20/03/2017

#Syrie : #Damas – Les rebelles lancent une attaque surprise près du centre-ville

Des affrontements violents ont eu lieu dimanche dans l'est de Damas après une attaque surprise de jihadistes et de rebelles qui ont tenté d'avancer vers le centre de la capitale.


Les rebelles lancent une attaque surprise à Damas
(De notre correspondant en Syrie, Fahd M.)19 mars 2017 - 2.jpg
L'offensive, menée depuis dimanche 19 mars par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, (ex-Front al-Nosra - l'ancienne branche syrienne d'al-Qaïda), avec des éléments du groupe islamiste Ahrar al-Cham, a été lancée  à partir des positions des rebelles dans le quartier de Jobar, le plus proche du centre-ville.
L'attaque a débuté par l'envoi de deux véhicules kamikazes suivi d'un assaut des rebelles, au moment où l'explosion des voitures piégées avait désorganisé les défenses des forces loyalistes.  
L'offensive, de grande envergure et sur un front de plus d'un kilomètre, aurait permis aux rebelles d'occuper des bâtiments sur la place des Abbassides d'où ils ont entrepris de tirer des roquettes sur plusieurs quartiers de la capitale, provoquant la panique de la population.
L'armée a répondu par des bombardements massifs et a prélevé des troupes sur le front de la Ghouta orientale, notamment des unités blindées des Gardes Républicains, pour les acheminer en toute hâte vers la capitale.  
Les combats sont particulièrement intenses au niveau de la centrale électrique et des garages. Les forces loyalistes auraient abandonné la centrale électrique dans la matinée mais une contre-offensive de l'armée du régime aurait permis d'en reprendre le contrôle. Les informations sont confuses à l'heure actuelle pour savoir qui contrôle réellement la centrale électrique
"Restez chez vous" conseille la télévision d'Etat aux Damasquins
La télévision d'Etat a  indiqué que l'armée était en train de "déjouer une attaque des terroristes" grâce à des tirs d'artillerie et avait ordonné aux habitants de rester chez eux. Elle a diffusé des images de la place des Abbassides, d'ordinaire très fréquentée mais cette fois complètement vide et où les seuls bruits audibles étaient ceux des détonations.  Selon un correspondant de l'AFP à Damas, l'armée a bouclé tous les accès à cette place, de laquelle s'échappait une épaisse fumée.
Jobar
Le contrôle de Jobar est partagé entre, d'un côté, des rebelles alliés à des jihadistes et, de l'autre, les forces progouvernementales. "
"C'est une ligne de front importante à cause de sa proximité avec le centre-ville de Damas", a expliqué M. Abdel Rahmane, qui n'a pas été en mesure de fournir dans l'immédiat un bilan des affrontements à Jobar.

19 mars 2017 - plan 3.jpg

Objectif des rebelles : soulager le front Barzé-Qaboun-Tichrine
Selon l'OSDH, l'attaque de Jobar doit notamment permettre de soulager les rebelles qui essuient des attaques de l'armée dans les quartiers de Barzé, Qaboun et Tichrine en détournant l'attention des forces pro-régime de ce front au nord de la capitale. Les violents combats dans ces trois quartiers ont fait au moins 20 morts au cours des dernières 24 heures.
Les rebelles ont profité de l'offensive menée dans le quartier de Jobar en direction de la place des Abbassides pour lancer un assaut contre le bâtiment Syronics à proximité duquel se trouve une position de Lance-Roquettes multiples IRAM "Golan 400".

19 mars 2017 - plan 2.jpg


Le bâtiment Syronics
L'offensive contre le bâtiment Syronics est menée par les combattants de la brigade Faylaq ar-Rahman

19 mars 2017 - plan.jpg
Intensification des combats 3 jours avant la reprise des négociations à Genève
Les combats dans la capitale syrienne font rage alors qu'un nouveau round de négociations intersyriennes est prévu à partir du mercredi 22 à Genève, sous l'égide de l'ONU, en présence de représentants du régime de Bachar el-Assad et de l'opposition.  
Tous les efforts diplomatiques, encadrés ou non par l'ONU, ont échoué à trouver une solution au conflit qui déchire la Syrie depuis six ans. Un cessez-le-feu avait bien été négocié en décembre avec l'aide de la Russie, allié du régime, et la Turquie, qui soutient des groupes rebelles, mais les combats n'ont pas pour autant cessé dans le pays.
Dernière nouvelle
Il y aurait eu une tentative d'attentat contre le siège de la télévision syrienne d'Etat à Damas, ce soir du 19 mars.   

Jean René Belliard

Thèmes abordés dans la newsletter du 19 mars dans la 598ème newsletter réservée  aux abonnés:

Europe : France : Un terroriste attaque une patrouille de l'armée de l'air à l'aéroport d'Orly

Irak : Bataille de Mossoul : 18 et 19 mars 2017 - 161 et 162èmes jours de combats

Israël-Cisjordanie-Gaza : Derniers incidents sécuritaires
Israël-Cisjordanie-Gaza : Poursuite des échanges de tirs entre Gaza et Israël
Israël-Cisjordanie-Gaza : Israël menace de détruire les systèmes syriens de défense aérienne
Israël-Cisjordanie-Gaza : L'armée de l'air israélienne frappe un véhicule dans le secteur syrien de Quneitra - un partisan de Bachar al-Assad tué

Liban : Arrestation d'un Syrien soupçonné d'appartenir à Daech

Libye : Tripoli: Tirs lors d'une manifestation contre les milices
Libye : Benghazi: Un MiG-21 des forces de Haftar abattu au-dessus de la ville
Libye : Une réunion quadripartite apporte son soutien au cabinet d'union nationale (GNA)

Syrie : Les rebelles lancent une attaque surprise à Damas
Syrie : Homs: Evacuation des derniers rebelles du quartier de Waer

Turquie : La guerre médiatique entre la Turquie et l'Union européenne se poursuit

Yémen : Un missile tiré par les rebelles au Yémen intercepté en Arabie saoudite

Afrique menacée : Nigeria : Trois kamikazes tuent quatre personnes

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : mailto:ptolemee@belliard74.com
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.