11/04/2016

Les lignes de défense irakiennes dangereusement étirées - Gare à une contre-attaque de l'EI ! - 11 avril 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 11 avril   2016
Jean René Belliard a publié, dimanche 10 avril, une nouvelle newsletter accessible aux abonnés.

Pour vous abonner, écrire à :
ptolemee@belliard74.com


Les lignes de défense irakiennes dangereusement étirées - Gare à une contre-attaque de l'EI !
Les opérations contre l'État islamique ont fait des progrès significatifs. L'armée irakienne a réussi à reprendre environ 40% du territoire contrôlé depuis le début de l'été 2014 par l'Etat Islamique. Mais ces succès ont une conséquence : les lignes de défense de l'armée irakienne sont dangereusement étirées et le risque est grand qu'une contre-attaque massive de l'EI sur une portion du front provoque l'effondrement de ce front. 
Avoir repris 40% du territoire à l'Etat Islamique ne signifie pas grand chose
Une grande partie de ces 40% est désertique et la plupart des centres urbains reconquis ont été vidés de leurs habitants.
A part Ramadi, Tikrit ou Baïji, la plupart des grands centres urbains conquis par l'Etat Islamique sont toujours entre ses mains. C'est le cas de Falloujah ou encore de Mossoul, la place-forte de l'EI  et la deuxième ville du pays.
Prendre une ville est une chose - la contrôler en est une autre
Quant aux villes conquises, comme Ramadi, il est apparu clairement aux stratèges irakiens que prendre une ville était une chose, mais maintenir son contrôle en était une autre. Les Jihadistes de l'EI ne contrôlent plus Ramadi, mais cela ne les empêche pas de harceler continuellement les forces du régime. Et l'armée a bien du mal à contrer les attaques de guérilla ou les actions des kamikazes.
L'Etat Islamique est une force hybride
Depuis la perte de Ramadi, l'Etat Islamique a également évolué. Il est passé d'une force de combat pour se transformer en groupes de guérilla.
"ISIS est une force hybride," affirme un spécialiste. Ill passe sans cesse de la tactique de guérilla aux stratégies militaires conventionnelles et de revenir à la guérilla ou des attaques terroristes lorsque cela est nécessaire.
L'organisation est fluide, insaisissable. Elle est capable d'attaquer sur les fronts les plus divers, là où on ne l'attendait pas, faisant passer ses combattants d'un secteur à un autre avec rapidité et dans la plus grande discrétion. Elle se fond dans la population, dans la nature, pour échapper aux raids aériens et aux bombardements massifs d'artillerie. Les Jihadistes se sont également infiltrés un peu partout, et notamment à Bagdad. Cette tactique des Jihadistes oblige l'armée irakienne et les forces supplétives à s'éparpiller pour protéger les centres urbains et à amincir les lignes.
L'armée irakienne est trop ambitieuse et prend des risques
De son côté, l'armée irakienne semble trop impatiente de reprendre le terrain. Elle est engagée dans l'opération Desert Lynx dont l'objectif est de conquérir le territoire actuellement contrôlé par l'EI le long de la vallée de l'Euphrate. Elle prépare également une grande offensive pour entrer dans la province de Ninive et libérer la ville de Mossoul, au nord de l'Irak. Et non seulement, l'armée doit réaliser ces deux grandes offensives, mais elle doit également sécuriser les zones récemment reconquises.
Attention au mois de Ramadan qui commence le 6 juin !
Ces considérations n'ont certainement pas échappé aux stratèges de l'Etat Islamique et ceux-ci doivent assurément préparer une nouvelle offensive. Le mois de Ramadan commence le 6 juin et l'EI a toujours lancé ses grandes campagnes offensives pendant la période de jeûne, au cours des quatre dernières années. Cela vaut également pour la menace terroriste en Europe !
Cette pratique n'est d'ailleurs pas unique à l'Etat Islamique. Au temps de l'occupation américaine de l'Irak, les Jihadistes d'al-Qaïda avaient, eux aussi, lancé des offensives majeures contre les Marines à l'époque de Ramadan.
Un autre fait inquiétant : Depuis quelque temps, le nombre de soldats irakiens abandonnant leur poste ne cesse de croître sans qu'on ait encore identifié les raisons profondes.

Jean René Belliard

Autres thèmes développés dans la newsletter du 10 avril :
- Egypte : Visite du roi Salmane en Egypte - Suite
- Egypte : Première rencontre historique entre un roi saoudien et le pape copte d'Egypte
- Irak : Bataille de Beshir - au sud de Kirkouk - Suite
- Irak : Les lignes de défense irakiennes dangereusement étirées - Gare à une contre-attaque de l'EI !
- Liban : Deux Libanais arrêtés à l'aéroport international de Beyrouth pour liens avec des terroristes
- Libye : 3 champs pétroliers de l'est libyen évacués par crainte d'une attaque de l'EI
- Syrie : L'accord de "cessation des hostilités sur le point de s'effondrer
- Syrie : Violents combats au sud d'Alep
- Syrie : Raqqa - le fief de l'Etat Islamique - bombardé : Nombreux morts
- Turquie : Trois blessés dans une explosion à Istanbul
- Turquie : L'Ambassade américaine réitère son alerte pour Istanbul et Antalya
- Yémen : Al-Qaïda tend une embuscade à un convoi de l'armée : 20 soldats tués
- Jihad international : Allemagne : Selon le chef des services secrets allemands, l'EI prépare des attentats en Allemagne
- Jihad international : Belgique : La cellule jihadiste de Bruxelles voulait frapper la France
- Jihad international : Espagne : Une cache d'armes et un drapeau de l'EI découvert à Ceuta

Pour vous abonner, écrire à :
ptolemee@belliard74.com

09:44 Publié dans al-Qaïda, Bagdad, Baiji, Etat Islamique, Etats-Unis, Falloujah, Irak, Mossoul, Ramadi, Tikrit | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.