15/02/2017

Syrie: Poursuite des combats entre factions islamistes : Près de 70 morts

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 15 février 2017
Extrait de la 575ème newsletter envoyée aux abonnés le 14 février 2017.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Syrie:  Poursuite des combats entre factions islamistes : Près de 70 morts
Dans notre newsletter du 13 février (574ème newsletter), nous avons rapporté que des affrontements avaient éclaté, lundi 13 février, dans le nord-ouest de la Syrie entre les rebelles de Hayat Tahrir al-Cham, la nouvelle coalition à laquelle appartiennent les jihadistes de Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra - ex-al-Qaïda en Syrie) et Jund al-Aqsa, un groupe encore plus radical que Tahrir al-Cham.  
Les combats ont fait près de 70 morts en 24 heures.
En janvier 2017, des affrontements avaient déjà opposé Fateh el-Cham à d'autres groupes rebelles dans cette province alors qu'ils y étaient alliés sous le nom de l'Armée de la conquête (Jeich al-Fateh). Ces combats avaient duré une dizaine de jours et fait plusieurs dizaines de morts.
Lundi 13 janvier à l'aube, des combats ont éclaté entre Fateh el-Cham et Jund al-Aqsa après des tensions liées à une guerre d'influence dans le sud de la province d'Edleb. Jund al-Aqsa a mené une attaque à la voiture piégée contre un siège de Fateh el-Cham, faisant neuf morts.
Le front s'est alors embrasé. Les combats et les exécutions entre protagonistes ont fait au moins 69 morts jusqu'à mardi matin 14 février. Les violences ont également gagné la province voisine de Hama.
"Ce sont des batailles entre des seigneurs de guerre. C'est une guerre d'influence", a indiqué à l'AFP Rami Abdel, directeur de l'OSDH.
Le groupe Hayat Tahrir al-Cham
Le groupe Hayat Tahrir al-Cham (Libération du Levant), qui s'est formé fin janvier, associe le Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra qui affirme avoir rompu avec al-Qaïda) et plusieurs autres factions islamistes telles que les milices Noureddine al-Zenki, Jeich al-Sunna, Jeich Ansar ad-Dine, et Liwa al-Haq.
Jund al-Aqsa
Le groupe Jund al-Aqsa refuse de combattre l'Etat Islamique et est opposé à 'intervention de la Turquie contre l'Etat islamique.
Ceci étant dit, Jund al-Aqsa refuse toujours de faire allégeance au Califat islamique qu'il qualifie d'extrémiste et auquel il reproche « de faire couler beaucoup de sang des innocents ».
Enfin Jund al-Aqsa affirme toujours soutenir Ayman Zawahiri, le leader d'al-Qaïda, contrairement à Jeich Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra). Il a également demandé à l'Etat Islamique de conclure une trêve avec les autres groupes islamistes.
Enfin Jund al-Aqsa se déclare en droit de se défendre en cas d'attaque par l'Etat Islamique. C'est une obligation de la Charia, a-t-il précisé.  
Notons enfin qu'en octobre 2016, Fateh el-Cham avait annoncé avoir repris sous son aile Jund al-Aqsa, un groupe désigné comme "entité terroriste" par Washington et détesté des autres formations rebelles. Mais il y a près d'un mois, il revenait sur sa décision et chassait le groupuscule de ses rangs.

Jean René Belliard

Thèmes abordés dans la newsletter du 14 février, réservée  aux abonnés:

Irak : Au moins 4 morts dans un attentat à Bagdad

Iran : L'Iran a peur que Donald Trump publie des informations secrètes sur l'accord nucléaire iranien

Israël-Cisjordanie-Gaza : Israël rappelle son ambassadeur au Caire pour des "raisons de sécurité"
Israël-Cisjordanie-Gaza : Un obus tiré de Syrie expose sur la partie israélienne du Golan

Libye : Le maréchal Haftar et le président du GNA au Caire mais ils ne se rencontrent pas

Syrie : Discussions à huis clos mercredi à Astana sur la Syrie
Syrie : Poursuite des combats entre factions islamistes : Près de 70 morts
Syrie : Une "ligne de sécurité" à al-Bab entre rebelles et régime, selon un journal turc

Turquie : Arrestation d'un Franco-Turc soupçonné d'être lié à l'attentat d'Istanbul
Turquie : Vaste coup de filet anti-PKK en Turquie

Yémen : Sept soldats saoudiens tués à la frontière avec le Yémen

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : mailto:ptolemee@belliard74.com
 

Les commentaires sont fermés.