25/01/2017

Israël accélère l'extension de ses colonies en Cisjordanie, profitant de l'installation au pouvoir de D. Trump

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 25 janvier 2017
Extrait de la 564ème newsletter envoyée aux abonnés le 24 janvier 2017.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Israël approuve 2.500 logements de colonisation en Cisjordanie
Israël a annoncé, mardi 24 janvier, la construction de 2.500 logements de colonisation en Cisjordanie, la plus importante annonce du genre depuis des mois dans ce territoire palestinien.Colonies-3.jpg
"Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont décidé d'approuver la construction de 2.500 unités d'habitation en Judée-Samarie (Cisjordanie) pour répondre aux besoins de logement et de la vie quotidienne", a annoncé un porte-parole du ministère de la Défense, quatre jours après l'investiture de Donald Trump comme président des Etats-Unis.
Judée-Samarie est le nom donné par Israël à la Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967.
Deuxième décision israélienne relative à la colonisation en 2 jours
C'est la deuxième décision israélienne relative à la colonisation en deux jours, après le feu vert donné dimanche par la municipalité israélienne de Jérusalem à la construction de 566 logements dans des quartiers de Jérusalem-Est, partie majoritairement palestinienne.
Israël veut profiter au plus vite de l'arrivée au pouvoir de Donald Trump
Cette annonce reflète la volonté clairement affirmée par le gouvernement israélien de profiter de la nouvelle donne créée selon lui par l'accession de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, après les huit années à la Maison Blanche de Barack Obama opposé jusqu'au bout à la colonisation.
"Nous construisons et nous continuerons à construire", a tweeté Benjamin Netanyahu après l'annonce des 2.500 logements.
Les Palestiniens réclament une action internationale "immédiate"
La direction palestinienne a réclamé, mardi 24 janvier, une action immédiate de la communauté internationale après l'annonce par Israël de la construction de 2.500 logements de colonisation en Cisjordanie.
"La communauté internationale doit immédiatement réclamer des comptes à Israël", a dit à l'AFP le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat. Selon lui, Israël a été enhardi "par ce qu'ils considèrent comme les encouragements du président américain Donald Trump".
Liste et location des 2500 logements
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
81 unités de logement seront construites à Etz Efraim - 652 à Givat Zeev - 86 à Kochav Yaakov - 4 à Ar Gilo - 260 à Tsophim - 154 à Oranit - 899 à Ariel - 104 à  Maale Adumim -
6 à Shaarei Tikva - 20 à Beit El - 21 à Efrat - 18 à Elkane - 78 à Alfei Menashe - 87 à Beitar Ilit.
Construction d'une nouvelle zone industrielle dans le village palestinien de Tarkumiya
Le service de presse du ministère de la Défense a également signalé que dans un avenir proche, Avigdor Lieberman présentera pour approbation au Cabinet un plan pour la construction d'une nouvelle zone industrielle dans le village palestinien Tarkumiya. Ce sera la plus grande zone industrielle sur le territoire de la Judée et la Samarie (Cisjordanie), où l'on envisage la création d'infrastructures de stockage, la construction d'un terminal pour le carburant etc. 

L'accord sur l'évacuation d'une colonie sensible en passe de capoter  
Un accord difficilement forgé par le gouvernement israélien pour éviter d'avoir à évacuer de force l"emblématique colonie d"Amona, en Cisjordanie, menace de s'écrouler, deux semaines avant l'échéance.Netanyahu-Liebermann.jpg
Le gouvernement de Benjamin Netanyahu est confronté avec cette colonie à un casse-tête qui a mis à l'épreuve la cohésion de son gouvernement. Le gouvernement est tenu par une décision de la justice israélienne de démolir d'ici au 8 février la colonie d'Amona, illégale aux yeux de la justice israélienne.
Les colonies illégales pour le droit international
Toutes les colonies, les implantations civiles israéliennes en territoire palestinien occupé, sont considérées comme illégales au regard du droit international. Elles sont aussi vues par une grande partie de la communauté internationale comme un obstacle majeur à la paix entre Israéliens et Palestiniens.
Israël distingue entre "colonies approuvées" et "colonies sauvages"
Mais Israël distingue entre les colonies qu'il a approuvées, et les autres, dites sauvages, comme Amona.
Les colons d'Amona font de la résistance
Les 40 familles d'Amona ont longtemps refusé de déménager, confrontant le gouvernement Netanyahu à la perspective, lourde de dommages politiques potentiels, de devoir employer la force.
Après des semaines de surenchère des défenseurs de la colonisation au sein de sa majorité, le gouvernement a obtenu en décembre 2016 que l'échéance initiale du 25 décembre pour l'évacuation soit repoussée à février 2017. Les habitants ont accepté de partir pacifiquement contre la promesse d'être relogés sur des terrains voisins. Mais l'accord est en passe de capoter, ravivant le spectre d'une évacuation forcée et de violences entre habitants et leurs supporteurs d'une part, forces israéliennes de l'autre.
L'ONG Yesh Din saisit la cour suprême de justice pour soutenir les Palestiniens
La Cour suprême israélienne a interdit lundi 23 janvier à titre provisoire à l'Etat israélien de prendre possession des terrains sur lesquels le gouvernement prévoyait de déplacer les résidents d'Amona, et d'y entreprendre des travaux, jusqu'à ce que la Cour ait démêlé la situation légale de ces terres, a rapporté l'ONG Yesh Din.
Yesh Din avait saisi la Cour suprême et soutient des Palestiniens qui revendiquent des droits sur les terres en question.
Le chef de cabinet de M. Netanyahu, Yoav Horowitz, a admis dimanche devant des ministres à huis clos que l'accord ne pouvait être appliqué à cause de complications légales, a rapporté la presse.
"Nous nous rendons compte aujourd'hui que le gouvernement et les responsables nous ont menti", a dit à l'AFP Eli Greenberg, un habitant d'Amona qui fait office de porte-parole pour les autres.
400.000 colons israéliens
Environ 400.000 colons israéliens mènent une coexistence souvent conflictuelle avec 2,6 millions de Palestiniens en Cisjordanie.

Moqtada Sadr avertit qu'un transfert de l'ambassade américaine en Israël serait "une déclaration de guerre à l'Islam"
L'influent chef chiite irakien, Moqtada Sadr (photo), a averti, mardi 24 janvier, qu'un éventuel transfert de l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem équivaudrait à une "déclaration de guerre à l'islam".moqtada Sadr.jpg
Rompant avec la politique historique des Etats-Unis, le président Donald Trump a promis durant sa campagne électorale de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade américaine, au grand dam des Palestiniens et de la grande majorité de la communauté internationale.
La Jordanie veut s'entretenir avec Washington  sur l'éventuel transfert de l'ambassade US de Tel Aviv à Jérusalem
Le Ministre jordanien en charge des médias, Momani Muhammad, qui détient également le poste de porte-parole du gouvernement, a déclaré que la Jordanie avait l'intention de tenir une série de consultations au sujet de la décision de transférer l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem.
"Les contacts sont à différents niveaux, en tenant compte de la gravité et de la sensibilité des problèmes du transfert de l'ambassade Nous nous attendons à ce que les États-Unis écoutent l'avis d'un de ses alliés les plus proches.", a dit le ministre.
Selon le journal The Jordan Times, le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem signifierait la reconnaissance que Jérusalem est partie intégrante d'Israël.
Le royaume hachémite considère cela inacceptable.
Le 22 janvier, le roi Abdallah II de Jordanie s'est entretenu avec le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, au sujet de l'intention de Donald Trump de transférer  l'ambassade américaine à Jérusalem.
Selon les déclarations des dirigeants de l'Autorité palestinienne, ce transfert serait perçu par les Palestiniens comme une déclaration de guerre, et pourrait conduire à une rupture complète des relations entre l'Autorité palestinienne et les Etats-Unis.

Thèmes abordés dans la newsletter du 24 janvier, réservée  aux abonnés:

Union européenne : L'Autriche envisage le bracelet électronique pour les retours de Syrie
Union européenne : France/jihadistes : presque 4 fois plus de mineurs mis en examen en un an
Union européenne : Le cimetière Montparnasse - Repaire des jihadistes ?

Irak : Bataille de Mossoul - 24 janvier - 109ème jour
Irak : Attentat à la voiture piégée à Bagdad: trois morts

Israël-Cisjordanie-Gaza : Israël approuve 2.500 logements de colonisation en Cisjordanie
Israël-Cisjordanie-Gaza : L'accord sur l'évacuation d'une colonie sensible en passe de capoter
Israël-Cisjordanie-Gaza : Moqtada Sadr avertit qu'un transfert de l'ambassade américaine en Israël serait "une déclaration de guerre à l'Islam"
Israël-Cisjordanie-Gaza : Un Palestinien condamné à 18 ans de prison pour une attaque anti-israélienne

Koweït : L'Otan veut renforcer ses liens avec le Golfe en ouvrant un centre à Koweït

Liban : Attentat déjoué à Hamra : Deux suspects arrêtés à Saïda

Syrie : Les négociations d'Astana tout près d'aboutir à une "déclaration finale", selon l'émissaire de l'ONU
Syrie : La nouvelle administration Trump ouverte à des opérations conjointes anti-EI avec la Russie
Syrie : Nouvelle vidéo de la bataille de Deir ez-Zhor
Syrie : Ankara n'a pas l'intention de restituer Al-Bab aux forces syriennes
Syrie : Combats entre les rebelles de l'Armée Syrienne Libre et jihadistes de Fateh el-Cham dans le nord-ouest de la Syrie

Turquie : "Trump doit revoir la politique américaine au Moyen-Orient" déclare le vice-premier ministre turc

Yémen : Les rebelles résistent à Mokha, au moins 40 morts

Afrique menacée : Mali : Un Casque bleu tué dans une attaque au mortier
Afrique menacée : Nigeria : Une kamikaze s'était fait sauter avec un bébé sur son dos, le 13 janvier

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com
 

Commentaires

Les "derniers" coups de couteaux de Obama jetés en pâture. Il pensait que cela allait passer inaperçu....

Dans les dernières heures du bureau, Obama a envoyé 221 millions de dollars aux "Palestiniens"

23 janvier 2017 16h56 Par Robert Spencer 108 Commentaires

S'assurer, dans l'un de ses derniers actes, de financer des appels à la destruction d'Israël, ainsi que pour le génocide et le meurtre d'Israéliens.

"Les Etats-Unis ont envoyé 221 millions de dollars aux Palestiniens dans les dernières heures d'Obama", par Matthew Lee et Richard Lardner, Associated Press, 23 janvier 2017:

WASHINGTON (AP) - Les officiels disent que l'administration Obama dans ses heures de déclin a défié l'opposition républicaine et a tranquillement libéré 221 millions de dollars à l'Autorité palestinienne que les membres du GOP du Congrès avaient bloqué.

Un fonctionnaire du Département d'Etat et plusieurs conseillers du Congrès ont déclaré que l'administration sortante avait officiellement informé le Congrès qu'elle dépenserait l'argent vendredi matin. Le fonctionnaire a déclaré l'ancien secrétaire d'Etat John Kerry avait informé certains législateurs de la déménagement peu de temps avant qu'il a quitté le Département d'Etat pour la dernière fois jeudi. Les aides ont indiqué qu'une notification écrite datée du 20 janvier avait été envoyée au Congrès quelques heures seulement avant que Donald Trump prît le serment d'office.

En plus des 221 millions de dollars versés aux Palestiniens, l'administration Obama a également annoncé vendredi au Congrès qu'elle allait verser 6 millions de dollars supplémentaires dans les affaires étrangères, dont 4 millions pour les programmes relatifs au changement climatique et 1,25 million pour les organisations des Nations Unies, A déclaré l'aide. Les aides et le fonctionnaire du Département d'Etat n'étaient pas autorisés à parler publiquement sur la question et ont exigé l'anonymat ....

https://www.jihadwatch.org/2017/01/in-final-hours-in-office-obama-sent-221000000-to-the-palestinians

Écrit par : Patoucha | 25/01/2017

Les commentaires sont fermés.