06/04/2017

#Syrie : Suite de l’attaque chimique de #Khan Cheikhoun - Les #rebelles #syriens demandent aux combattants "d'embraser les fronts"

Massacre de Khan Cheikhoun : Le nombre des morts pourrait dépasser 150  
(De notre correspondant en Syrie Fahd M.)

Le nombre des victimes de l'attaque chimique de Khan Cheikhoun pourrait dépasser les 150 personnes, selon un dernier bilan.  Des dizaines d'enfants feraient partie des victimes.
Des centaines de personnes ont été hospitalisées avec des symptômes d'intoxication aux agents chimiques.
Il semble que les victimes aient été suffoquées par des substances neuro-toxiques, comme le démontraient les symptômes d'étouffement  et la présence d'écume autour de la bouche. 


Les rebelles syriens demandent aux combattants "d'embraser les fronts"
"Nous demandons à tous les combattants en Syrie d'embraser les fronts" a précisé dans un communiqué en ligne le groupe Fateh el-Cham, ex-Front al-Nosra, l'ancienne branche d'al-Qaïda, qui se fait appeler depuis janvier Hayat Tahrir al-Cham après avoir fusionné avec des groupes rebelles.
Moscou affirme que la cause est due à l'explosion d'un dépôt chimique au cours d'un bombardement5 avril - 2017 - deuil.jpg
L'aviation syrienne a frappé un "entrepôt" des rebelles contenant des "substances toxiques", a déclaré mercredi Moscou au lendemain de l'attaque "chimique" à Khan Cheikhoun qui a coûté la vie à au moins 72 civils, dont 20 enfants (d'autres sources avancent le chiffre de 150 décès). (Photo ci-contre de K. Kort)
"Selon les données objectives du contrôle russe de l'espace aérien, l'aviation syrienne a frappé près de Khan Cheikhoun un grand entrepôt terroriste", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.
Il abritait "un atelier de fabrication de bombes, avec des substances toxiques", a poursuivi le ministère, sans préciser si l'aviation syrienne avait frappé volontairement ou par accident cet entrepôt. "L'arsenal d'armes chimiques a été livré par des combattants venant d'Irak", a ajouté le ministère, qualifiant ses informations d'"entièrement fiables et objectives".
Cette affirmation n'est pas partagée par Washington qui accuse le régime de Bachar al-Assad d'avoir mené une attaque chimique contre les rebelles.
L'opposition syrienne accuse le régime d'avoir utilisé des armes chimiques
L'opposition syrienne accuse le "régime du criminel Bachar" d'avoir perpétré volontairement cette attaque, avec des "obus" contenant du "gaz toxique", et a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à ouvrir immédiatement une enquête. Washington, Londres et Paris ont également accusé Damas qui nie et incrimine les rebelles.
Erdogan impute l'attaque "chimique" à l'"assassin Assad"
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué, mercredi 5 avril,  le président syrien Bachar el-Assad, qu'il a qualifié d'"assassin" en lui imputant l'attaque chimique à Khan Cheikhoun.
"Plus de 100 personnes ont été tuées, dont près de 50 enfants (...) Ô, Assad l'assassin ! Comment vas-tu échapper à leur malédiction ?", a lancé M. Erdogan lors d'un discours à Bursa (nord-ouest de la Turquie).
"Ô, monde qui reste silencieux devant cela, Nations unies qui restez silencieuses devant cela : comment allez-vous rendre des comptes ?", a poursuivi M. Erdogan.
"En tant que père, je suis triste (...) Ce sont nos enfants, ce sont nos frères", a-t-il poursuivi, ajoutant que la Turquie "fera ce qu'elle peut" pour aider les rescapés de l'attaque.
Ankara soutient l'opposition qui cherche à renverser le régime syrien, mais avait mis en sourdine ces derniers mois ses critiques à l'endroit de M. Assad, dans le cadre d'un rapprochement avec Moscou, qui appuie Damas.
Washington menace d'une action unilatérale en cas d'échec à l'ONU
Les Etats-Unis prendront des mesures unilatérales en Syrie si l'ONU ne parvient pas à répondre à l'attaque chimique de Khan Cheikhoun, a prévenu mercredi l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.Haley Nikky - Ambassadrice US à l'ONU de Donald Trump.jpg
"Quand les Nations unies échouent constamment dans leur mission d'action collective, il y a des moments dans la vie des Etats où nous sommes obligés d'agir nous-mêmes", a martelé Mme Haley, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur l'attaque contre Khan Cheikhoun.
Mme Haley s'est cependant bien gardée d'expliciter ce qu'elle entendait par une action unilatérale, même s'il s'agit là d'une des déclarations les plus fortes des Etats-Unis depuis longtemps sur le conflit syrien.
L'administration de Barack Obama s'était toujours refusée à agir militairement de manière unilatérale, privilégiant la voie des résolutions de l'ONU contre le régime syrien et une coalition internationale contre les jihadistes. Elle a toujours favorisé la recherche d'une solution politique au conflit en Syrie et non militaire.
Donald Trump : "Mon attitude vis-à-vis d'Assad a changé"
Le président des Etats-Unis Donald Trump a affirmé mercredi que l'attaque chimique de la veille en Syrie avait "franchi de nombreuses lignes", en allusion à la fameuse "ligne rouge" que s'était fixée son prédécesseur Barack Obama contre le régime syrien en cas de recours aux armes chimiques.
L'ancien président Obama avait promis qu'il agirait contre la Syrie en cas de recours aux armes chimiques. Cette "ligne rouge" avait pourtant été franchie à l'été 2013 mais Washington avait renoncé à une intervention militaire.
Les Etats-Unis responsabilisent la Russie, alliée du régime syrien
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni mercredi 5 avril en urgence pour débattre de cette attaque chimique .
Au début de la réunion, Mme Haley a fustigé la Russie pour n'avoir pas su tempérer son allié syrien.
"Combien d'enfants devront encore mourir avant que la Russie ne s'en soucie?", a lancé l'ambassadrice américaine, qui s'est fait remarquer ces derniers jours par ses prises de positions tranchées sur la politique étrangère américaine par rapport au très discret secrétaire d'Etat, Rex Tillerson.
"Si la Russie a l'influence qu'elle prétend avoir en Syrie, il faut qu'elle s'en serve", a tonné la représentante américaine en brandissant devant le Conseil de sécurité ce qu'elle a présenté comme étant deux photos de victimes de l'attaque chimique du mardi 4 avril.
Elle a encore demandé à Moscou de "mettre un terme à ces actes atroces". "Regardez ces photos", a demandé Mme Haley.
Mais la Russie a jugé "inacceptable" en l'état le projet de résolution présenté par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni condamnant cette attaque, une nouvelle illustration des divisions entre Occidentaux et Moscou sur le dossier syrien.
L'ambassadeur adjoint pour la Russie, Vladimir Safronkov, a jugé que la résolution avait été préparée à la hâte et n'était pas utile, mais il a accepté une éventuelle "enquête objective".    
Khan Cheikhoun
Khan Cheikhoun, qui comptait plus de 70 000 habitants avant la guerre, est située au nord de Hama, sur l'axe routier reliant Damas à Alep. La localité est entre les mains des rebelles islamistes et des jihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham.

Jean René Belliard

Thèmes abordés dans la newsletter du 5 avril dans la 610ème newsletter réservée  aux abonnés:

Irak : Attaque de Daech à Tikrit : Au moins 35 morts

Israël-Cisjordanie-Gaza : Israël évoque une liaison ferroviaire de fret avec l'Arabie

Libye : L'armée du maréchal Haftar lance une opération militaire pour prendre une base aérienne rivale

Pakistan : Au moins 4 morts dans une explosion à Lahore, possible attentat

Russie : Suite de l'attentat dans le métro de Saint-Petersbourg

Syrie : Massacre de Khan Cheikhoun : Le nombre des morts pourrait dépasser 150
Syrie : Les rebelles syriens demandent aux combattants "d'embraser les fronts"
Syrie : Mardi 4 avril : Bombardements sur une région rebelle près de Damas
Syrie : Donald Trump promet de "détruire l'EI" et de "protéger la civilisation"

Afrique menacée : Somalie : Au moins sept morts dans une explosion à Mogadiscio

Thèmes abordés dans la newsletter du 5 avril dans la 610ème newsletter réservée  aux abonnés:

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : mailto:ptolemee@belliard74.com
 

Les commentaires sont fermés.