27/10/2016

Irak : Tal Afar, une bombe à retardement près de Mossoul - Blog du 27 octobre 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 27 octobre  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Irak : Tal Afar, une bombe à retardement près de  Mossoul
L'annonce de l'arrivée de milliers de miliciens chiites des Hashed al-Chaabi pour prendre le contrôle de la région de Tal Afar, sous prétexte de bloquer la fuite des jihadistes de Mossoul vers la Syrie, a ravivé les tensions inter-ethniques et interconfessionnelles dans la région.
C'est ainsi que le député Ahmed al-Jarba de la province de Ninive a expliqué à Al-Sharq Al-Awsat que Tal Afar était une véritable bombe à retardement, prête à exploser dès la fin de la bataille de Mossoul, car la région souffre grandement de divisions sectaires.
La Turquie a prévenu : Elle se portera au secours des Turkmènes de Tal Afar
La Turquie prendra toutes les mesures nécessaires dans le cas où une milice chiite envisagerait de prendre la ville de Tal Afar après le départ de Daech, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, mercredi 26 octobre. Il a ajouté que la Turquie n'abandonnera pas les Turkmènes qui y vivent.
«La lutte contre Daech est nécessaire, mais le processus après Daech doit être soigneusement planifié", a déclaré Mevlüt Cavusoglu lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ibrahim Ghandour.
«Les équilibres ethniques et sectaires doivent être pris en compte à Mossoul et Tal Afar," a-t-il ajouté
Tal Afar, qui est actuellement aux mains des jihadistes se situe à 63 kilomètres à l'ouest de Mossoul.
Soulignant la menace de la coalition des milices chiites, les  Hashed al-Chaabi, une coalition rangée sous la bannière gouvernementale, Cavusoglu a expliqué que, selon lui, les Hashed al-Chaabi ne visaient pas seulement Mossoul, mais également les zones à majorité sunnite.
Cavusoglu a fait savoir que la Turquie "prendrait toutes les mesures de précaution prévues par la loi internationale" si quelque chose à Tal Afar menace la sécurité de la Turquie.
Cavusoglu a également averti que la Turquie "ne resterait pas insensible" si les Turkmènes de Tal Afar étaient attaqués.
Au cours d'une rencontre avec les responsables américains à Ankara le 4 octobre, la Turquie avait clairement fait savoir qu'elle soutenait le retour de tous les Turkmènes sunnites et chiites à Tal Afar après la libération de Mossoul, mais qu'elle ne voulait pas que les miliciens chiites des Hashed al-Chaabi prennent le contrôle de la ville.
L'arrivée des miliciens chiites des Hashed al-Chaabi dans la ville de Tal Afar provoquerait, selon les Turcs, un conflit sectaire dans la ville
Depuis la prise de Tal Afar par les jihadistes de Daech; la population de la ville, en majorité turkmène, a chuté de plus d'un demi-million à moins de 50.000.

Quel est le rôle de la coalition de milices chiites Hashed al-Chaabi dans la bataille de Mossoul ?
Les Hashed al-Chaabi ont reçu la mission de bloquer tous les axes de sortie et d'entrée  de la ville de Mossoul. Toutefois, il est prévu de garder une seule  voie de sortie pour permettre aux hommes armés de Daech de se retirer.
La bataille de Mossoul va être livrée en deux étapes
Au niveau pratique, la bataille de Mossoul devrait être livrée en deux étapes: la première concerne  la ville de Mossoul et ses quartiers, tandis que la seconde concerne  l'ouest de Mossoul, soit la partie frontalière de l'Irak avec la Syrie.
La première partie est la responsabilité de l'armée irakienne et des forces de la sécurité irakienne, ainsi que des forces kurdes (Peshmergas) et des Hashed Achayri (ou Hashed Ashayeri), une milice sunnite progouvernementale.
Pour  la seconde partie, celle de la région qui va de Mossoul à la frontière syrienne, ce sont uniquement les Hashed al-Chaabi qui seront chargées de la mission. Ce sont elles qui devront   "libérer"  Tal Afar. On a vu que c'était précisément ce que refusait Ankara.
Les Hached al-Chaabi sont prêts et n'attendent que le "feu vert"
Au niveau logistique, les Hashed al-Chaabi ont achevé leurs  préparatifs pour le début des opérations.
La chambre des opérations militaires attend le feu vert de Hayder al-Abadi, le premier ministre irakien,  pour lancer leurs opérations.
Toutefois, le chef du gouvernement irakien  semble retarder son  feu vert à la suite « de fortes pressions américaines pour limiter le rôle des Hached ».
Les forces des Hashed al-Chaabi supporteraient de plus en plus mal ces tergivérations politiques et sont impatientes d'engager le combat .
Le commandant en chef de la brigade al-Qods, la brigade des forces spéciales du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), le général Qassem Souleimani, est arrivé en Irak, via le Kurdistan et a  rejoint  la chambre des opérations des Hashed  avec l'intention de servir de conseiller pour la bataille..
Le Commandement des Hashed estime que cette région dépend entièrement de sa responsabilité. Il insiste pour que les opérations commencent au plus vite, en parallèle avec les combats en cours, et non "d'attendre que soit  libérée  la ville de Mossoul".  Le but est d'empêcher Daech de se ravitailler ou de se regrouper durant les combats. Il est donc, selon lui, impératif de lancer les deux  batailles simultanément, dans la ville et à l'ouest, afin d'étouffer les combattants de Daech.
En effet, la zone concernée à l'ouest de Mossoul s'étale sur une superficie de plus de huit mille kilomètres carrés et constitue donc une énorme ligne d'approvisionnement pour Daech du côté  syrien, un voie logistique cruciale et un atout trés important pour Daech pour résister à Mossoul
En d'autres termes, il s'agit pour les forces du Hached, en menant la bataille de Tal Afar, d'empêcher Daech de s'échapper de Mossoul vers la Syrie et de couper totalement la ville de Mossoul et ses environs  de la Syrie.
Les commandants des Hached s'attendent " à  des combats féroces et difficiles" , parce que leur mission consiste à couper le front ouest irakien du front est syrien.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 493ème newsletter envoyée le 26 octobre aux abonnés :

Afghanistan : Daech exécute trente villageois au centre de l'Afghanistan

Algérie : Arrestation de deux terroristes à Boumerdes

Allemagne-Belgique-France : France : Deux femmes d'un jihadiste "français" expulsées de Turquie et mises en examen

Irak : Mercredi 26 octobre : 10ème jour de la bataille de Mossoul
Irak : Tal Afar, une bombe à retardement après Mossoul
Irak : Quel est le rôle de la coalition de milices chiites Hashed al-Chaabi dans la bataille de Mossoul ?

Israël-Cisjordanie-Gaza : Un soldat israélien blessé par balles à la frontière libanaise
Israël-Cisjordanie-Gaza : L'adolescent tué le 25 octobre à la frontière avec l'Egypte a été tué par erreur
Israël-Cisjordanie-Gaza : L'UNESCO juge "illégales" les fouilles entreprises par Israël dans la vieille ville de Jérusalem

Syrie : Dernières nouvelles de l'offensive des forces loyalistes au sud-ouest d'Alep
Syrie : 26 civils tués par des bombardements du régime dans la province d'Edleb
Syrie : Premiers heurts entre l'armée syrienne et les rebelles soutenus par la Turquie
Syrie : L'offensive contre Raqqa, la place-forte de Daech en Syrie, devrait bientôt commencer

Yémen : Violents combats après l'annonce d'un plan de paix par l'ONU

Afrique menacée : Au moins douze morts dans une attaque à l'explosif dans le nord-est du Kenya
Afrique menacée : Les Shabbaab somaliens s'emparent de la localité stratégique de Tiyeegloow

Jihad mondial : L'Asie du sud-est deviendra-t-elle une nouvelle base de Daech ?

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.