06/10/2016

Tir d’une roquette sur Sderot (sud d'Israël) et bombardements de représailles - 6 octobre 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 6 octobre  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 5 octobre sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Tir d’une roquette sur Sderot (sud d'Israël) et bombardements de représailles
(De notre correspondant N.R.)
A 10h25 mercredi 5 otobre, dans les colonies situées à la frontière avec la bande de Gaza, l'alarme "Enfer de Tsevan" a retenti. L'alarme a sonné à Sderot et sur le territoire du conseil régional de Sha'ar Hanegev. Peu de temps après l'explosion d'une roquette a retenti. La roquette est tombée dans une rue de la ville.
Sderot est régulièrement atteinte par des projectiles tirés du territoire palestinien de Gaza. 5 octobre 2016.jpg
La roquette n'a pas fait de victime mais deux résidents, souffrant de chocs nerveux ont du être assistés.
Le groupe salafiste Ahfad al-Sahaba (les Descendants des compagnons du prophète, en arabe), associé à l'Etat islamique, a revendiqué le tir de la roquette, comme d'autres tirs auparavant (voir la photo avec le texte arabe ci-dessous à droite).
"A 10h20 le 5 octobre 2016, grâce à Dieu, la soi-disant colonie de Sderot a été visée par une roquette artisanale", a dit le groupe dans un communiqué.
Le même groupe avait revendiqué la responsabilité du bombardement de Sderot du 21 août 2016.
Sderot se trouve à quelques centaines de mètres de la bande de Gaza, territoire palestinien que gouverne sans partage le Hamas islamiste et où Israël et les groupes armés palestiniens se sont livrés trois guerres entre 2008 et 2014.
Depuis le conflit dévastateur de juillet-août 2014, Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile de part et d'autre de la barrière de sécurité israélienne qui ferme hermétiquement les frontières israéliennes avec la bande de Gaza.Revendication du 5 octobre 2016.jpg
Des roquettes sont sporadiquement tirées sur Israël. Ces tirs sont communément attribués à d'autres groupes que le Hamas. Mais l'armée israélienne y riposte quasiment systématiquement par des frappes sur des positions du Hamas, qu'elle dit tenir pour responsable du territoire qu'il dirige.
Représailles de l'armée israélienne
Peu de temps après le tir de la roquette un char de l'armée israélienne a tiré un obus contre une base de la branche armée du Hamas à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Le bombardement n'a pas fait de victimes.
Israël tient systématiquement le Hamas pour responsable des attaques contre le territoire israélien à partir de Gaza, car cette organisation contrôle le secteur depuis l'été 2007.
Aux environs de 15H00, c'est au tour de l'armée de l'air israélienne d'entrer en action contre les positions du Hamas à Gaza. Les avions de Tsahal ont attaqué deux positions des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, à l'est de la ville de Gaza, et à l'ouest de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza. On ignore s'il y a eu de victimes et des dégâts, mais selon l'agence officielle palestinienne Wafa une personne aurait été blessée.
Le site palestinien "al-Qods" avait annoncé que les dirigeants du Hamas avaient été évacués dans l'attente des représailles israéliennes, une information qui a été démentie par la direction du Hamas.
Le ministre de la défense, Avigdor Lieberman, ordonne des réponses plus musclées
A noter que depuis qu'Avigdor Lieberman est devenu ministre israélien de la Défense, l'armée israélienne adopte une nouvelle tactique pour répondre au tirs de roquettes sur le territoire israélien à partir de Gaza. Si l'ancien ministre de la Défense (Moshe Ya'alon) n'autorisait les frappes de représailles que dans les cas où il y aurait eu des victimes ou des dégâts importants, depuis cette année, avec la nomination de Lieberman, l'armée réagit immédiatement à tous tirs de roquettes de Gaza, suivi par des raids de représailles de l'armée de l'air israélienne. Pour le Hamas, il s'agit d'un usage disproportionné de la force.
Dans une récente interview, Lieberman avait déclaré: «Un certain calme règne sur la frontière avec Gaza depuis notre réponse extrêmement difficile au bombardement de Sderot (21-22. août) Cela ne signifie pas que les terroristes à Gaza sont inactifs .. Ils travaillent constamment à développer et à acquérir par contrebande de nouvelles fusées, à la construction de nouveaux tunnels. la situation est très tendue et explosive. On ne sera pas les initiateurs d'une nouvelle opération. Mais si le Hamas, à un moment donné, inconsidérément, nous provoque, nous ne nous limiterons pas à une opération locale, et nos frappes ne permettront pas au Hamas de récupérer ".

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 478ème newsletter envoyée le 5  octobre aux abonnés :

Algérie : L'un des 5 jihadistes tués à Batna le 29 septembre identifié

Allemagne-Belgique-France : Belgique : Deux policiers attaqués au couteau à Bruxelles par un terroriste

Irak : Dernières nouvelles de la guerre en Irak
Irak : L'Irak dénonce une nouvelle fois la présence de soldats turcs dans le nord du pays
Irak : 21 combattants sunnites pro-gouvernementaux tués par un raid aérien de la coalition internationale
Irak : Un démineur britannique tué en Irak
Irak : Six membres de l'EI ont tenté de fuir en se mêlant au flot des réfugiés

Israël-Cisjordanie-Gaza : Derniers incidents

Libye : Echec de la conférence de Paris sur la réconciliation libyenne

Syrie : Bataille d'Alep
Syrie : Bataille dans la province de Hama : Ouverture d'un nouveau front
Syrie : Nouvelles de l'opération turque "Bouclier de l'Euphrate"

Turquie : Deux soldats turcs blessés par le PKK dans la province de Diyarbakir

Yémen : Un bateau civil touché par les tirs des rebelles chiites yéménites dans le détroit de Bab el-Mandeb

Afrique menacée : Mali : Les Pays-Bas retirent leurs hélicoptères d'attaque
Afrique menacée : L'Allemagne va construire au Niger une base militaire

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.