06/10/2017

SYRIE : L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)

Syrie 
Mayadin
L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)
L'Etat islamique a perdu une grande partie des vastes régions conquises en Irak et en Syrie en 2014. Elle vient de perdre Hawija, le dernier grand centre urbain qu'elle contrôlait encore en Irak. 
Mais il contrôle toujours plus de la moitié de la province de Deir ez-Zhor : les villes de Mayadin et Boukamal, les quartiers-Est de la capitale provinciale éponyme, des régions dans l'est et le sud de la province ainsi que de vastes zones désertiques.
L'armée syrienne a commencé l'assaut d'al-Mayadin, une puissante place-forte de l'EI
Le 6 octobre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés auraient commencé l'assaut de la ville de Mayadin où l'Etat islamique a transféré depuis des mois une grande partie des structures de commandement et de propagande qui se trouvaient à Raqqa, selon les renseignements américains.
Les forces gouvernementales seraient entrées dans la partie occidentale de Mayadin et auraient saisi les silos à grains, l'hyper-marché, la boulangerie, le quartier Savami al-Galyal  et le château de Rahbah. L'offensive a été appuyée par les tirs de l'artillerie syrienne et d'intenses raids aériens de l'armée de l'air russe.  
Des affrontements très violents ont également lieu dans le sud de la ville où les soldats de l'AAS ont pris le contrôle des fermes Al-Chablis et Al-Madfaiyya.
Les jihadistes de Mayadin reçoivent des renforts, des armes et des munitions à partir du territoire irakien par la ville frontalière de Boukamal.
Les unités mobiles de Daech tentent également de contrer les forces gouvernementales par de violentes contre-attaques dans le secteur de Deir ez-Zhor et le long de l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor, la principale voie d'approvisionnement des forces gouvernementales engagées dans les combats dans la province de Deir ez-Zhor. 
 
Axe de l'assaut 
Sites occupés par l'AAS 
14 civils fuyant les violences tués par des raids russes
Quatorze personnes dont des enfants ont été tuées par des frappes russes dans la province de Deir ez-Zhor.  
Elles "traversaient le fleuve de l'Euphrate sur des radeaux de fortune", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en attribuant les frappes à la Russie.
Elles fuyaient le village de Mahkane, au sud de Mayadine. Elles étaient en train de traverser le fleuve Euphrate sur des radeaux de fortune lorsqu'elles ont été prises pour cibles par les avions de guerre russes.  
L'aviation russe a intensifié ses raids dans la région de Mayadin au cours des derniers jours.
Mercredi 4 octobre, 38 civils ont été tués dans des raids russes à Deir ez-Zor, selon l'OSDH.
Jeudi 5 octobre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est dit "préoccupé" par les centaines de civils tués en Syrie, soulignant que le pays connaissait son "plus fort pic" de violences depuis la bataille d'Alep en 2016. 
L'armée russe a été plusieurs fois accusée d'avoir fait des victimes civiles dans ses frappes mais elle dément régulièrement, assurant cibler les "terroristes", en référence aux jihadistes.
  
Sukhnah 
Toujours de violents combats sur l'axe Palmyre-Deir ez-Zhor 
Situation le 6 octobre
Les jihadistes de Daech  ont  poursuivi leurs efforts pour encercler la ville stratégique d'as-Sukhnah sur l'autoroute Palmyre-Deir ez-Zhor et ont même capturé Jabal Tuntur.
Par contre, l'armée syrienne aurait réussi à repousser une attaque des jihadistes sur la partie de l'autostrade entre as-Sukhnah et Palmyre. Les es groupes d'assaut mobiles de l'Etat islamique ont mené leurs attaques avec le soutien de "tecnicals", véhicules 4X4 équipés d'armes lourdes, mitrailleuses, canons ou lance-missiles antichars. Les
combats, très intenses, sont toujours en cours. 
La situation compliquée pour les forces gouvernementales sur l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor  pourrait avoir un impact sur l'offensive menée actuellement contre les jihadistes retranchés à al-Mayadin.
 
Pour recevoir la newsletter complète, écrire à ptolemee@belliard74.com

 

04/10/2017

L'Etat islamique attaque le tribunal de Misrata

Libye 
Misrata
L'Etat islamique attaque le tribunal de Misrata 
Deux militants de l'Etat islamique ont lancé une attaque contre le tribunal de la ville de Misrata. 
Les jihadistes sont entrés à l'intérieur du bâtiment et ont commencé à tirer au fusil d'assaut AK-47 et au RPG (Rocket Propelled Gun). Un des jihadistes est alors monté à l'étage où il s'est fait exploser.
L'agence Amaq, affiliée à l'Etat islamique, a revendiqué l'attaque au nom de Daech précisant que l'attaque avait été menée par des «Ingimasi [kamikazes] du califat».  
Les deux militants de l'Etat islamique seraient arrivés devant le bâtiment du tribunal dans une voiture aux vitres teintées. L'attaque a eu lieu alors que le procès de membres de Daech
se déroulait dans le bâtiment.  
Selon un premier bilan, au moins 4 personnes ont été tuées et 21 autres blessées, mais il faut s'attendre à un bilan beaucoup plus lourd.
Vidéo de l'attaque :
Les milices de Misrata 
Misrata a perdu plus de 700 combattants entre août et décembre 2016 lors de l'offensive contre Syrte, bastion de l'Etat islamique en Libye. Les forces de Misrata étaient alors soutenues par l'armée de l'air américaine. 

 

20:19 Publié dans Etat Islamique, Libye, Misrata, Syrte | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

01/10/2017

Syrie : Daech s'empare d'Al-Qaryatayn, ville symbolique dans le centre de la Syrie

Syrie 
Qaryatayn
Daech s'empare d'Al-Qaryatayn, ville symbolique dans le centre de la Syrie
L'Etat islamique (Daech), a pris, dimanche 1er octobre, le contrôle d'une ville symbolique au centre du pays après une offensive surprise contre les forces du régime.
La ville d'al-Qaryatayn est située au sud-est de Homs dans le désert syrien.  La ville a longtemps été un symbole de coexistence entre les musulmans et les chrétiens en Syrie. En avril 2016, les forces du régime avaient repris la ville aux jihadistes avec le soutien de la Russie, alors que l'EI y était implanté depuis août 2015 et s'y était livré à une série de destructions et de saccages d'églises.
Avant le début du conflit en Syrie, la ville comptait 30.000 habitants, dont 900 chrétiens.
L'assaut de l'EI contre Al-Qaryatayn est intervenu 72 heures après des attaques surprises de l'EI contre les forces du régime et ses alliés le long de l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor qui auraient fait au moins 128 morts, selon un dernier bilan de l'OSDH.
Des attaques qui coïncident avec la dernière intervention audio d'Abou Bakr al-Baghdadi
Les dernières attaques des jihadistes de l'EI contre les forces du régime semblent avoir coïncidé avec la diffusion par l'EI d'un enregistrement audio attribué à son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, dans lequel ce dernier a appelé ses combattants à "résister" et à multiplier les attaques contre leurs ennemis. L'EI veut sans doute démontrer par la multiplication de ses attaques qu'il garde intacte sa capacité à lancer des offensives éclaires et de faire subir des pertes à ses adversaires.
L'Armée Arabe Syrienne lance une contre-attaque pour reprendre la ville
L'armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont encerclé la ville  avant de lancer une contre-attaque précédée d'un bombardement au mortier. Les forces pro-gouvernementales ont réussi à pénétrer à l'entrée ouest de la ville.
Des avions de guerre syriens sont également intervenus pour effectuer des dizaines de vols de reconnaissance. 
Des habitants, qui avaient réussi à fuir la ville, ont  révélé que les jihadistes avaient arrêté 6 civils qu'ils ont accusé d'être des agents de l'AAS. Les 6 civils ont probablement été exécutés plus tard. 
Les soldats de l'AAS qui se sont retirés de la ville au moment de l'attaque des jihadistes ont déclaré que de nombreux civils de la ville avaient accueilli les combattants de l'EI à bras ouverts et ont même participé à des combats contre l'armée.
C'est pour éviter les pertes au sein de la population civile que ces militaires avaient abandonné le terrain, ont-ils ajouté. 
La localité devrait être reprise par l'armée dans un avenir proche car il n'y aurait que quelques dizaines de jihadistes mal armés à l'intérieur.
 
Jean René Belliard

 

19:08 Publié dans Abou Bakr al-Baghdadi, Al-Qaryatayn, Armée Arabe Syrienne, Etat Islamique, Syrie | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | |