Frontlive-Chrono – Samedi 27 avril 2019

Imprimer

Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 27 avril 2019

  • Burkina Faso: cinq enseignants ont été tués dans une attaque terroriste – Abonnés seulement
  • Somalie: Nouvelle frappe aérienne américaine contre l’Etat islamique – Abonnés seulement
  • Sri Lanka: Au moins 15 morts lors d’un assaut contre des jihadistes de l’Etat islamique – Abonnés seulement
  • Syrie : 22 combattants prorégime tués dans des attaques jihadistes – Abonnés seulement
  • Tunisie : un soldat tué dans l’explosion d’une mine en montagne – Lire la suite ci-dessous

Tunisie : un soldat tué dans l’explosion d’une mine en montagne

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

2019:04:27.jpg

Un soldat a été tué et trois autres blessés dans l’explosion d’une mine anti-blindés dans une région montagneuse de l’ouest de la Tunisie où se terrent des groupes jihadistes, a indiqué samedi le ministère de la Défense.
La mine a explosé vendredi sur le mont Chaambi, l’un des massifs de la région de Kasserine (centre-ouest) où les forces armées traquent depuis 2012 des groupes extrémistes.
Cette zone à la frontière algérienne, proclamée « zone militaire fermée » en 2014, est notamment un repaire de la branche locale d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), la Phalange Okba Ibn Nafaa.
Agé de 26 ans, le soldat tué est la première victime cette année des mines terrestres disposées par des groupes armés retranchés notamment le long de la frontière algérienne et dans le centre-ouest marginalisé de la Tunisie, a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense, Mohamed Zekri.
L’explosion meurtrière intervient quelques jours après l’annonce de la mort d’un jihadiste présumé, abattu lors d’une opération militaire dans la zone montagneuse du Kef, plus au nord.
Après sa révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, responsable de la mort de plusieurs dizaines de soldats et de policiers, mais aussi de civils et de touristes étrangers.
Même si la situation sécuritaire s’est nettement améliorée, des groupes jihadistes subsistent notamment à la frontière avec l’Algérie et le pays reste sous état d’urgence depuis l’attentat suicide commis en plein Tunis contre la sécurité présidentielle (12 agents tués), en novembre 2015.

Les commentaires sont fermés.