26/05/2016

Divergences entre pays européens sur la politique à suivre en Libye - 25 mai 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 26 mai   2016
Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le mercredi 25 mai sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com


Divergences entre pays européens sur la politique à suivre en Libye
Pour différentes raisons, l'Allemagne et la France ont refroidi les ambitions de l'OTAN et de l'Union européenne de "faire quelque chose" en Libye.
L'Allemagne se méfie d'un engagement à long terme en Libye sous le prétexte d'arrêter le trafic d'armes, même en haute mer. C'est la position qu'elle a soutenue au cours d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. Elle insiste pour obtenir au préalable l'approbation du Conseil de Sécurité des Nations Unies.  
La France , elle, a déjà envoyé des forces spéciales et des agents de renseignement pour mener des opérations secrètes contre l'État islamique en Libye. A ce sujet, on peut s'interroger sur les bizarres relations entre la France et l'Armée Nationale Libyenne fidèle au général Haftar dont on connaît l'hostilité au gouvernement d'union nationale sponsorisé par l'ONU.
C'est peut être en raison de ces relations que les diplomates français restent très prudents quant à un rôle de l'OTAN.
Il reste qu'il y a urgence à trouver un accord entre nations européennes car, comme a averti  le chef de la politique étrangère de l'UE, Federica Mogherini, le mois dernier,  450.000 réfugiés en Libye pourraient fuir vers l'Europe au cours des prochaines semaines.
Mais à priori, les diplomates européens ne sentent pas encore l'urgence d'un plan face à la dégradation de la situation en Libye.
Ayant lieu à seulement 480 km des côtes de l'Europe, le glissement vers l'anarchie de la Libye au cours des cinq dernières années en a fait un avant-poste pour les militants de l'État islamique et une zone de transit pour les migrants d'Afrique sub-saharienne aidés par les trafiquants.
Il est certain que l'échec de l'intervention internationale occidentale en Libye est encore dans toutes les mémoires et il y a peu d'empressement à écouter les exhortions des Etats-Unis pour que les Etats européens prennent en charge la sécurisation de leur propre voisinage.  
On a cru un moment que le gouvernement d'union nationale sponsorisé par l'ONU allait résoudre tous les problèmes, mais après cinq mois de tergiversations, il faut se rendre à l'évidence. Le gouvernement d'union n'est qu'un gouvernement de plus dans un pays qui en comptait déjà deux et qui pourrait bientôt en compter quatre.

Jean René Belliard

Liste des thèmes développés le 25 mai dans la newsletter envoyée  aux abonnés :
Algérie : Que se passe-t-il dans la wilaya de Bouira ?

Irak : Offensive du régime contre Fallouja, place-forte de l'Etat Islamique

Libye : Divergences entre pays européens sur la politique à suivre en Libye

Syrie : Attentats de Jableh et Tartous (suite)
Syrie : Un commandant d'Ahrar al-Cham tué par un commando du Hezbollah à Zabadani
Syrie : Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine - Commandement général

Tunisie : Le pèlerinage juif de la Ghriba a débuté à Djerba sous haute sécurité

Turquie : Six soldats turcs tués et deux autres blessés au sud est de la Turquie

Jihad global : Les Talibans ont nommé le mollah Haibatullah Akhudzada pour succéder au mollah Mansour
Jihad global : La France adopte une nouvelle législation anti-terroriste
Jihad global : Un Tunisien et un Pakistanais condamnés à 6 ans de prison pour terrorisme


Pour vous abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

 

Les commentaires sont fermés.