22/05/2017

Comprendre l'après-Daech (Suite N°3 - La stratégie évolutive de Daech en Irak et en Syrie)

Comprendre l'après-Daech
Nous publions depuis deux jours un document publié par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et le cercle de réflexion de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure française (DGSE). En raison de sa longueur, nous publions ce document par morceaux.
Il ne s'agit pas d'un document analytique et il ne représente la position officielle d'aucun des organismes participants. Il s'agit des résultats de réflexions partagées par plusieurs spécialistes.
L'objectif est de favoriser un dialogue entre des professionnels du renseignement et des experts qui œuvrent dans différentes disciplines au sein d'universités, de groupes de réflexion, d'entreprises privées ou d'autres établissements de recherche, en France, au Canada et ailleurs. Il se peut que certains spécialistes qui ont participé à ce groupe de réflexion défendent des idées ou tirent des conclusions qui ne concordent pas avec les points de vue du SCRS ou de la DGSE, mais c'est précisément ce qui rendait utile la tenue d'un tel dialogue.
Le document a été publié en mai 2017. Il a été mis à jour par nos soins.


La stratégie évolutive de Daech en Irak et en Syrie

Capable d'une fluidité considérable, Daech est une organisation qui tire des enseignements de toute situation, mêmes les plus difficiles. La production médiatique du groupe, il y a quelques mois déjà, faisait allusion à la chute éventuelle de Mossoul aux mains des ennemis de Daech. La rhétorique du groupe depuis a changé, mettant plutôt l'accent sur le besoin de défendre le soi-disant califat contre ses agresseurs et sur les éléments du projet politique de Daech qui survivront à la défaite du groupe à Mossoul.
Daech a avoir abandonné l'espoir de tenir la ville sur le plan stratégique, mais il poursuit toujours des objectifs tactiques précis : brutaliser les forces irakiennes et détruire la crédibilité des puissances occidentales et de la Russie. L'exploitation du bombardement de Jadida illustre cette approche.
Les dirigeants de Daech se sont regroupés dans les localités le long de l'Euphrate 
Les dirigeants du groupe ont selon toute vraisemblance quitté Mossoul, et peut-être Raqqa aussi, il y a quelque temps déjà, pour se regrouper dans les villes le long de l'Euphrate entre l'Irak et la Syrie. Ils cherchent ainsi à mettre à l'épreuve les forces de Bachar al-Assad et comptent sur une éventuelle intervention de l'armée turque contre les miliciens kurdes de l'YPG, ce qui permettrait à Daech de tenir une partie du territoire du centre de la Syrie.
En Irak, les attaques asymétriques, surtout autour des élections municipales de 2017 et des élections parlementaires de 2018, demeureront des tactiques de choix pour les combattants acharnés de Daech et les nombreuses nouvelles recrues qui proviendront de Ninive, de Diyala et d'Anbar après la reprise de Mossoul. L'été 2017 s'annonce particulièrement dangereux.
Problèmes politiques non réglés
La situation militaire paraît peut-être complexe et inquiétante, mais la situation politique suscite encore plus de préoccupations.
On dit souvent que Mossoul ne compte pas suffisamment de dirigeants arabes sunnites, cependant, dans les faits, il y a beaucoup de dirigeants, mais aucune direction.
On ignore, d'une part, qui, dans les rangs de la population de Ninive et de Mossoul, émergera pour occuper des postes de direction et, d'autre part, si les forces de libération accepteront que des chefs locaux se manifestent et prennent le contrôle de la situation.
Les aspirations des Kurdes compliquent la situation 
Les aspirations des Kurdes viennent aussi compliquer la situation. Comme Ninive compte une importante population kurde et yazidie, Massoud Barzani, président de la région du Kurdistan, tient à faire en sorte que les Kurdes qui lui sont fidèles aient un rôle à jouer dans l'avenir de la ville. Il tente aussi de s'emparer de vastes pans de la province de Ninive, notamment les districts de Sinjar et de Zummar à l'ouest et au nord, et peut-être même le district de Hamdania à l'est.
Personne ne semble se soucier du rétablissement des services publics 
Par ailleurs, ni les puissances irakiennes, kurdes ou occidentales ni les organisations internationales ne semblent se préoccuper des questions fondamentales de la prestation des services publics à Mossoul et de la mise en place d'un système judiciaire de transition, dont la nécessité se fera sans aucun doute sentir pour gérer les actes qui seront sûrement commis en représailles dans une région ayant subi autant de bouleversements.
Toujours pas de dialogue politique entre le pouvoir irakien et les Sunnites 
Enfin, et c'est là peut-être l'élément le plus important, il ne semble pas y avoir de débat national sur le règlement du problème qui a incité au départ autant de sunnites à soutenir Daech, même passivement, à savoir la nature du dialogue politique entre le gouvernement d'Irak et les communautés sunnites. Tant que les sunnites en Irak demeureront marginalisés, craindront toujours un gouvernement dirigé par des chiites à Bagdad et se méfieront des intentions d'un gouvernement du Kurdistan dans le nord, les provinces à majorité sunnite d'Irak constitueront un terrain propice au retour de groupes jihadistes ou nationalistes agressifs au cours des années à venir. 
 
Jean René Belliard
 
Thèmes abordés dans la 647ème newsletter du 22 mai réservée aux abonnés. Pour s'abonner, écrire à
 
Union européenne : L'été pourrait être chaud dans le sud de la France
Afghanistan : Vingt policiers afghans tués dans une attaque des talibans
Afghanistan : L'été promet d'être chaud dans le sud de la France
Afghanistan : Deux personnes tuées et un étranger enlevé à Kaboul
Arabie saoudite : Visite de Trump en Arabie: "un tournant" pour le roi Salmane
Arabie saoudite
: Washington et Riyad s'allient contre le financement du terrorisme
Arabie saoudite : A Riyad, Trump appelle tous les pays à "isoler" l'Iran
Irak : L'EI revendique l'attaque contre une base militaire dans la province de Diyala (nord de Bagdad)
Israël-Cisjordanie-Gaza : Cisjordanie: un Palestinien attaque des policiers israéliens avant d'être abattu
Israël-Cisjordanie-Gaza : Les Palestiniens en grève pour les prisonniers à l'arrivée de Trump en Israël
Israël-Cisjordanie-Gaza : Trump, premier président américain en exercice au mur des Lamentations
Israël-Cisjordanie-Gaza : A Jérusalem, Trump dénonce le soutien de l'Iran au "terroristes"
Tunisie : Violents affrontements dans le gouvernorat de Tataouine : 1 mort
Turquie : Deux hommes qui planifiaient un attentat pour le compte de l'EI abattus
Jihad mondial : Comprendre l'après-Daech
 
 

 

Les commentaires sont fermés.