14/09/2017

Myanmar (Birmanie) : Les rebelles rohingyas ne veulent pas d'aide des groupes terroristes internationaux

Myanmar (Birmanie) 
Rohingyas
Les rebelles rohingyas ne veulent pas d'aide des groupes terroristes internationaux    
Les rebelles musulmans rohingyas, dont des attaques fin août en Birmanie ont déclenché une répression de l'armée et poussé des centaines de milliers de civils à se réfugier au Bangladesh, ont rejeté jeudi 14 septembre toute aide qui viendrait d'organisations terroristes internationales.
"Nous n'avons aucun lien avec al-Qaïda, l'Etat islamique ou tout groupe terroriste international. Et nous ne souhaitons pas que ces groupes s'impliquent dans le conflit en Arakan (ancien nom de l'Etat Rakhine)", écrit l'ARSA jeudi dans un communiqué publié sur Twitter.
D'après le SITE Intelligence Group, spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes, al-Qaïda avait appelé cette semaine les musulmans à "soutenir les Rohingyas financièrement et militairement".
Une aide très clairement rejetée par la rébellion rohingya naissante qui "demande aux Etats de la région d'intercepter et d'empêcher l'entrée en Etat Rakhine de terroristes qui ne pourraient qu'aggraver la situation".
Dimanche, l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), plus connu localement sous le nom Harakah al-Yaqin ("Mouvement de la foi" en arabe), avait annoncé l'arrêt temporaire de ses opérations militaires offensives pour favoriser l'arrivée de l'aide humanitaire.
380.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh 
Quelque 380.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh depuis fin août, selon les estimations de l'ONU. Et des milliers d'autres seraient toujours sur les routes. Ils fuient une campagne de répression de l'armée lancée après les attaques de postes de police, lancée par l'ARSA fin août.
Accusations de nettoyage ethnique
La Birmanie est soupçonnée par l'ONU de mener un "nettoyage ethnique" dans cette région de l'ouest du pays.
Mercredi 13 septembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé à la Birmanie des mesures "immédiates" pour faire cesser une "violence excessive" dans l'ouest de la Birmanie. 
Crise sanitaire au Bangladesh 
Pendant ce temps la crise sanitaire se poursuit au Bangladesh.
Les conditions sanitaires sont redoutables pour les 380.000 Rohingyas, abrités pour les plus chanceux sous des bâches de plastique tendues sur des bambous.
103 Rohingyas sont morts noyés depuis le 30 août en tentant de fuir 
Deux nouveaux corps de naufragés ont été repêchés jeudi sur la rivière Naf, frontière naturelle entre la Birmanie et le Bangladesh que les Rohingyas traversent sur des petits bateaux surchargés. Cela porte à 103 le nombre de corps rejetés depuis le 30 août sur les rives, a annoncé la police bangladaise à l'AFP.
400 morts dans les combats en Birmanie
Plus de 400 personnes auraient été tuées dans les combats, principalement des "terroristes" de l'ARSA d'après l'armée birmane.
 
Jean René Belliard

 

Commentaires

Autre son de cloche, "The Truth on the Issue of Rohingyas" daté 2012, si l'on veut comprendre le début de quelque chose face à l'aggravation des violences déployées par la RNO (ou ARSA),
http://ireport.cnn.com/docs/DOC-800910

qui s'attaque également aux rohingyas eux-mêmes, dans sa campagne de "nettoyage" de villages du nord du Rakhine que des bouddhistes n'auraient pas encore abandonné. But de la RNO: l'indépendance de l'Etat Rakhine (ou Arakan).


Comme si les ethnies Mrauk-U et les Sittwe devaient abandonner leurs terres à des populations musulmanes entrées clandestinement et dont le nombre n'a cessé d'augmenter - faute de contrôle migratoire frontalier, l'Arakan ou Rakhine étant un très ancien royaume autrefois riche et parfois envahi (mongoles) ou occupé (britanniques), qui n'a rien de musulman.
http://www.ananda-travel.com/FR/infos_ethnie_birmanie.htm

Détail: la durée de la traversée en rafiot sur la rivière Naaf, pour arriver au Bangladesh, ou du Bangladesh à l'Etat Rakhine birman, est de 40 minutes.

Les passeurs taxent plus de 100$ pour ces 40 minutes.

L'armée des islamistes "en solidarité avec les rohingyas" combat les militaires du gouvernement birman, avec le secours d'une bienpensance internationale en soutien de ses revendications pour une identité birmane, & reconnaissance territoriale

lesquelles sont contraires aux systèmes existants en Birmanie, et non-appliquées à presque toutes ethnies ancestrales (plus de 163), depuis des décennies.

Pourtant devant les menaces d'une importation djihadiste des musulmans armés, une commission birmane se prépare à la mise en place d'une aide sociale et administrative pour tous - précaires et démunis - toute religion confondue, dans l'Etat de Rakhine.


Le chantage au djihadisme: la nouvelle donne diplomatique qu'exporte l'occident onusien englué dans le M-O.

Écrit par : divergente | 14/09/2017

Répondre à ce commentaire

A noter: l'avancement progressiste de nos démocrates occidentaux

1886, les colons anglais offrent la Birmanie en kado de nouvel an à la reine Victoria
qui début 20e siècle fait kado du Kilimandjaro à son petit-fils, le Kaiser Guillaume, histoire d'avoir une frontière entre le Kenya-colonie anglaise et la Tanzanie-colonie allemande.

2012, Barack Obama prix-Nobel de la paix informe Aung San Suu Kuy prix-Nobel de la paix, du maintien des sanctions contre la Birmanie, à l'exception de la levée de quelques restrictions d'investissement.

http://www.france24.com/fr/20120517-birmanie-liberation-prisonniers-politique-securite-etats-unis-reformes-obama-sanctions/

En attendant le progrès des avancements de nos démocraties.

Écrit par : divergente | 18/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.