10/09/2017

Chronique de la guerre mondiale contre les jihadistes

Chronique de la guerre mondiale contre les  jihadistes

Voici ce que les abonnés ont lu, samedi 9 septembre 2017, dans la 736e newsletter du groupe Ptolémée.

Ils viennent aussi de recevoir la 737e newsletter, ce dimanche 10 septembre.

Si vous êtes particulièrement intéressés par les évènements du Moyen Orient, d'Afrique du nord, du Sahel et ceux liés au jihadisme à travers le monde, avec analyses et alertes, écrivez à

ptolemee@belliard74.com


Algérie : Deux arrestations en lien avec un attentat suicide
Irak : L'armée irakienne lance une offensive militaire contre Daech dans la province de Diyal (est du pays)
Irak : L'armée de l'air irakienne et la coalition ont commencé à bombarder Hawija
Irak : Le référendum kurde irakien est la plus grande menace pour la sécurité nationale turque
Syrie : Bataille de Deir ez-Zhor : Offensive de l'armée syrienne pour rompre le siège de la base aérienne
Syrie : Les forces dirigées par les Etats-Unis profitent de l'offensive du régime pour progresser
Turquie : L'armée turque affirme avoir tué une centaine de combattants du PKK
Afrique : Nigeria : au moins 7 personnes tuées par Boko Haram dans un camp de déplacés
Afrique : Somalie: Quatre morts dans un attentat-suicide contre un restaurant
Pour s'abonner : Pour s'abonner :
Algerie
Algérie 
Tiaret
Deux arrestations en lien avec un attentat suicide   
L'armée algérienne a arrêté deux personnes suspectées de liens avec un attentat suicide perpétré contre un commissariat et revendiqué par l'Etat islamique (Daech), a annoncé samedi 9 septembre le ministère de la Défense.
Le 31 août, un kamikaze avait fait détoner sa ceinture explosive en tentant d'entrer dans un commissariat de Tiaret, à 350 km au sud-ouest d'Alger, tuant deux policiers. L'EI avait déjà revendiqué une attaque suicide en février contre un commissariat de Constantine, à environ 400 km à l'est d'Alger.
"Les forces de l'armée, en coordination avec la gendarmerie nationale, ont arrêté (vendredi) deux personnes en lien avec l'attentat terroriste" de Tiaret, a affirmé le ministère dans un communiqué, sans fournir d'autres précisions.
Malgré l'adoption en 2005 d'une Charte pour la paix et la réconciliation, censée tourner la page de la guerre civile qui a fait 200.000 morts pendant la "décennie noire" (années 1990), des groupes armés islamistes restent actifs en Algérie, surtout dans l'est et le sud du pays. Ils visent principalement les forces de sécurité.
 
Irak
Irak 
Diyala
L'armée irakienne lance une offensive militaire contre Daech dans la province de Diyala (est du pays)
Combattant Peshmerga en position dans la province de Diyala 
 
Une source sécuritaire a indiqué, samedi 9 septembre, que des unités de l'armée irakienne avaient lancé une vaste offensive militaire, à partir de trois axes pour traquer les éléments armés de Daech dans les régions du nord-est de la province de Diyala (60 km à l'est de Bagdad).  
Le capitaine Habib Al-Shamari a déclaré que « les unités militaires relevant de la 5 ème division de l'armée irakienne, accompagnées des forces de police et de des factions de la Mobilisation populaire (Hashed al-Shaabi), ont mené ce matin une vaste offensive militaire pour traquer les éléments armés de l'organisation Daech dans le nord-est de la province ».  
« L'opération militaire en cours soutenue par les Forces aériennes irakiennes, a été lancée à partir de trois axes ciblant les régions d'al Hadidin, de Qizlak, et de Thilab, qui sont des zones exemptes des forces sécuritaires, où se trouvent les cellules actives de Daech », a ajouté al-Shamari.  
Au cours des mois derniers, les combattants de Daech ont mené plusieurs attaques ciblant les points de contrôle et les patrouilles militaires et policières dans les régions du nord-est de la province, tuant plusieurs personnes et blessant d'autres.  
Daech a pris le contrôle sur de vastes régions de la province de Diyala dans l'est du pays en 2014. Les forces de l'armée irakienne, soutenues par la Coalition internationale, ont effectué plusieurs opérations militaires, grâce auxquelles la plupart des régions ont été libérées.  
 
Hawija 
L'armée de l'air irakienne et la coalition ont commencé à bombarder Hawija
(De notre correspondant en Irak
La force aérienne irakienne et la coalition dirigée par les États-Unis ont entamé une campagne de frappes aériennes sur les positions de l'EI dans la ville de Hawija, a déclaré le ministre irakien de la Défense samedi 9 septembre. 
Le ministre irakien de la Défense, Erfan al-Hayali, a déclaré que les troupes irakiennes travaillaient en étroite collaboration avec les Peshmerga et les forces de coalition kurdes pour accélérer l'opération de Hawija, démentant ainsi les craintes que les Pesmerga se maintiendraient en dehors de la bataille à défaut d'un engagement clair de Bagdad de respecter les résultats du référendum sur l'indépendance du Kurdistan. 
"Il existe de grandes opérations en amont de la libération de Hawija et des régions avoisinantes", a déclaré le ministre. 
Hawija est l'un des derniers bastions du groupe extrémiste en Irak après avoir perdu Mossoul et Tal Afar. 
Selon le porte-parole de la coalition, le colonel Ryan Dillon, les forces irakiennes mettront en œuvre les mêmes stratégies contre l'EI à Hawija qu'elles ont utilisées à Mossoul et Tal Afar.
"Les attaques simultanées se sont révélées une réussite, de même que les opérations menées en amont pour permettre aux civils de savoir ce qu'il faut faire", a ajouté le colonel Ryan Dillon. 
Le ministre de la Défense Hayali a déclaré que les forces irakiennes ont commencé des émissions de radio pour alerter les civils sur la prochaine campagne. 
Vendredi 8 septembre, les avions irakiens ont largué des milliers de tracts sur la ville de Hawija, appelant les jihadistes de l'EI à se rendre avant l'offensive.
Les tracts ont été largués 
sur les zones de Hawija et de Shirqat. Sur une face du tract on peut lire "vous n'avez nulle part où vous cacher, Daech" et sur l'autre "nous savons où vous êtes". 
Les forces gouvernementales ont commencé à se rassembler à Kirkouk la semaine dernière en préparation des opérations de libération de la ville.
Combats près de Mossoul
On a appris qu'au moins huit jihadistes de Daesh et un combattant tribal pro-gouvernemental avaient été tués au cours d'affrontements dans la province de Mossoul.
"Des affrontements ont éclaté samedi 9 septembre entre les terroristes de Daech et les combattants du Hashed al-Achayri dans le village sud-est d'Al-Adla et le district de Nimrod à Mossoul", a déclaré un colonel de l'armée irakienne.
Le Hashd al-Achayri est une force de combat pro-gouvernementale composée de volontaires tribaux sunnites qui, comme le Hashed al-Shaabi, se battent à côté de l'armée irakienne.  
 
Referendum 
Le référendum kurde irakien est la plus grande menace pour la sécurité nationale turque
Le chef du Parti du mouvement national (MHP), Devlet Bahçeli, a déclaré le 9 septembre que le référendum d'indépendance prévu par le gouvernement régional kurde irakien le 25 septembre était parmi les menaces les plus grandes de la sécurité nationale de la Turquie et qu'il ne devrait pas être autorisé. 
"Ce référendum de peshmerga est l'une des menaces les plus proches de notre sécurité nationale et cela ne devrait jamais être autorisé. Si le référendum  du Kurdistan n'est pas entravé, notre patrie sera une cible ouverte pour un sombre et traître complot", a déclaré Bahçeli dans la province méditerranéenne d'Isparta.
Le leader du MHP avait déjà déclaré que le référendum d'indépendance devrait être considéré comme un "casus belli" par la Turquie si nécessaire. Mais le Premier ministre Binali Yıldırım a rejeté les allégations selon lesquelles cela équivaudrait à une casus belli car une guerre "ne peut qu'avoir lieu entre deux États", et Ankara ne reconnaît pas Erbil comme un État. 
 
Syrie
Syrie 
DeirezZhor
Bataille de Deir ez-Zhor : Offensive de l'armée syrienne pour rompre le siège de la base aérienne    
Depuis le 8 septembre, les forces Tiger, une unité d'élite de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), le 5e corps d'assaut de l'armée, la Garde Républicaine Syrienne (SRG), la brigade palestinienne Liwa al-Quds et le Hezbollah chiite libanais, soutenus par les forces aérospatiales russes, sont engagés dans une nouvelle offensive militaire au sud de la ville de Deir ez-Zhor.
L'offensive, baptisée "Operation Assad Leap" (Opération saut d'Assad) vise à briser le siège imposé par les jihadistes de l'Etat islamique à l'aéroport de Deir ez-Zhor.
L'opération est menée sur deux axes : à partir de la base de la 137e brigade et le long de l'autostrade Sukhna-Deir ez-Zhor. Les progressions les plus remarquables ont été réalisées par des unités de l'armée et la SRG dans le secteur de l'autostrade où elles ont pris le contrôle du village d'ash-Sholah, du champ pétrolier d'ash-Sholah et atteint le checkpoint Maliha. 
Par ailleurs, d'intenses combats ont lieu entre les troupes gouvernementales et les jihadistes de l'EI dans la zone du cimetière à l'est de la base de la 137e Brigade, où les forces Tiger et leurs alliés tentent de sécuriser la colline de Talat Alloush. 
En début de journée du 9 septembre, Daech a mené des contre-attaques limitées contre les forces gouvernementales près de ash-Sholah et Talat Alloush, mais n'a pas réussi à stopper leur progression. Il semble qu'à l'heure actuelle, les forces loyalistes aient réussi à prendre le contrôle total de Talat Alloush, une colline stratégique qui domine l'ensemble du cimetière. 
Si cette information est confirmée, cela permettra à l'armée d'utiliser la colline pour tirer sur les jihadistes et les expulser de l'ensemble du secteur du cimetière.   En cas de succès, cela permettra d'établir un corridor terrestre jusqu'à l'aéroport Deir ez-Zhor pour l'approvisionner et renforcer ses défenseurs. Une fois le siège de l'aéroport brisé, on pourra considérer que l'effondrement total de l'EI dans la ville deviendra inéluctable.
Le ministère syrien de la Défense a également annoncé que l'AAS avait atteint la montagne de Turdah occupée par l'EI au sud.
La montagne de Turdah surplombe le flanc sud de l'aéroport de Deir ez-Zhor et est un autre poste clé du système défensif de l'EI dans la région.   
L'armée syrienne reprend à l'EI un champ pétrolifère au sud de Deir ez-Zhor
L'armée syrienne et ses alliés ont repris un champ pétrolifère à l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zhor, rapporte samedi 9 septembre la télévision d'Etat.
L'offensive en cours à Deir ez-Zhor a permis à l'armée de s'emparer samedi du gisement pétrolifère de Teïm, situé dans le désert au sud de la montagne stratégique de Turdah. 
 
FDS 
Les forces dirigées par les Etats-Unis profitent de l'offensive du régime pour progresser
FDS
 
Les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition de milices kurdes et arabes dirigée par les États-Unis mettent à profit l'offensive menée par l'armée syrienne contre l'EI à Deir ez-Zhor pour atteindre leurs propres objectifs. 
Le 8 septembre, les FDS ont progressé au sud de la ville d'al-Shaddadah et ont pris le contrôle de Tal Aljehev, Jabal az-Zirab, Bir Dumayni et Hujayf Zarrab des mains de l'EI, selon des sources pro-kurdes. Très probablement, l'objectif de cette avancée est de saisir le champ pétrolier d'Omar, l'un des plus grands champs pétroliers syriens, et le plus de terrain possible au nord de la province de Deir Ezzor, tandis que les forces gouvernementales sont engagées dans une lutte à mort contre l'EI à l'intérieur de la ville de Deir ez-Zhor. 
L'AAS se prépare à bloquer les FDS au nord de Deir ez-Zhor
Le 7 septembre, des photos ont montré une colonne de transports de ponts mobiles et de bateaux dans la zone gouvernementale de Deir ez-Zhor.
On a cru un moment que ces équipements étaient destinés à permettre à l'armée de traverser l'Euphrate pour ouvrir un nouveau front contre l'EI. On pense aujourd'hui que l'AAS et ses alliés cherchent en fait à bloquer l'avance des FDS.   
Communiqué du CENTCOM
La coalition de la Task Force combinée conjointe (Combined Joint Task Force Coalition) se félicite de l'annonce de la Coalition Arabe Syrienne (CAS) du début de leur offensive pour vaincre l'EI dans la vallée de la rivière Khabur, baptisée "Opération Tempête de Jazira", au nord de Deir ez-Zhor, dans l'est de la Syrie, le 9 septembre. 
La CAS multiethnique est une force partenaire expérimentée et testée dans les combats pour vaincre l'EI dans le nord syrien. L'opération sera exécutée par la Coalition Militaire de Deir ez-Zhor. 
Le lieutenant-général Paul E. Funk II, commandant général de la CJTF (Combined Joint Task Force) - Operation Inherent Resolve - a déclaré que la bataille pour la vallée de la rivière Khabur est une bataille pour l'axe stratégique vers la moyenne vallée du fleuve Euphrate, l'un des derniers bastions de l'EI.
"L'existence même de l'EI pose une menace réelle au monde civilisé et à notre façon de vivre", a déclaré Funk. "Nos efforts collectifs les vaincront."
Les forces de la coalition soutiendront la CAS pendant l'offensive de la vallée de la rivière Khabur dans le cadre de leur mission de «conseil et assistance», fournissant du matériel, de la formation, du renseignement et du soutien logistique, des tirs de précision et des conseils sur le théâtre de la bataille.  
Une fois que la vallée de la rivière Khabur sera dégagée de l'EI, la CAS indique que la région sera rendue aux organes représentatifs des civils locaux qui surveilleront la sécurité et la gouvernance la sécurité et la gouvernance comme àTabqa et Manbij.
La CAS s'approche du MERV (Middle Euphrate River Valley) sur deux couloirs, et les résidents locaux et les non-combattants évacuent cette région pour gagner les zones contrôlées par la CAS au nord.  
La Coalition prend toutes les précautions nécessaires pour prévenir les souffrances humaines inutiles et éviter les victimes.
CJTF-Operation Inherent Resolve  
Public Affairs  
Office Press Desk 
  
Turquie
Turquie 
kurdes
L'armée turque affirme avoir tué une centaine de combattants du PKK 
L'armée turque affirme avoir tué une centaine de combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lors de raids effectués ces deux dernières semaines dans le sud-est du pays.
Dans un communiqué émis samedi 9 septembre, l'armée dit que ces raids, entre le 24 août et le 7 septembre, ont visé des positions du PKK et des caches d'armes dans des grottes dans les provinces de Sirnak et de Hakkari, à proximité de la frontière irakienne.
Elle précise que "99 terroristes ont été neutralisés, dont un chef de haut rang". Des bombes et des armes ont été saisies ainsi que 420 kg de nitrate d'ammonium, produit chimique utilisé dans la fabrication d'engins explosifs.
 
Afrique
Afrique 
BokoHaram
Nigeria : au moins 7 personnes tuées par Boko Haram dans un camp de déplacés    
Au moins sept personnes ont été tuées au cours d'une attaque contre un camp de déplacés dans le nord-est du Nigeria menée par des membres du groupe jihadiste Boko Haram.
Un membre d'une milice civile, Umar Kachalla, a déclaré que des membres de Boko Haram ont tiré vendredi soir 8 septembre une grenade avec un lance-roquette contre le camp de Ngala. Ce camp abrite 80.000 personnes près de la frontière camerounaise dans l'Etat de Borno, dans le nord-est nigérian.
"(Boko Haram) a utilisé un RPG depuis l'extérieur du camp, tuant sept personnes et en blessant plusieurs autres", a affirmé à l'AFP M. Kachalla depuis la ville voisine de Gamboru.
Un habitant de Ngala, Abubakar Yusuf, qui a confirmé les propos du milicien, a précisé que le nombre de "blessés était relativement bas parce que la plupart des gens étaient rentrés" après la tombée de la nuit.
L'attaque de vendredi soir à Ngala intervient après une autre attaque survenue vendredi également près d'un autre camp de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, au cours de laquelle deux personnes avaient été tuées.
Babakura Kolo, membre d'une milice civile assurant la sécurité des populations avec l'armée et témoin de l'explosion, a raconté que deux femmes suspectes ont été forcées de sortir d'un taxi à un point de contrôle.
"Une des femmes a essayé de s'enfuir dans la foule, mais les explosifs cachés sous son hijab se sont déclenchés", a-t-il affirmé. "Une passagère du taxi et un chauffeur de rickshaw qui se trouvait derrière elle ont été tués dans l'explosion", a affirmé M. Kolo. Cinq autres personnes - le chauffeur de taxi, un autre passager et trois hommes dans le rickshaw - ont été blessées.
Selon M. Kolo, une deuxième femme kamikaze a également été tuée dans l'explosion.
Au cours d'attaques distinctes, mercredi et jeudi, des membres de Boko Haram ont tué huit personnes dans des raids contre des villages agricoles dans les environs de Maiduguri, fief historique des jihadistes, selon des habitants et des miliciens. 
Le camp de Ngala
Le camp de Ngala a été installé en janvier 2016 après le retour de milliers de réfugiés nigérians du Cameroun voisin où ils avaient fui des combats.
Recrudescence des attaques des islamistes de Boko Haram
La rébellion de Boko Haram, qui dure depuis huit ans, a provoqué la mort de quelque 20.000 personnes, le déplacement de 2,6 millions d'autres et une terrible crise humanitaire.
Selon l'ONU, près de deux millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë et 6,9 millions ont besoin d'une assistance humanitaire dans le nord-est du Nigeria.
Mardi, Amnesty International a déclaré que la recrudescence des attaques de Boko Haram a fait près de 400 victimes civiles depuis le mois d'avril, "soit plus du double que durant les cinq mois précédents" au Nigeria et au Cameroun.
 
Somalie 
Somalie: Quatre morts dans un attentat-suicide contre un restaurant
Quatre civils ont été tués et trois autres blessés, vendredi 8 septembre, dans un attentat-suicide ayant ciblé un restaurant de la ville de Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie.
"Un kamikaze est entré dans un restaurant de Baidoa et s'est fait exploser au milieu d'un groupe de civils", a déclaré un responsable de la police locale.
Aucune partie n'a revendiqué l'attentat jusqu'à 18:00GMT. Cependant les autorités somaliennes attribuent généralement ce type d'opérations au mouvement al-Shabaab, qui se réclame de l'idéologie d'al-Qaïda.
Le mouvement armé al-Shabaab a été fondé au début de 2004. Il livre une guerre contre le gouvernement somalien et les forces africaines depuis des années. Ses opérations terroristes ont fait des centaines de morts et de blessés en Somalie.
 
 
Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.