24/01/2017

Astana: pas de pourparlers en face à face pour la première session, selon le porte-parole des rebelles syriens

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 janvier 2017
Extrait de la 563ème newsletter envoyée aux abonnés le 23 janvier 2017.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Astana: pas de pourparlers en face à face pour la première session, selon le porte-parole des rebelles syriens
Les pourparlers de paix sur la Syrie entre émissaires de Bachar el-Assad et représentants des rebelles ont commencé lundi 23 janvier à Astana, au Kazakhstan, malgré le refus de dernière minute des rebelles de négocier en face à face avec le régime syrien.
La première séance a été ouverte par le ministre kazakh des Affaires étrangères, Kaïrat Abdrakhmanov, devant les deux délégations, rassemblées dans une même pièce à l'hôtel Rixos d'Astana.
"Cette rencontre est une démonstration claire des efforts de la communauté internationale vers un règlement pacifique de la situation en Syrie", a déclaré M. Abdrakhmanov, lisant une déclaration du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev.
"Le seul chemin pour régler la situation en Syrie doit être celui des pourparlers, fondés sur une confiance et une compréhension mutuelle", a-t-il ajouté.
Si les deux camps ont parlé, pendant plusieurs semaines, de négociations directes, les rebelles ont finalement choisi à la dernière minute de ne pas rencontrer en face à face la délégation du régime.
"La première session des négociations ne sera pas en face à face car le gouvernement n'a pas respecté jusqu'à présent ce à quoi il s'est engagé dans les accords du 30 décembre", qui avaient instauré un cessez-le-feu en Syrie, a indiqué Yehya al-Aridi, l'un des porte-paroles de la délégation des rebelles.
Les discussions doivent se concentrer sur le renforcement de ce cessez-le-feu, qui a mené à une réduction des violences malgré des violations régulières.
Les rebelles n'ont pas indiqué s'ils accepteraient de négocier en face à face avec les émissaires du régime lors des prochaines séances de pourparlers.
Lavrov accuse l'opposition d'avoir inclus dans la délégation des représentants de l'opposition politique
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que les opposants au régime de Bachar al-Assad avaient tenté d'inclure dans la délégation envoyée à Astana, des représentants de la direction politique en exil, contrairement à ce qui avait été convenu.
"Il y a eu des manœuvres visant à remplacer au sein de la délégation des représentants des milices rebelles par des membres de l'opposition politique", a dénoncé le ministre à RIA Novosti.
Dans le même temps Lavrov a tenu à souligner que la Russie ne cherchait pas à éliminer l'opposition politique des négociations.
"Les négociations des rounds suivants, y compris à Genève, se concentreront, bien sûr, sur les négociations entre le gouvernement et tous les groupes d'opposition, sans exception ... Mais maintenant, l'opposition politique est représentée par la délégation de l'opposition armée", - a-t-il dit.
 
Dernière heure : Fin de la première journée de pourparlers sans percée notable
La première journée de négociations entre rebelles syriens et émissaires de Bachar el-Assad s'est terminée lundi soir sans avancée apparente, ont indiqué des représentants des deux délégations.
"Les réunions de notre délégation sont terminées", a déclaré à l'AFP une source proche des négociateurs du régime. Un porte-parle des rebelles, Yehya al-Aridi, a également affirmé que les discussions étaient closes pour la journée.
Les rebelles syriens "continueront le combat" si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
Les rebelles syriens vont "continuer le combat" si les négociations avec les émissaires de Bachar el-Assad échouent à Astana, a déclaré lundi à l'AFP un porte-parole de la délégation rebelle.
"Si les négociations sont un succès, nous sommes pour les négociations. Si elles échouent, malheureusement, nous n'aurons pas d'autre choix que de continuer le combat", a prévenu Ossama Abou Zeid, un porte-parole de la délégation rebelle.
L'armée syrienne de Bachar al-Assad est toujours dans l'option d'une victoire militaire
(De notre correspondant en Syrie, Fahd M.)
Tandis que les pourparlers de paix viennent de débuter à Astana (Kazakhstan), l'armée syrienne croit toujours à la possibilité d'une victoire militaire totale sur la rébellion, renforcée en cela par son récent succès à Alep. Son objectif immédiat est d'étendre on contrôle le long des routes d'approvisionnement et autour des infrastructures vitales du pays. Depuis la fin de la bataille d'Alep, l'armée à commencé à concentrer ses efforts contre l'Etat islamique.  
De leur côté, les kurdes ont rapidement progressé à l'ouest de l'Euphrate, bénéficiant du soutien aérien et terrestre des forces spéciales américaines.
Les récentes opérations militaires menées par les jihadistes de Daech semblent avoir pour but de s'assurer des voies d'évacuation. C'est la raison pour laquelle elles assaillissent sans relâche l'aéroport militaire de Deir ez-Zhor et les secteurs de la ville encore contrôlés par le régime.  Après un délai de flottement au début de la brutale offensive des jihadistes contre Deir ez-Zhor, il semble que les avions de guerre russes et syriens soient désormais résolus à détruire les positions de l'EI.
Autre front : En juin 2016,  les soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et les forces spéciales russes se sont aventurés vers l'est en direction de la base militaire Tabqa. Après 2 semaines de progression, qui les ont amenés à quelques kilomètres de la base, ils ont été contraints à une retraite désastreuse et, somme toute, incompréhensible.

23 janvier 2017.jpg

Thèmes abordés dans la newsletter du 23 janvier, réservée  aux abonnés:

Arabie saoudite : L'Arabie félicite Trump, veut renforcer ses relations avec Washington

Egypte : Cinq soldats égyptiens tués dans le Sinaï
Egypte : L'Egypte va étendre sa présence militaire dans le Golfe persique

Irak : Bataille de Mossoul - 23 janvier - 108ème jour
Irak : On annonce une nouvelle fois qu'Abou Bakr al-Baghdadi aurait été grièvement blessé - peut être tué - lors d'une frappe aérienne
Irak : 31 jihadistes accusés d'un massacre de soldats en 2014 exécutés

Israël-Cisjordanie-Gaza : Trump et Netanyahu ont discuté des "menaces que constitue l'Iran"
Israël-Cisjordanie-Gaza : Haniyeh, vice-président du Hamas, au Caire pour des entretiens

Liban : Combats entre l'EI et le Front Fateh el-Cham dans le jurd de Ersal

Syrie : Astana: pas de pourparlers en face à face pour la première session, selon le porte-parole des rebelles syriens
Syrie : Mission aérienne conjointe Etats-Unis-Russie en Syrie
Syrie : Opération turque "Bouclier de L'Euphrate" : 194 cibles détruites, 65 "terroristes" neutralisés
Syrie : Bataille de Deir ez-Zhor

Turquie : 21 terroristes neutralisés la semaine passée selon le ministre de l'intérieur

Yémen : L'armée gouvernementale reprend aux rebelles chiites le port de Mokha sur la mer Rouge

Afrique menacée : Mali: Trois soldats tués par l'explosion d'une mine

Jihad mondial : Indonésie : 17 personnes soupçonnées de liens avec l'EI expulsées de Turquie et arrêtées

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com
 

Les commentaires sont fermés.