ÉTATS-UNIS - Page 2

  • Irak: En représailles à la mort d’un Américain, l’armée US frappe cinq bases du Hezbollah irakien en Irak et Syrie

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le Pentagone a annoncé que des avions de guerre de l’armée de l’air américaine avaient lancé des raids contre le siège de la milice irakienne du Hezbollah.
    Les forces américaines ont ciblé 5 bases appartenant à la milice irakienne du Hezbollah dans la province irakienne d’al-Anbar et en Syrie.
    Pour sa part, la coalition de milices chiites pro-iraniennes Hashd al-Chaabi a confirmé que « des avions américains avaient effectué des raids sur notre quartier général dans l’ouest d’Anbar ».
    Des avions ont effectué un raid aérien contre le QG du Hezbollah irakien, une faction du Hashd al-Chaabi ( Mobilisation populaire), près de la frontière irako-syrienne, à l’ouest d’Anbar.
    Un chef du Hashd al-Chaabi a confirmé que les 45e et 46e brigades du Hashd avaient été ciblées dans le district d'Al-Qaim, la frontière avec la Syrie dans la province d'Anbar. Selon un premier bilan, il y aurait 25 morts et 50 blessés parmi les membres du Hezbollah. 
    Commandant tué 2019:12:29.jpegParmi les morts, on compte un commandant de la 45e brigade, Abou Ali Hazali (Photo).
    De son côté, l'armée américaine a déclaré l'état d'alerte le plus élevé sur toutes les bases ou sont déployés des soldats américains en Irak.
    En août dernier, des sources ont rapporté que 3 missiles avaient visé des dépôts d'armes envoyées par l'Iran à la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi sur la base de Balad, dans la province de Salahuddin.

     

     

     

     

     

     

    forward_2.gifBreaking news:
    Un journaliste américain a été enlevé à Bagdad, sans doute en représailles à la frappe      américaine

    forward_2.gifBreaking news
    Quatre roquettes visent une base abritant des Américains près de Bagdad.

  • La Turquie menace de priver les États-Unis de l’accès à la base d’Incirlik ou sont stockées des armes nucléaires américaines

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD / LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand)

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré qu’en cas d’introduction de sanctions américaines contre la Turquie, la question de l’accès américain à la base aérienne Incirlik et à la station radar de Küredzhik pourrait être posée.
    « Les membres du Congrès américain doivent comprendre qu’ils ne parviendront à rien par des mesures coercitives « , a dit le ministre. Il a également exprimé sa volonté de trouver une alternative au F-35 américain, ajoutant que la Russie est également considérée comme un fournisseur possible.
    Il convient de noter que les armes nucléaires tactiques, en particulier les bombes B61, sont stockées sur la base d’Incirlik. Selon les médias, il y a quelques mois, le département d’État américain et le département de l’Énergie ont commencé à vérifier la possibilité de leur délocalisation, en raison de la détérioration des relations avec la Turquie.
    Le ministre des Affaires étrangères a également déclaré que toute action sur le plateau continental de la Turquie nécessiterait le consentement d’Ankara. « Si une telle tentative est faite, nous y répondrons », a-t-il dit.
    Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré la veille que l’accord sur les frontières maritimes signé avec le gouvernement libyen permet aux deux pays de mener un développement conjoint en Méditerranée orientale.
    Selon lui, la Turquie pourra forer sur le plateau continental libyen dans le plein respect du droit international. Rappelons que l’accord divise en fait la partie orientale de la zone des eaux de la mer Méditerranée entre la Turquie et la Libye.
    « D’autres acteurs internationaux ne peuvent opérer dans ces zones sans autorisation préalable. Chypre grecque, l’Egypte, la Grèce et Israël ne pourront pas poser de gazoduc sans le consentement de la Turquie « , a déclaré Reuters en citant le président turc.

    Lire la suite

  • Daech publie un manuel d’instructions pour tuer des politiciens occidentaux

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Daech a publié un manuel pour tuer les dirigeants du monde, exhortant les loups solitaires à se faire passer pour des journalistes afin de pouvoir passer des bombes en contrebande auprès de politiciens comme le président Trump.
    Lundi, al-Quraysh, un média pro-Daech, a publié un manuel intitulé ‘Comment assassiner les Leaders’, donnant aux jihadistes potentiels trois méthodes pour exécuter les ‘leaders politiques, les officiels et les chefs militaires’.
    Le manuel explique comment se faire passer pour un journaliste et comment dissimuler une arme à l’intérieur d’une caméra pour faire des ravages lors des conférences de presse.
    Le frère moudjahid, déguisé en journaliste, peut participer à des conférences de presse, des forums ou  des réunions qui lui permettent de cibler des personnalités ennemies clés. Il peut aussi utiliser la caméra comme un engin explosif ou pour cacher une arme à l’intérieur. L’affiche dit, selon le Middle East Research Institute.
    Mercredi, un média de Daech – Al-Taqwa Media Foundation – a montré un terroriste armé d’une lame en tenue militaire, debout derrière un Trump à genoux.
    La scène de l’exécution se lit comme suit : C’est ce que notre seigneur nous avait promis et il ne rompt pas une promesse, et l’Amérique pense avec ses alliés qu’ils font peur aux croyants ou qu’ils sont en train de vaincre les moudjahidin.
    Malgré la mort du chef de l’Etat islamique, Abu Bakr al-Baghdadi lors d’un raid américain en Syrie le 26 octobre, le culte de la mort propre aux jihadistes répand toujours son idéologie morbide du carnage dans les médias sociaux.
    Le guide en trois parties de Quraysh Media publié lundi propose d’autres méthodes pour attaquer des convois de VIP.
    Une deuxième tactique préconise l’utilisation de fusils de sniper à moyenne et longue portée pour attaquer les convois à partir de points d’observation élevés.
    Un loup solitaire peut perturber les convois des commandants ou leurs lieux de rassemblement en les attaquant avec des mitrailleuses ou des cocktails Molotov. dit le manuel.
    Ils peuvent également effectuer de telles opérations à l’aide d’armes blanches ou à partir d’endroits élevés.
    Enfin, le texte suggère de délimiter une zone potentielle d’attaque et de surveiller l’itinéraire d’un convoi afin d’exposer les failles de sécurité, ce qui permettrait également à l’agresseur d’envisager un  » plan de retrait « .
    C’est l’organisation Quraysh Media qui, au début du mois, a exhorté les partisans de Daech à allumer des incendies de forêt aux Etats-Unis et en Europe pour provoquer un chaos écologique.
    Le patron de l’Etat islamique, Al-Baghdadi, s’est fait exploser, avec deux de ses enfants, lors d’une opération des forces spéciales américaines sur un complexe fortement fortifié à Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le mois dernier.
    L’assaut a été un coup dur pour le groupe, qui avait déjà perdu tous les territoires qu’il détenait en Syrie et en Irak lors d’une série de défaites militaires infligée par la coalition dirigée par les Etats-Unis.
    De nombreux combattants se sont échappés par les routes de contrebande vers le nord-ouest de la Syrie dans les derniers jours de la bataille avant la défaite territoriale du groupe au début de cette année. D’autres ont disparu dans les déserts de l’est de la Syrie et de l’Irak.
    Le groupe a nommé un successeur d’al-Baghdadi quelques jours plus tard, mais on sait peu de choses sur lui ou comment la structure du groupe a été affectée par les coups successifs.

    Lire la suite