17/10/2016

La bataille de Mossoul a commencé - 17 octobre 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 17 octobre  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


La bataille de Mossoul a commencé
L'opération pour reprendre la ville de Mossoul aux jihadistes de l'Etat islamique a commencé, a annoncé, lundi 17 octobre, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi à la télévision officielle (photo ci-contre).17 octobre 2016 (Abadi).jpg
"Le temps de la victoire est venu et les opérations pour libérer Mossoul ont commencé", a déclaré le chef du gouvernement dans une allocution télévisée.
S'adressant aux habitants de la région de Mossoul, M. Abadi a lancé: "Je déclare aujourd'hui le début de ces opérations victorieuses pour vous libérer de la violence et du terrorisme de Daech".
Le Premier ministre a précisé que seules l'armée et la police irakiennes entreraient dans Mossoul, alors que de nombreuses autres forces participent à l'offensive préparée depuis des semaines pour reprendre la deuxième ville d'Irak, dont des combattants peshmergas kurdes et des milices sunnites et chiites.
"La force qui mène les opérations de libération est la courageuse armée irakienne avec la police nationale, et ce sont elles qui entreront dans Mossoul, pas d'autres", a déclaré M. Abadi.
Vidéo (langue arabe) de la déclaration de Haider al-Abadi suivie d'images de bombardements (attention changement de décibels) :
Vidéo du discours de Haïder al-Abadi suivi de bombardements
30.000 soldats engagés dans la bataille
Au moins 30.000 soldats devraient participer à la bataille pour libérer Mossoul. Face à eux, l'Etat islamique dispose de 4.000 à 8.000 combattants à l'intérieur de la ville.
Les forces armées irakiennes seront aidées par 4.000 combattants Peshmergas, conformément à un accord entre les Kurdes et le gouvernement irakien. Mais, Jamal Iminiki, chef de l'état-major général des forces Peshmergas, a confirmé que les combattants kurdes n'entreraient pas dans la ville en respect des accords conclus avec Bagdad. 17 octobre 2016.jpg
La coalition internationale menée par les Etats-Unis, qui soutient le gouvernement irakien, devrait intensifier ses frappes aériennes sur les positions jihadistes. Elle a d'ailleurs effectué de nombreux raids au cours de la journée du dimanche 16 octobre pour affaiblir les défenses de la ville.
Par ailleurs, les mortiers lourds américains, installés à environ 20 km du centre-ville de Mossoul, ont ouvert le feu contre des positions de Daesh, samedi 15 octobre.
Vidéo des bombardements de Mossoul :
- Vidéo mise en ligne par la brigade chiite al-Badr :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=19b5e0759048
- Autre vidéo - Brigade non identifiée :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=9266207f5bf0
- Autre vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ebc098407f45
La bataille promet d'être longue et difficile
"Vous ne pouvez faire aucune prédiction sur une ville comme Mossoul. Daech y dispose d'une force considérable. De nombreux jihadistes, qui ont été défaits dans les villes irakiennes telles que Ramadi, Tikrit et Baiji, pourraient être maintenant à Mossoul, même si certains d'entre eux ont sans doute gagner la Syrie", a déclaré Iminiki, chef de l'état-major des Peshmergas.
Reprise de la localité de Bashiqa, au sud de Mossoul
Dans la soirée du dimanche 16 octobre, la 9e division de l'armée irakienne, soutenue par les Hashed al-Shaabi (une coalition de milices chiites)  et l'Unité de protection des plaines de Ninive (une unité paramilitaire assyrienne), a libéré la ville clé de Bashiqa située au sud de Mossoul. La reprise de Bashiqa marque la première phase de l'offensive de Mossoul.
La ville de Bashiqa avait une population assyrienne; mais ses habitants avaient fui la ville après que l'État islamique l'ait conquise en 2014.
Avec Bashiqa sous leur contrôle, les forces armées irakiennes vont maintenant poursuivre leur offensive vers d'autres villages situés au sud de Mossoul.
Inquiétude des Nations Unies
1,5 millions de personnes sont toujours à l'intérieur de la ville de Mossoul, sous le contrôle de l'État islamique. L'offensive est pour l'Organisation des Nations Unies une cause d' «extrême préoccupation». En effet, les civils vivant dans la villesont susceptibles d'être pris au piège dans les combats. L'Etat islamique est connu pour n'avoir aucun scrupule à  utiliser les civils comme boucliers humains.
Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 484ème newsletter envoyée le 16  octobre aux abonnés :

Allemagne-Belgique-France : Allemagne : Le terroriste Jaber al-Bakr était retourné en Syrie
Allemagne-Belgique-France : France : Un couple arrêté pour préparation d'une attaque jihadiste 

Egypte : L'armée de l'air égyptienne bombarde les positions des jihadistes dans le Sinaï

Irak : Au moins 55 morts et 36 blessés dans un attentat anti-chiite à Bagdad
Irak : Offensive anti-jihadiste dans la province de Kirkouk 
Irak : L'armée irakienne a largué des dizaines de milliers de tracts sur Mossoul

Israël-Cisjordanie-Gaza : Derniers incidents

Koweït : L'Emir du Koweït dissout le Parlement

Libye : Les combats n'en finissent pas à Syrte - 14 miliciens pro-GNA tués le 14 octobre
Libye : Situation confuse à Tripoli

Syrie : Pas de résultats concrets à la réunion de Lausanne entre Russes et Américains
Syrie : Nouvelles de l'opération turque "Bouclier de l'Euphrate" : Prise de Dabiq

Turquie : Suite des tirs de roquettes dans la région touristique d'Antalya
Turquie : Un kamikaze s'est fait exploser près de la frontière syro-turque

Yémen : Nouveaux tirs de missiles contre des navires U.S. dans la mer rouge

Afrique menacée : La complexité du conflit malien
Afrique menacée : Niger : Enlèvement d'un humanitaire américain

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.