30/11/2017

Irak : L'armée irakienne détruit un véhicule-kamikaze de Daech près de Mossoul

Ceci est un court extrait de la newsletter quotidienne publiée par le groupe Ptolémée animé par Jean René Belliard et envoyée aux abonnés uniquement.

Pour prendre un abonnement, écrire à ptolemee@belliard74.com


Irak 
Mossoul
L'armée irakienne détruit un véhicule-kamikaze de Daech près de Mossoul 
Des hélicoptères de combat irakiens ont mis en échec, jeudi 30 novembre, une tentative d'attaque-suicide perpétrée par des jihadistes de Daech près de la ville de Mossoul, selon une source militaire irakienne. 
"Un kamikaze conduisant un véhicule piégé a tenté de cibler un groupe d'intervention rapide dans la zone désertique près du village de Haraj, à 80 kilomètres au sud-ouest de Mossoul", a informé le brigadier général de l'armée de l'air Abdul Qader al-Shawwaf.  
"Un avion de reconnaissance américain a repéré le véhicule et donné ses coordonnées à l'armée de l'air irakienne qui a immédiatement envoyé des hélicoptères de combat pour le détruire", a-t-il ajouté. 
Selon al-Shawwaf, les hélicoptères de combat ont tiré trois missiles sur le véhicule, le détruisant instantanément et tuant tout le monde à bord. 
"Daech maintient toujours une présence armée dans certaines parties de la zone désertique de la province de Ninive", a-t-il dit. 
Il a poursuivi en soulignant que l'armée irakienne « se coordonnait encore étroitement» avec la coalition menée par les États-Unis dans le but de «purger entièrement la présence terroriste de tous les territoires irakiens». 
En août, le Premier ministre Haider al-Abadi avait annoncé que la province de Ninive, dans le nord de l'Irak, avait été "entièrement libérée" de Daech.
 
Archeveque 
L'archevêque d'Irak célèbre une messe pour les victimes du génocide
L'archevêque chaldéen catholique Bashar Warda, d'Erbil en Irak, a célébré, mardi 28 novembre, une
messe commémorative pour les victimes du génocide aux mains des jihadistes de l'État islamique. 
La messe a été célébrée au sanctuaire national Saint-Jean-Paul II de Washington dans le cadre de la Semaine de prise de conscience pour les chrétiens persécutés parrainée par la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, les Chevaliers de Colomb, les services d'entraide catholique, Association d'entraide des Catholiques du Moyen Orient et l'aide pour l'Église dans le besoin. 
L'archevêque Warda était le principal célébrant de la messe. Il a été rejoint par le père Salar Kajo, un curé de Tellskof, une ville de la région de Ninive, en Irak, qui a été libérée des jihadistes de l'État islamique. 
Lorsque les deux célébrants sont entrés dans le sanctuaire, au début de la messe, ils ont récité des prières en araméen.
La majorité de la messe, y compris les prières eucharistiques et le Notre Père, a également été priée dans cette langue parlée par Jésus, il y a 2000 ans, dans cette même région du monde où les chrétiens sont persécutés aujourd'hui. 
Après que les jihadistes de l'État islamique ont envahi le nord de l'Irak en 2014, l'archevêque Warda s'est occupé des chrétiens en Irak, dont beaucoup ont fui leurs maisons et ont trouvé refuge à Erbil. A présent, les dirigeants de l'église aident beaucoup d'entre eux à retourner chez eux.

Jean René Belliard

Les commentaires sont fermés.