Syrie: Des membres de Daech, prisonniers des Kurdes, révèlent le fonctionnement des cellules dormantes

Imprimer

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

Des membres de l’Etat islamique emprisonnés par les FDS à al-Hasakah ont révélé leurs plans au cas où ils réussiraient à s’échapper lors d’un entretien exclusif avec l’envoyé d’Al-Hadath en Syrie, Rola al-Khatib. Au cours de l’interview, les prisonniers de l’Etat islamique ont également révélé « la manière dont fonctionnent leurs cellules dormantes ».
Un détenu de l’Etat islamique a déclaré à Al-Hadath qu’il se trouvait dans une autre prison où des jihadistes turcs ont tenté de s’échapper avec des collègues, mais ils n’ont pas réussi.
« Si je sors de prison, je continuerai à me battre jusqu’à la mort. Je combattrai les milices et les forces américaines et non américaines jusqu’à la mort, qu’il s’agisse d’une victoire ou d’un martyre », a déclaré l’un des membres de l’Etat islamique.
Un autre prisonnier de l’Etat islamique a révélé à al-Hadath que Daech préparait une attaque contre le camp d’al-Hol où des femmes et des enfants de l’Etat islamique sont détenus, ainsi que des prisons où sont enfermés des hommes de l’Etat islamique. Il a expliqué que l’Etat islamique s’attendait à ce qu’il y en ait assez pour contrôler la prison de quelque manière que ce soit, par exemple en prenant des otages auprès de gardes kurdes ou d’autres manières.
Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait un accord avec des éléments extérieurs à la prison pour l’attaquer et libérer les détenus de l’Etat islamique, un extrémiste a répondu: « La porte de la prison n’est jamais fermée à personne. Le problème de la sortie est simple. .
Interrogé sur ce que feraient les prisonniers de l’Etat islamique à leur sortie de prison, il a répondu: « Nous rétablirons le califat. Les gens s’imaginent que l’État islamique est terminé. C’est un fantasme. »
Pour sa part, un prisonnier a confirmé que les cellules dormantes de Daech resteront en activité jusqu’à ce nouvel ordre. Un autre prisonnier a estimé par milliers le nombre de cellules dormantes de Daech en Syrie et par millions dans le monde.
Un prisonnier a expliqué que les cellules de Daech sont composées de trois à quatre personnes qui communiquent par téléphone mobile et sont gérées par les Wali et Wajna. Il a expliqué que les « gouverneurs » sont toujours présents dans les zones, principalement celles contrôlées par les FSA. Ces « gouverneurs » demandent à une cellule d’agir et lui fournissent l’argent (par le truchement des bureaux de virement de fonds) et tout ce dont la cellule a besoin.
Le prisonnier a déclaré que si la porte de la prison était ouverte et que les prisonniers réussissaient à en sortir, ils réorganiseraient leurs rangs pour se battre à nouveau.
Un autre membre de Daesh a averti que si les prisonniers européens de l’Etat islamique seraient libérés et renvoyés dans leur pays, « l’Europe ne se reposera pas et elle paiera chèrement ».
Pour sa part, un officier des « Forces démocratiques syriennes » a déclaré que la prévention de la fuite des membres de l’Etat islamique n’était plus une priorité pour eux.
L’officier a confirmé que les troupes avaient été retirées de la protection de la prison pour être emmenées sur le front des combats avec les Turcs, et que la prison de Sekha n’était désormais protégée que par un petit nombre de civils.
Dans un contexte connexe, la France a mis en garde contre le retour imminent de l’Etat islamique au nord de la Syrie. Le Premier ministre français Edouard Philippe a déclaré mardi que les décisions prises par la Turquie et les États-Unis en Syrie auraient de graves conséquences pour la région et que leurs actions conduiraient inévitablement au retour de l’Etat islamique en Syrie et en Irak.
En réponse aux questions du parlement français, Philippe a déclaré: « Le retour inévitable de l’Etat islamique dans le nord-est de la Syrie et peut-être aussi dans le nord-ouest de l’Irak est une menace pour notre sécurité. »
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré qu’il s’entretiendrait prochainement avec les dirigeants irakiens et kurdes pour trouver des moyens de sécuriser des milliers de combattants étrangers de l’Etat islamique détenus dans des camps et des prisons en Syrie.
« Les combattants jihadistes, j’ai dit tout à l’heure qu’il y en avait 10.000 qui sont aujourd’hui dans des prisons dont il faut assurer absolument la sûreté et la sécurité », a-t-il déclaré à l’Assemblée nationale.
« Ils peuvent agir rapidement si ces camps ne sont pas correctement gardés. Je rencontrerai très bientôt les dirigeants irakiens, y compris les Kurdes, pour faire face à cette urgence », a déclaré Le Drian aux législateurs français.
M. Le Drian a souligné que seuls « quelques dizaines de combattants français » étaient détenus dans le nord-est de la Syrie, contre des milliers de jihadistes syriens et irakiens « qui peuvent agir très rapidement si d’aventure ces camps n’étaient pas suffisamment gardés ».https://vid.alarabiya.net/2019/10/15/101519EKW/101519EKW___101519EKW_video.mp4

Plus d'informations sur le site Frontlive-Chrono
 

Les commentaires sont fermés.