02/08/2016

Syrie : La grande bataille d'Alep est désormais engagée - 2 août 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 2 août  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 1er août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Syrie : La grande bataille d'Alep est désormais engagée
Cela fait désormais un mois que les forces du régime et leurs alliés iraniens et Libanais ont engagé une grande offensive pour, dans un premier temps, isoler hermétiquement les quartiers rebelles de la ville avant de s'en emparer.
Avec la reprise par le régime et ses alliés des fermes al-Mallah, puis de la route dite du Castello et du croisement de Layramoun et enfin du quartier de Bani Zeid, l'étau s'est totalement resserré autour des combattants retranchés dans le secteur est et sud-est de la ville.
Des couloirs sécurisés ont été aménagés pour permettre aux 100.000 à 150.000 habitants qui résident encore dans ces quartiers de s'en aller.
Jusqu'à ce jour, seules 190 à 200 personnes et une poignée de miliciens ont choisi d'emprunter les couloirs humanitaires pour trouver refuge dans les secteurs contrôlés par le régime.
La fuite de ces quelques dizaines de personnes a été largement diffusée sur les médias pro régime dans l'intention de montrer au monde entier que le pouvoir faisait tout pour éviter un bain de sang et un désastre humanitaire.
Un siège des quartiers rebelles pour forcer la main lors des négociations à venir
A présent que les forces loyalistes contrôlent toutes les entrées de la ville, l'intention de l'état-major est de soumettre les quartiers rebelles à un encerclement systématique dans l'espoir d'aboutir à un règlement sous l'égide de l'ONU, dans le style de celui qui avait permis en 2015 la reprise par les forces du régime du quartier al-Waër, le dernier quartier de la ville de Homs resté entre les mains des rebelles.
Pour Hassan Nasrallah, le leader de la milice chiite libanaise, une victoire des forces loyalistes à Alep ne fait plus aucun doute,  affirmant que l'encerclement des derniers quartiers d'Alep encore entre les mains des rebelles est un tournant stratégique dans la guerre en Syrie et montre que le rêve turc d'établir une zone d'influence dans le nord de la Syrie est cette fois bel et bien mort.
C'était sans compter sur la riposte des rebelles qui ont lancé, dimanche 31 juillet une contre-offensive de grande envergure qui va contraindre les forces loyalistes à riposter.
Les rebelles ont lancé une contre-offensive au sud et sud-ouest d'Alep
Il fallait bien s'attendre à cette riposte des rebelles. Car, pour eux, il est hors de question de ne pas tout faire pour rétablir un lien entre les zones rebelles et la Turquie par où transite la majorité de l'aide en provenance des pays étrangers. Si les rebelles ne parvenaient pas à desserrer l'étau imposé par les forces loyalistes autour des quartiers rebelles d'Alep, cela signifierait la fin des espoirs de la rébellion dans cette région syrienne.
Si Alep tombe, il ne restera plus que le sud aux rebelles pour poursuivre le combat
Il ne resterait plus désormais que le sud du pays pour poursuivre le combat. En effet, la frontière libanaise est pratiquement sécurisée depuis la reprise par le régime syrien et le Hezbollah de la ville de Qousseir et de la région montagneuse du Qalamoun. La frontière irako-syrienne est également hors de question en raison des affrontements qui ont actuellement lieu dans ce secteur entre l'armée irakienne et les groupes islamistes. Il reste la Jordanie. Les médias occidentaux parlent de temps en temps  de l'éventualité de lancer une vaste offensive contre le régime à partir du Sud, notamment à Deraa et dans les zones proches du Golan, mais tout d'abord le royaume hachémite ne fait preuve d'aucun enthousiasme pour s'impliquer dans le conflit syrien, d'autant plus qu'on ne sait plus vraiment ce que les pays occidentaux, Etats-Unis en tête ont l'intention de faire en ce qui concerne l'avenir de Bachar al-Assad.
Le sort réservé à la nouvelle offensive lancée par la rébellion au sud et sud-ouest d'Alep permettra de savoir si la victoire du régime est proche ou non. Il y a fort à parier que les forces du régime, l'armée iranienne, le Hezbollah et surtout l'armée de l'air russe vont tout faire pour tuer dans l'œuf l'offensive rebelle.
On croit à la victoire des armes à Damas
En attendant, on semble croire à la victoire à Damas. Le président Bachar al-Assad aurait même déclaré devant des personnalités politiques libanaises que les Russes étaient des alliés sûrs, ajoutant que toutes les décisions sont prises d'un commun accord avec eux. Il aurait aussi parlé de l'attitude des Européens à l'égard de son pays, révélant que de nombreux États européens cherchaient à rétablir des relations sécuritaires avec la Syrie, mais que celle-ci exigeait en contrepartie le rétablissement des relations diplomatiques et politiques.
Le président russe veut aller vite en Syrie
précisent que ces développements n'auraient probablement pas été aussi rapides sans le récent rapprochement entre le président turc Erdogan et Vladimir Poutine. Les deux hommes doivent d'ailleurs se rencontrer le 9 août. Selon ces mêmes personnalités, le président russe souhaiterait aller vite en Syrie pour créer un fait accompli avant l'élection présidentielle américaine en novembre.
Une victoire à Alep ne signifie pas la fin de l'hostilité entre les camps chiite et sunnite
La reprise du contrôle d'Alep par le régime ne voudra pas nécessairement signifier la fin du conflit entre Riyad et Téhéran. Bien au contraire. Elle pourrait provoquer une radicalisation des positions, tant du côté chiite que sunnite. Riyad va tout faire pour compenser sa perte d'influence en Syrie et  le dernier discours du secrétaire général du Hezbollah, assez violent contre les dirigeants saoudiens, pourrait être considéré comme un indice dans ce durcissement.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la 434ème newsletter publiée le 30 juillet :

Allemagne-Belgique-France : Disparition d'un Marocain assigné à résidence en Martinique

Irak : Attaque d'un complexe gazier au nord-ouest de Kirkouk
Irak : Un attentat au nord est de Bagdad

Israël-Cisjordanie-Gaza : Derniers incidents sécuritaires

Liban : L'armée mène des opérations sécuritaires dans la Bekaa

Libye : Des avions américains ont mené une frappe à Syrte

Syrie : Les rebelles ont lancé une grande offensive au sud d'Alep
Syrie : Bataille de Manbij - Progression des Forces Démocratiques Syriennes (FDS)

Turquie : Quatre soldats turcs tués par le PKK

Yémen : 7 soldats saoudiens tués lors de combats avec les rebelles chiites houthis à la frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen

Jihad global : Attentats en Grande Bretagne - Une question de quand et non pas de si
Jihad global : Grande Bretagne - Prison à vie pour une tentative de décapitation dans le métro londonien
Jihad global : Daech demande à ses partisans d'attaquer la Russie

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.