23/08/2016

L'Etat islamique doit être chassé de la frontière turque, affirme le ministre des AE turc - 23 août 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 23 août  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 22 août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


L'Etat islamique doit être chassé de la frontière turque, affirme le ministre des AE turc
La frontière de la Turquie avec la Syrie doit être entièrement "nettoyée" du groupe de l'Etat islamique (EI), a affirmé lundi 22 août le chef de la diplomatie turque après un attentant sanglant sur le sol turc, commis probablement, selon Ankara, par le mouvement jihadiste.
"Notre frontière doit entièrement être nettoyée de Daech ", a dit Mevlüt Cavusoglu devant la presse à Ankara, ajoutant qu'"il est de notre droit le plus naturel de combattre cette organisation terroriste sur notre territoire et à l'étranger".
Un très jeune kamikaze s'est fait sauter samedi 20 août lors d'une fête de mariage kurde à Gaziantep (sud-est), ville proche de la frontière syrienne, tuant selon un dernier bilan 54 personnes, dont un grand nombre d'enfants. L'attaque a provoqué une onde de choc en Turquie, cible de plusieurs attentats attribués au mouvement djihadiste depuis l'an dernier.
Les forces de sécurité turques pensent que l'attaque a été menée par les jihadistes en représailles aux offensives en cours en Syrie des milices kurdes et de l'opposition syrienne soutenue par Ankara contre l'EI.
"La Turquie a toujours été la première cible de Daech", a souligné M. Cavusoglu.
La Turquie soutient les rebelles dans leur offensive contre Jarablous ville syrienne frontalière de la Turquie
Il a promis de soutenir "toute opération" contre cette organisation en Syrie, en réponse à une question d'un journaliste qui lui demandait si la Turquie appuyait l'offensive de l'opposition modérée syrienne pour libérer la ville de Jarablous, tenue par l'EI.
L'artillerie turque pilonne depuis plusieurs jours les positions tenues par l'EI à sa frontière avec la Syrie.
"Nous allons lutter jusqu'au bout contre Daech et soutenir aussi le combat mené par les autres pays contre cette organisation terroriste", a poursuivi le ministre turc.
La Turquie ne tolère pas Daech sur son sol et pour cette raison son président Recep Tayyip Erdogan "est leur cible numéro un", a encore affirmé M. Cavusoglu, dont le pays a ouvert sa base aérienne d'Incirlik (sud) à la coalition anti-EI.
Prendre Jarablous avant les Kurdes
Ce que ne dit pas ouvertement Cavusoglu, c'est que la Turquie fera tout pour aider les rebelles arabes considérés comme relativement "modérés" à s'emparer des secteurs frontaliers de la Turquie, dont Jarablous, avant que ceux-ci ne tombent entre les mais des milices kurdes des YPG soutenues par les Etats-Unis.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 448ème newsletter envoyée le 22 août aux abonnés :

Allemagne-Belgique-France : Le djihadiste marocain recherché en Martinique arrêté
Allemagne-Belgique-France : France : Nomination du préfet Yann Jounot à la tête du CNR

Irak : Plusieurs tentatives d'attaques kamikazes à Kirkouk - Un adolescent arrêté

Israël-Cisjordanie-Gaza : L'armée israélienne mène deux raids de représailles sur Gaza, dimanche 21 août

Libye : Les forces loyalistes progressent à Syrte
Libye : Le Parlement de Tobrouk (HoR) refuse de donner sa confiance au gouvernement d'union (GNA)

Syrie : L'Etat islamique doit être chassé de la frontière turque, affirme le ministre des AE turc
Syrie : Les milices kurdes ont repris leur offensive contre les positions du régime à Hassaké, dimanche à minuit
Syrie : L'Iran reproche à la Russie d'avoir révélé son utilisation de la base de Hamedan
Syrie : Visite virtuelle de la prison de Saidnaya

Turquie : 22 des 54 victimes tuées à Gaziantep avaient moins de 14 ans
Turquie : Accrochage entre l'armée et le PKK - Un mort dans chaque camp

Des informations sur les principaux évènements qui secouent les pays du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel, des messages importants, des alertes sécuritaires, vous aussi, comme de nombreux députés, sénateurs, ambassades, sociétés civiles et morales engagées dans la sécurité, des directions du personnel soucieuses de la sécurité de leurs employés à l'étranger, vous pouvez vous abonner à l'ensemble de la newsletter publiée par Jean René Belliard et l'ensemble de ses quinze correspondants. Le coût d'un abonnement est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.