22/09/2017

Irak : Les forces irakiennes à ash-Shirqat, un fief de l'EI sur la route de Hawija

Irak 
Charqat
Les forces irakiennes à ash-Shirqat, un fief de l'EI sur la route de Hawija
Les forces gouvernementales irakiennes sont parvenues vendredi 22 septembre au centre d'ash-Shirqat, une localité tenue par les jihadistes de l'Etat islamique. Ash-Shirqat était le premier objectif de l'offensive lancée jeudi pour reprendre la poche de Hawija, une des deux poches encore contrôlées par Daesh en Irak.
Ash-Shirqat se trouve à 30 km au nord-ouest du principal objectif des forces irakiennes dans le nord de l'Irak: Hawija, une localité tombée aux mains de l'EI en juin 2014.
Vidéo :
Cette vidéo mise en ligne par le Hashed al-Shaabi (milices chiites) montrent les forces pro-gouvernementales (ici lesæ miliciens chiites) entrant à ash-shirqat:
https://www.youtube.com/watch?v=qCmyJ9pJF-k&feature=y...
Les forces irakiennes ont enlevé les drapeaux des jihadistes, ont obligé des hommes à se dévêtir pour voir s'ils ne cachaient pas d'armes tandis que d'autres civils dansaient et des femmes poussaient des youyous, selon un vidéaste de l'AFP.
Les forces impliquées dans l'opération visant à reprendre ash-Shirqat et Hawija sont l'armée, la police fédérale, des forces d'intervention rapide et les forces paramilitaires du Hached al-Chaabi, une coalition de milices majoritairement chiites et souvent soutenues par l'Iran.
Le chef des opérations dans ce secteur, le général Abdel Amir Yarallah, avait fait état jeudi de la reprise de 20 localités près d'ash-Shirqat.
Les forces gouvernementales ont également sécurisé la route de Makhmur-al-Mahmudiah au nord de la rivière Al-Zab.
Trois ans après l'offensive-éclair qui avait permis aux jihadistes de s'emparer d'un tiers de l'Irak et de près de la moitié de la Syrie, leur territoire se réduit comme peau de chagrin.
Outre Hawija, les jihadistes contrôlent encore trois localités dans la province d'al-Anbar, dans l'ouest du pays: Anah, Rawah et surtout al-Qaïm, tout près de la frontière syrienne.
Un officier supérieur irakien dans la région a indiqué à l'AFP que les forces irakiennes s'étaient emparés jeudi de la ville d'Anah et poursuivaient leur offensive.

Sinjar
Des affrontements ont éclaté entre miliciens yézidis du PKK et miliciens chiites près de Sinjar (Shingal)
(De notre correspondant en Irak
Des affrontements armés ont éclaté, vendredi 22 septembre, entre des membres Yézidis des unités de protection de Shingal (YBS) et les miliciens arabes chiites du Hashed al-Shaabi près de Shingal.   
Le Hashed al-Shaabi est une coalition de milices majoritairement chiites dont nombre d'entre elles sont soutenues par l'Iran.  
Le YBS est une force armée formée par le PKK pour protéger les zones Yezidi, près de Khanasour, l'objectif du PKK étant de sécuriser la frontière toute proche avec la Syrie.
Les affrontements ont débuté lorsque des miliciens du Hashed al-Shaabi ont tenté de traverser un territoire contrôlé par le YBS
Les combats auraient fait jusqu'ici deux morts du côté YBS et trois du côté Hashed al-Shaabi. Par ailleurs, sept autres combattants Hashed al-Shaabi auraient été blessés.
Le commandant des Peshmerga dans la région, Qasim Darbo, a exhorté toutes les forces militaires présentes dans la région à éviter de tels affrontements. Sinjar ne doit pas devenir un champ de bataille pour les conflits d'autrui, a-t-il ajouté.
 
Jean René Belliard

 

21/09/2017

Syrie : Moscou avertit Washington après des tirs de rebelles soutenus par les USA contre les forces du régime

Syrie 
DeirezZhor
Moscou avertit Washington après des tirs de rebelles soutenus par les USA contre les forces du régime
La Russie a accusé, jeudi 21 septembre, les rebelles syriens appuyés par Washington d'avoir ouvert le feu contre les troupes gouvernementales près de Deir ez-Zhor et averti les militaires américains qu'un nouvel incident du même type entraînerait une riposte.
"Les troupes syriennes ont été victimes à deux reprises de tirs nourris d'artillerie et de mortier depuis des positions situées sur la rive orientale de l'Euphrate, où se trouvent des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des forces spéciales américaines", a déclaré le général Igor Konachenkov de l'armée russe, cité dans un communiqué.
Selon le général, des militaires des forces spéciales russes se trouvent actuellement aux côtés des troupes de Bachar el-Assad dans les zones qui ont été prises pour cible.
Les endroits d'où proviennent les tirs seront frappés immédiatement, avertit Moscou
Moscou a informé un haut représentant de l'armée américaine via un canal de communication au Qatar que, désormais, "les tentatives de tirs provenant des zones où se trouvent les combattants des FDS seront stoppées immédiatement". "Les endroits d'où proviennent les tirs dans ces zones seront immédiatement frappés à l'aide de tout l'équipement militaire disponible", a-t-il averti.
La Russie avait déjà accusé mardi les groupes rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis de prendre pour cible les forces de Bachar el-Assad et de gêner leur progression face aux jihadistes de l'Etat islamique (Daech) sur l'Euphrate.
Selon l'armée russe, les rebelles ont également ouvert des barrages situés en amont de l'Euphrate pour gêner la traversée du fleuve par l'armée du régime, qui mène une offensive contre les jihadistes de l'EI à Deir ez-Zhor,.
En franchissant l'Euphrate, l'armée gouvernementale s'est rapprochée du théâtre d'opération des rebelles appuyés par Washington.  
Les FDS ont accusé l'aviation russe de les avoir bombardées 
Samedi, les FDS ont accusé l'aviation russe de les avoir bombardées au nord-est de Deir ez-Zor, ce que Moscou dément.
Plus de 85% du territoire de Deir ez-Zhor libérés par les forces du régime
"Plus de 85% du territoire de Deir ez-Zhor se trouve sous le contrôle des troupes syriennes. La ville sera entièrement libérée la semaine prochaine", a indiqué Igor Konachenkov.
 
Jean René Belliard

 

19/09/2017

Syrie : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor

Syrie 
Euphrate
Des unités spéciales de l'armée syrienne ont traversé l'Euphrate à l'est de Deir ez-Zhor le lundi 18 septembre au matin
Dimanche 17 septembre au soir, des unités spéciales de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), avec l'appui de conseillers militaires russes, ont traversé  l'Euphrate à l'est de la ville de Deir ez-Zhor et ont pris position sur sa rive orientale, a révélé le média russe pro-gouvernemental Riafan, citant ses correspondants sur le terrain. 
L'opération a été couverte par les forces aérospatiales russes qui ont mené une série de frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique sur la rive orientale de l'Euphrate. 
Puis, les forces pro-gouvernementales ont engagé des unités de l'EI dans un échange de coups de feu, forçant les jihadistes  à se retirer vers le nord. 
Les soldats de l'AAS fortifiaient, lundi 18 septembre, leur tête de pont sur la rive orientale et devraient rapidement progresser vers le nord.  
Vidéo de la traversée de l'Euphrate
Le bureau d'information du 5e corps d'assaut de l'AAS, surnommé "Chasseurs de l'EI" (ISIS hunters - صائدو داعش) a mis en ligne une vidéo montrant la traversée de l'Euphrate le 18 septembre au matin:
 
dixneufseptembre 
Mardi 19 septembre : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor
Mardi 19 septembre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS), la Garde Républicaine Syrienne (SRG) et leurs alliés ont continué à élargir leur tête de pont sur la rive orientale de l'Euphrate.
Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total des villages de Marat et Mazlum après avoir repoussé une contre-attaque des jihadistes de Daech, tuant une quarantaine d'islamistes. Après cela, les troupes gouvernementales, avec des unités de la redoutable 4ème Division blindée en tête, ont avancé dans la direction de Khsham, sur la route d'al-Mayadin. 
 
Progression également en direction de Mayadin sur la rive occidentale de l'Euphrate 
Les forces gouvernementales ont également progressé en direction d'al-Mayadin sur la rive ouest de l'Euphrate. Des affrontements avec les jihadistes de Daech ont eu lieu dans le village d'al-Jubaliah sur la route d'al-Mayadin. Cependant, le village n'a pas encore été libéré. Les combats sont toujours en cours.  
Les jihadistes de Daech opposent une forte résistance au nord de la tête de pont
Les forces gouvernementales sont confrontées à de violentes contre-attaques des jihadistes de l'EI au nord de la tête de pont installée sur la rive orientale de l'Euphrate, a déclaré, mardi 19 septembre, le porte-parole de la Défense russe, le major, le général Igor Konashenkov.
Le général Konashenkov accuse la coalition internationale 
Konashenkov a accusé par la même occasion les forces assistées par les Etats-Unis de ne pas lutter efficacement contre les jihadistes. Il en a voulu pour preuve le fait que les contre-attaques et les bombardements les plus sérieux des jihadistes ont été menés à partir du front nord de la tête de pont, c'est-à-dire à proximité des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) assistées par la coalition internationale.
"Selon les rapports des commandants syriens de première ligne, l'armée syrienne rencontre les contre-attaques les plus sévères et les tirs à partir de la direction nord. C'est-à-dire où se trouvent les forces des FDS et les unités des forces spéciales des États-Unis, qui administrent une assistance médicale à ces militants au lieu de libérer Raqqa. Vous ne devez pas posséder des connaissances militaires profondes pour voir la cohérence dans toutes ces coïncidences", a déclaré le général Konashinkov.
Konashenkov a ajouté que les rejets d'eau des barrages de l'Euphrate contrôlés par les forces soutenues par les États-Unis empêchent le gouvernement d'avancer au nord de Deir ez-Zhor.  
"Ainsi, la situation de l'eau sur l'Euphrate s'est considérablement détériorée au cours des dernières 24 heures. Dès que les troupes du gouvernement syrien ont commencé à traverser la rivière, le niveau de l'eau dans l'Euphrate a augmenté en quelques heures et la vitesse actuelle a presque doublé à deux mètres par seconde ", a-t-il déclaré. "Comme il n'y a pas eu de pluie, la seule source de ces changements dans la situation de l'eau est la décharge d'eau induite par l'homme dans les barrages en amont de l'Euphrate. Ces établissements sont détenus par des groupes d'opposition contrôlés par la coalition dirigée par les États-Unis. "  
"Si la coalition internationale menée par les Etats-Unis ne souhaite pas lutter contre le terrorisme en Syrie, alors qu'elle ne gêne pas au moins ceux qui s'y attellent de manière continue et efficace", a ajouté le général russe.  
Mais malgré cela et la forte résistance des islamistes de Daech, les forces gouvernementales ont réussi à libérer 60 km2 sur la rive orientale de l'Euphrate.     
Les Forces Démocratiques Syriennes FDS), appuyées par les USA, se rapprochent de l'Euphrate
De leus côtés, les FDS se rapprochent «rapidement» de la rive orientale de l'Euphrate. Mais elles ne l'ont pas encore atteinte car elles progressent avec prudence après le bombardement dont elles ont été la cible par les armées de l'air russe et syrienne, dans la zone industrielle de Deir ez-Zhor.
Les FDS seraient maintenant à environ 2 km de la rive orientale. Cette information confirme qu'elles n'ont toujours pas pris le village d'al-Hussiniyah. 
 
Jean René Belliard

 

Lire la suite