22/06/2016

Syrie : Américains et Russes ont frôlé l'incident aérien - 22 juin 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 22 juin 2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard hier,  mardi 21 juin, sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Syrie : Américains et Russes ont frôlé l'incident aérien
On a parlé dans la newsletter du 20 juin du raid aérien mené par l'aviation russe contre le poste frontière d'al-Thanaf tenu par les combattants de la Nouvelle Armée Syrienne (NAF), un groupe rebelle obéissant aux ordres de Washington.
En envoyant ses avions bombarder les combattants de la NAF, Moscou avait assurément l'intention de mettre en garde des commandants américains contre leur tentative de prendre le contrôle d'un point stratégique de la route Damas-Bagdad par l'intermédiaire de leurs protégés syriens.
On a frôlé l'incident aérien
Rappelons les faits. Les frappes aériennes russes ont touché des positions situées près des frontières irakienne et jordanienne, loin des zones d'actions habituelles des Russes. Or, il s'agissait d'une petite base rebelle d'entraînement située dans une zone aride et inhabitée du côté syrien de la frontière. Environ 180 rebelles y participaient à un programme du Pentagone pour former et équiper les combattants contre l'État islamique.
Lorsque le bombardement a commencé, les rebelles ont appelé un centre de commandement américain au Qatar, d'où le Pentagone orchestre les attaques aériennes quotidiennes contre l'État islamique.
Les jets américains sont arrivés et les jets russes sont partis. Une fois les avions américains repartis pour faire le plein, les jets russes sont revenus et ont bombardé à nouveau. Il semble que deux combattants rebelles aient été tués et 18 autres blessés.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov a confirmé l'attaque du vendredi 17 juin et donné comme justification qu'il était difficile de distinguer les différents groupes rebelles depuis le ciel.
Les Russes savaient qu'ils bombardaient des rebelles pro-américains
Une explication qui ne tient pas debout car l'armée russe dispose de renseignements très précis sur ce qui se passe au sol en Syrie. En effet, les combattants qui se trouvaient près du poste frontière d'al-Thanaf sont soutenus par l'artillerie américaine depuis la Jordanie et par les forces aériennes américaines depuis  l'Irak. Des éléments des forces spéciales américaines, britanniques et jordaniennes sont sur place dans le cadre de cette formation. Par contre, il n'y avait pas de Jihadistes d'al-Qaïda ou de l'Etat Islamique à cet endroit précis de la frontière et les Russes le savaient bien.
Les frappes russes près d'al-Thanaf ont pris les Américains par surprise. Ils ne s'attendaient pas à une action aussi dangereuse, au risque de provoquer un affrontement entre les avions de combat des deux super-puissances.
Que vont faire, désormais, Russes et Américains ?
La situation n'a pas dérapé, heureusement.  Mais Washington devra désormais repenser son objectif. Celui de s'appuyer sur les tribus sunnites syriennes et irakiennes, avec l'aide de la Jordanie et de l'Arabie saoudite, pour prendre le contrôle des secteurs frontaliers entre la Syrie et l'Irak. Il sait désormais que la Russie a bien l'intention de s'y opposer.
Visiblement, la Russie n'a pas l'intention de laisser le champ libre à Washington, au point de prendre le risque d'un affrontement direct.
C'est aussi la raison pour laquelle les Russes ont réussi à convaincre le régime de Damas, les Iraniens et même le Hezbollah, qui étaient hostiles à l'origine, d'envoyer des renforts pour libérer Deir ez-Zhor et pousser le plus rapidement possible jusqu'à la frontière irakienne.
Une grande bataille va avoir lieu pour le contrôle de Deir ez-Zhor, à moins que les Américains trouvent un moyen pour mettre en échec le plan de Moscou. On devrait rapidement savoir ce que le Pentagone et la CIA vont concocter pour mettre des bâtons dans les roues des Russes en Syrie, sachant que les Russes, en bons joueurs d'échec, ont certainement plus d'un plan en réserve.
Ce bras de fer entre Moscou et Washington pourrait bien avoir des répercussions en Irak voisine où les forces américaines sont encore plus engagées.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la newsletter du 22 juin :

Israël - Cisjordanie - Gaza : Derniers incidents

Jordanie : 6 morts dans un attentat contre un poste frontière au nord de la Jordanie

Libye : Bataille de Syrte - la place-forte de l'Etat Islamique (suite)

Syrie : Combats au sud d'Alep
Syrie : Ramzi Moughniyé, commandant du Hezbollah, tué à Alep
Syrie : L'Etat islamique contre-attaque à Manbij et Tabqa (Suite)
Syrie : Eclairage sur les Forces Démocratiques Syriennes (FDS)
Syrie : Américains et Russes ont frôlé l'incident aérien

Yémen : Les rebelles chiites houthis menacent la base aérienne d'al-Anad

Jihad global : France : Trois proches du tueur des deux policiers de Magnanville interpellés

Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Les commentaires sont fermés.