28/10/2014

Nouvelles des guerres du Moyen Orient – entre le 25 et le 28 octobre

Front syrien

Kobane (Aïn el-Arab)
Les forces kurdes ont réussi à repousser pour la quatrième fois consécutive, l'assaut des Jihadistes de l’EI contre la localité de Jamarak.
Jamarak revêt une importance particulière, car il est l'unique voie de passage entre Kobane et la Turquie, par où pourraient passer armes et renforts. Le fait de perdre ce point de passage constituerait un coup fatal, à la fois, pour les Kurdes. Samedi,  les califatistes ont pilonné la ville de Kobane, au sud et à l’ouest mais la résistance des Kurdes les a contraints de reculer.
Dimanche 26 octobre, une seconde attaque a eu lieu, toujours, sur ces deux secteurs. Cette seconde attaque est intervenue, après l'arrivée d'un nouveau convoi d'armes et de munitions, pour les Jihadistes, (depuis la Turquie voisine, semble-t-il !), mais les Kurdes ont réussi à y faire face. Le Nord-Est de Kobane est, en ce moment, le théâtre de très violents combats entre Jihadistes et Kurdes syriens, notamment dans la localité de Sogh al-Hal et dans les deux autres localités d'Al-Sanaa et de Kani Araban, dans le Nord-Ouest de Kobane.
Plus de 50 Jihadistes ont été tués, dimanche, à Kobane.
Vidéo des combats à l’est de Kobane :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Incertitudes sur les renforts promis à Kobane
En ce qui concerne les renforts, qu’ils soient kurdes irakiens ou combattants de l’Armée Syrienne Libre, la plus grande confusion règne en ce moment. Les Kurdes de l’YPG auraient demandé aux autorités kurdes irakiennes de limiter à 200 le nombre de Peshmergas envoyés à Kobane. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a aussitôt accusé le principal parti kurde de Syrie, le Parti de l'union démocratique (PYD), dont l'YPG est le bras armé, de ne pas vouloir de l'aide des Peshmergas par crainte de passer sous l’autorité des Kurdes irakiens.
Ankara reproche au PYD ses relations avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte depuis trois décennies en Turquie pour l'indépendance du Kurdistan et qui est inscrit à la liste des organisations terroristes. Il reproche également aux Kurdes de Syrie leurs relations ambigües avec le gouvernement syrien.
Quant aux fameux renforts de l’Armée Syrienne Libre annoncé sur la chaîne qatarie al-Jazira, il semble que la promesse n’ait pas été validée par le chef du Conseil militaire d'Alep, le général Zaher el-Saket. Celui-ci a affirmé que ses combattants devaient se concentrer aux opérations de guerre sur le front aleppin.

La promesse du colonel Oqaidi – un plan américain ?
Le colonel Abdel Jabbar Oqaidi, qui serait à l’origine de l’annonce, aurait-il promis l’envoi de 1300 combattants de l’Armée syrienne libre sur demande de ses sponsors, les Turcs et les Américains ? On sait que les États-Unis et la Grande Bretagne ont donné la priorité au colonel Oqaidi pour la fourniture d’armes à l’ASL au cours des deux dernières années. Il aurait été tentant pour les stratèges américains de lancer les troupes d’Oqaidi dans la bataille pour Kobane pour faire d’une pierre deux coups : sauver la ville kurde de la menace de l’Etat islamique et satisfaire le souci turc de ne pas créer une place-forte kurde à sa frontière.

Un convoi de Peshmergas a quitté l’Irak pour Kobane
80 combattants kurdes irakiens ont quitté leur base d’Erbil, dans le nord de l'Irak, pour rejoindre la ville syrienne de Kobane et la défendre contre les jihadistes de l’Etat islamique. Un autre groupe de 72 Peshmergas doit les rejoindre par voie aérienne, la Turquie ayant autorisé leur passage par leur territoire.
Quarante véhicules transportant des armes, des pièces d'artillerie et des mitrailleuses se sont dirigés vers la province de Dohouk et ont franchi la frontière" avec la Turquie le mardi 28 octobre.
Les 72 autres combattants kurdes s'envoleront pour la Turquie mercredi 29 octobre.
Cette vidéo montre le convoi des Peshmergas :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=c61a938b0031

Province de Deir ez-Zhor
Et on reparle de la tribu Chaitat qui s’est soulevée contre les Jihadistes de l’Etat Islamique. On a appris que les califatistes avaient décapité dans l'est de la Syrie quatre membres de la tribu sunnite des Chaïtat, déjà victime en août d'un épouvantable massacre après s’être rebellés contre l’Etat islamique.  Plus de 700 membres de cette tribu avaient été décapités et leurs têtes exposées.
"Daesh a décapité dimanche quatre hommes de la tribu Chaïtat dans la ville de Boukamal dans la province de Deir Ezzor, les accusant de collaborer avec le pouvoir syrien.

Front irakien

Bagdad
34 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées à la suite de deux attentats kamikaze, mardi 28 octobre 2014. Le premier a eu lieu à Bagdad, dans le quartier commercial de Karrada, en plein centre ville, tuant dix personnes
Le second a eu lieu à Jurf al-Sakhar, à 60km au sud de Bagdad, une localité qui venait d’être reprise par l’armée irakienne et les milices chiites. Le kamikaze a fait exploser son Humvee près d’un check-point, tuant 24 personnes.

Victoire de l’armée irakienne à Jurf al-Sakhar (60 km au sud de Bagdad)
La localité de Jourf al Sakhar, à 60km au sud de Bagdad, contrôle l'entrée des villes saintes irakiennes de Karbala et de Najaf. Elle est donc d’une grande importance stratégique pour la communauté chiite irakienne. L’armée irakienne et les milices chiites l’ont libérée il y a une semaine. Près de 200 Jihadistes de l’Etat islamique ont été mis hors de combat à cette occasion. Pour les militaires, elle est la clé de la libération de la province d’Al Anbar, devenue depuis plus de deux ans le centre de la rébellion sunnite en Irak. .
Le premier ministre irakien a salué la libération de cette localité : "cette libération pourrait servir d'exemple. Elle a été le fruit d'une étroite synergie entre l'armée nationale et les forces volontaires et les irakiens eux-mêmes," a déclaré Haydar Al-Abadi.
La victoire a été le fruit d'une parfaite coordination entre le Hezbollah d'Irak et d'autres milices d'une part et l'armée nationale irakienne de l'autre. La libération de Jarf al Sakhar est un coup dur pour l’Etat islamique qui voit s’éloigner leur rêve de s’emparer de la capitale irakienne. 

L’Etat Islamique capable de détruire des avions de combat de la coalition
Les services de renseignement allemands estiment que les combattants du groupe Etat islamique (EI) possèdent des lance-missiles capables de toucher des avions de ligne, selon le journal Bild am Sonntag.
Les services du BND (Bundesnachrichtendienst) auraient confié leurs soupçons à des parlementaires allemands au cours d'une réunion confidentielle la semaine dernière.
Selon le rapport du BND, les combattants de l'EI sont en possession de lance-missiles issus des stocks de l'armée syrienne, certains datant des années 70, d'autres plus modernes et de technologie plus avancée.
Ces lance-missiles, connus sous le nom de Manpads d'inspiration russe, pourraient également avoir été fabriqués dans d'autres pays, comme la Bulgarie et la Chine, selon le journal.

L’armée de l’air irakienne a mené 555 raids aériens entre le 1er et le 26 octobre
Vidéo du ministère de la défense irakien :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=8282df53b601

Jordanie

Arrestation d’un idéologue d’al-Qaïda
Un des principaux idéologues d’Al-Qaïda, libéré en juin 2014, a été de nouveau arrêté lundi 27 octobre en Jordanie pour "propagation d'idées terroristes". Ce Jordanien d'origine palestinienne avait été libéré le 16 juin 2014 alors qu'il purgeait depuis 2011 une peine de prison pour avoir recruté en Jordanie de combattants devant rejoindre les talibans en Afghanistan.
Le procureur général auprès de la Cour de sûreté de l'Etat a placé Issam Barqawi, alias Abou Mohammed al-Maqdessi, en garde à vue pour avoir "propagé sur internet les idées d'un groupe terroriste, le Front al-Nosra", branche d'Al-Qaïda en Syrie.
Considéré comme l'un des principaux idéologues de l’islamisme radical, il a été l'un des mentors d'Abou Moussab Zarqaoui, qui était le chef d'Al-Qaïda en Irak avant d’être tué par un raid américain en 2006. Après leur rencontre en 1992, les deux hommes avaient rejoint le groupe "Jaich Mohammed"  puis avaient été condamnés à cinq ans de prison en Jordanie pour appartenance à un groupe  illégal.
Ils avaient été libérés en 1999 à la faveur d'une amnistie générale puis s'étaient séparés à la suite de divergences idéologiques.

Turquie

Regain de tension en Turquie – Trois militaires tués
Des rebelles, probablement kurdes, ont tué, samedi 25 octobre, trois soldats turcs dans le sud-est de la Turquie. L’armée  a attribué cette attaque aux rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
Les trois soldats, qui n'étaient pas en service, ont été tués dans la rue dans la ville de Yuksekova dans la province de Hakkari, dans le sud-est du pays à la frontière avec l'Iran et l'Irak. L'attaque n'a pas été revendiquée.
Le PKK, engagé dans un conflit qui a fait quelque 40.000 morts depuis 1984, observe depuis mars 2013 un cessez-le-feu globalement respecté par les deux parties.
Mais des tensions ont émergé au cours des dernières semaines entre les autorités d'Ankara et les rebelles kurdes de Turquie qui ont menacé de rompre la trêve en raison de l’inaction du gouvernement turc à venir en aide aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobane, assiégée par les jihadistes de l’Etat islamique.

400 kg d’explosifs volés par le PKK
On assiste depuis quelques jours à un accroissement des actes hostiles du PKK en Turquie. Des combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan ont intercepté un camion militaire turc transportant 400kg de nitrate d’ammonium dans le district de Sipoli, province de Sirnak, proche de la frontière irakienne.

Front Yéménite

Combats meurtriers entre houthis et tribus sunnites alliées à al-Qaïda
De violents combats ont opposé au cours du week-end du 25 et 26 octobre des rebelles chiites et des tribus sunnites alliées à al-Qaïda dans le centre du Yémen, faisant des dizaines de morts, selon des sources tribales.
Les rebelles chiites d'Ansarullah ont tenté par trois fois d'attaquer des positions tribales dans les montagnes qui surplombent Radah, dans la province de Baïda. « Ils ont été repoussés à chaque fois au prix d'importantes pertes, les combats ayant fait des dizaines de morts, notamment dans les rangs des houthis », c’est-à-dire des rebelles chiites.
Hier toutefois, les houthis ont réussi à s'emparer de plusieurs des montagnes autour de Radah après que des avions de combat yéménites et un drone eurent lancé des raids contre des positions d'al-Qaïda et de leurs alliés des tribus sunnites. 20 membres d'al-Qaïda auraient été tués au cours des raids sans qu’il soit possible de confirmer ce bilan de source indépendante.
Dans une vallée proche de la zone des combats, deux véhicules transportant des combattants d'al-Qaïda ont été visés par un drone faisant dix morts, ont affirmé plusieurs sources tribales. Les États-Unis, alliés du Yémen dans la lutte antiterroriste, sont les seuls à disposer de drones dans la région. Dimanche 26 octobre, , l'armée de l'air et un drone, probablement américain, ont attaqué des positions tenues par des combattants d'el-Qaëda et de tribus sunnites dans le centre du pays, tuant plusieurs de ces combattants, mobilisés pour contrer la progression des rebelles chiites dans le pays.

Asie centrale

La Transcaucasie et l’Asie Centrale vont-elles devenir le prochain objectif des Jihadistes ?
Voici l'avi du politologue Stanislav Tarassov:
Nombreux sont les analystes enclins à considérer que l’EI présente un danger sérieux aussi pour les pays d’Asie Centrale. L’orientaliste Saïd Gafourov, par exemple, affirme :
« Au grand regret, les forces armées ni du Tadjikistan, ni d’Ouzbékistan, ni de Turkménie ne sont pas, probablement, en mesure d’opposer une résistance à l’infanterie de l’EI. Elle est maintenant manifestement la meilleure du monde. Les islamistes ne sont limités pour le moment que par le facteur géographique. L’Asie Centrale se trouve quand même assez loin. Les tribus pachtounes à ce jour ne se joignent pas à l’EI. Eux et les Kurdes leur sont opposés, car ils ont leurs propres traditions de l’islam, celles du soufisme.
La plupart des analystes partagent l’opinion, suivant laquelle l’Afghanistan est un foyer d’instabilité en Asie. Et pratiquement l’échec des Américains dans ce pays n’a d’autre effet que d’encourager les talibans à une expansion en direction du nord. Dans cette situation une alliance avec des intégristes islamiques proche-orientaux est tout à fait possible. Si elle prend corps, toute la région va s’enflammer, dit Saïd Gafourov.
On doit dire que la situation en Asie Centrale est liée à la configuration des rapports entre la Russie et les Etats-Unis. Ici il faut agir en commun, en dépit de toutes les divergences. Si les ultra-radicaux parviennent à raviver le feu du jihad en Asie Centrale, la chaleur en sera ressentie aussi bien dans le continent européen qu’américain.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

27/10/2014

24 au 27 octobre : Flambée de violence au Liban nord

Liban : objet de toutes les inquiétudes
Ce weekend, c’est le Liban qui nous inquiète. Deux évènements majeurs ont eu lieu : de violents affrontements ont éclaté entre l’armée libanaise et des Islamistes à Tripoli et dans la région nord du Akkar. Et au sud Liban, c’est à une escalade dangereuse à laquelle vient de procéder le Hezbollah en tirant de puissants missiles sur des positions proches de la frontière israélienne supposées être occupées par des Jihadistes du Front al-Nosra. Le Hezbollah accuse les Israéliens d’avoir toléré leur présence dans cette région frontalière du Mont Hermon (Jabal esh-Sheikh) et du Golan syrien.

Lire la suite

19/10/2014

19 octobre 2014 : Nouvelles des guerres du Moyen orient et d’Afrique du nord

Le monde musulman divisé

Le chiisme hiérarchisé
Le monde musulman est fracturé entre diverses conceptions du monde qui ne cessent de s’affronter. Il est divisé entre Sunnites et Chiites, comme chacun sait. Le chiisme a une vision « messianique » du monde. Il attend le « messie », en l’occurrence le « 12ème imam caché » qui symbolisera la victoire des croyants sur tous les mécréants. La communauté chiite est organisée autour d’une stricte hiérarchie, contrairement au Sunnisme,  et l’Iran est le centre du pouvoir chiite.

Le sunnisme éclaté
Contrairement aux Chiites, la communauté sunnite est divisée en nombreux courants et influences.
Il y a le sunnisme jihadiste et zélateur. Encore faut-il distinguer entre les Jihadistes partisans de recréer le califat comme aux temps héroïques de l’Islam et les Jihadistes universalistes et prosélytes, qui cherchent à convertir le monde entier à l’Islam. L’Etat Islamique représente le premier groupe. Son objectif est de créer un territoire assujetti à l’autorité d’un calife supposé être le successeur de Mahomet. Al-Qaïda représente la seconde conception. Elle veut forcer le monde entier à choisir entre l’Islam ou la mort. On pourrait ajouter une troisième forme de jidahisme. Celle qu’on trouve en Afghanistan et qui consiste à défendre un Etat musulman contre toute forme d’agression extérieure par « les armées des mécréants ».
Une autre conception de l’Islam est en lutte contre les versions jihadistes que l’on vient de citer. Elle est organisée autour d’un centre unique de pouvoir. Riyad et le Wahhabisme représente cette version. Il s’agit d’imposer au monde musulman une autorité unique, celle du pouvoir qui règne sur les lieux saints (l’Arabie saoudite). Et cette vision, selon les Saoudiens, est la seule à pouvoir lutter efficacement contre les prétentions des Chiites à prendre le contrôle de ces mêmes lieux saints.
On trouve également d’autres conceptions de l’Islam. L’Islam qu’on pourrait appeler « occidentalisé », qui adhère aux principes de la démocratie, le respect des droits de l’homme, le suffrage populaire, la liberté religieuse, tels qu’on les proclame dans de nombreux pays occidentaux.
Il y a aussi l’Islam politique, version « Frères musulmans », qui sont prêts à utiliser les outils démocratiques pour accéder au pouvoir et donner à l’Islam une place prépondérante dans la société. L’Islam politique est honni par les Wahhabites et les Jihadistes de tous poils. Il bénéficie actuellement de deux soutiens : la Turquie et le Qatar et sa puissante chaîne satellitaire, al-Jazira. 
Il y a enfin, ici ou là, les vestiges d’un Islam révolutionnaire et marxisé, comme on le trouvait dans les années 70 et les jours « bénis » des organisations de résistance palestinienne telles que le Fath, le FPLP et autres organisations révolutionnaires. On ne les trouve plus guère aujourd’hui que dans les camps palestiniens du Liban et la Cisjordanie.
Les lignes de fracture du monde musulman se retrouvent entre ces différentes conceptions de l’Islam et du monde musulman, sans oublier, bien sûr, les rivalités entre puissances ni l’appétit pour les immenses richesses du sous-sol de cette région stratégique.

Lire la suite