14/06/2016

Syrie : L'Etat islamique se renforce dans la région de Deraa - 14 juin 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 14 juin 2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard hier,  lundi 13 juin, sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Syrie : L'Etat islamique se renforce dans la région de Deraa
(De notre correspondant F.M.)
Au cours des trois dernières années, l'Etat Islamique a essayé d'établir une tête de pont dans le sud de la Syrie. Il a d'abord essayé de s'implanter solidement dans la région montagneuse du Qalamoun, près de la frontière libanaise, mais il a été expulsé après des affrontements intermittents avec al-Qaïda et le Hezbollah. Ses efforts pour s'implanter dans la banlieue de Damas n'ont pas été couronnés de succès jusqu'à présent, en partie en raison du fait que les rebelles islamistes de Jeich al-Islam (soutenus par l'Arabie saoudite) ont vite éliminé toutes les tentatives d'implantation de cellules de l'EI dans cette région.
En 2015, il a adopté une stratégie en tenailles pour tenter de relier les poches qu'il contrôlait entre Palmyre et Homs à celles situées au nord et à l'est de Damas, comme la poche de Dumair. Cette tentative a également échoué car les territoires qu'il contrôlait dans le désert de la province de Homs ont été éliminés l'un après l'autre par les forces pro-gouvernementales en avril. Le groupe a également été expulsé du camp palestinien de Yarmouk après une brève occupation en avril 2015.
Deraa en danger de tomber aux mains de l'EI
La mauvaise nouvelle concerne Deraa. A Deraa, une ville située à proximité de la frontière jordanienne, l'Etat Islamique pourrait avoir l'occasion de se forger une nouvelle place-forte alors que celle de Raqqa est attaquée de toutes parts.
Au mois de mai, trois groupes locaux de Deraa ont formé le groupe Jeich Khaled bin Al Walid. Or l'Etat Islamique a annoncé sa fusion avec ce groupe vendredi 10 juin. Les groupes en question - à savoir la Brigade des martyrs de Yarmouk (YMB), que les Etats-Unis viennent d'inscrire sur leur liste anti-terroriste, le Mouvement Islamique Muthanna (MIM) et le groupe des Moujahidines - opèrent principalement à l'ouest de Deraa.
Le Sud une région stratégique pour l'Etat Islamique
Pour l'Etat islamique, le sud est stratégiquement et symboliquement très  important. La province de Deraa  a des frontières avec Israël et la Jordanie et a une résonance historique. La nouvelle formation a pris le nom d'une figure musulmane historique, Khaled bin Al Walid, qui commandait une bataille clé dans le bassin du Yarmouk contre l'empire byzantin au 7ème siècle.
Un revers pour le Pentagone et ses alliés régionaux
La progression de l'Etat islamique dans la province de Deraa est d'autant plus remarquable que le Front du Sud, qui regroupe des groupes rebelles considérés comme "modérés" par le Pentagone, était considéré comme un modèle du soutien international à l'opposition "modérée".
Les membres des trois factions sont majoritairement des habitants de Deraa. Beaucoup d'entre eux sont des membres d'importantes tribus de la province. Contrairement à d'autres régions en Syrie, ces groupes ont rallié l'Etat Islamique par choix et non pas parce qu'ils n'avaient pas d'autres solutions, comme cela a souvent été le cas dans d'autres régions de Syrie ou d'Irak.
Le nouveau groupe fonctionnera comme une unité militaire de l'EI
Le choix du nom "jeich" (l'armée) est destiné à afficher la subordination opérationnelle de ces groupes à l'Etat Islamique. L'Etat Islamique ne reconnaît pas, en effet, les  «mouvements» ou «groupes». Le mot «Jeich» suggère que le nouveau groupe fonctionnera comme d'autres unités militaires de l'Etat Islamique, tels que Jeich al-Khilafah ou Jeich Al Badia.
La restructuration des groupes fusionnés est déjà en cours, avec des informations selon lesquelles le nouveau chef, Abou Othman al-Shami, serait arrivé d'Edleb peu de temps avant la fusion.
L'Etat Islamique va probablement chercher à modifier la façon dont la nouvelle force fonctionnera. Avant d'être réunifiées, les trois forces étaient en conflit constant avec les autres formations rebelles à Deraa, mais leurs actions avaient rarement été coordonnées. Récemment, les groupes ont commencé à collaborer, mais ils ont également été affaiblis en raison des offensives menées contre eux avec l'aide du Centre des opérations militaires basé à Amman.
Le nouveau groupe aura sans doute des priorités différentes et pourrait chercher à protéger ses forces, surtout après que les États-Unis et d'autres pays, comme la Russie, semblent  tourner leur attention vers cette région. L'Etat islamique va sans doute chercher à ne pas épuiser ses forces dans une bataille ouverte. Il pourrait adopter une stratégie consistant en périodes d'offensives éclair suivies de périodes de retrait et de calme.
Deux facteurs principaux qui pourraient bénéficier à l'Etat islamique
L'Etat islamique va probablement bénéficier de deux facteurs principaux pour accroître sa présence dans la province de Deraa.
Il va profiter de l'exaspération de beaucoup de combattants rebelles du fait que le Front Sud, une coalition de forces nationalistes opérant dans le sud sous le contrôle des Etats-Unis et de plusieurs pays arabes alliés de Washington, a été maintenu dans une quasi immobilité sur ordre de ses bailleurs de fonds, ce qui lui a valu d'être vivement critiqué par tous ceux qui espéraient qu'il allait croiser le fer avec les forces du régime. L'immobilité du Front du Sud était d'autant plus inexplicable pour beaucoup alors qu'Alep et Daraiya étaient écrasées par les bombes. A contrario, le front du nord restait très animé en raison du soutien inconditionnel de la Turquie.
L'autre facteur tient au fait que les éléments du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) présents dans la région du sud de la Syrie, et qui ont mené une lutte très efficace contre les Jihadistes de l'Etat Islamique dans la province de Deraa, ont été redéployés  dans le nord de la Syrie. Il faut savoir que, contrairement à d'autres forces anti-gouvernementales, le Front al-Nosra dispose d'un service d'information très efficace qui avait réussi à découvrir régulièrement les cellules de l'Etat Islamique non détectées par les autres formations rebelles, que ce soit à Edleb, Homs, Deraa ou à l'est de la Syrie.
Les  trois groupes qui viennent de se rallier à l'Etat Islamique dans le bassin du Yarmouk présentent un gros atout pour l'EI sur le plan militaire. Leurs membres sont endurcis au combat et enraciné localement dans une zone stratégique dans laquelle l'Etat Islamique a longtemps cherché à accroître son influence. Bien sûr, les effectifs de ces groupes sont encore peu nombreux comparés à leurs adversaires. Ils peuvent sans doute être battus. Mais ce ralliement montre clairement la façon dont l'Etat islamique arrive à résister malgré les nombreux revers qu'il subit ici ou là.

Jean René Belliard

Liste des thèmes abordés dans la newsletter du 11 au 13 juin :

Irak : L'armée irakienne progresse vers Mossoul - la place-forte de l'Etat Islamique an Irak
Irak : Bataille de Fallouja (suite)
Irak : Cinq soldats tués à Ramadi
Irak : 1466 Peshmergas (combattants kurdes) tués par l'EI depuis juin 2014

Iran : Deux incidents graves en Iran ont fait onze morts

Israël - Cisjordanie - Gaza : L'armée israélienne lève le bouclage des territoires palestiniens

Liban : Explosion à Beyrouth, dimanche soir 12 juin

Libye : Les Jihadistes de l'EI tentent de résister à Syrte

Syrie : Offensive de l'armée syrienne vers Tabqa
Syrie : Double attentat au mausolée chiite de Saydé Zeinab
Syrie : L'Etat islamique se renforce dans la région de Deraa
Syrie : Bataille de Manbij (suite)
Syrie : L'armée de Mohammed (Jeich Mohammad) prête allégeance au Front al-Nosra (al-Qaïda)
Syrie : Un journaliste syrien anti-Etat Islamique blessé en Turquie

Turquie : Neuf blessés dans la province de Tunceli (est de la Turquie)

Jihad global : Bangla Desh - Près de 5200 arrestations - dont 85 Islamistes
Jihad global : Le Bénin renforce ses mesures de sécurité par crainte d'attaques terroristes
jihad global : 50 personnes sont tuées et 53 autres blessées à Orlando lors d'une attaque terroriste

Pour vous abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

c

 

Les commentaires sont fermés.