- Page 2

  • Iran: Daech menace l’Iran de nouvelles attaques après l’attentat d’Ahvaz

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)

    Le porte-parole du groupe jihadiste Etat islamique (EI) a menacé de mener de nouvelles attaques contre l’Iran après celle ayant fait 24 morts samedi lors d’un défilé militaire dans la ville d’Ahvaz, dans un message audio diffusé mercredi sur la messagerie Telegram.
    « Ils ne se sont pas encore réveillés du choc, et ce ne sera pas le dernier (…) Le prochain sera bien pire et plus amer », affirme Aboulhassan al-Mouhajer dont le groupe avait revendiqué l’attentat d’Ahvaz.

    Lire la suite

  • Maldives : Le gouvernement des Maldives a fait démolir des œuvres d’art parce qu’elles « menaçaient l’unité islamique »

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié pour les abonnés en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand)esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

    Les autorités des Maldives ont fait enlever des parties d’une sculpture marine de l’artiste Jason deCaires Taylor. Le tribunal des Maldives avait jugé que les statues figurant dans l’œuvre d’art étaient « anti-islamiques ».
    Coralarium’ est un projet de Jason deCaires Taylor, connu pour ses statues et galeries sous-marines dans le monde entier. Les travaux ont été commandés par la station balnéaire Fairmont Maldives Sirru Fen Fushi, propriété du groupe hôtelier Accor, en tant que « galerie des marées » et ont été achevés en juillet.
    Un grand cadre en acier avec des ouvertures représentant le monde sous-marin devait permettre à la vie marine de nager librement à travers lui. Le’coralarium’ devrait être un nouvel habitat pour le corail et d’autres formes de vie marine. 30 statues humaines avaient été placées sur le dessus de la structure. Les statues étaient de la taille de personnes réelles, dont environ la moitié représentaient des maldiviens.
    Représentation de personnages humains
    Les chefs religieux et les universitaires de l’État insulaire, où l’islam est la religion officielle, ont critiqué l’œuvre d’art ces dernières semaines. En droit islamique, la représentation des figures humaines dans l’art est découragée parce qu’on dit qu’il s’agit d' »idoles ».
    Après qu’un juge ait jugé que le travail menaçait « l’unité islamique et la paix et les intérêts de l’Etat maldivien », le gouvernement a ordonné la semaine dernière qu’une partie du travail soit démolie. Pourtant, les autorités elles-mêmes avaient donné l’autorisation de construire la statue.
    Neuf mois de travail réduits à néant en une journée
    La sculpture a été réalisée pendant neuf mois par une équipe d’ingénieurs marins, de fabricants d’acier, de plongeurs et de moulistes. De l’acier au Ph neutre a été utilisé, pour protéger l’environnement marin. Les clients de l’hôtel et les touristes d’un jour pouvaient visiter l’oeuve d’art et l’apprécier selon la lumière et les marées.
    Le 21 septembre, cependant, le gouvernement a fait démolir l’ouvrage à coups de pics, des scies et des cordes. Seules les statues de forme humaine ont été enlevées. La cage métallique du Coralarium a été conservée intacte.
    « Vendredi dernier, j’ai été particulièrement choqué et attristé d’apprendre que mes statues au Coralarium avaient été détruites par les autorités maldiviennes, malgré les consultations et le dialogue en cours », a répondu deCaires Taylor. « Le Coralarium a été conçu pour relier les gens à l’environnement et pour créer un environnement sûr où la vie marine pouvait prospérer. Rien d’autre ! Les Maldives sont encore belles, avec une population chaleureuse et amicale, mais c’était un triste jour pour l’art et un triste jour pour l’environnement.
    Adapter l’oeuvre
    La chaîne hôtelière Accor déclare dans un communiqué qu’elle a été surprise par la démolition des statues, mais que le processus a été « pacifique et amical ». « L’autorisation pour l’installation avait été demandée et accordée. Cette œuvre d’art a été considérée comme un moyen d’éduquer les gens sur les problèmes environnementaux qui ont un impact sur les Maldives et le monde, et en même temps d’aider les récifs coralliens locaux dans leur renouvellement et leur rétablissement. Selon Accor, cependant, la structure de base du Coralarium est toujours intacte et l’artiste s’interroge maintenant sur la manière dont l’œuvre peut être remodelée « en harmonie avec la population locale et l’environnement ».

    Coralarium.jpeg

     

    Lire la suite

  • Iran: Des suspects arrêtés en lien avec l’attaque du défilé militaire d’Ahvaz

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)

    Les services de sécurité iraniens ont arrêté un grand nombre de suspects liés à l’attaque commise samedi lors d’un défilé militaire à Ahvaz, rapporte lundi l’agence iranienne Mizan qui cite le ministre aux Renseignements. « Nous allons identifier tous les terroristes liés à cette attaque. Une grande partie de ce réseau a déjà été arrêtée », a déclaré Mahmoud Alavi en marge des funérailles de plusieurs victimes.
    Cet attentat, qui a fait 25 morts, est l’un des plus meurtriers jamais commis contre les Gardiens de la révolution, organisation paramilitaire dépendant directement de l’ayatollah Ali Khamenei, et il constitue un coup dur porté à l’appareil sécuritaire iranien au moment où les Etats-Unis et l’Arabie saoudite tentent d’isoler l’Iran au Moyen-Orient.
    L’attaque a eu lieu le matin du 22 septembre. Les rapports des médias iraniens ont rapporté que les terroristes, armés de fusils Kalachnikov, avaient tiré sur un défilé militaire et sur les tribunes. Parmi les morts et blessés, il y a des soldats, mais aussi des civils, y compris des femmes et des enfants. Un journaliste a également été mortellement blessé.
    Les autorités iraniennes ont affirmé que trois terroristes avaient été tués sur place. Le quatrième a été blessé et capturé (selon des informations non confirmées, il serait mort à l’hôpital). Les terroristes étaient habillés en uniforme des Gardes révolutionnaires (CGRI) et « Bassidji » (volontaires).
    Deux revendications
    La responsabilité de l’attaque a été revendiquée par le « Mouvement arabe pour la libération d’Ahvaz » (ASMLA), qui serait lié à l’Arabie saoudite, selon les Iraniens. L’un de ses dirigeants, Yakub Khur al-Tasteri, a informé les médias de la responsabilité du mouvement dans l’attaque. L’organisation terroriste « Etat islamique » a également revendiqué la responsabilité de l’attaque.
    Les médias iraniens ont également accusé l’organisation «Mouvement patriotique arabe démocratique à Ahvaz» d’être responsable de l’attaque. Cependant, les dirigeants de cette organisation ont déclaré qu’elle n’était pas impliquée dans l’action terroriste, soulignant qu’elle rejetait de telles méthodes de lutte.
    Des pays occidentaux accusés par l’Iran
    Un haut responsable militaire iranien a déclaré que les terroristes qui avaient mené l’attaque étaient liés aux Etats-Unis et au « Mossad » israélien. Selon sa version, les militants ont été formés dans deux pays du golfe Persique. Le guide suprême iranien Ali Khamenei et le président iranien Hassan Rouhani ont évoqué les accusations contre les Etats-Unis.
    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que derrière l’attaque se trouvaient des « sponsors régionaux du terrorisme ». Cette expression est utilisée par les responsables iraniens pour mentionner les États-Unis et Israël.
    Plus tard, le ministère iranien des Affaires étrangères a convoqué les ambassadeurs des Pays-Bas et du Danemark, ainsi que le Chargé d’affaires du Royaume-Uni et des Émirats arabes unis dans le cadre de l’attaque terroriste d’Ahvaz. Le ministère iranien des Affaires étrangères a dit aux représentants de ces trois pays que les personnes impliquées dans l’attaque terroriste d’Ahvaz se cachaient dans leur pays. Téhéran a demandé l’extradition des responsables de ces attaques.
    Des responsables de l’ASMLA résident en effet Aux Pays-Bas, au Danemark et au Royaume-Uni, . En novembre 2017, le fondateur et dirigeant de cette organisation, Ahmad Mola Nishi, a été abattu près de chez lui à La Haye.
    Dimanche, avant de quitter Téhéran pour New York où il doit participer à l’Assemblée générale des Nations unies, le président iranien Hassan Rohani a accusé plusieurs pays, dont les Etats-Unis, d’avoir fomenté l’attaque. Le corps des Gardiens de la révolution islamique, unité d’élite des forces de sécurité iraniennes, ont promis une vengeance « mortelle et sans pitié ».
    L’adjoint du commandant en chef du corps des Gardiens de la révolution a renouvelé lundi ses menaces à l’encontre des Etats-Unis et d’Israël qui doivent selon lui s’attendre à une réponse « dévastatrice ». « Vous verrez que notre réaction sera écrasante et dévastatrice et vous regretterez ce que vous avez fait », a déclaré Hossein Salami.

    Lire la suite