06/12/2016

Bye bye Syria ! Blog du 6 décembre 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 6 décembre  2016
Extrait de la 525ème newsletter publiée le 5 décembre sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Bye bye Syria !
Les derniers développements semblent montrer qu'une évolution de la situation est en cours en Syrie. Les principales puissances mondiales et régionales poursuivent désormais une politique de dépècement de la Syrie. 
Ce dépècement pourrait être le prélude à une vaste réécriture des frontières au Moyen Orient.
Ces frontières, décidées par la Grande Bretagne et la France à l'issue de la première guerre mondiale, ont vécu. Le conflit sunnite-chiite les a fait voler en éclats et suscité de nouveaux appétits.
La Russie
Les Russes, alliés de Bachar al-Assad, se préparent à autoriser les forces du régime à s'emparer de la totalité d'Alep. Cela est en passe de se faire avec la neutralité, sinon l'acquiescement des Etats-Unis et de la Turquie, les deux seules puissances encore capables de s'opposer à cette conquête. L'intérêt de la Russie est de s'implanter durablement sur la côte méditerranéenne de la Syrie et de se positionner dans une région stratégique au sud de la Turquie.
La Turquie
La Turquie, elle, poursuit sans opposition majeure, ni du pouvoir syrien ni de la Russie, son offensive au centre-nord de la Syrie. Son objectif est, bien sûr de repousser loin de sa frontière les jihadistes de Daech, mais surtout d'empêcher la création d'un Etat kurde (l'Etat de Rojava) au sud de sa frontière avec la Syrie.
Les Etats-Unis
Quant aux Etats-Unis, ce qui les intéresse, c'est de prendre le contrôle, par le biais des milices qu'elle arme et contrôle (les Forces de Défense Nationale) une région pétrolifère et voisine de l'Irak où les Américains sont déjà fortement présents. Ceci pourrait expliquer la raison pour laquelle le Congrès U.S. vient d'autoriser la fourniture de missiles anti-aériens à ces milices et aussi l'arrivée près de la côte syrienne de navires transport de troupes, comme si une intervention terrestre était à nouveau à l'ordre du jour à Washington.
L'Iran
Le régime islamique révolutionnaire iranien verrait enfin la réalisation de la stratégie qu'il mène depuis le début des années 1980, d'abord au Liban, avec la création du Hezbollah, puis en Syrie en soutenant le régime de Bachar al-Assad et enfin en Irak en menant une politique opportuniste de soutien à la communauté chiite irakienne. Cette stratégie poursuit un seul but, celui de s'implanter à la frontière d'Israël pour devenir "un pays du champ de bataille" contre "l'ennemi sioniste" et s'ériger en champion de la libération de la "terre sainte" aux yeux des masses musulmanes.
Pour toutes ces raisons, les jours de l'Etat syrien, tel qu'on le connaît depuis la fin de l'empire ottoman, sont comptés.
A noter que ni l'Europe ni l'Arabie saoudite ou les pays du Golfe n'ont leur mot à dire malgré leurs déclarations ou leurs menaces.

Jean René Belliard

Thèmes abordés dans la newsletter du 5 décembre – réservée  aux abonnés:

Irak : Bataille de Mossoul - Lundi 5 décembre : 49ème jour de l'offensive
Irak : Deux officiers supérieurs irakiens tués à al-Shirqat
Irak : Secteur de Tal Afar
Irak : Les Jihadistes arrêtent 35 anciens membres des services de renseignement irakiens

Liban : L'armée recherche les tueurs d'un soldat sur le plateau de Denniyé

Libye : Les Forces loyalistes ont repris la totalité de Syrte

Maroc : La France soutient le plan d'autonomie du Sahara marocain

Syrie : Bye bye Syria !
Syrie : L'armée syrienne a repris un nouveau quartier rebelle d'Alep-est
Syrie : Les bombardements font 73 morts dans la province d'Edleb
Syrie : Le Congrès U.S. autorise le Pentagone à armer les rebelles syriens avec des missiles antiaériens
Syrie : Un avion russe s'écrase en appontant sur le porte-avions Amiral Kouznetsov

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Les commentaires sont fermés.