19/10/2014

19 octobre 2014 : Nouvelles des guerres du Moyen orient et d’Afrique du nord

Le monde musulman divisé

Le chiisme hiérarchisé
Le monde musulman est fracturé entre diverses conceptions du monde qui ne cessent de s’affronter. Il est divisé entre Sunnites et Chiites, comme chacun sait. Le chiisme a une vision « messianique » du monde. Il attend le « messie », en l’occurrence le « 12ème imam caché » qui symbolisera la victoire des croyants sur tous les mécréants. La communauté chiite est organisée autour d’une stricte hiérarchie, contrairement au Sunnisme,  et l’Iran est le centre du pouvoir chiite.

Le sunnisme éclaté
Contrairement aux Chiites, la communauté sunnite est divisée en nombreux courants et influences.
Il y a le sunnisme jihadiste et zélateur. Encore faut-il distinguer entre les Jihadistes partisans de recréer le califat comme aux temps héroïques de l’Islam et les Jihadistes universalistes et prosélytes, qui cherchent à convertir le monde entier à l’Islam. L’Etat Islamique représente le premier groupe. Son objectif est de créer un territoire assujetti à l’autorité d’un calife supposé être le successeur de Mahomet. Al-Qaïda représente la seconde conception. Elle veut forcer le monde entier à choisir entre l’Islam ou la mort. On pourrait ajouter une troisième forme de jidahisme. Celle qu’on trouve en Afghanistan et qui consiste à défendre un Etat musulman contre toute forme d’agression extérieure par « les armées des mécréants ».
Une autre conception de l’Islam est en lutte contre les versions jihadistes que l’on vient de citer. Elle est organisée autour d’un centre unique de pouvoir. Riyad et le Wahhabisme représente cette version. Il s’agit d’imposer au monde musulman une autorité unique, celle du pouvoir qui règne sur les lieux saints (l’Arabie saoudite). Et cette vision, selon les Saoudiens, est la seule à pouvoir lutter efficacement contre les prétentions des Chiites à prendre le contrôle de ces mêmes lieux saints.
On trouve également d’autres conceptions de l’Islam. L’Islam qu’on pourrait appeler « occidentalisé », qui adhère aux principes de la démocratie, le respect des droits de l’homme, le suffrage populaire, la liberté religieuse, tels qu’on les proclame dans de nombreux pays occidentaux.
Il y a aussi l’Islam politique, version « Frères musulmans », qui sont prêts à utiliser les outils démocratiques pour accéder au pouvoir et donner à l’Islam une place prépondérante dans la société. L’Islam politique est honni par les Wahhabites et les Jihadistes de tous poils. Il bénéficie actuellement de deux soutiens : la Turquie et le Qatar et sa puissante chaîne satellitaire, al-Jazira. 
Il y a enfin, ici ou là, les vestiges d’un Islam révolutionnaire et marxisé, comme on le trouvait dans les années 70 et les jours « bénis » des organisations de résistance palestinienne telles que le Fath, le FPLP et autres organisations révolutionnaires. On ne les trouve plus guère aujourd’hui que dans les camps palestiniens du Liban et la Cisjordanie.
Les lignes de fracture du monde musulman se retrouvent entre ces différentes conceptions de l’Islam et du monde musulman, sans oublier, bien sûr, les rivalités entre puissances ni l’appétit pour les immenses richesses du sous-sol de cette région stratégique.

Lire la suite

15/10/2014

14 octobre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Turquie

L’aviation turque est intervenue…contre les Kurdes du PKK
Les aviations de combat F-16 et F-4  de l’armée turque sont effectivement intervenus, mais pas contre les Jihadistes de l’Etat Islamique. Ils ont attaqué des cibles du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) dans le sud est de la Turquie, tard dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 octobre 2014. Il s’agit de la première opération militaire d’envergure depuis qu’une trêve avait été conclue entre le gouvernement turc et le PKK, il y a deux ans. Les bombardements ont eu lieu dans la province de Hakkari, proche de la frontière turco-irakienne. Pour les autorités turques, le raid est une réponse à trois jours d’incidents et d’affrontements sporadiques entre les militants du PKK et les forces de sécurité turques.

Front Syrien

Bataille de Kobane
Les combats se poursuivent, mais ils sont inégaux et le millier de civils et les combattants de l’YPG qui se trouvent encore dans les décombres de la ville manquent pratiquement de tout, eau, nourriture et munitions. La ville ne pourra résister que quelques jours, malgré les bombardements de la coalition internationale et en l’absence de l’entrée en jeu de l’armée turque qui reste l’arme au pied de l’autre côté de la frontière.
Vidéo côté kurde :
https://www.youtube.com/watch?v=YcS1hhfyslw&feature=p...
Vidéo côté jihadiste
Une vidéo sur un tank de l’EI à l’intérieur de Kobane
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Autre vidéo des combats à Kobane
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Banlieue de Damas
Une Nouvelle arme est utilisée par l’armée d’Assad : le nettoyeur de mines l’UR-77. Cette arme peut réduire en poussière un quartier entier. La vidéo montre cette arme qui ne laisse aucune chance aux rebelles. Elle a été utilisée à Jobar. Le commentaire accompagnant la vidéo : "Il n'y a plus besoin de livrer des combats de rue :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Front irakien

Province sunnite d’al-Anbar
Depuis le début il y a quatre mois de l'offensive fulgurante de l'EI en Irak, l'armée n'a eu de cesse de perdre du terrain dans la plus vaste province du pays, dont des insurgés contrôlaient déjà certaines parties depuis le début de 2014. Dans ce territoire bordant la Syrie, la Jordanie et l'Arabie saoudite, les jihadistes sont parvenus à garder l'initiative au moment où ils reculaient dans le nord face aux soldats irakiens et combattants kurdes appuyés par les frappes aériennes de la coalition internationale. Selon un responsable américain, la présence des forces gouvernementales dans la province sunnite d’al-Anbar serait très précaire. Les Jihadistes de l’Etat Islamique auraient pris le contrôle de trois bases de l’armée irakienne au cours des trois dernières semaines. Le dernier retrait de l'armée est survenu dimanche 12 octobre 2014 lorsque 300 soldats ont abandonné le camp qu'ils occupaient près de la ville de Hit pour se replier sur la base aérienne Asad, où d'autres forces sont terrées en plein désert. Hit, qui était l'un des derniers bastions du gouvernement à al-Anbar, est « maintenant contrôlée à 100 % par l'EI », a assuré un responsable de la police provinciale.
Cette conquête vient s'ajouter à celles des villes de Fallouja, à 60 km de Bagdad, et d'al-Qaïm, 300 km plus à l'ouest, à la frontière syrienne. Entre ces deux localités, les jihadistes contrôlent la majeure partie du terrain, à l'exception du barrage de Haditha, le deuxième du pays. D'intenses frappes aériennes de la coalition ont aidé les militaires, appuyés par des tribus sunnites hostiles à l'EI, à conserver le contrôle de cette infrastructure et sur une poignée d'autres positions dans la province.
Aujourd'hui, c'est su Ramadi que l'étau se resserre Des quartiers entiers échappent déjà au contrôle des autorités de Bagdad. Un capitaine de l'armée a indiqué la semaine dernière que son bataillon entier avait dû quitter la base d'Albu Aitha, juste à l'est de Ramadi, après avoir été assiégé par les jihadistes pendant plusieurs jours, avec très peu d'eau et de nourriture. « Nous sommes maintenant à Tharthar (quelques kilomètres plus au nord), le retrait s'est fait progressivement, mais je ne sais pas ce qu'on peut faire depuis cette nouvelle position (...) le moral des soldats est bas », a-t-il déploré.
Pour certains experts, les frappes de la coalition seraient plus efficaces si l'armée irakienne passait à l'offensive. Mais pour l’instant, l’armée semble incapable d’un sursaut, gangrénée par le clientélisme et la corruption.

Bataille de Bagdad dans les jours prochains
Si la situation continue d'évoluer dans le même sens, sans une intervention forte de forces terrestres étrangères dans les 10 jours, alors la prochaine bataille se déroulera aux portes mêmes de Bagdad.
Lundi 13 octobre, Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé, a demandé à ses  forces de lancer l’offensive contre la capitale irakienne. Selon les renseignements, près de 13000 Jihadistes se seraient massés aux portes de la capitale jusqu’à Abou Ghraib et compteraient la prendre d'assaut depuis le sud-ouest.

Bombardements de la coalition internationale
On peut se demander si le Centcom est au informé que la ville de Kobane (nom en kurde) et Aïn el-Arab (nom en arabe) sont la même ville. Et dans l’un ou l’autre cas, comment comprendre les chiffres donnés par le Centcom pour les attaques aériennes à Kobane et Aïn el-Arab :

LiveLeak-dot-com-9c2_1413291241-11111111_1413291247_jpg_resized.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle menace contre les Yazidis dans le nord de l’Irak
La situation s’est à nouveau détériorée à Sinjar. Les combattants de la résistance yazidi affirment que les Jihadistes de l’Etat Islamique ont à nouveau encerclé le Mont Sinjar où des milliers de personnes sont encore réfugiées. Selon les combattants, plus de 7.000 personnes seraient restées dans les montagnes, la plupart parce qu'ils refusent de quitter leurs villages. "La situation est très mauvaise. Un autre massacre contre le peuple dans les montagnes est imminente si nous n'obtenons pas une aide sérieuse maintenant", a déclaré un combattant de la SPLI, l'unité de défense yazidi. Les Peshmergas kurdes avaient bien promis de lancer une offensive pour soutenir les Yazidis sur le mont Sinjar, mais celle-ci n’a toujours pas débutée. Les Yazidis affirment que le retard a pour but de forcer les Yazidis à se soumettre aux désidératas kurdes, notamment sur le plan politique. 
Les peshmergas ne veulent pas nous aider parce que nous ne voulons pas subordonner nos forces à celles des Peshmergas et que nos commandants refusent de devenir des membres du parti kurde KDP, a affirmé un chef de l’unité de défense des Yazidis commandée par le général Qasim Shesho.  Et les Yazidis ont rappelé que 10 000 Peshmergas kurdes, qui se trouvaient dans la région du Sinjar au moment de l’offensive des Jihadistes de l’EI, le 3 août 2014, ont abandonné leur position sans combattre. Les Peshmergas avaient désarmé les Yazidis auparavant, leur promettant de prendre soin de leur sécurité. C’est à la suite de ce que les Yazidis considèrent comme une trahison qu’ils ont formé leurs propres milices dont la plus importante est le SPLI. 
Pour le commandant suprême des Yazidis,  Haydar Shesho, «Sinjar est ouvert à tous les partis politiques, en particulier les Kurdes. Mais nous n'allons pas céder à n'importe qui. Tout ce qui se passe dans Sinjar doit être dans l'intérêt de Yazidis. " Et Haydar Shesho regrette que les livraisons d'armes par hélicoptère ont été principalement faites au profit de la douzaine de Peshmergas qui se trouvent dans le Mont Sinjar.

Des milices chiites irakiennes commettent des « crimes de guerre », selon Amnesty
Des milices chiites qui combattent les Jihadistes de l’État islamique aux côtés de l'armée irakienne commettent des crimes de guerre contre des civils sunnites, a accusé mardi 14 octobre Amnesty International. Dans un communiqué, Amnesty dit avoir des « preuves » que des miliciens chiites ont commis des « dizaines » de meurtres de sunnites en Irak, qui évoque des « exécutions délibérées ». Des groupes armés chiites se livrent également à des enlèvements de sunnites, pour la libération desquels des familles ont dû payer des dizaines de milliers de dollars, ajoute l'ONG.

Iran

L’Irak appelle l’Iran à l’aide pour sauver Bagdad
L'Etat irakien aurait appelé le général Soleymani, le chef de la force al-Qods, la force d’élite du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, à venir au secours de Bagdad, menacée par l’avancée des Jihadistes de l’Etat Islamique.
Le général Soleymani suit de très près l’évolution des combats en Irak et les mesures prises par l’armée irakienne pour défendre Bagdad. A noter que les combattants de la force al-Qods se trouvent déjà à proximité de Bagdad pour protéger la capitale irakienne.
Devant l’imminence de la menace, les commandants militaires et sécuritaires irakiens ont également tenu des réunions d'urgence au siège de l'ambassade américaine à Bagdad, ainsi qu'au ministère irakien de la Défense pour évoquer en détail une feuille de route destinée à neutraliser une éventuelle offensive jihadiste contre la capitale. Prendre Bagdad serait l’objectif des Jihadistes qui voudraient en faire la capitale naturelle de leur califat.

L’Iran menace d’entrer en guerre très prochainement contre le califat islamique
L’Iran envisagerait sérieusement d’entreprendre des actions militaires contre les Jihadistes de l’Etat islamique,  a averti Amir Moussaoui, le président du Centre d’études stratégiques et internationales (CESI), cité par l’agence iranienne Irib.
«La donne a changé au Moyen-Orient, et il est possible que l’Iran mène une action militairet, pour se défendre face au danger du terrorisme», a-t-il souligné dans un entretien avec l'agence.
Téhéran serait très inquiet de la détérioration de la situation dans la province d’al-Anbar où l’armée irakienne subit revers sur revers. Et surtout, les Iraniens ont peur que la bataille se déroule dans un proche avenir à Bagdad même. Devant l’absence de résultats déterminants de la coalition internationale qui se borne à des bombardements aériens, les Iraniens auraient l’intention d’intervenir militairement au sol pour aider le gouvernement iranien et écarter la menace jihadiste à ses frontières.
« Jusqu’à présent, les responsables iraniens se concentraient sur l’offre de conseils aux forces militaires syriennes ou irakiennes. Mais ils sont à présent en train d’examiner la possibilité et la nécessité de l’envoi de troupes, pour combattre les terroristes », a affirmé Moussaoui.
« Les terroristes de Daesh ont développé leurs activités, près de Bagdad, notamment à Ramadi. Ils veulent occuper cette ville pour pouvoir créer un axe, qui renforcerait leur position de Ramadi, jusqu’à la frontière avec la Jordanie. Dans ce cas, la République islamique d’Iran ne pourra plus rester dans l’inaction et devrait prendre des mesures concrètes, pour se défendre, face aux menaces des terroristes extrémistes de Daesh », a-t-il averti.


Front libanais

Les Druzes aussi…
Après les Chrétiens qui ont pris les armes dans la Bekaa, des cheikhs druzes Libanais - tout au moins ceux qui sont traditionnellement proches du Hezbollah - ont demandé à la milice chiite libanaise de former militairement les habitants des localités d’Aliyah et d’Al Chouf, pour les préparer à faire face à d’éventuels assauts des Jihadistes. Il s’agirait de Druzes membres du parti Al-Tawhid al-Arabi fondé par le Druze pro-syrien Wiam Wahab. La question de la formation militaire de civils druzes a été abordée au cours d'une réunion entre Cheikh Naim Hassan et les représentants du Hezbollah.  La décision pourrait faire suite à la récente observation par le Hezbollah d’une certaine connivence entre les Jihadistes du Front al-Nosra qui combattent l’armée d’Assad sur le plateau du Golan et les Israéliens. Plusieurs Jihadistes d’al-Nosra ont été, en effet, soignés dans des hôpitaux israéliens avant d’être renvoyés vers les zones de combat en Syrie. Les Druzes et le Hezbollah soupçonnent maintenant Israël de vouloir aider les membres du Front al-Nosra à lancer des attaques contre le Hezbollah et les Druzes, notamment ceux qui vivent sur le plateau du Golan.


Activité jihadiste contre les Occidentaux
Un ressortissant américain a été tué par balles et un autre a été blessé mardi 14 octobre dans l’après-midi lors que leur véhicule a été pris pour cible à Riyad,  la capitale saoudienne.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

13/10/2014

13 octobre 2014 – Nouvelles des guerres du Proche Orient

Turquie

Le PKK envoie des éléments armés vers la Turquie
On estime à 15 millions de personnes le nombre de Kurdes vivant en Turquie, ce qui représente 20% de la population.
Dans le cadre des pourparlers de paix engagés fin 2012 avec les autorités turques, le PKK avait décrété un cessez-le-feu en mars 2013 et commencé deux mois plus tard à retirer une partie de ses forces, dont le nombre total était alors estimé à quelque 5.000 hommes.
Un grand nombre de combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) avait trouvé refuge dans les monts Kandil (à l’extrême nord de l’Irak).
Le refus d’Ankara d’intervenir au secours des Kurdes syriens encerclés par les Jihadistes de l’EI devait provoquer la colère des dirigeants du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Celui-ci menaçait de mettre fin à la trêve dans le cas où Ankara maintiendrait sa position. Les violentes émeutes des kurdes turcs sévèrement réprimées par le pouvoir contribuaient à détériorer les relations déjà chaotiques entre le pouvoir et les chefs rebelles. Ceux-ci décidaient alors de renvoyer leurs combattants en Turquie.
"Si les choses continuent comme ça, la guérilla combattra pour défendre notre peuple. La tâche principale de la guérilla est de défendre le peuple", a déclaré Cemil Bayik, un des principaux chefs militaires du PKK dans un entretien accordé à la chaîne de télévision allemande repris par les médias turcs.
"Alors que le gouvernement continue à déployer des soldats dans le sud-est et l'est (de la Turquie), nous avons décidé d'agir", a expliqué M. Bayik.
Le chef emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan, a de son côté averti que la chute de Kobane signifierait la fin du processus de paix.

Comprendre la position turque
On aurait tort de croire que la stratégie turque consiste seulement à éliminer toute forme de résistance kurde en Turquie (PKK) et autour des frontières (YPD).
La communauté kurde, répartie en Turquie, en Syrie, en Irak et en Iran, est loin de présenter un front uni, ce qu’Ankara n’a pas manqué de mettre à profit.
Les Kurdes syriens, pour commencer par eux, sont divisés entre le Conseil national kurde (KNS) et le Parti de l’union démocratique (PYD). Les deux partis, profitant de l’éclatement de l’insurrection sunnite, défendent l’idée d’une autonomie kurde en Syrie. Mais si le KNS veut la chute du régime de Bachar el-Assad, le PYD se serait entendu avec le régime pour obtenir une certaine forme d’autonomie, ce qui aurait permis à l’armée d’Assad de concentrer ses efforts dans les autres régions. C’est pourquoi, dès le début de l’insurrection armée en Syrie, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui sont les forces armées du PYD,  se sont affrontés non seulement aux jihadistes, mais aussi aux unités de l'Armée syrienne libre.
Les relations entre le KNS et le PYD se sont dégradées en raison même de l’attitude à adopter face au régime de Bachar el-Assad. Au point que, lorsque l’offensive des califatistes contre la ville de Kobane a démarré, le KNC aurait refusé d'aider les défenseurs de la ville.
On aurait pu s’attendre à ce que les Kurdes d’Irak, forts de leurs récents succès contre les Jihadistes du califat islamique, soient venus en masse aider leurs frères syriens. Il n’en a rien été. La raison est que le chef de file du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, joue un jeu compliqué entre ses velléités indépendantistes pour le peuple kurde et son souci de conserver de bonnes relations avec la Turquie. Il affirme que les problèmes relationnels avec la Turquie s’apaiseraient s’il avait la possibilité de placer à la tête du Conseil national kurde (KNS) un homme à lui, à la place de Saleh Muslim qui le dirige actuellement.
Saleh Muslim s’est bien rendu à Ankara pour tenter de demander aux Turcs de l’aider à résister à l’offensive jihadiste. Mais ceux-ci ont refusé. Il paraît que Saleh Muslim aurait refusé de laisser entrer l’armée turque sur son territoire et de rejoindre la coalition contre les forces de Bachar el-Assad. Ce que Saleh Muslim refusait surtout, c’était de trahir son allié kurde de Turquie, le PKK alors que pour les Turcs,  le PKK est la même chose que l'EI.
Pour la Turquie, le PYD n’est rien d’autre qu’un filiale syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) interdit pour séparatisme. Pendant des années les services secrets turcs ont tenté d’éliminer à la fois les combattants du PKK et ceux du mouvement de libération nationale kurde en Syrie. Ils ont même utilisé pour ce faire des « mercenaires » appartenant à d'autres partis kurdes.
Alors si les Jihadistes du califat réussissent à atteindre cet objectif de réduire la capacité militaire des Kurdes, ce n’est pas la Turquie qui va les empêcher !

La Turquie est seulement intéressée à aider la rébellion contre Bachar el-Assad
Les États-Unis voudraient que la Turquie s'implique davantage dans la lutte contre l'État islamique (EI) en Syrie. C’est le message qu’a martelé le patron de la coalition internationale, le général américain à la retraite John Allen, et son adjoint Brett McGurk au cours d’une visite de deux jours en Turquie. Leur objectif était de tenter de convaincre la Turquie à s'engager militairement contre l'EI. Ont-ils été entendus ? Le premier ministre Ahmet Davutoglu, et les responsables militaires turcs ont bien affirmé être d'accord pour soutenir les efforts d'entraînement et d'équipement de l'opposition syrienne « modérée » sans toutefois préciser si ces unités allaient combattre contre l’Etat Islamique ou contre l’armée de Bachar el-Assad.

La Turquie autorise enfin les Etats-Unis à utiliser des bases situées sur son territoire
La Turquie a enfin autorisé les Etats-Unis à utiliser ses bases aériennes, en particulier sa grande base d'Incirlik, dans le sud, pour lutter contre le califat islamique, a déclaré dimanche 12 octobre un responsable américain de la Défense.
"Les détails de l'utilisation sont toujours en cours d'élaboration", a ajouté ce responsable, parlant à l'AFP sous le couvert de l'anonymat. Et on ne sait toujours pas si ce ralliement d’Ankara implique également que l’armée turque va se mettre en mouvement ou pas.
Au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue turc Ismet Yilmaz, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a cependant remercié la Turquie pour "sa disposition à contribuer aux efforts de la coalition" internationale contre l'EI, « notamment en hébergeant et en entraînant des membres de l'opposition syrienne ».
L'armée de l'air américaine utilise depuis longtemps la base d'Incirlik, dans le sud de la Turquie, et environ 1.500 de ses hommes y sont stationnés.

Iraniens et Russes mettent en garde la Turquie
Le président russe, Vladimir Poutine, tout comme le gouvernement iranien, ont mis en garde la Turquie, lui conseillant avec insistance de ne pas prendre part à une quelconque offensive terrestre en Syrie, ce qui violerait la souveraineté de l’Etat syrien et entraînerait la Turquie dans un conflit sans fin.

Front syrien

Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
Le califat islamique veut en finir avec la résistance farouche des Kurdes qui résistent depuis le 16 septembre à Kobane. De nombreux renforts en provenance de leur bastion de Raqqa et de la province d’Alep ont été dépêchés depuis ces dernières jours.
L'EI contrôle 40% de Kobane, particulièrement le secteur Est et des quartiers dans le sud et l'ouest de la ville. Il a pris le contrôle du QG des forces kurdes dans le nord de la cité, à un kilomètre environ de la frontière turque. Les Jihadistes de l'EI ont également tenté samedi 11 octobre de parvenir à la frontière turque, dans le nord de Kobane, avant d'être repoussés par les Kurdes.
Samedi 12 octobre, au moins 36 jihadistes ont péri dans des attaques kurdes, dont une contre un véhicule blindé de l'EI qui tentait d'entrer dans la ville (voir vidéo ci-dessous).
Les avions de la coalition internationale ont poursuivi leurs raids contre les positions des jihadistes. Ils ont effectué six frappes aériennes depuis vendredi, selon les chiffres communiqués par le Centcom, notamment sur les quartiers est.
Cette vidéo tournée côté califat montre les combats de rue à l’intérieur de Kobane. Ici, un char jihadiste est atteint par un RPG tiré par les Kurdes de l’YPG. Exceptionnel :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Cette autre vidéo montre le drapeau de l’Etat Islamique flottant sur un haut immeuble de Kobane, tandis qu’on installe des camps en Turquie pour les milliers de réfugiés qui ont fui la zone des combats :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Un Jihadiste « britannique » tué le 10 octobre 2014
On a appris que le Jihadiste « britannique » Abou Abdurahman al-Britani avait été tué le 10 octobre 2014 :

Abu Abdurahman al-Britani.png

 

Abou Abdurahman al-Britani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jihadiste, Abu Ki Walid al-Saoudi, un saoudien, a été tué le 8 octobre 2014.
Abou Mohammed al-Amriki, un « Américain » d’origine Tchétchène aurait récemment été tué lors des combats de Kobane. Il aurait été tué par une combattante kurde de l’YPG.

Abou Mohammed al-Amriki.jpgAbou Mohammed al-Amriki
 

 

 

 

 

 

 

 

Une centaine de « Françaises » dans les rangs de l’Etat Islamique
Les services de sécurité français estiment qu’une centaine de femmes « françaises » ont rejoint les rangs de l’Etat islamique en Syrie.
«Une centaine de jeunes filles et de femmes « françaises », dont une jeune fille juive, ont quitté la France, ces dernières semaines, afin de se rendre, en Syrie, pour grossir les rangs des terroristes de Daesh», a indiqué le quotidien britannique «The Daily Mail», citant un responsable sécuritaire français.
 
Les femmes combattantes de l’YPG kurde
Une femme kurde se distingue particulièrement. Il s’agit de Mayssa Abdo (40 ans). Elle a pris Narine Afrine comme nom de guerre, en référence à sa région natale d’Afrine, un bastion kurde situé dans la province d’Alep. Cette femme commande, avec Mahmoud Barkhodan, les Unités de défense du peuple kurde (YPG) à Kobane.
"Mayssa Abdo, connue sous son nom de guerre de Narine Afrine, est aux commandes des YPG à Kobané aux côtés de Mahmoud Barkhodan" (Mahmoud le « résistant » en kurde), a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
 "Ceux qui la connaissent disent qu'elle est cultivée, intelligente et flegmatique. Elle est soucieuse du mental des combattants et s'intéresse de près à leurs problèmes", affirme de son côté à l'AFP Mustefa Ebdi, un militant kurde originaire de Kobane.
Il y a de nombreuses femmes dans les rangs de l’YPG, comme du PKK. Le 5 octobre, la combattante kurde Dilar Gencxemis, identifiée par son mouvement sous le nom de guerre d'Arin Mirkan, s'est donnée la mort en provoquant celle de "dizaines" de jihadistes aux abords de Kobane. C’est la première femme kamikaze kurde recensée depuis le début de la guerre civile en Syrie. Mais des femmes kamikazes du PKK avaient déjà commis de sanglants attentats en Turquie.
Vidéo kurde sur les femmes combattantes kurdes :
https://www.youtube.com/watch?v=O0kKx1FFbkA&feature=p...

Une coalition de brigades rebelles « modérées » attaque l’EI pour soulager la résistance kurde
La coalition de brigades rebelles considérée comme « modérée » par les Etats-Unis, les brigades « Aube de la liberté » (Tajammu' Alwiya Fajr al-Hurriya) retranchée au sud de la ville de Kobane ont mis en ligne cette vidéo montrant leur participation à la bataille pour la défense de la ville kurde. Il s’agit d’un fait nouveau car jusqu’ici, les brigades appartenant à l’Armée syrienne libre s’étaient abstenues de venir en aide aux Kurdes. La raison est que l’YPG, le comité de défense du peuple kurde, avait autrefois fait usage de ses armes, non seulement contre les forces de Bachar el-Assad, mais aussi contre les rebelles arabes.
Vidéo tournée par la coalition de l’Aube de la liberté :
https://www.youtube.com/watch?v=BtqFUAM6Q8M&feature=p...
Les califatistes ont juré de se tourner vers cette coalition de brigades une fois la ville de Kobane tombée entre leurs mains. Cependant, si la Turquie a rechigné et rechigne toujours à venir à l’aide des Kurdes de l’YPG qu’elle considère comme une filiale du PKK interdit pour séparatisme en Turquie, il n’en serait pas de même en ce qui concerne ces brigades rebelles. Turcs et Américains pourraient se mettre d’accord pour venir sérieusement en aide aux rebelles de la coalition « Aube de la Liberté ». Celle-ci présente en effet le double avantage de lutter à la fois contre les Jihadistes de l’EI et les troupes assadistes. De leur côté, les Kurdes de l’YPG auraient la solution de choisir de s’intégrer au sein de l’Armée Syrienne Libre, ce qui pourrait faciliter l’engagement de la Turquie à leur côté.
Une autre brigade de l’Armée Syrienne Libre se bat à Kobane aux côtés des militants kurdes. Il s’agit des Brigades révolutionnaires de Raqqa. La brigade, commandée par Abou Saif, comptait autrefois 1250 combattants. A Kobane, elle n’a engagé que trois cents hommes environ. Cette brigade avait fait autrefois le coup de feu contre les Kurdes de l’YPG. Mais lorsque les Jihadistes de l’Etat Islamique l’ont chassée de Raqqa pour faire de cette ville leur place forte, les Brigades révolutionnaires de Raqqa ont tourné leurs armes contre eux, concluant une sorte de trêve avec les Kurdes.

Pendant ce temps, la guerre se poursuit dans les autres régions de Syrie entre rebelles et armée d’Assad.

Talbisseh (province de Homs)
Une vidéo unique montre la destruction d’un hélicoptère de l’armée d’Assad détruit par des rebelles de la brigade al-Faroukh utilisant un Manpad de fabrication chinoise. La localité de Talbisseh est située à proximité de Homs  :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Alep
Affrontements entre l’EI et le Hezbollah
De violents affrontements ont lieu  sur les lignes de front entre le Hezbollah, la milice chiite libanaise, et les Jihadistes de l’Etat Islamique :
Cette vidéo prise par les Islamistes de l’EI a été tournée, il y a une semaine (Exceptionnel) :
https://www.youtube.com/watch?v=2ccgvE895iU&feature=p...

Front irakien

Attentats suicides sanglants
Le week-end a été très sanglant en Irak en raison des attentats. Près de cinquante personnes ont été tuées et près de cent blessés à la suite d’une série d’attaques kamikaze à Bagdad, le samedi 11 octobre. Un kamikaze s’est fait exploser à la tombée de la nuit à un barrage de la police dans le quartier à majorité chiite d’al-Khadamiya, au nord de la capitale irakienne. L’attentat à fait 12 morts, dont quatre policiers et blessé une vingtaine de personnes. A peu près au même moment, une voiture piégée explosait près d’un marché dans le quartier majoritairement chiite de Shula. Et alors que la police bloquait la circulation par mesure de sécurité, un autre Kamikaze lançait son véhicule piégé au milieu du trafic dans le même secteur. 25 personnes auraient été tuées dans le double attentat et plus de cinquante blessées.
Un autre kamikaze a tué 14 personnes et blessé quarante autres dans le quartier de Mishahda.
Dans le nord de l’Irak, à Qara Tapah (120 km au nord de Bagdad), trois attaques-suicide revendiquées par l’Etat Islamique ont tué, dimanche 12 octobre, au moins 40 personnes, la plupart des anciens soldats des forces kurdes qui voulaient se réengager. Deux des attaques ont eu lieu contre des bâtiments des Forces de sécurité kurdes et la troisième contre le siège local de l’Union Patriotique du Kurdistan. Et le même jour, le chef de la police de la province d’al-Anbar, le général Ahmed al-Dulaimi, était tué dans une attaque des Jihadistes, et à Baaqouba, l'explosion d'une bombe placée au bord d'une route (EID) tuait six civils.

80% de la province sunnite d’al-Anbar aux mains des Jihadistes de l’EI
Les Jihadistes de l’EI poursuivent leur offensive dans la province d’al-Anbar, à l’ouest de l’Irak. Ils contrôleraient désormais 80% de la province et seraient maîtres de Falloujah et d’une grande partie de Ramadi, la capitale de la province.

Des dizaines d’arabes israéliens combattent avec l’Etat Islamique
Selon le Times of Israël, un Jihadiste arabe israélien aurait été tué près de la ville de Ramadi. Il s’agit d’un homme de 24 ans originaire du village d’Ikssal. Selon l’organe de presse israélien, des dizaines d’arabes israéliens combattraient dans les rangs de l’EI.

Situation volatile autour de Rabia conquise par les Peshmergas avec l’aide de la coalition internationale
Un haut responsable du ministère américain de la défense confirme que l’armée irakienne se bat, mais qu’elle se trouve dans une position difficile.
Vidéo côté kurde :
https://www.youtube.com/watch?v=imizdv6FoKY&feature=p...

Qui dit contrôle par l’EI dit « exécutions »
Maîtres de vastes régions en Syrie et en Irak, les Jihadistes de l’EI poursuivent leur campagne de terreur, un peu à la manière des communistes cambodgiens de Pol Pot. 16 personnes considérées comme ennemies du califat ont été exécutées dans le nord de l’Irak. Neuf personnes auraient été exécutées à as-Zab, à 90km à l’ouest de Kirkouk, vendredi 10 octobre. Elles étaient accusées d’avoir des liens avec des groupes anti-Etat islamique. Trois victimes auraient été décapitées. Un cameraman, Raad al-Azzawi, son frère et deux autres personnes auraient été exécutés dans le village de Samra, à l’est de Tikrit. Le cameraman travaillait pour la chaîne de télévision Sama Salaheddine. Il aurait été mis à mort pour avoir refusé de travailler avec eux.

Front libanais

Triboli (Nord Liban)
Des centaines de Sunnites libanais se déclarent prêts à rejoindre le Front Islamique :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Bekaa (à l'est du Liban) – Les Chrétiens prennent les armes
Les villages chrétiens de la Bekaa ont pris les armes pour se défendre contre de possibles attaques des Jihadistes de l’Etat Islamique. Des milliers de Jihadistes de l'État islamique et du Front al-Nosra affilié à Al-Qaïda se trouveraient dans les montagnes proches, parfois à moins de 2,5 km de certains villages chrétiens. Et c’est pour cette raison que les Chrétiens libanais prennent peur.
Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Désertion de soldats
L’institution militaire a confirmé la désertion de trois soldats qui auraient rejoint l’Etat Islamique pour l’un d’eux et le Front al-Nosra pour les deux autres. Pour l’instant, il s’agit d’actes isolés mais les justifications données par les déserteurs sont que l’armée obéit aux ordres de Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah et maltraite les populations sunnites.

Théâtre européen (nouvelle rubrique)

Hambourg
Que s’est-il passé à Hambourg mardi 7 octobre 2014 ?
Les Kurdes d’Allemagne avaient décidé de manifester leur soutien à la ville de Kobane et contre l’Etat Islamique le mardi 7 octobre à Hambourg.  C’est alors que 400 Kurdes défilaient en criant des slogans  près de la mosquée al-Nour qu’ils ont été attaqués par des islamistes armés de machettes et de couteaux.
La police allemande a alors bloqué toutes les rues menant à la mosquée et positionné ses véhicules entre les deux groupes afin de tenter de faire revenir le calme.
Il a été retrouvé sur les belligérants, des barres de fer, machettes et autres objets tranchants. La police a du employer des canons à eau pour les séparer.
Une porte-parole de la police a déclaré que l’intervention des forces de l’ordre a duré jusqu’aux premières heures de la matinée et que 22 personnes ont été arrêtées. Elle a ajouté que 14 personnes ont été blessées.

Nouvelles de la coalition internationale

Grande Bretagne
Des militaires britanniques se trouvent en Irak pour entraîner les forces kurdes qui combattent l’Etat islamique, a annoncé samedi 11 octobre le ministère britannique de la Défense.
Une "petite équipe de spécialistes" est présente dans la région d'Erbil, capitale du Kurdistan, la région autonome kurde du nord de l'Irak, et entraîne les peshmergas, les combattants kurdes, à utiliser les mitrailleuses lourdes que la Grande-Bretagne leur a données en septembre.
"Le secrétaire à la Défense a approuvé le déploiement d'une petite équipe de spécialistes composée d'instructeurs militaires non-combattants, qui se trouve en ce moment dans la région d'Erbil et fournit un entraînement pour l'utilisation et l'entretien des mitrailleuses lourdes qui ont été offertes par le Royaume-Uni le mois dernier", a précisé la porte-parole du ministère de la défense britannique.
Selon le Sunday Times, ces militaires appartiennent au 2e Bataillon du Yorkshire Regiment, une unité d'infanterie basée à Chypre.

Allemagne
L'Allemagne a elle aussi fourni des armes aux forces kurdes d'Irak - des fusils d'assaut et des lance-roquettes antichars - et des militaires allemands se trouvent également dans la région d'Erbil pour entraîner les peshmergas à leur maniement.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)