29/06/2018

Irak: 13 terroristes exécutés en représailles à l’assassinat de huit otages par Daech

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais)

Vendredi 29 juin 2018, dans le cadre d’une procédure judiciaire accélérée, 13 personnes ont été exécutées pour activités terroristes, rapporte Reuters.
L’agence note que les exécutions ont eu lieu quelques heures après que le Premier ministre Haidar al-Abadi ait appelé à l’exécution rapide des condamnations à mort en réponse à l’enlèvement et au meurtre de huit membres des forces de sécurité irakiennes par les terroristes de Daech.
La déclaration du service de presse du gouvernement irakien souligne que les condamnations à mort des 13 terroristes ont été exécutées ce vendredi 29 juin après qu’elles aient été approuvées par toutes les instances judiciaires.

Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

https://www.frontlive-chrono.com

Pour plus d'informations, contacter

Ptolémée

(+33)757910350
ptolemee@belliard74.com

 

20:27 Publié dans Etat Islamique, Haïdar Abadi, Irak | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

28/06/2018

Afrique: Il y a plus de 10.000 combattants jihadistes sur le continent africain, selon le Maroc


Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)

Quelque 10.000 combattants du groupe Etat islamique (EI) et d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) se trouvent actuellement sur le continent africain, a affirmé mardi le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, après une réunion de la coalition internationale antijihadistes.
L’Afrique parmi les zones les plus « ciblées par Daech »
« Dans le cadre de l’évolution de la stratégie de Daech, l’Afrique est parmi les zones les plus ciblées« , avec « des zones de vulnérabilité exploitées par la nébuleuse terroriste« , a dit le ministre marocain. Il a appelé à une synergie entre les pays africains et la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, dont les directeurs politiques étaient réunis mardi à Skhirat, près de Rabat.
Hors Syrie, Irak et Afghanistan, le continent africain déplore le plus d’attentats et « le nombre des victimes est plus grand que sur le continent européen« , a insisté M. Bourita au cours d’un point de presse avec Brett McGurk, l’envoyé spécial du président Donald Trump auprès de la coalition internationale.
La réunion régionale qui a réuni une cinquantaine de délégations, dont une vingtaine du continent africain, a notamment permis de « partager des informations pour lutter en réseau pour protéger les pays, empêcher les combattants terroristes de franchir les frontières, de trouver des financements et de contrer leur idéologie néfaste« , a pour sa part dit Brett McGurk. Outre la nécessité de « partager les ressources et le savoir » face à la menace terroriste en Afrique, les discussions « très fructueuses » ont porté sur la nécessité de « finir le boulot en Syrie« , notamment en développant des programmes de reconstruction.
La coalition va apporter 90 millions de dollars de contributions aux programmes de reconstruction en Syrie et en Irak, a précisé l’envoyé spécial du président Trump.
Cette rencontre qui a réuni un « groupe restreint de pays membres de la coalition », des pays africains et des organisations régionales était une première du genre, selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères marocain.
« Les pays africains ont beaucoup à apprendre de la coalition » mondiale contre l’EI, formée en 2014 autour des Etats-Unis pour intervenir en Irak et en Syrie, a souligné M. Bourita.

Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

https://www.frontlive-chrono.com

Pour plus d'informations, contacter

Ptolémée

(+33)757910350
ptolemee@belliard74.com

 

09:22 Publié dans AQMI, Bourita Nasser (ministre des AE), Etat Islamique, McGurk Brett | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

11/06/2018

Paris et Bruxelles veulent coopérer sur les radicalisés sortant de prison

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

La France et la Belgique vont renforcer leur coopération en matière de suivi et de prise en charge des détenus radicalisés et envisagent une harmonisation entre leurs services respectifs sur les modalités de signalement de ceux qui sortent de prison, a déclaré lundi Edouard Philippe.
« Nos deux pays doivent anticiper dès aujourd’hui et ensemble la sortie des détenus condamnés pour des infractions terroristes en lien avec l’islam radical ainsi que celles des détenus de droit commun » radicalisés, a dit le Premier ministre français à l’issue d’une réunion de coopération franco-belge sur la sécurité et lutte contre le terrorisme à Paris.
« La perspective de cette fin de peine constitue un défi majeur et inédit pour nos administrations pénitentiaires, nos autorités judiciaires, et nos services de renseignement« , a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue belge Charles Michel.
Pour relever ce défi, les administrations française et belge vont approfondir leur coopération pour renforcer le suivi et la prise en charge des détenus radicalisés, a-t-il dit. Paris et Bruxelles proposent également « de réfléchir à une harmonisation entre services français et belge des modalités de signalement des détenus radicalisés sortant de prison dans le système d’information Schengen« .
450 détenus radicalisés et une cinquantaine de terroristes sortiront des prisons françaises d’ici fin 2019
Selon les autorités françaises, près de 450 détenus de droit commun radicalisés et une cinquantaines de condamnés pour terrorisme sortiront de prison d’ici fin 2019.
Face à l’inquiétude suscitée par la perspective de leur sortie, la ministre française de la Justice a assuré la semaine dernière que ces détenus feraient l’objet d’un suivi spécifique mettant notamment à contribution l’ensemble des services de renseignement pénitentiaire et intérieurs français. La question des sortants de prison radicalisés préoccupe également la Belgique où deux policières et un passant ont été tués le 29 mai à Liège par un délinquant qui venait de sortir de prison où il s’était apparemment radicalisé.

...et beaucoup d'autres informations sur Frontlive-Chrono.  

Jean René Belliard
Groupe Ptolémée : +33757910350