24/09/2014

Les Jihadistes ont franchi les frontières du Moyen orient

Appel au meurtre du califat islamique
Le califat islamique a appelé lundi 22 septembre les musulmans à tuer de "n'importe quelle manière" les ressortissants de pays appartenant à la coalition internationale mise en place pour combattre le groupe en Irak et en Syrie. Les Etats-Unis, le Canada, la France et l’Australie ont été mentionnés par le califat.

Lire la suite

11:45 Publié dans Etat Islamique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

23/09/2014

Forces américaines au Moyen Orient

Les Etats-Unis viennent de mener leurs premières frappes aériennes en Syrie. 
Ils peuvent compter pour leurs opérations militaires sur un dispositif conséquent dans la région.

Vidéos U.S. fournies par le Centcom
Bombardement d’un centre de stockage en Syrie :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...
Bombardement d’un bâtiment occupé par l’EI à al-Qitar en Syrie :
https://www.youtube.com/watch?list=UUNEEHeS9Y2yFVLbWGeHhb...
Un KC-135 ravitaille en vol un F-16 :
https://www.youtube.com/watch?v=ahLNOzFVsHk&list=UUNE...
Bombardement d’un parc de véhicules de l’EI :
https://www.youtube.com/watch?v=nShvy9S4pg4&list=UUNE...

Troupes américaines au Moyen Orient
Il y a environ 35.000 soldats américains déployés au Moyen-Orient, dont 15.000 au Koweït, 7.500 au Qatar, 6.000 au Bahreïn, 5.000 aux Emirats arabes unis et 1.000 en Jordanie. Il y a également un nombre non communiqué d'agents de la CIA en Jordanie. Ils sont chargés de former des rebelles considérés comme « modérés » de l’Armée Syrienne Libre.

Forces américaines au Moyen Orient.jpg















Soldats américains en Irak
Il y aura bientôt 1.600 soldats américains en Irak, parmi lesquels 475 conseillers envoyés par le président américain en septembre.
600 militaires sont des conseillers qui travaillent auprès du gouvernement irakien et des autorités autonomes Kurdes. Ils sont installés dans deux centres opérationnels à Bagdad et au nord de l'Irak. Parmi eux, certains participent à la coordination des frappes aériennes.
Le reste du contingent assure la sécurité de l'ambassade américaine dans la zone verte de Bagdad et les représentations américaines à Irbil, au Kurdistan.

Avions de combat
Les Américains peuvent mobiliser des dizaines d'avions stationnés dans la région, notamment des avions de chasse F-15, F-16 et F/A-18, des drones de combat Reaper, des bombardiers B-1, des hélicoptères de combat et divers avions de surveillance et de ravitaillement. Les F/A-18 Super Hornets sont postés sur le porte-avions USS George H.W Bush actuellement dans le Golfe.
Il semble que le chasseur furtif F-22, le plus sophistiqué de l'arsenal américain, ait participé aux premières opérations en Syrie. Ce serait alors la première fois qu'il aurait participé à une opération de combat.

Bases américaines dans la région 
Dans un premier temps, les avions américains ont utilisé la base al-Dhafra aux Emirats arabes unis, la base Ali al-Salem au Koweït et la base al-Udeid au Qatar, où se trouve aussi un centre de commandement aérien américain qui contrôle les opérations dans 20 pays limitrophes ainsi qu'en Afghanistan.
La base qatarie dotée d'une piste d'atterrissage de plus de 4 kms et une importante réserve de munitions. Elle est le principal centre logistique américain au Moyen Orient.
Les chasseurs F-16 sont également stationnés, depuis 2013, en Jordanie et le Pentagone a des accords avec Oman. Par ailleurs, l'armée américaine peut utiliser la base de Diego Garcia dans l'Océan indien pour ses bombardiers à très long rayon d'action B-52, B-1 et B-2.
Dans le sud de la Turquie, les Etats-Unis ont également 1.500 hommes stationnés à la base d'Incirlik. Selon des médias, les Etats-Unis y lanceraient des vols de surveillance. Membre de l'Otan, la Turquie a publiquement annoncé qu'elle ne participerait pas aux opérations militaires souhaitées par les Etats-Unis contre les combattants de l'Etat islamique (EI).

Frappes aériennes américaines
Depuis le 8 août, l’armée de l’air américaine a effectué plus de 190 frappes aériennes sur l'Irak.
Plus de 90 frappes ont visé des jihadistes autour du barrage stratégique de Mossoul, permettant ainsi aux combattants kurdes, les Peshmergas, de reprendre le barrage qui fait encore l'objet d'âpres combats avec les Jihadistes de l’Etat islamique.
29 frappes ont également été effectuées contre les Jihadistes de l'EI pour les empêcher de s’approcher d’Irbil.
Entre le 8 août et le 10 septembre, les avions américains ont "endommagé ou détruit" 212 cibles appartenant aux extrémistes, dont 162 véhicules. Parmi eux, deux tanks et 37 véhicules de transport Humvees récupérés de l'armée irakienne en déroute.
Les frappes aériennes ont touché 21 "installations armées" dont 7 pièces d'artillerie anti-aériennes et 5 "positions de mortiers". 29 "installations" de l'EI ont été abîmées ou détruites parmi lesquelles des check points, des postes d'observation, un bunker et un poste de commandement.

Coût des opérations
En moyenne, le coût des opérations quotidiennes menées par l’armée américaine serait évalué par le Pentagone à environ 7,5 millions de dollars. Mais les experts s’attendent à ce que le coût total s’élève à plusieurs milliards de dollars si la campagne dure un an, ce qui semble devoir être le cas.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

19:01 Publié dans Etat Islamique, Etats-Unis, Irak, Mossoul | Lien permanent | Commentaires (5) | | | | |

19/09/2014

Syrie : Assassinats ciblés des chefs des brigades rebelles "modérées"

Des assassinats ciblés contre les chefs des  brigades « dignes de confiance »
Quelqu’un, les partisans de Bachar el-Assad ou les Jihadistes de l’Etat islamique, sans oublier ceux du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie), semble mettre les bouchées doubles pour éliminer du théâtre syrien les brigades qui pourraient servir de « cheval de Troie » dans le cas d’une intervention internationale. Depuis quelques jours, on a assisté à un certain nombre d’assassinats ciblés qui révèle une parfaite maitrise technique et un service de renseignement très bien organisé.

Lire la suite