16/10/2017

Irak : La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK

Irak

La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK 
La résistance des forces kurdes à l'offensive menée par l'armée irakienne et les milices chiites s'est effondrée dès le premier jour de combat en raison de dissensions internes.
Alors que le Parti Démocratique du Kurdistan de Barzani (PDK) a déclaré qu'il resterait sur ses positions et se battrait jusqu'au bout, l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK) semble avoir abandonné le combat et laissé entrer les forces adverses.  
Du coup, le PDK de Masoud Barzani a accusé l'UPK d'avoir abandonné Kirkouk et les États-Unis pour leur absence de soutien. 
Signe de l'effondrement de la résistance kurde, les forces irakiennes ont pris le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk
Forces irakiennes à l'intérieur du bureau du gouverneur à Kirkouk 
Le contre-terrorisme et la police irakienne ont pris lundi 16 octobre  le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk, désert, où seul le drapeau irakien est désormais hissé, a indiqué le général Raëd Jawdat, qui dirige la police fédérale.
Le gouverneur Najm Eddine Karim, limogé par Bagdad il y a un mois pour avoir décidé d'organiser le référendum d'indépendance kurde dans cette province disputée, n'était pas présent lors de l'entrée des forces, a indiqué une source au sein de gouvernorat.
Des conséquences sur la guerre contre l'Etat islamique 
Le porte-parole militaire américain à Bagdad a qualifié la situation de "stable" mais a déclaré que la "tension accrue" avait distrait les forces irakiennes de la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique. 
La coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'Etat islamique, qui soutient à la fois l'armée irakienne et les forces peshmergas, a déclaré qu'elle "exhortait toutes les parties à éviter des actions d'escalade" et n'a montré de soutien à aucune des parties en conflit.   
Des milliers de civils fuient Kirkouk après le retrait confus des Peshmergas
« Des milliers de civils ont fui la ville de Kirkouk, vers les provinces du District du Nord de l'Irak, à cause du retrait confus et chaotique des Peshmergas de la ville», a déclaré lundi une source sécuritaire irakienne.  
« Ce retrait a suscité la peur parmi les familles kurdes, ce qui les a contraint de fuir d'urgence », a indiqué le capitaine Hamed al-Obeidi, un officier de la police de Kirkouk.  
A la suite de la progression rapide des forces fédérales vers la ville, des milliers de Kurdes l'ont fuie, avec leurs familles, en direction des autres provinces du District, a noté l'officier. 
 
Vidéo des combats de la nuit (vidéo Peshmerga) :
Vidéo d'un échange de tirs à Kirkouk (côté Peshmergas) : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
Vidéo (côté Peshmergas) : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
Vidéo (côté Hashed al-Chaabi - milices chiites) montrant des civils chiites (arabes ou turkmènes) applaudissant lorsqu'un char de Hashed al-Chaabi abat une pancarte de Barzani, le leader kurde : 
Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo   

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

Commentaires

Cher Monsieur Belliard,

Vous écrivez ...

... "Du coup, le PDK de Masoud Barzani a accusé l'UPK d'avoir abandonné Kirkouk et les États-Unis pour leur absence de soutien."

Selon vous, cette "absence de soutien" des Etats-Unis, est-elle le résultat d'une décision opportuniste, ou attentiste, par exemple suite à un accord ou un protocole avec la Russie, ou est-ce plutôt une ligne de conduite entrant dans une stratégie de regagner une certaine confiance auprès de la Turquie ou de l'Iran ?

J'ai aujourd'hui beaucoup de peine à croire que l'administration Trump ne cherche pas à ménager les iraniens malgré l'annonce bruyante de non ratification de l'accord sur le nucléaire iranien.

En tout cas, c'est un très serieux revers pour les indépendentistes kurdes.

Écrit par : Chuck Jones | 17/10/2017

Les commentaires sont fermés.