29/11/2017

Syrie : La Turquie veut déployer ses troupes à l'ouest d'Alep et la région d'Afrin pour assurer la paix et la sécurité

Le texte ci-dessous n'est qu'un extrait de la newsletter envoyée quotidiennement aux abonnés. Pour plus de renseignements, envoyer un mail à :ptolemee@belliard74.com


Syrie 

La Turquie veut déployer ses troupes à l'ouest d'Alep et la région d'Afrin pour assurer la paix et la sécurité
La Turquie cherche à déployer ses forces militaires dans deux nouvelles régions de Syrie : l'ouest d'Alep et Afrin. Ce déploiement comporte des risques de confrontation militaire avec les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de groupes rebelles dominée par les Kurdes. 
Ankara affirme que cette initiative pourrait fournir «un véritable environnement de paix et de sécurité» dans la région. Pour la Turquie, les milices kurdes, qui constituent la colonne vertébrale des FDS soutenues par les Etats-Unis, sont liées au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) opérant en Turquie et dans le nord de l'Irak.
Ankara considère le PKK comme un groupe terroriste. 
"Il a été considéré que la mission d'observation des forces armées turques dans la zone de désescalade d'Edleb se poursuit avec succès, et si une telle mission se déroulait près d'Alep et Afrin, elle fournirait un véritable environnement de paix et de sécurité", a déclaré le Conseil National de Sécurité de la Turquie.  L'armée turque est impliquée dans une «mission d'observation» dans la partie rebelle de la province syrienne d'Edleb. Les troupes turques y sont déployées dans le cadre des accords conclus entre la Turquie, la Russie, l'Iran et la Syrie.
La mission d'observation vise à réduire les combats entre l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et les rebelles dans la province d'Edleb. 
Cependant, les choses ne se déroulent comme espéré. Des combats intenses sont actuellement en cours entre l'armée et les jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham (ex-Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda) à l'ouest de l'autostrade Alep-Khanaser-Ithriyah.
On a pu remarquer
qu'aucun affrontement n'avait eu lieu entre les forces turques et Hayat Tahrir al-Sham près des postes d'observation turcs dans la province d'Edleb. Cela peut être du à deux facteurs : Soit Ankara a trouvé un terrain d'entente avec le groupe jihadiste dans la province d'Edleb, soit Ankara ne peut pas ou ne veut pas empêcher les combattants de Hayat Tahrir al-Sham d'attaquer l'armée syrienne. 

Jean René Belliard

Les commentaires sont fermés.