Abou Bakr al-Baghdadi - Page 5

  • Syrie : Daech s'empare d'Al-Qaryatayn, ville symbolique dans le centre de la Syrie

    Imprimer
    Syrie 
    Qaryatayn
    Daech s'empare d'Al-Qaryatayn, ville symbolique dans le centre de la Syrie
    L'Etat islamique (Daech), a pris, dimanche 1er octobre, le contrôle d'une ville symbolique au centre du pays après une offensive surprise contre les forces du régime.
    La ville d'al-Qaryatayn est située au sud-est de Homs dans le désert syrien.  La ville a longtemps été un symbole de coexistence entre les musulmans et les chrétiens en Syrie. En avril 2016, les forces du régime avaient repris la ville aux jihadistes avec le soutien de la Russie, alors que l'EI y était implanté depuis août 2015 et s'y était livré à une série de destructions et de saccages d'églises.
    Avant le début du conflit en Syrie, la ville comptait 30.000 habitants, dont 900 chrétiens.
    L'assaut de l'EI contre Al-Qaryatayn est intervenu 72 heures après des attaques surprises de l'EI contre les forces du régime et ses alliés le long de l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor qui auraient fait au moins 128 morts, selon un dernier bilan de l'OSDH.
    Des attaques qui coïncident avec la dernière intervention audio d'Abou Bakr al-Baghdadi
    Les dernières attaques des jihadistes de l'EI contre les forces du régime semblent avoir coïncidé avec la diffusion par l'EI d'un enregistrement audio attribué à son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, dans lequel ce dernier a appelé ses combattants à "résister" et à multiplier les attaques contre leurs ennemis. L'EI veut sans doute démontrer par la multiplication de ses attaques qu'il garde intacte sa capacité à lancer des offensives éclaires et de faire subir des pertes à ses adversaires.
    L'Armée Arabe Syrienne lance une contre-attaque pour reprendre la ville
    L'armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont encerclé la ville  avant de lancer une contre-attaque précédée d'un bombardement au mortier. Les forces pro-gouvernementales ont réussi à pénétrer à l'entrée ouest de la ville.
    Des avions de guerre syriens sont également intervenus pour effectuer des dizaines de vols de reconnaissance. 
    Des habitants, qui avaient réussi à fuir la ville, ont  révélé que les jihadistes avaient arrêté 6 civils qu'ils ont accusé d'être des agents de l'AAS. Les 6 civils ont probablement été exécutés plus tard. 
    Les soldats de l'AAS qui se sont retirés de la ville au moment de l'attaque des jihadistes ont déclaré que de nombreux civils de la ville avaient accueilli les combattants de l'EI à bras ouverts et ont même participé à des combats contre l'armée.
    C'est pour éviter les pertes au sein de la population civile que ces militaires avaient abandonné le terrain, ont-ils ajouté. 
    La localité devrait être reprise par l'armée dans un avenir proche car il n'y aurait que quelques dizaines de jihadistes mal armés à l'intérieur.
     
    Jean René Belliard

     

  • Des religieux de l'Etat islamique reconnaissent leur défaite à Mossoul et la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi

    Imprimer

    Des religieux de l'Etat islamique reconnaissent leur défaite à Mossoul et la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi
    Abou Baraa al-Mawseli, l'un des principaux dirigeants de l'État islamique et le chef adjoint pour le secteur de Tal Afar, à l'ouest de la province, a prononcé un sermon lors de la prière du vendredi dans lequel il a reconnu la défaite de l'Etat islamique à Mossoul.
    Abou Baraa a également déclaré que Tal Afar devenait «le siège temporaire du califat».
    Dans un autre sermon dans la même ville, Abou Qutaiba, un autre assistant principal du chef suprême de l'Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, a éclaté en sanglots lorsqu'il a parlé de ce dernier dans son prêche. Il aurait alors marmonné quelques mots suggérant la mort de Baghdadi, selon un témoin de la scène.
    Les spéculations et Les rapports contradictoires sur sa survie et l'endroit où il pourrait se trouver n'ont pas cessé au cours de ces dernières années. Dernièrement, le ministère de la Défense russe a affirmé qu'il était sûr de sa mort à 100%.

    Jean René Belliard

    Lire la suite

  • Jeudi 29 juin – Mossoul : Les forces irakiennes annoncent avoir pris le contrôle de la mosquée al-Nouri

    Imprimer

    Jean René Belliard et le groupe Ptolémée publient chaque jour une newsletter réservée aux abonnés.
    Une quinzaine de correspondants à travers le monde
    La newsletter, adressée à environ 450 abonnés, est rédigée en collaboration avec une quinzaine de spécialistes de la géopolitique du Moyen orient, de l'Afrique du nord, du Sahel et des problèmes liés au jihadisme.
    Nous publions également dans la Tribune de Genève un blog dédié à ces régions et à ces problématiques.
    Un récapitulatif quotidien des principaux évènements de la journée
    La newsletter vous propose un récapitulatif des évènements marquants de la journée, ce qui vous épargne le besoin de rechercher vous-même l'information. Les newsletters sont pourvues de nombreuses vidéos, cartes et toutes les explications nécessaires à la compréhension des évènements et de leur enchaînement.
    Je précise que nous n'appartenons à aucun groupe de pression. Notre seul but est de permettre à des décideurs, politiques, sécuritaires ou de la société civile, de se faire leur propre opinion en parfaite connaissance de cause et éviter ainsi de se précipiter sur la base de jugements erronés ou mal appréciés.
    Un mois d'essai à titre gratuit à partir du 29 juin 2017
    Nous nous proposons de vous adresser copie de la newsletter complète pendant un mois à titre gratuit, libre à vous par la suite de décider si vous désirez prendre un abonnement (100€/an) ou non.
    Pour cela, il faut enregistrer votre adresse e-mail en écrivant à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite