• IRAK : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

    Une roquette Katyusha a frappé le quartier général résidentiel et opérationnel de la société pétrolière ExxonMobil sur le site de Burjesia, près de la ville de Bassorah, dans le sud de l’Irak, tôt mercredi 19 juin. L’armée irakienne a rapporté que trois personnes avaient été blessées par l’explosion. A noter que les sociétés pétrolières Shell et Eni sont également présentes sur le site
    La fusée Katyusha était de courte portée et a atterri à 100 mètres de la partie du site servant de centre résidentiel et opérationnel.
    ExxonMobil a aussitôt annoncé son intention d’évacuer 20 de ses employés étrangers après l’attaque.
    Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité.
    Les responsables irakiens ont déclaré que les opérations pétrolières dans le sud de l’Irak, y compris les exportations, n’étaient pas affectées par l’attaque au missile.
    ExxonMobil est le contractant principal d’un accord à long terme avec l’Iraqi South Oil Company pour développer le champ pétrolier.
    Conséquences de l’extrême tension régnant entre les Etats-Unis et l’Iran
    L’attaque à la roquette est survenue après deux attaques distinctes en autant de jours sur des bases abritant l’armée américaine en Irak, note Reuters.
    Les États-Unis avaient ordonné aux  » employés du gouvernement qui ne sont pas en situation d’urgence  » de quitter l’Irak en mai.  L’ordre d’évacuation a été donné après que les forces de sécurité irakiennes eurent averti que le personnel étranger pourrait être la cible d’enlèvements par des milices pro-iraniennes alors que les tensions américano-iraniennes s’intensifient. Le 18 mai, ExxonMobil avait retiré tous ses employés étrangers du champ pétrolifère West Qurna 1 (Irak) pour les emmener à Dubaï.
    Rappelons que l’administration Trump vient d’envoyer 1 000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient et accuse l’Iran d’avoir attaqué des pétroliers dans le Golfe.
    Production pétrolière de l’Irak
    La capacité de production pétrolière de l’Iraq est d’environ 4,7 millions de barils par jour, mais le pays produit actuellement entre 4,4 et 4,5 millions de barils par jour en vertu d’un accord avec l’OPEP visant à réduire la production pétrolière.
    Les recettes pétrolières de l’Irak représentent environ 95 % des revenus du pays.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 19 juin 2019

    • Etat islamique: « Séparer les mères de l’Etat islamique de leurs enfants » – Un docteur kurde dénonce avec force les femmes du califat – Abonnés
    • Irak : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah – Accès libre
    • Irak : Les bases américaines visées par des attaques à la roquette – Abonnés
    • Libye: raid contre l’entrepôt d’une compagnie pétrolière, 3 blessés – Abonnés
    • Niger: deux policiers tués lors d’une attaque inédite aux portes de Niamey – Abonnés
  • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Les forces de sécurité intérieure libanaises ont arrêté deux Syriens soupçonnés d’avoir des liens avec l’État islamique et de planifier des attentats à la bombe contre des églises et d’attaquer des femmes chrétiennes.
    C’est ce qu’a rapporté, lundi 17 juin, les forces de sécurité intérieure libanaises dans un communiqué de presse.
    « Dans le cadre des opérations de sécurité préventive menées par la Division de l’information sur la surveillance des activités des cellules terroristes, en particulier celles associées au groupe terroriste de l’État islamique, la Division a pu surveiller et identifier un résident du Sud-Liban qui a diffusé l’idéologie de l’Etat islamique sur les médias sociaux et recruté des personnes pour son propre compte », dit-elle.
    Le suspect a été identifié comme étant Z.M., un citoyen syrien vivant dans la ville de Yater, au sud du Liban. Au cours de l’enquête, l’homme a avoué avoir eu des liens avec l’Etat islamique et avoir fait la promotion de son idéologie par une série de canaux et d’applications en ligne. Il a également admis qu’il avait des liens avec des personnes à l’extérieur du Liban qui l’ont aidé à créer des pages de réseautage social pour promouvoir l’idéologie de l’Etat islamique.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mardi 18 juin 2019

    • Etats-Unis: Tensions avec l’Iran: Washington envoie 1.000 militaires de plus au Moyen-Orient – Abonnés
    • Irak : une base militaire américaine a essuyé des tirs dans la région de Bagdad – Abonnés
    • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes – Lecture libre
    • Maroc : une cellule liée à l’Etat islamique démantelée, cinq arrestations – Abonnés
    • Syrie : au moins 45 combattants tués dans des affrontements – Abonnés
  • Etat islamique: Les jeunes femmes, nouvelle cible de la propagande de l’EI, selon Europol

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Le jihadisme accorde désormais plus d’importance au rôle des jeunes femmes nées autour des années 2000, qui constituent la nouvelle cible de la propagande du groupe Etat islamique (EI), a déclaré vendredi Europol.
    L’agence européenne de coopération entre les polices criminelles, basée à La Haye, a dressé lors de la publication d’un rapport un portrait robot des femmes visées par la communication du groupe Etat islamique, à la recherche de recrues après la chute en mars de son dernier bastion.
    Nous parlons en particulier de millénaires », a déclaré Manuel Navarette, directeur du Centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC, selon son acronyme en anglais) d’Europol.
    « La propagande de l’EI est axée sur les femmes âgées de 16 à 25 ans, un groupe plus vulnérable à ces activités et qui ont accès aux réseaux sociaux. L’Etat islamique s’est adapté à la nouvelle cible », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.
    Très présent sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, l’EI cible particulièrement les jeunes femmes. Au fil des années, celles-ci ont obtenu au sein du groupe un rôle bien plus « offensif » que « défensif », comme cela était davantage le cas dans les groupes jihadistes avant l’apparition de l’EI.
    Les femmes ont obtenu un rôle bien plus actif, tout en gardant la responsabilité de la tenue du foyer, de la garde des enfants et du bien-être des époux, indique le rapport.
    Lorsque l’EI a commencé à perdre du terrain, l’organisation « a commencé à demander aux femmes de prendre un rôle différent, d’assister en tant que médecin ou d’une manière différente, pas seulement en tant que femme au foyer traditionnelle », a expliqué M. Navarette.
    Suite à la chute en mars du « califat » de l’EI, le groupe est resté actif dans plusieurs pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie, et continue d’être présent sur internet.
    « L’inquiétude est que cette implication accrue des femmes puisse ouvrir la voie à des changements potentiellement majeurs », souligne le rapport d’Europol, notant une hausse notamment en France et au Royaume-Uni des arrestations de femmes « liées à des activités de terrorisme ».
    La communauté internationale est confrontée au casse-tête du rapatriement de quelque 4.000 femmes et 8.000 enfants de combattants capturés ou tués en Syrie et en Irak.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 15 juin 2019

    • Kenya : 10 policiers kenyans tués dans une explosion près de la Somalie – Abonnés
    • Libye : L’Armée Nationale Libyenne du maréchal Haftar tue 12 militants Daech dans le sud du pays – Abonnés
    • Somalie : au moins huit morts dans l’explosion de deux voitures piégées dans différentes parties de Mogadiscio – Abonnés
    • Somalie : Neuf civils tués dans une attaque de représailles – Abonnés
    • Syrie: 35 combattants et 10 civils tués dans le nord-ouest – Abonnés
    • Syrie: Explosion dans une zone militaire à Damas – Abonnés
    • Yémen : La Coalition arabe bombarde des positions des Houthi à Sanaa – Abonnés