irak  pour protéger Bagdad et les villes chiites saintes de Kerbala et Najaf. Il s’agit d’unités qui servaient dans les provinces frontalières proches de l’Irak.  Les membres de ces unités sont très expérimentés dans la guérilla en raison des soulèvements séparatistes actifs dans ces régions. Ces commandos ont souvent participé à des combats en Syrie.

Le commandant en chef d’al-Qods, le général Qasem Suleimani est à Bagdad
Général Qasem Sulaimani, le commandant des Forces al-Qods et l'un des plus puissants chefs militaires iraniens, s'est rendu à Bagdad cette semaine pour coordonner l’activité ses unités avec les forces irakiennes.
 
L’Iran a placé ses troupes en état d’alerte
L'Iran a également placé ses troupes en état d'alerte le long de sa frontière avec l'Irak et a donné l'autorisation à son armée de l'air de bombarder les forces rebelles dans le cas ou celles-ci s’approcheraient à moins de 100 kilomètres de la frontière de l'Iran, selon un général de l'armée iranienne.

Des volontaires chiites déployés en Syrie pourraient gagner l’Irak
En outre, il est envisagé de transférer en Irak des volontaires chiites actuellement déployés en Syrie, ceci dans le cas où les déploiements initiaux ne parviendraient pas à inverser le cours de la bataille en faveur du gouvernement de M. Maliki.

Défendre Kerbala et Najaf coûte que coûte !
L'enjeu pour n'est pas seulement la survie du pouvoir chiite à Bagdad, mais la sécurité de Kerbala et Najaf, qui, avec La Mecque et Médine sont considérés comme des lieux sacrés pour les Chiites du monde entier.
La menace qui pèse sur ces lieux saints a été prise d’autant plus au sérieux qu’un porte-parole de l’EIIL, Abou Mohamad al-Adnani, a exhorté les combattants sunnites à marcher vers Karbala et la « ville de polythéiste" de Najaf
Pour les Iraniens, il n’y a aucun doute que la bataille qui se déroule en Irak est une bataille confessionnelle entre Sunnites et Chiites et donc entre l’Iran et l’Arabie saoudite. 

L’opinion iranienne soutient une intervention en Irak
L'opinion publique iranienne soutient pour l’instant l’idée d’une forte intervention en Irak pour mettre un terme à la menace croissante des jihadistes sunnites dans la région.  A noter qu’en ce qui concerne la guerre en Syrie, l'opinion iranienne est très divisée.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)