18/07/2016

Daech recule mais sa capacité de nuisance mondiale s'accroit - 18 juillet 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 18 juillet  2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire en cliquant sur ce lien


Daech recule mais sa capacité de nuisance mondiale s'accroit
L'Etat islamique (Daech) est sous pression sur presque tous les fronts en Irak, en Syrie et en Libye. Il n'arrive pas à résister aux attaques terrestres de l'armée irakienne et des milices appuyées par des bombardements de précision de l'armada aérienne menée par les USA. La même chose est vraie en Syrie ou les forces loyalistes sont appuyées par les bombardiers russes. Cela peut affaiblir l'Etat islamique, certes, mais cela ne le met pas définitivement hors de combat, car il peut revenir à la guerre de guérilla qu'il a déjà menée en Irak contre l'armée américaine.
Il peut aussi attendre à ce que ses nombreux ennemis se démobilisent, comme ils le font souvent à la suite d'un changement de politique suite à une élection, par exemple.
Les gouvernements irakiens et syriens sont à court de troupes de combat fraiches et ont des difficultés pour occuper le terrain conquis, ce qui permet à l'Etat islamique de revenir en force ici ou là, même si l'offensive ne connaît qu'une courte durée.
La situation en Irak est encore différente. En effet, il n'y aura pas de paix en Irak sans une réconciliation du pouvoir dominé par les Chiites avec les Arabes sunnites, la communauté dont l'EI tire sa force. Malheureusement, les exactions menées par les milices chiites dans les régions sunnites libérées, et dénoncées par de nombreuses ONG, ne présagent rien de bon.
Les jeux sont loin d'être faits au Moyen Orient et il y a encore un long chemin jusqu'à la défaite totale de l'EI. Bien sûr, il a du abandonner des centres de population sous la pression des armes (Ramadi, Fallouja). Et il a été incapable de mener une contre-attaque sérieuse depuis plus d'un an.
 Mais il va chercher à étendre ses réseaux de militants dans d'autres pays et faire en sorte que ses retraites soient masquées par des carnages de grande ampleur chez ceux qu'il considère comme ses ennemis. C'est ce qui s'est passé sur à peu près tous les continents, les derniers en date étant Bagdad et Nice.

Jean René Belliard

Pour s’abonner, écrire en cliquant sur ce lien

 

09:05 Publié dans Bagdad, Etat Islamique, Etats-Unis, Falloujah, France, Irak, Libye, Nice, Ramadi, Russie, Syrie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.