24/08/2016

La guerre en Syrie s'internationalise chaque jour un peu plus - 24 août 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 août  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 23 août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


La guerre en Syrie s'internationalise chaque jour un peu plus
Les USA menacent d'abattre les avions qui menaceraient la coalition internationale contre Daech
Les Etats-Unis ont de nouveau mis en garde lundi, 22 août, le régime syrien, assurant qu'ils étaient prêts à abattre des avions qui menaceraient les troupes de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique en Syrie.
"Nous allons défendre nos personnels sur le terrain, et faire le nécessaire pour les défendre", a indiqué Peter Cook, porte-parole du Pentagone, à la presse. "Nous continuons à conseiller au régime syrien de rester à l'écart de ces zones."
Washington est intervenu la semaine dernière pour la première fois directement contre le régime syrien en envoyant près d'Hassaké des avions pour protéger ses forces spéciales qui aident des combattants kurdes à lutter contre l'Etat Islamique et qui ont été visés deux jours d'affilée par l'armée de l'air syrienne.
"Ce n'est pas une zone d'interdiction de survol", a ajouté M. Cook. "Mais (...) le régime syrien serait bien avisé d'éviter ces zones où les troupes de la coalition opèrent."
Le secrétaire d'Etat John Kerry et la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton se sont déclarés en faveur de la mise en place d'une telle zone, mais le président Barack Obama est réticent à engager des ressources pour appliquer cette mesure.
Les Etats-Unis avaient déjà fait passer cette mise en garde à la Syrie via la Russie, alliée du régime syrien avec laquelle Washington a établi une ligne de communication pour éviter des problèmes entre leurs avions.
Selon M. Cook, cette mise en garde concerne également les appareils russes. "S'ils menacent les troupes américaines, nous avons le droit de défendre nos troupes."
Les Iraniens menacent de rompre l'accord sur le nucléaire en cas d'attaque américaine contre l'armée syrienne
Selon al-Arabiya, l'Iran aurait menacé les Etats-Unis de rompre les accords sur le nucléaire iranien dans le cas où l'armée américaine tenterait une action militaire contre les forces loyalistes syriennes
L'artillerie turque ouvre le feu sur les Kurdes et les Jihadistes en Syrie
Les bombardements turcs ont eu lieu, lundi 22 et tôt mardi 23 août, en réponse à des tirs de mortiers sur son sol.
Deux obus se sont en effet abattus dans la localité turque de Karkamis (sud-est), tout près de la frontière syrienne et juste en face de la ville syrienne de Jarablous tenue par les Jihadistes de l'EI, sans faire de blessés. Environ 60 obus ont frappé à 03H30 GMT quatre positions de l'EI à Jarablous.
Les tirs des Jihadistes ont eu lieu alors que des centaines de rebelles syriens soutenus par Ankara préparent du côté turc de la frontière une offensive pour capturer Jarablous.
En prévision de nouveaux tirs de mortiers de la part des Jihadistes, les autorités turques ont ordonné, mardi soir 23 août,  l'évacuation de Karkamis.
La police a demandé par haut-parleurs aux habitants d'évacuer la ville pour "des raisons de sécurité".
L'artillerie turque bombarde des positions kurdes soutenues par les Etats-Unis à Manbij
Lundi soir l'artillerie turque avait déjà bombardé des positions des YPG, le bras armé du Parti de l'Union Démocratique (PYD), un mouvement autonomiste kurde. Ce qui est plus curieux, c'est que les positions kurdes prises pour cibles se trouvaient autour de la ville de Manbij.
Or Manbij vient à peine d'être reprise par les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition sponsorisée par les Etats-Unis et composée à 80% de miliciens des YPG.
On est par conséquent devant la situation suivante : les Américains avertissent les Syriens de ne pas bombarder les milices kurdes a Hassaké pour la raison que des conseillers américains se trouvent aux côtés des Kurdes. Au même moment, les Turcs, membres de l'OTAN, tirent sur les Kurdes autour de Manbij alors que des conseillers américains et occidentaux se trouvent précisément avec les forces kurdes dans cette région. 
Alors, de deux choses l'une : Soit les Américains ont pris soin de signaler aux Turcs où se trouvaient les soldats U.S.  pour éviter qu'ils soient pris pour cible. Ce qui serait une trahison vis-à-vis de leurs alliés Kurdes.  Soit les Américains n'ont pas dévoilé leurs positions et les Turcs ont pris le risque de tuer des soldats U.S.. Il s'agit d'une sérieuse entorse entre deux alliés au sein de l'OTAN !
Il est vrai que les relations entre Ankara et Washington ne sont pas au beau fixe. Elles étaient déjà très tendues en raison de la volonté de Washington d'utiliser les Kurdes comme force locale contre l'Etat Islamique. Elles se sont beaucoup détériorées après la tentative de coup d'état manquée du 15 juillet, la Turquie exigeant avec de plus en plus d'insistance l'extradition de l'ex-imam Fethullah Gülen réfugié aux Etats-Unis. Il y a fort à parier que tous ces sujets de friction constitueront l'ordre du jour des discussions entre le vice-président américain, Joe Biden, et le gouvernement turc, lors du séjour de Biden à Ankara le mercredi 24 août.
La Turquie apportera "toutes sortes de soutien" à la bataille pour chasser l'EI de Jarablous
La Turquie va apporter "toutes sortes de soutien" à l'opération en préparation contre l'Etat islamique (Daech) dans la localité syrienne de Jarablous, près de la frontière turque, a déclaré mardi 23 août le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.
"Nous ne voulons pas de Daech en Irak ni en Syrie. Nous apporterons toutes sortes de soutien à l'opération de Jarablous", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse, au moment où des centaines de rebelles syriens soutenus par Ankara préparent du côté turc une offensive.
L'aviation russe intervient à Alep sur demande ...des Iraniens
Alors que Téhéran a exigé le départ des avions russes de la base iranienne de Hamedan sous le prétexte que la présence de troupes étrangères sur le sol iranien est contraire à la Constitution, ces mêmes Iraniens ont demandé l'aide de l'armée de l'air russe en Syrie.
L'aviation russe a répondu favorablement à la demande de Téhéran et est  intervenue à Alep pour soutenir les opérations terrestres préparées par les militaires iraniens qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad face aux insurgés. C'est ce qu'a révélé, mardi 23 août, l'amiral Ali Shamkhani, en charge de la coordination entre l'Iran, la Russie et la Syrie.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 449ème newsletter envoyée le 23 août aux abonnés :

Allemagne-Belgique-France : Un imam radical d'origine marocaine interpellé en Belgique
Allemagne-Belgique-FranceFrance : Sept terroristes arrêtés en août
Allemagne-Belgique-France : Messageries chiffrées - L'Allemagne et la France veulent intervenir
Allemagne-Belgique-France : Nouvel avertissement d'un groupe corse aux résidents musulmans

Irak : Plusieurs tentatives d'attaques kamikazes à Kirkouk - Un adolescent arrêté
Irak : Bataille de Mossoul - Le HCR s'attend à un exode massif de réfugiés

Israël-Cisjordanie-Gaza : Des Palestiniens attaquent des Juifs ultra-orthodoxes à Naplouse

Libye : L'US Air Force bombarde Bani Walid

Syrie : La guerre en Syrie s'internationalise chaque jour un peu plus
Syrie : La bataille fait rage au sud d'Alep
Syrie : Accord de cessez-le-feu à Hassaké
Syrie : Trois leaders de Jeich Fateh al-Cham quittent le groupe rebelle islamiste

Jihad global : USA : Possible attaque islamiste, samedi 20 août en Virginie

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.
Pour s’abonner, écrire à : mailto:ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.