ÉTATS-UNIS - Page 3

  • Golfe d’Oman: deux pétroliers visés dans le golfe d’Oman

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

    Deux pétroliers croisant dans le golfe d’Oman ont été évacués après un « incident » et les équipages sont sains et saufs, selon des sources maritimes citées jeudi matin par l’agence Reuters.
    La marine britannique a rapporté, de son côté, un « incident indéterminé » dans le golfe d’Oman, un mois après le mystérieux sabotage de quatre navires au large des Émirats arabes unis qui a accru les tensions entre l’Iran et les États-Unis, selon l’agence de presse Associated Press.
    « Le Royaume-Uni et ses partenaires sont en train d’enquêter », a déclaré l’United Kingdom Marine Trade Operations (UKMTO) sur son site internet, sans donner de précisions.
    Selon le site de la télévision d’État iranienne, qui cite des informations de la chaîne panarabe al-Mayadeen, deux explosions ont touché deux pétroliers.
    Une torpille aurait touché le pétrolier « Front Altair » appartenant à une compagnie norvégienne au large de l’émirat de Fujairah aux Émirats arabes unis, a déclaré l’agence de presse Reuters citant Winds Winds.
    Des sources locales ont indiqué que l’un des deux transporteurs était le « Front Altair », battant pavillon des îles Marshall, alors que le second pétrolier s’appelait « Kokuka courageous ». Le Kokuka Courageous est un pétrolier exploité par la société japonaise de transport maritime Kokuka Sangyo. Il battait pavillon du Panama.
    L’un des responsables aurait déclaré que le capitaine et l’équipage du pétrolier « Kokuka Courageous » avaient été retrouvés dans un bateau de sauvetage, soulignant que le pétrolier se trouvait toujours dans le golfe d’Oman et ne risquait pas de couler. L’attaque aurait causé des dommages au côté droit du pétrolier. Un des membres de l’équipage a été légèrement blessé.
    Le « Kokuka Courageous » était en route de Jubail, en Arabie Saoudite, à destination de Singapour. Il était chargé de méthanol. Le chargement de méthanol serait intact.
    Le pétrolier « Front Altair » avait chargé du pétrole à Abou Dhabi. Un incendie se serait déclaré à bord. Selon les premières indications, il aurait été touché par une torpille. L’équipage était composé principalement de citoyens de Russie, de Géorgie et des Philippines.
    Le journal norvégien VG a cité un porte-parole de la compagnie maritime norvégienne Frontline, affirmant que la compagnie avait confirmé que son pétrolier était en feu. Le porte-parole de la compagnie a ajouté qu’un navire à proximité avait récupéré les 23 membres d’équipage et les avait transporté dans un endroit sûr.
    « Front Altair » transportait 75 000 tonnes de naphte. Il semble avoir été torpillé » vers midi à l’heure de Taïwan (4h00 GMT), a indiqué Wu I-fang, responsable de la division pétrochimique de la société. Il a confirmé que tous les membres de l’équipage étaient sains et saufs.
    Front-Altair a été aperçu pour la dernière fois dans le golfe d’Oman, au large des côtes iraniennes, après avoir chargé sa cargaison à Ruwais aux Émirats arabes unis.
    Aux dernières nouvelles, il aurait finalement coulé.
    La Ve Flotte américaine a reçu deux appels de détresse de navires « attaqués »
    La Ve Flotte américaine a fait état de deux « appels de détresse » tôt jeudi matin émanant de pétroliers dans le Golfe d’Oman qui auraient été la cible d’une « attaque ».
    « Nous sommes au courant d’une attaque signalée contre des pétroliers dans le Golfe d’Oman », a déclaré le commandant Joshua Fry, porte-parole de la Ve Flotte américaine basée à Bahreïn, dans un communiqué. « Des forces navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts, à 06h12 locales et un second à 07h00 locales », a-t-elle ajouté. Le communiqué précise que « des navires américains sont dans la zone et prêtent assistance ».
    L’Iran a porté secours à 44 marins
    L’Iran a porté secours jeudi à « deux tankers étrangers » ayant eu un « accident » en matinée en mer d’Oman, a rapporté l’agence officielle iranienne Irna, citant « une source informée ».
    « Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine (iranienne) de la province d’Hormozgan (sud de l’Iran, NDLR) et transférés au port de Bandar-é Jask », écrit Irna.
    Les cours du pétrole flambent
    Les prix du pétrole bondissaient de près de 3% jeudi au début des échanges européens, les opérateurs s’inquiétant de la situation dans le Golfe après deux « appels de détresse » émanant de pétroliers qui auraient été la cible d’une « attaque ».
    Vers 08H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août grimpait de 1,70 dollar (2,83%) à 61,67 dollars. Le baril de WTI pour livraison en juillet montait de 1,38 dollar (2,70%) à 52,52 dollars.
    Une attaque déjà le 12 mai
    Le 12 mai, quatre navires – deux saoudiens, un émirati et un norvégien – ont été la cible d' »actes de sabotage » au large de Fujaïrah, membre des Émirats arabes unis. Fujaïrah est le seul émirat de la fédération situé sur la côte de la mer d’Arabie, au sud du détroit d’Ormuz, par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe. Téhéran, qui a menacé à plusieurs reprises de fermer ce détroit stratégique, juge ces actes « alarmants ».

    Articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 13 juin 2019

    • Afghanistan: Attentat dans l’est du pays – au moins 9 morts – Abonnés
    • Belgique: les Kurdes ont remis à la Belgique cinq orphelins de familles de jihadistes – Abonnés
    • Gaza : raid aérien israélien contre une position du Hamas après un tir de roquette – Abonnés
    • Golfe d’Oman: deux pétroliers attaqués dans le golfe d’Oman – L’un d’eux a coulé – Lecture libre
  • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    La semaine dernière, Associated Press a publié un article sur les  drones utilisés par les combattants houthis du Yémen pour attaquer des cibles stratégiques ennemies.
    Cette publication est citée par de nombreux médias arabes qui affirment que des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite et quatre navires marchands près du port de Fujairah dans les Emirats arabes unis ont été attaqués au cours des dix derniers jours.
    Il apparait que les Houthis ont à disposition des drones iraniens. La publication d’AP évalue que ces drones peuvent opérer à une distance allant jusqu’à 1 500 km, et s’ils sont lancés depuis le Yémen, ils pourraient atteindre la centrale nucléaire en construction à l’ouest des EAU et l’aéroport international à Dubaï.
    AP apporte la preuve que l’attaque des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite a été menée à l’aide de drones. Les Houthis confirment avoir utilisé des drones pour effectuer cette opération. A noter que les Houthis utilisent des drones de combat depuis mars 2015, aussi bien en reconnaissance que dans des missions d’attaque.
    L’Associated Press publie la photo d’un des drones utilisés par les Houthis : Il s’agit d’un drone de 4,5 mètres d’envergure avec une poutre de queue en V, équipé d’un moteur arrière avec des réservoirs de carburant supplémentaires. Ce drone peut porter une charge de combat jusqu’à 18 kg. Les experts pensent qu’un tel drone est programmé pour frapper à un point spécifique (à une certaine latitude et longitude), et sa portée peut atteindre 1500 kilomètres.
    La rédaction a demandé à Denis Fedutinov, l’un des principaux spécialistes russes dans le domaine des véhicules aériens téléguidés, de lui faire part de ses commentaires. « Il y a eu une certaine évolution (si le mot est approprié dans ce contexte) dans l’utilisation des véhicules aériens sans pilote. Les drones kamikazes ont déjà été utilisés non seulement contre les forces de l’ordre, mais aussi pour des événements de masse et pour des personnalités politiques, comme le défilé au Venezuela, qui en est un exemple. Les aéroports sont de plus en plus visés, ce qui, heureusement, n’a pas encore eu de conséquences tragiques. Aujourd’hui, nous constatons qu’on utilise des drones pour attaquer des infrastructures dans l’espoir de causer des dommages économiques à l’ennemi. Nous pouvons supposer qu’à l’avenir, on peut s’attendre à ce que d’autres secteurs de l’énergie, des communications, des transports, etc. soient la cible des véhicules aériens sans pilote et que ces risques, bien sûr, doivent être pris en compte dans leur conception et leur exploitation « , a déclaré Fedutinov.
    Répondant à une question de notre équipe éditoriale sur l’évaluation de la portée maximale du drone houthi (1 500 km), Fedutinov a déclaré : « On peut supposer qu’un tel drone d’une masse au décollage de plusieurs dizaines de kilogrammes, transportant à son bord environ 10 kg de charge explosive, sera capable d’effectuer des vols de plus de 10 heures qui, à la vitesse de croisière, typique pour ces drones, donneront des paramètres similaires à la portée maximale annoncée.
    Contre Israël, l’Iran utilise généralement ses forces de substitution, le Hezbollah libanais, ainsi que le Djihad islamique et le Hamas à Gaza. Mais la distance entre la frontière occidentale de l’Iran et toute cible en Israël n’est pas supérieure à 1500 km.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 20 mai 2019

    • Arabie saoudite: Deux missiles interceptés dans le ciel saoudien, l’un d’eux aurait eu pour cible la Mecque – Abonnés
    • Egypte : 12 jihadistes tués dans une opération de police, annonce le ministère de l’Intérieur – Abonnés
    • Irak : La fusée tirée dimanche soir dans la zone verte de Bagdad aurait été lancée depuis une zone contrôlée par des milices chiites soutenues par l’Iran – Abonnés
    • Irak : Incidents sécuritaires – Abonnés
    • Mali : 7 personnes, dont 2 gendarmes, tuées par des assaillants dans le Sud – Abonnés
    • Mali : Un soldat nigérian tué, trois blessés dans des attaques au Mali – Abonnés
    • Syrie : au moins 10 civils tués dans des frappes russes sur Idleb – Abonnés
    • Tadjkistan : émeute de prisonniers jihadistes, 32 morts – Abonnés
    • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km – Lire l’article complet
  • Egypte: 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes au Caire

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal) 

    Dix-sept personnes, originaires d’Egypte et d’Afrique du Sud, ont été blessées dimanche dans une explosion visant un bus de touristes près des célèbres pyramides égyptiennes de Guizeh (est du Caire), a-t-on appris de sources sécuritaire et médicale.
    Un engin explosif a détoné au passage d’un autocar de tourisme transportant 25 ressortissants d’Afrique du sud. Un véhicule privé transportant quatre Egyptiens a également été touché par l’explosion.
    Des témoins ont prétendu qu’un engin explosif aurait été planté des deux côtés de la route et explosé au moment du passage du bus touristique.
    Les blessures des passagers seraient légères, provoquées surtout par les éclats de verre des fenêtres des véhicules.
    Des images des lieux de l’explosion circulant sur les réseaux sociaux montrent le bus endommagé et des débris sur la route.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 15 mai 2019

    • Egypte: 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes au Caire – Lire l’article
    • Irak : Incidents sécuritaires – Abonnés
    • L’Iran ne veut pas la guerre mais ne la craint pas, assure le commandant des Pasdarans – Abonnés
    • Syrie: L’armée israélienne attaque depuis deux jours les installations militaires iraniennes et du Hezbollah au sud de Damas – Abonnés
    • Syrie: Le Front National de Libération (soutenu par la Turquie) a diffusé plusieurs vidéos des combats contre l’Armée Arabe syrienne (AAS) – Abonnés
    • Yémen : Vidéo des combats dans la province de Dale’e – Abonnés