06/11/2014

4 au 6 novembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen orient

 

film « Son of Babylon »
Une fois n’est pas coutume. On va commencer par un magnifique film kurde (sous-titré en arabe) sur les misères du peuple irakien. Le film retrace les pérégrinations d’une mère kurde et de son fils à la recherche du mari et père sans doute disparu lors de la répression du peuple kurde sous Saddam Hussein. Un film d’une humanité profonde. A voir absolument même si on ne comprend pas l’arabe:
https://www.youtube.com/watch?v=Q9BK768W69o&list=UUNo...

Lire la suite

24/10/2014

23 et 24 octobre – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

« Confronté à un défi sans précédent, œuvre de forces maléfiques ayant montré à plusieurs reprises leur mépris total des vies humaines, le monde occidental est aujourd'hui au pied du mur. De l'attitude qu'il aura le courage d'adopter dépend le sort d'une nation et d'une région en entier. Quelque forme qu'elle puisse prendre, la fermeté sera un signe de détermination à sauver le Liban et, avec lui, la crédibilité des puissances démocratiques à travers le monde. Par contre, tout indice de faiblesse ne pourra que signifier une capitulation devant le crime qui, malheureusement, dans cette partie meurtrie et saignée à blanc de l'Orient, a prouvé à maintes reprises qu'il paie (...) »
Ces phrases ont été écrites dans le quotidien « L’Orient-le-Jour » le 24 octobre 1983 au lendemain de la destruction du QG des forces américaines et de celui des forces françaises à Beyrouth.
La question reste toujours d’actualité.

Lire la suite

20/10/2014

20 octobre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Turquie

La Turquie laisse passer les renforts kurdes vers Kobane
La Turquie a finalement cédé devant les menaces de plus en plus précises de l’administration américaine et de l’Union Européenne. Elle a accepté de laisser passer armes et combattants kurdes d’Irak en Syrie à travers le territoire turque.
La Turquie a pris des mesures pour aider les combattants kurdes d'Irak à rejoindre, via son territoire, la ville syrienne kurde de Kobané assiégée par les jihadistes, a annoncé lundi 20 octobre le ministre turc des Affaires étrangères, Mevul Cavusoglu.
"Nous aidons les forces des pechmergas kurdes à franchir la frontière pour aller à Kobané. Nos discussions à ce sujet continuent", a déclaré M. Cavusoglu lors d'une conférence de presse avec son homologue tunisien, Mongi Hamdi, sans donner d'autres précisions.
Le changement de ton d’Ankara est intervenu moins de vingt quatre heures après que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ait de nouveau accusé, dimanche 19 octobre, le principal parti kurde de Syrie, le Parti d'union démocratique (PYD), dont l’YPG est la branche armée, d'être une "organisation terroriste", lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Les Turcs auraient obtenu, en échange de leur acceptation, que la résistance kurde syrienne fasse allégeance à l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK) et son président, Jalal Talabani. L’UPK entretient de bonnes relations avec la Turquie, contrairement à l’YPG qui est plutôt alliée au PKK, un Parti interdit par Ankara.
Les Peshmergas (Kurdes irakiens) n’ont pas tardé à traverser la Turquie pour gagner Kobane à la frontière turco-syrienne comme en témoigne cette vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=Ge1MqCvob7o&feature=p...
Les Peshmergas entrent à Kobane :
https://www.youtube.com/watch?v=WkYbZiJ5Hqo&feature=p...
 
Front syrien

Bataille d’Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
L’armée américaine a largué à l’aube du dimanche 19 octobre des armes légères, des munitions et du matériel médical sur Kobane. Les armes auraient été prises sur les stocks des Peshmergas irakiens et largués par trois avions cargos C-130 américains qui ont effectué plusieurs largages.
« Il semble que la vaste majorité des largages d’armes ait atteint les Kurdes, a indiqué un haut responsable américain, et les C-130 n’ont eu à faire à aucune résistance en Syrie pendant leurs survols, ni à l’entrée ni à la sortie de l’espace aérien. »
Les Américains ont cependant été obligés de détruire une des palettes de matériel qui s'était égarée lors du largage aux Kurdes l’YPG assiégés dans la ville de Kobané, pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains des Jihadistes du califat islamique. 
Les Américains ont en même temps poursuivi leur offensive aérienne avec six nouvelles frappes dimanche 19 et lundi 20 octobre a précisé le Centcom. Depuis fin septembre, plus de 135 raids aériens ont été menés autour de Kobané. Les raids conduits dimanche et lundi ont détruit des positions de combats et de mortiers des Jihadistes ainsi qu'un de leurs véhicules.
Vidéo d’un largage :
https://www.youtube.com/watch?v=QkhOd6bLDaA&feature=y...
Redur Xelil, le porte-parole des Unités de protection du peuple (YPG) a confirmé à l'AFP l'arrivée de ces armes et précisé qu'elles "aideront grandement" et auront "un effet positif" sur les opérations militaires contre l'EI.

Cruauté dans le califat islamique
Un régime de terreur s’est abattu sur les régions conquises par l’Etat islamique. Le dernier acte de cruauté en date concerne l’exécution puis la crucifixion, dans le nord de la Syrie, d’un homme accusé d’avoir photographié des installations jihadistes. L’exécution a eu lieu à al-Bab, une ville de la province d'Alep aux mains des califatistes. L'homme a été crucifié sur une croix en fer avec une pancarte autour du cou sur laquelle était inscrit : « Abdallah al-Buchi. Crime : avoir filmé des positions de l'EI pour 500 livres turques (222 USD) par vidéo. » « Jugement : exécution puis crucifixion durant trois jours ».

Front irakien

Bagdad
Un nouvel attentat suicide a ensanglanté Bagdad. L’attentat visait des fidèles à la sortie de la mosquée chiite Husseiniyat al-Khayrat" à l'issue de la prière de la mi-journée à Sinak, un secteur du centre de la capitale. Le bilan des victimes s’élève pour l’instant à onze personnes tuées.
 
Activité de la coalition internationale
Les Américains, assistés des Français et des Britanniques, ont procédé à six frappes aériennes en coordination avec les troupes irakiennes au sol: deux au sud-est de Fallouja, trois au sud de la raffinerie de Baïji et une autre au sud de Baïji.
Le ministère français de la défense a confirmé que l'aviation française avait procédé, dimanche 19 octobre, à une nouvelle frappe aérienne contre les Jihadistes de l’Etat islamique (EI) lors "d'une mission d'appui des troupes irakiennes au sol".
"Le 19 octobre, au cours d'une mission d'appui des troupes irakiennes au sol, deux Rafale français ont détruit deux pick-up du groupe terroriste Daech" (un des acronymes arabes du groupe EI), a indiqué le ministère de la défense française. "Cette frappe s'inscrit dans le cadre de l'appui de la coalition à l'offensive des forces armées irakiennes dans la région de Baiji-Tikrit", a-t-il souligné.
"Au cours d'une mission de reconnaissance armée dans la région de Tikrit, à 200 km au nord de Bagdad, des objectifs mobiles ont été transmis en vol aux équipages. Après leur identification et la confirmation de leur caractère hostile par les pilotes des Rafale, ils ont été traités par trois bombes guidées laser GBU 12. Les chasseurs français, équipés de pod de désignation Damocles (système de désignation de cible), ont porté leurs frappes entre 12H15 et 13H15 (heure de Paris)", précise le ministère dans un communiqué.
"Durant ce vol d'environ huit heures, les deux Rafale ont été ravitaillés à cinq reprises par les avions alliés américains et australiens engagés sur zone", indique le ministère dans ce communiqué.
"Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s'appuient sur neuf avions Rafale, 1 avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2", a précisé le ministère.

Front yéménite

Guerre sunnite-chite
La guerre entre les communautés sunnite et chiite prend de l’ampleur au Yémen. De violents affrontements se déroulent actuellement dans la province de Baïda, où de violents affrontements opposent des combattants d'al-Qaïda, appuyés par des membres des tribus sunnites, aux rebelles chiites qui tentent d'étendre leur emprise territoriale. C’est dans ce contexte qu’un attentat suicide a visé une position des rebelles chiites à Radha, au sud de Sanaa. L’attentat à la voiture piégée contre un barrage tenu par des rebelles chiites a tué au moins 15 personnes, dont des enfants, lundi 20 octobre.

Iran/Pakistan

L’Iran rappelle le Pakistan à l'ordre
Le commandant en chef adjoint des forces terrestres des Pasdarans (Gardiens de la révolution) en Ré[ublique islamique d'Iran (RII) le général Abdellah Eraghi a menacé quiconque porterait atteinte à l’intégrité territoriale de l’Iran, visant clairement le Pakistan dont sont parties, récemment plusieurs attaques jihadistes. « La République islamique d’Iran ripostera  à toute agression ennemie en toute légitimité » a-t-il affirmé.

Pasdaran_Abdallah_Araghi.jpg

Général Abdellah Eraghi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" L’Iran est un pays indépendant qui a coexisté de façon pacifique pendant des siècles avec ses voisins. Toute agression venue des frontières est du pays sera repoussé en toute légitimité », a-t-il martelé.
Eraghi faisait mention aux attaques qui ont eu lieu récemment contre des garde-frontières iraniens. Les assaillants venaient du territoire pakistanais.
 « Ces éléments cherchent à faire croire à l'insécurité de nos frontières. Un poste frontalier a été pris pour cible la semaine dernière avant d'être repoussée violemment par les tribus de Sistan, la force AlQods et les forces des Pasdaran », a-t-il indiqué.

Jean René Belliard