Syrie : Des rebelles pro-turcs syriens ont capturé des familles de Daech dans le camp d’Ain Issa

Imprimer

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

(Source Defense Post)

De nouvelles informations concernant l’évasion de femmes liées à l’Etat islamique d’un camp dans le nord-est de la Syrie suggèrent que des dizaines d’entre elles ont en fait été enlevées par des rebelles soutenus par la Turquie, sans doute dans le but de les échanger contre une rançon.
Des centaines de femmes de Daech et leurs enfants se seraient échappées d’une section sécurisée du camp d’Ain Issa le 14 octobre après une attaque aérienne turque dans la région. D’après les rapports initiaux, les réfugiés ont d’abord fui le camp, ce qui a incité les femmes de Daech à les suivre, tandis que d’autres ont affirmé que les gardes des Forces démocratiques syriennes qui surveillaient les quelque 1 000 femmes et enfants dans une annexe sûre du camp leur ont ouvert les portes et leur ont demandé de partir.
Jusqu’à cette semaine, le camp d’Ain Issa abritait 13 000 personnes, la plupart d’entre elles déplacées par les combats de la guerre civile en Syrie.
Une source d’une organisation humanitaire opérant dans la région a déclaré vendredi 18 octobre que des forces soutenues par la Turquie avaient envahi Ain Issa, et le personnel a rapporté que  » les troupes se sont rendues dans la zone où vivaient des familles étrangères et ont pris environ 150 familles étrangères « .
Ils ont ensuite mis le feu aux bureaux du secteur et du camp, avant de partir avec les familles.
« Cela ne fera qu’aggraver une situation désastreuse et dangereuse « , a déclaré la source, qui a demandé l’anonymat pour assurer la sécurité des travailleurs humanitaires dans le nord-est de la Syrie.
Une Britannique du camp, Tooba Gondal, a déclaré au Telegraph vendredi qu’elle avait quitté le camp de son plein gré, qu’elle avait par la suite rencontré des combattants rebelles syriens et qu’elle était actuellement détenue près de la frontière turque.
Gondal a montré des photos suggérant qu’elle serait détenue par les rebelles pro-turcs d’Ahrar al-Sharqiya. The Telegraph affirme que ce groupe rebelle islamiste détient effectivement un certain nombre de femmes en échange d’une rançon pour leur permettre de passer illégalement en Turquie.
La source humanitaire a déclaré qu’elle avait été surprise par la façon dont les combattants avaient enlevé les femmes sans incident.
Le sort de la plupart des autres femmes et enfants étrangers reste inconnu. Neuf femmes françaises se seraient échappées, a rapporté The Independent mercredi. Trois orphelins britanniques découverts dans le camp par une équipe de la BBC ont été secourus, et une Irlandaise, Lisa Smith, serait également détenue par Ahrar al-Sharqiya. L’Irish Times a rapporté que quelqu’un prétendant représenter le groupe tentait de vendre une interview avec Smith.
Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré jeudi que le camp d’Ain Issa était pratiquement vide et que la plupart des résidents s’étaient installés dans le camp de Mahmudi près de Tabqa.
Daech a affirmé jeudi qu’elle avait libéré des femmes de Mahmudi, mais il n’y a pas eu de rapports étayés d’une quelconque libération.
Les organisations humanitaires, y compris l’ONU, opèrent actuellement dans le nord-est de la Syrie avec un personnel limité et la situation humanitaire est catastrophique pour près de 200 000 personnes qui ont fui leur foyer depuis que la Turquie a commencé son incursion le 9 octobre.
En outre, de nombreuses organisations ont détruit leurs dossiers et leur matériel en quittant les camps, a indiqué la source humanitaire, afin d’assurer la protection de leur personnel et des personnes déplacées.
L’armée arabe syrienne, qui est entrée dans de nombreuses régions du nord en début de semaine à la suite d’un accord militaire avec les FDS, a établi des points de contrôle et le personnel des organisations humanitaires a peur de voyager, craignant d’être enrôlé de force dans l’armée, selon la source.
Ahrar al-Sharqiya est l’un des groupes qui combattent les FDS dans le nord de la Syrie sous la bannière de l’armée nationale syrienne, en réalité une force rebelle pro-turque. Les rebelles ont été accusés de violations graves, y compris d’éventuels crimes de guerre, après avoir affiché des vidéos montrant des exécutions sur l’autoroute M4 qui traverse le nord-est du pays. Ils ont également admis l’exécution d’une femme politique kurde, Hevrin Khalaf, sur la même route.
Les combats entre les FDS et les groupes soutenus par la Turquie à Ras al-Ayn se sont poursuivis vendredi malgré un cessez-le-feu de 120 heures annoncé la nuit précédente par le vice-président américain Mike Pence après une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.
Selon les termes de l’accord, et selon les déclarations précédentes du président américain Donald Trump, la Turquie est censée être responsable des milliers de combattants de Daech et de leurs familles en détention dans le nord-est de la Syrie. Cette responsabilité incombait aux FDS et à ses services de sécurité intérieure, qui ont averti qu’ils ne pourraient plus assurer la sécurité des prisonniers de Daech si la Turquie poursuit son offensive dans le nord-est du pays.

D'autres articles aujourd'hui sur le site Frontlive-Chrono

Les commentaires sont fermés.