14/08/2014

14 août – l’Etat Islamique progresse sur tous les fronts

Front Irakien

Les Etats-Unis font-ils marche arrière en Irak ?
Après avoir donné des signes que les Etats-Unis allaient se porter au secours des Kurdes, des Chrétiens et des Yazidis en Irak, Washington a brusquement fait marche arrière dans la soirée du 13 août, isolant une nouvelle fois François Hollande et sa promesse d’armer les Kurdes.

La situation des Yazidis n'est pas si tragique dit Wahshington
Le Pentagone a déclaré qu’il était peu probable qu’une mission soit engagée pour évacuer les Yazidis encerclés sur le Mont Sinjar par l'avancée des Jihadistes de État Islamique après qu’une équipe d'évaluation américaine ait  jugé la situation humanitaire moins mauvaise que redoutée.
Plus tôt dans la semaine, les États-Unis avaient annoncé avoir envoyé 130 Marines supplémentaires et des forces spéciales à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Selon certaines informations, les forces spéciales américaines avaient gagné le mont Sinjar, avec quelques membres des SAS britanniques. Ces forces spéciales avaient pour mission de récolter des renseignements en vue d’une évacuation des Yazidis, et également repérer les cibles jihadistes en vue de frappes aériennes. 
Une vingtaine de Bérets Verts américains et du personnel humanitaire ont gagné le mont Sinjar en pleine nuit pour évaluer la situation des réfugiés qui ont fui la ville de Sinjar et les villages voisins.
Selon le Pentagone l'équipe envoyée sur place aurait  constaté beaucoup moins de personnes en fuite que prévu.
En outre, les soldats américains ont déclaré que la situation s'était améliorée grâce au fait que des milliers de Yazidis avaient réussi à quitter la montagne au cours des dernières nuits, grâce aux largages de nourriture et d'eau, à la contre-offensive des Peshmergas kurdes et aussi en raison des frappes aériennes sur les cibles de l’Etat islamique. Un drone des forces américaines a d’ailleurs, détruit, mercredi 13 août, un véhicule armé des jihadistes de l'Etat islamique près de Sinjar. «Sur la base de cette évaluation, une mission d'évacuation est beaucoup moins probable," a précisé le Pentagone

Un rapport qui tombe à pic
Le rapport fait par les Forces spéciales américaines tombe bien pour le Pentagone. En effet, l’administration Obama n’avait aucune envie, voire intention, d’envoyer des troupes au sol. Or, une opération d’évacuation d’un grand nombre de réfugiés supposait la sécurisation d’un périmètre et de voies d’évacuation par des soldats sur le terrain. Cette présence comportait le risque d’un affrontement direct avec les Jihadistes qui ont déjà pris leurs dispositions pour s’abriter des attaques aériennes en se positionnant au milieu de civils.
Tant qu’Erbil ne sera pas menacé, les Etats-Unis n’interviendront pas. Or, on a constaté ces derniers jours que les Jihadistes de l’EI n’avançaient plus vers la capitale du Kurdistan.

Front syrien

L’armée d’Assad a pris le contrôle de la ville stratégique de Mleiha
Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total d'une localité clé dans la banlieue de Damas, après des mois de combats. La prise de cette ville stratégique est le premier succès des forces d'Assad après des semaines de revers dans le nord et la région du Qalamoun.
Les forces armées contrôlent Mleiha mais les combats continuent dans les vergers au nord et au sud de la ville.
Mleiha, à 10 km au sud-est de Damas, est un bastion rebelle que les forces du régime, appuyées par les combattants du Hezbollah libanais, cherchaient à reprendre depuis avril 2014. Depuis plus d'un an, la ville, vidée de ses habitants, était assiégée et la cible de bombardements. Le chef des forces aériennes syriennes le général Hussein Isaa, avait été tué en mai 2014 dans cette région.
Mleiha est une localité stratégique car elle représente le point d'accès vers la Ghouta orientale, une région arboricole tenue par les rebelles. "Sa prise de contrôle va hâter l'anéantissement des poches rebelles qui restent dans la Ghouta orientale", a dit une source militaire précisant que la localité était pleine de tunnels. Reprendre Mleiha permet au régime de protéger certaines zones de Damas des roquettes tirées par les rebelles.
Cette vidéo montre les bombardements de l’aviation d’Assad sur la localité de Mleiha avant sa prise par l'armée d'Assad :
https://www.youtube.com/watch?v=AzAxp6Y_yPQ&list=UUni...

Progression des Jihadistes de l'Etat Islamique à Alep
Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont fait une progression fulgurante au nord de la province d'Alep, le mercredi 13 juillet, infligeant de lourdes pertes aux insurgés de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique pro-saoudien.
Il semble que les rebelles de l’Armée Syrienne Libre et du Front Islamique aient manqué d’armes et de munitions alors que leurs adversaires du Front Islamique disposaient d’une énorme quantité d’équipements grâce à  leurs récents succès dans le nord de l'Irak et la Syrie orientale.
Le Conseil suprême des forces armées a averti mercredi qu’ "Alep tombera si la communauté internationale n'intervient pas en soutien." Le problème est que personne n’est prêt à intervenir.

Yabroud, à la frontière syro-libanaise
Yabroud, qui a été le dernier bastion important des rebelles dans la région de Qalamoun, est située à 70km au nord de Damas et à proximité du Liban. La moitié de la ville est aujourd’hui occupée par l’armée d’Assad et l’autre moitié par les insurgés.
Les combats se poursuivent avec les guérilleros du Front al-Nosra tandis que l’armée d’Assad, appuyée par le Hezbollah libanais tente toujours d’occuper la totalité de Yabroud, ainsi que la vallée le long de la frontière libano-syrienne.
Pour prendre la ville de Yabroud, il faut prendre le contrôle de la montagne Mar Maroun.
Cette vidéo montre le journaliste gagner le sommet  de cette montagne, objet de combats acharnés. Si les rebelles réussissent à conquérir cette hauteur, ils pourront  contrôler toute la ville de Yabroud et la vallée. Ils auront alors la possibilité de surveiller l'autoroute reliant Damas au nord du pays.
Les soldats d’Assad  tirent périodiquement par delà les montagnes vers les pentes où sont cachées les positions adverses..
La vidéo est signée   Andrey Filatov, Viktor Kouznetsov, Alexey Pronin, Marat Musin.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
  

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

13/08/2014

Rififi politique à Bagdad - pendant ce temps le pays brûle !

Le président Massoum a désigné un nouveau Premier ministre en remplacement de Nouri al-Maliki

Lire la suite

09/08/2014

9 août 2014 – Guerres du Moyen Orient

Irak

L’occident choisit enfin ses « amis »
Les combats ont brutalement changé de dimension avec l’intervention de l’armée de l’air américaine. L’Occident semble enfin avoir compris qu’il lui fallait choisir ses « amis » ou « ses ennemis les moins dangereux » pour mettre un coup d’arrêt à une dérive confessionnelle folle qui risque d’emporter l’ensemble du monde moyen oriental dans une spirale de violences dont on a peine à prévoir les conséquences.
Les « amis » auquel les Américains ont choisi d’apporter toute l’aide nécessaire sont les Kurdes. Les Kurdes sont, avec les Israéliens et les Jordaniens, les « amis sans faille » de Washington dans la région. Les « ennemis les moins dangereux » sont les chiites, ce qui implique l’Iran et sans doute le Hezbollah. Ce que je veux dire c'est que les Etats-Unis en intervenant pour éviter que Bagdad et sans doute le Liban ne tombent entre les mains des Jihadistes de l'Etat Islamique, vont se retrouver de facto partie prenante dans le conflit sunnite-chiite, un conflit millénaire ! Il n'est pas sûr qu'un pays occidental, avec ses impératifs économiques, ait la puissance, la patience et le courage de prendre part à un tel affrontement. 

Kurdistan
Destruction par l’US air Force d’un canon mobile de l’EI :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Syrie

Blackout sur les revers de l’armée nationale syrienne
Le régime de Bachar el-Assad maintient un blackout total sur les récents revers subis par son armée récemment. 
Au nord de Raqqa, les Jihadistes de l'Etat islamique ont pris le contrôle de la base du Régiment 93, après la capture de la base du Régiment 121, ne laissant au régime que la base aérienne de Taqba qui se trouve maintenant très menacée.
A Hama, plus au sud, les insurgés sont maintenant à quelques kilomètres de l'aéroport militaire de Hama où sont fabriqués les barils d’explosifs qui ravagent les zones rebelles depuis des mois.
A Damas, c’est le centre ville de Damas qui est à présent la cible des canons de la rébellion. Les insurgés se sont également approchés de l’aéroport de Damas au point de le menacer à son tour. Or cet aéroport est vital pour les forces d’Assad car c’est par lui qu’elles reçoivent les armes et les munitions en provenance d’Iran.
L’agence étatique d’information SANA parle seulement de combats dans la périphérie de Damas au cours desquels « un certain nombre de terroristes ont été éliminés ainsi que leurs outils criminels ».

Damas
Bombardement de Damas par des missiles Grad :
https://www.youtube.com/watch?v=N0i-hVeZv6s&feature=p...

Bataille de l’aéroport de Damas
Les rebelles livrent bataille à Ghazlania pour s’approcher de l’aéroport de Damas :
https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...

Frontière libano-syrienne
Les réfugiés syriens qui ont fui les combats d’Ersal, au nord est du Liban, ont été empêchés de rentrer en Syrie. Des réfugiés en grand nombre sont coincés dans le no man’s land entre les deux pays, ce qui risque de poser un énorme problème humanitaire :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

23:43 Publié dans Bachar el-Assad, Bagdad, Damas, Etat Islamique, Etats-Unis, Hama, Hezbollah, Irak, Iran, Israel, Kurdistan, Raqqa, Syrie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |